> > > > Mclaren-Honda ou Mclaren-Renault en 2018 ? L'heure du choix arrive pour Zak Brown

Mclaren-Honda ou Mclaren-Renault en 2018 ? L'heure du choix arrive pour Zak Brown

Interrogé hier après-midi par un groupe de journalistes dont Motors Inside faisait partie, Zak Brown affirme que le mois de septembre sera décisif pour l'écurie de Woking. Rester avec Honda, continuer avec Alonso, prendre un virage historique... Faisons le point.

© Mclaren - Zak Brown et Mclaren face au vide© Mclaren - Zak Brown et Mclaren face au vide

Souvenez-vous. Début 2015, le retour d'une association mythique de la Formule 1 faisait saliver le paddock et les fans. 23 ans après, le constructeur britannique et le motoriste japonais s'associait pour une deuxième partie d'une histoire bien remplie, forte de 43 victoires, 4 titres pilotes, 4 constructeurs. Mais après l'idylle de la fin des années 80, la tragédie des années 2010 en plusieurs actes. Après un regain de forme en 2016, le duo plonge de nouveau vers les profondeurs en 2017, comme en 2015 et la neuvième place des constructeurs, devançant seulement une écurie (Marussia en 2015 / Sauber cette année).

Pire encore, la fiabilité catastrophique du moteur liée à un criant déficit de puissance marque les esprits. Le choix de construire une nouvelle unité de puissance pour cette année s'est avérée le mauvais, et de loin. Onze abandons ont déjà été relevés cette saison pour le duo Alonso-Vandoorne. Six sont liés à un problème de mécanique, transmission et surtout moteur.

Quel moteur : la tentation française ?

Justement, qui fournira Mclaren en 2018 ? Dans la balance, Fernando Alonso appuie sa position. Le double champion du monde a récemment lancé un ultimatum : « Honda ou moi ». Mais en réalité, les choses ne sont pas aussi simples pour Zak Brown et les siens. Sur le marché, une alliance avec Ferrari semble inenvisageable, tant par l'histoire ayant opposée les deux équipes que par leurs positions de constructeurs de modèles de luxe.

Dès lors, il ne reste plus sur la table que Mercedes (soit un retour aux sources, délicat de par la domination de l'écurie éponyme)... ou Renault. Et contre toute attente, le motoriste français peut finalement être une option réaliste. Surtout si Red Bull, qui possède Toro Rosso consent à libérer sa petite sœur de son engagement, en la cédant dans un échange avec Honda.

Ce vendredi dans le paddock de Monza, il a d'ailleurs été observé une entrevue au sommet, entre Jerome Stroll, directeur général Renault Sport F1, Cyril Abiteboul, Alain Prost et Eric Boulier, hôte au sein du motorhome Mclaren, après la deuxième séance d'essais libres. Tout ce beau monde a été rejoint par Ross Brawn, en sa qualité de directeur technique et sportif de la Formule 1.

Cette rencontre n'est pas anodine. Le divorce avec Honda prend peu à peu forme. Même si, de nombreux écueils existent encore. Annuler l'engagement actuel pourrait coûter 50 millions de livres à l'écurie. « C'est très compliqué » a admis le boss de Mclaren aux différents micros, dont celui de Motors Inside. « Il y a une variété de pièces du puzzle sur la table, certains sont en notre contrôle, d'autres non. »

En réalité, une date a quand même été évoquée. Il faudra faire vite pour satisfaire la construction des voitures 2018, tant pour la propre écurie que pour Toro Rosso : « Nous n'avons pas à prendre une décision ce week-end. Il faut encore discuter. En fait, notre deadline est fixée au début de ce mois. Je ne peux pas être plus précis pour l'instant. » Et s'agissant de Honda, Zak Brown est resté insondable « je ne ferai pas de commentaires sur nos entrevues avec Honda ».

Un indice évocateur...

Une séparation est pourtant déjà faite, dans l'esprit. l'homme d'affaires persiste et signe. Le couple châssis-pilotes serait monté sur le podium à lui tout seul, indépendamment des soucis rencontrés par Honda. Et justement, une seule préoccupation guide l'Américain pour 2018 : la compétitivité.

