> > > > Japon - Présentation : Rien ne va plus, faites vos jeux

Japon - Présentation : Rien ne va plus, faites vos jeux

La tournée asiatique se referme à Suzuka pour le quinzième Grand Prix de la saison. Interrompu dans sa série de victoires par Max Verstappen, Lewis Hamilton est toujours confortablement en tête du championnat mais la Mercedes a montré des signes de faiblesse à Sepang. Exception ou tendance, Suzuka apportera un premier élément de réponse.

© Mercedes - Vous feriez bien un petit tour ?© Mercedes - Vous feriez bien un petit tour ?

« Suzuka est pour sûr l'un des meilleurs circuits du monde et c'est aussi un circuit ou j'adore courir. Je pense que la voiture que nous avons cette année sera impressionnante ici avec l'important appui aérodynamique et les courbes à grande vitesse, je suis donc impatient de voir ce que cela va donner. »

Lorsque vous parlez du circuit de Suzuka à un pilote vous pouvez presque être sûr qu'il vous répondra qu'il l'aime. Felipe Massa fait partie de ces adorateurs, qui affectionnent les esses, les Degner 1 et 2, Spoon et le 130R, sans oublier l'enchaînement T1-T2 en légère descente.

Déjà un plaisir pour le pilotage, le circuit du centre-sud du Japon devrait donner encore plus de pics d'endorphine et d'adrénaline aux pilotes cette saison, de quoi faire saliver n'importe qui, même le pilote brésilien proche de la retraite.

Un virage, un cliché, une histoire

Si vous évoquez le long tracé de 5km807 avec un passionné, il saura sans conteste vous faire faire un tour de circuit virtuel avec un double droite en léger dévers, puis l'enchaînement gauche-droite-gauche-droite des esses qui débouche sur un long gauche en montée, etc.. Il vous nommera également chaque virage et vous parlera de leur particularité, de leur histoire propre.


La saison dernière, Nico Rosberg a remporté le Grand Prix du Japon devant Verstappen et Hamilton. Mais autre que sa victoire, c'est un cliché de sa monoplace qui a cristallisé l'attention à l'issue du week-end de course. Prise lors de la première séance d'essai du vendredi, la photographie de Peter Fox dans le Degner 1 a dévoilé toute la beauté de la discipline reine du sport automobile mais aussi tous les défis physiques que relève la machine sur la piste.

Contraintes verticale et latérale des forces, déformation des pneumatiques, écrasement de la suspension.. Autant de prouesses techniques que les ingénieurs réalisent pour créer une monoplace capable d'encaisser des coups invisibles. Sur cette photo, on peut même s'étonner du fait que la roue avant droite n'est plus en contact avec le sol malgré une garde au sol minime et l'effet aspirateur du vortex entraîné par le fond plat qui plaque la voiture au bitume.

Avec un appui aérodynamique bien supérieur cette saison et des passages en courbes plus rapides que la saison passée, on s'attend à voir des clichés encore plus spectaculaires à la fin du week-end, même s'il ne s'agira pas de la Mercedes de Nico Rosberg.

Pour continuer d'évoquer les virages 8 et 9 que l'on appelle Degner 1 et 2, nous allons rendre à César ce qui est à César. Ernst Degner était un pilote de vitesse moto est-allemand qui concourut entre 1957 et 1966. D'abord pilote pour le constructeur MZ (RDA) il décide à l'issue de la saison de 1961 et d'un titre perdu avec son équipe, de fuir l'Allemagne de l'Est pour aller de l'autre côté du mur car il est en désaccord avec le régime communiste de la RDA.

Exfiltré lors de l'avant dernier Grand Prix, qui prend place en Suède, il rejoint le constructeur nippon Suzuki avec qui il va développer la machine et même offrir le premier titre à la marque lors de la saison de 1962. Au Grand Prix du Japon qui se tient à Suzuka la saison suivante, il est victime d'incident majeur en lieu et place des virages qui portent aujourd'hui son nom. Le réservoir de sa moto explose, Degner survie et continue la compétition. En 1966 à nouveau au Grand Prix du Japon mais sur le Fuji Speedway il est victime d'un grave accident le forçant à mettre un terme à sa carrière.

Pour les lecteurs les plus anglophones voici l'histoire plus complète du pilote

Un Grand Prix pour les gouverner tous

Avec quatre victoires d'affilée pour son rival, une élimination d'office à Singapour et un départ de la dernière place en Malaisie après une non participation aux qualifications, on ne peut pas dire que le chemin de Sebastian Vettel n'est pas semé d’embûches depuis le début de la deuxième moitié de saison.

