> > > > Brésil - Présentation : Obrigado Felipe !

Brésil - Présentation : Obrigado Felipe !

Maintenant pensionnaire de l'avant-dernière manche de la saison, le Grand Prix du Brésil est un rendez-vous national pour un certain pilote. Il y a un an, Felipe Massa faisait ses adieux, devenu un aurevoir, à son public, pour ce qui devait être son dernier Grand Prix sur ses terres. Rien en fut, il rempila cette saison et la course d'Interlagos sera bien sa dernière à domicile cette fois-ci. Retrouvez les incontournables de cette dix-neuvième manche disputée au pays de la samba.

© Williams - En prenant sa retraite Massa met fin à la série de 48 saisons consécutives où le Brésil était représenté© Williams - En prenant sa retraite Massa met fin à la série de 48 saisons consécutives où le Brésil était représenté

« Le Brésil, ma course à domicile ! C'est toujours un moment spécial et je ne suis pas prêt d'oublier ce qui s'est passé l'an dernier. Mon résultat la saison dernière a été désastreux, mais l'amour du public et leur accueil avait été formidable. C'est génial de courir à la maison, sur une piste où j'ai commencé ma carrière et j'ai hâte d'avoir une bonne course, c'est la chose la plus importante. »

Le vibrant hommage qu'avait reçu Felipe Massa en 2016 pour ce qui aurait du être sa dernière course à domicile avait marqué le Brésilien. Cette année en bonus, le pilote Williams ne s'y attendait sûrement pas et il devrait donc aborder cette nouvelle opportunité de dire adieu à son public avec le cœur gros.

Nostalgie quand tu nous tiens

Outre le caractère symbolique que revêt le Grand Prix du Brésil pour Felipe Massa, sur le circuit d'Interlagos il se passe toujours quelque chose.

En 2003 déjà, au prix d'une course semée de morceaux de carbone Kimi Raïkkönen montait sur la plus haute marche du podium suite à un drapeau rouge avant de, finalement, rendre le trophée de la victoire à Giancarlo Fisichella à San Marin le week-end suivant.

De 2005 à 2008, Interlagos a été le lieu de dénouement du championnat des pilotes. D'abord en faveur de Fernando Alonso en 2005 et 2006, mais on retient surtout les deux saisons suivantes. En 2007, Lewis Hamilton, Fernando Alonso et Kimi Raïkkönen sont dans un mouchoir de poche avant l'ultime étape brésilienne, à la faveur du Britannique. Seulement en s'imposant, Iceman rafla la mise et Hamilton et Alonso finirent 2ème et 3ème à 1 petit point du Finlandais désormais champion du monde.

Nul besoin de dérouler à nouveau le fil de l'histoire du Grand Prix du Brésil de 2008, le simple fait de l'évoquer remet en mémoire toute la tristesse que le monde a eu en voyant Felipe Massa dépossédé de la couronne mondiale malgré sa victoire sur ses terres. Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, Lewis Hamilton décrocha le premier de ses désormais quatre titres mondiaux et entra dans l'histoire.

Petit tour du propriétaire pour se rappeler la configuration du tracé

Le baroud d'honneur pour être le dauphin

Au Mexique, Sebastian Vettel a vu le titre lui échapper définitivement mais il lui reste comme lot de consolation la place de dauphin. Avec 15 points d'avance sur Valtteri Bottas rien n'est encore acté avec les deux manches restantes au calendrier, mais l'Allemand a l'avantage cette fois-ci.

Malheureux deuxième au championnat des constructeurs, Ferrari va s'employer à sauver les meubles au championnat des pilotes également. L'écurie au cheval cabré devrait adopter une stratégie agressive pour les deux dernières manches là où, les Flèches d'Argent pourraient laisser filer. Mercedes a d'ailleurs d'ores et déjà annoncé que les Grands Prix du Brésil et d'Abu Dhabi seraient des occasions de tests grandeurs nature pour la saison prochaine, au risque qu'ils soient peu concluant.

Réussite ou échec de ces tests, peut-être que cette lutte n'aura pas lieu, même si ce serait un nouveau pied de nez au constructeur italien si Mercedes réalisait le doublé pilotes au championnat.