« Nous ne pouvons pas supporter de ne pas être sur le podium. C'est une grosse décision, qui implique un grand nombre d'éléments, dont économiques. Mais heureusement nous comptons sur un groupe d'actionnaires extrêmement engagés, ce qui veut dire que nous pourrons prendre une décision sportive, tout en veillant aux intérêts économiques. »


Alonso lâchera t-il Woking ?
Ce qui est pour l'instant certain : le renouvellement de contrat de Stoffel Vandoorne, annoncé à Spa-Francorchamps. Pour le reste, l'encadrement Mclaren doit gérer les humeurs d'un pilote à bout. Mais désormais, les deux hypothèses sont admises.

« Les négociations sont en cours et tout se déroule très bien » a indiqué Zak Brown aux journalistes, comme pour se rassurer aussi lui-même« . Mais nous avons un plan B et un plan C si nous ne parvenons pas à un arrangement. »
Pour aller plus loin, le successeur de Ron Dennis a précisé au micro de Sky Sports ne pas avoir reçu d'ultimatum de la part d'Alonso. Juste, « sa décision sera basée sur ce qu'il pense être compétitif ou non. Il n'est pas uniquement focalisé sur le moteur ! »

Dans tout les cas, le remplaçant de Fernando Alonso ne sera pas Lando Norris. Le directeur exécutif de Mclaren Technoilogy Group dit ceci à son sujet : « Il est assez rapide pour la F1 mais nous ne voulons pas accélérer les choses. Il faut lui donner de l'expérience. » Celle-ci passera par une place en F2 en 2018. Nul doute que sa progression est un rayon de soleil dans un océan de malheur.

Malgré tout, une belle forme sur la piste de Monza en essais libres

Pour revenir à la piste à l'état brut, le deux voitures orange et noires ont connu un vendredi étonnamment bon. En particulier au moment de la FP2, conclu en septième et huitième position, à deux dixièmes de la Red Bull de Ricciardo, et devant les Force India ou la Wlilliams de Massa. Vandoorne s'était même déjà invité dans le top 10 en fin de matinée, avec un neuvième temps. Le Belge a qualifié son vendredi de surprenant. Tout l'intérêt est de savoir si le champion GP2 2015 court avec la version "Spec 3.7", montée dans la voiture d'Alonso à l'occasion des premiers tours de roue de la FP1.

Rappelons quand même que ce moteur a été démonté une fois le premier relais passé, ce qui explique cette énième pénalité sur la grille de départ. L'Espagnol a quand même admis avoir eu « un bon feeling sur les deux sessions. »
« Nous avons trouvé de la performance, ce qui est un peu inattendu étant donné la configuration défavorable du circuit. Nous n'en espérions pas autant. »

La mission d'Alonso sera celle d'un équipier de luxe. Comme à Spa mais en inversé, ce sera bien le double champion du monde qui entraînera Vandoorne dans son aspiration. « Stoffel m'a aidé à Spa quand il a reçu ses pénalités. Je vais donc l'aider aussi fort que possible en lui donnant de l'aspiration, et ainsi une belle position pour dimanche ».


De notre envoyé spécial à Monza


Sondage : L'hypothèse Mclaren-Renault vous parait-elle convaincante ?




McLaren, Z. Brown et 2018 Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




5 réactions sur cet article Donnez votre avis
AP01
AP01 :
STR aurait fixé une dead-line à demain 18h pour laisser la possibilité à Honda de motoriser ses monoplaces en 2018, preuve que, contrairement à ce qu'avançaient certains, les discussions ne sont pas terminées entre les 2 entités.
Après, si une décision intervenait plus tard et qu'Honda mettait le prix, l'ultimatum serait bien vite balayé ama...
Il y a 24 mois
Aifaim
Aifaim :
A priori, d'après ce que je lis sur les sites étrangers et francophones, c'est un scénario à suspense qui se développe depuis la réelle - rupture des négociations entre Toro Rosso et Honda.

Les deux décisions notoires SERAIENT
1° McLaren décide de se séparer de Honda
2° Toro Rosso accepte de re-discuter avec Honda si ses exigences - qui ont fait capoter les discussions précédentes - sont sinon acceptées du moins prises en compte.

A partir de là, toujours au conditionnel,
La FIA et Jean Todt en particulier qui veulent que Honda reste, commencent à faire pression sur Renault

SI l'échange de propulseur se réalise, il y aurait peu de chance qu'Alonso quitte McLaren : La capacité à réaliser un châssis meilleur que Renault et au moins au niveau de RedBull est envisageable. Cela corroborerait la déclaration d'Alonso qui aurait "des opportunités de gagner l'an prochain".