L'Allemand a perdu la tête du championnat en Belgique et l'on commence à douter de ses chances d'être titré à la fin de la saison avec cinq courses restantes. Heureusement pour lui après l'incident avec Lance Stroll dans le tour d'honneur à Sepang, sa boîte de vitesse a été jugée utilisable ce week-end. C'est une chance de pénalité en moins pour lui, quoique.

A l'inverse, tous les voyants sont au vert pour Lewis Hamilton qui, malgré un manque de performance de sa monoplace lors des deux derniers week-end de course, a bénéficié de vents favorables pour le porter vers une quatrième couronne mondiale. Si Marina Bay était un tracé vraiment redouté par Mercedes, Sepang ne l'était pas particulièrement, ce qui n'a pas empêché le Britannique de laisser filer une victoire au profit de Max Verstappen et d'une Red Bull en regain de forces.

Si l'écurie de Brackley pouvait avoir un quelconque doute sur les évolutions récentes de sa voiture et sur sa conception même pour les courses récentes et celles à venir, c'est bien l'écurie de Maranello qui a une roue dans l'herbe à l'heure actuelle. Un double abandon sur une piste où le doublé était largement envisageable et deux soucis de fiabilité majeurs ce week-end, voilà un bilan bien lourd pour la Scuderia et ce n'est pas Sergio Marchionne, patron du groupe Fiat-Chrysler, qui vous dira le contraire au vu de ses récentes déclarations sur un potentiel remaniement de l'équipe.

Le Grand Prix du Japon pourrait être l'occasion pour Hamilton de marquer d'une pierre blanche sa domination cette saison, ou bien l'occasion pour Vettel de faire son retour sur la plus haute marche du podium pour continuer à rêver d'un cinquième titre.

McLaren-Honda joue à domicile ce week-end pour la dernière fois. Après de belles performances lors des Grands Prix de Singapour et de Malaisie, l'idée serait de parfaire le triptyque asiatique en brillant sur les terres du motoriste nippon. Ce sera sans compter sur un dilemme moteur - encore - si Honda venait à proposer une évolution moteur pour sa course à domicile. Meilleures performances moteur ou meilleure fiabilité, un choix que devront faire Fernando Alonso et Stoffel Vandoorne avec Eric Boullier, directeur de McLaren.

Pour (vraiment) tout savoir...

Le pneu médium fait son retour ce week-end mais il est encore relativement boudé par l'ensemble des pilotes. Seuls Esteban Ocon et Sergio Pérez lui accordent un certain intérêt avec 3 sets, autant que pour les pneus tendres.

Le tweet de Pirelli renvoie à une page inexistante mais s'agissant du seul visuel pour l'allocation des pneumatiques nous le conservons pour la présentation


Une seule zone d'utilisation du DRS à Suzuka, placée sur la ligne de départ-arrivée avec un point de détection anticipé situé en amont de la chicane (T16-T17)

Le climat tempéré et humide de l'Asie fera encore des siennes ce week-end à Suzuka. Pour les séances de vendredi il faudra fort probablement compter sur la pluie pour bousculer les préparations. La journée de samedi sera sèche mais le ciel sera bien voilé, dimanche sera la meilleure journée avec un soleil assez présent. Les températures stagneront aux alentours des 20°C vendredi et samedi, pour la course le thermomètre affichera 26-27°C.

N'oubliez pas le programme TV !

Extrait du Jeux F1 2013


Preview, Suzuka et 2017 Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




1 réaction sur cet article Donnez votre avis
Alinnhomaya
Alinnhomaya :
La course probable sur le sec reste encore une inconnue surtout que les El1 et El2 se passeront sur une piste humide et mouillée, donc, très peu des man?uvres pour les équipes de tester différentes configurations aérodynamiques... En El3, ils vont chercher tout de suite la performance pour les qualifs. et peut-être pas le temps suffisant pour tester les pièces et les longs runs. Donc, le dimanche peut surprendre plus d'un, mais je crois que Mercedes va libérer un peu de sa puissance moteur en course pour contrer surtout les Ferrari avec les Red Bull en embuscade.... Je ne vois pas Vettel terminer la course, mais par contre, un Lewis marquer de gros points... Je crois sincèrement que ce championnat risque de se plier avant Abu- Dhabi, disons, soit à Austin ou au plus tard au Brésil à l'avantage de Lewis et Mercedes.... Nous risquons de vivre un combat inattendu entre Bottas et Vettel à Abu-Dhabi pour la deuxième place... Lol !! XD
Il y a 2 mois
Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation





Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.