La négociation avec Renault serait en attente de la garantie garantie de fournir à McLaren le même propulseur qu'à RedBull et à l'équipe officielle.

Ce qui rebuterait Renault, c'est d'avoir en McLaren un concurrent supplémentaire devant sa propre équipe.

Difficile de trier aujourd'hui ce qui relève des revirements de position, des compensations qui resteront probablement secrètes, de bribes de d'indices et de déclarations qui peuvent s'avérer réelles à l'instant "T" puis caduques à "T+1".

La seule chose dont, personnellement, je me réjouis, c'est la grande probabilité de voir Honda poursuivre et Alonso rester... mais je préfère jeter un voile pudique sur la nature des négociations.
Il y a 24 mois
AP01
AP01 :
"la réelle - rupture des négociations entre Toro Rosso et Honda." Il n'y a aucune "réelle - rupture" entre STR et Honda. STR a posé ses conditions et Honda sait à quoi s'en tenir, Mateschitz étant en position de force dans ce dossier.
Donc, soit McLaren continue avec Honda, soit Honda n'aura pas d'autre choix que de se plier aux volontés de l'autrichien ou quitter la F1, piteusement. Ce n'est pas plus compliqué que cela.

"Ce qui rebuterait Renault, c'est d'avoir en McLaren un concurrent supplémentaire devant sa propre équipe." Ceci est un peu stupide comme argument car, si RNO ne voulait pas de McLaren comme partenaire, il n'y aurait aucune discussion entre les 2 entreprises. A moins que RNO négocie pour refiler à McLaren un PU de 2014 !
Il y a 24 mois
Aifaim
Aifaim :
La FIA est à la manoeuvre expresse pour que Toro Rosso et Honda trouvent un terrain d'entente.
Il est hors de question que Renault fournisse une 4e équipe car l'organisation 2018 tant en production qu'en stratégie, en logistique et en personnel est bouclée. Donc, ce sera soit Toro Rosso soit McLaren.

Nanti de son contrat avec Renault, si Toro Rosso n'obtient pas tout ce qu'il veut, McLaren n'aura pas d'alternative au moteur Honda. Si ce dernier est contraint de se retirer, McLaren devra en faire de même. C'est assez inconcevable pas seulement pour la firme car cela réduirait encore le nombre de partants peut-être pour plusieurs années. Quant au retrait de Honda, sachant que le règlement actuel a prévu un maximum de 3 équipes par motoriste, une dérogation pourrait être admise. Seulement, Liberty Media a l'ambition - et des postulants - pour venir se joindre aux marques actuelles. Sans 4 motoristes au moins, ce sera impossible de les accueillir avant les années 2020. Bien sûr, là aussi, il y a des gens "intéressés" mais, en sport automobile, l'enthousiasme des projets a une forte tendance à se dégonfler avant de se concrétiser. Et puis, ce seraient au minimum deux saisons qu'il faudrait courir à 18...

Si - et ce serait bien triste - Honda ne remonte pas la pente d'ici la saison prochaine, l'accord, quel qu'il soit ne fera que des perdants :

Toro Rosso - Honda :

- Honda perd un châssis et une équipe prestigieux pour une monoplace moins affûtée et un environnement moins structuré.
- Toro Rosso récupère un propulseur hors du coup
- McLaren doit tout reprendre à zéro pour s'adapter au Renault et à sa façon de travailler
- Renault comptera un adversaire plus redoutable que Toro Rosso

Si Honda efface son retard, Toro Rosso sera probablement moins performant que ne l'aurait été une McLaren-Honda. McLaren et Renault conserveraient des deux manières l'inconvénient relevé au-dessus.

Ce ne sont pas les pieds qui s'adaptent aux chaussures mais l'inverse. Les discussions entre Renault et McLaren sont la conséquence du problème actuel et non à l'origine. La FIA force la main au constructeur français dans cette affaire... pas forcément à son désavantage mais ce sera une négociation discrète.
Il y a 24 mois
AP01
AP01 :
Certains sites évoquent l'annonce de la signature entre McLaren et RNO comme imminente...
RNO doit trembler à l'idée se voir "une écurie supplémentaire devant sa propre équipe"... ^^
Il y a 24 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.