Force India ayant sécurisé sa 4ème place, presque habituelle maintenant, au championnat constructeurs et Williams se battant presque seul pour la 5ème, il ne faut pas se dire que tout est fini. Loin de là. Pour la 6ème place c'est la foire d'empoigne entre Toro Rosso, Renault et Haas qui sont séparés par six petits points.

Après son énorme erreur au Mexique qui a coûté la course aux trois quarts des monoplaces qu'il motorisait, le constructeur et motoriste français va devoir aller au charbon s'il veut récupérer cette 6ème et prendre l'ascendant sur les deux équipes qui l'ont dominé l'an dernier - pour rappel en 2016 : Renault (9) Haas (8) Toro Rosso (7).

Il y a un an, Felipe Massa terminait son dernier Grand Prix à domicile dans les rails d'Interlagos. Une bien triste fin qui lui avait cependant valu une haie d'honneur de la part d'une poignée d'équipes lorsqu'il remonta la voie des stands avec dans ses mains le drapeau de son pays.

Le Brésilien peut se racheter ce week-end en offrant à son public un meilleur spectacle. Certes, un podium paraît utopique au vu des performances de la Williams cette saison, mais une 6ème place derrière les top teams serait la meilleure récompense pour une dernière.

Pour (vraiment) tout savoir...

Comme Silverstone, le Hungaroring ou Sepang, l'Autodrome José Carlos Pace et sa configuration invitent Pirelli à choisir une gamme un cran plus dur que les précédents Grands Prix. On peut voir que les pilotes bouderont le pneumatique médium pour se concentrer sur le super-tendre surtout, et le tendre.

Retrouvez les choix individuels des pilotes :


Comme son prédécesseur au calendrier, le tracé d'Interlagos intègre deux zones d'activation du DRS. La première est placée sur la portion droite entre les virages 3 et 4 avec un point de détection positionné dans les esses de Senna, qui conditionnent justement cette partie rapide. La seconde est située presque traditionnellement sur la ligne de départ-arrivée, avec un point de détection localisé dans la remontée qui la précède, à la sortie du virage 13.

Horizon et contemplation

Ce ne sera pas un bis-répétita de l'édition précédente mais la pluie devrait bel et bien pointer son nez ce week-end. La journée de vendredi est à l'heure actuelle la plus menacée, avec de forts risques de pluie avant la séance de la matinée et de grandes possibilités d'averses à l'entame et à la fin de la séance de l'après-midi. Il fera entre 22 et 26°C lors de cette première journée, avec des ressentis supérieurs dû à un taux d'humidité flirtant avec les 80%.

La journée de samedi ne sera pas en reste, avec des risques de pluie moindres mais réels. La dernière séance d'essais et les qualifications pourraient ne pas être épargnées et malgré des températures dépassant timidement les 20°C, le paramètre à prendre en compte sera l'humidité avec des taux compris entre 80 et 90% sur l'ensemble de la journée.

Au final, la seule journée sèche pourrait bien être celle de la course, avec un mercure proche des 25°C et un taux d'humidité avoisinant les 50%, de quoi laisser les pilotes s'exprimer librement en somme.

N'oubliez pas le programme TV !




Preview, Interlagos et 2017 Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




2 réactions sur cet article Donnez votre avis
milano
milano :
Interlagos 2012 était un des meilleurs GP de la décennie si ce n'est le meilleur , il y a tout eu ce jour-là
Il y a 15 jours
Aifaim
Aifaim :
La saison n'est pas terminée. Vettel et Bottas ont la seconde place du championnat en ligne de mire, Williams doit verrouiller la 5e place convoitée encore par Renault menacée par Haas et Toro Rosso tant pour le prestige que pour l'argent induit par le classement.

Côté pilotes, c'est plus ou moins visible mais il faut vaincre et/ou convaincre. La suprématie au sein de l'équipe, mano a mano ou au championnat mais aussi prouver sur le tard une valeur qui vaudra peut-être un volant pour 2018.
Chez Sauber, ce sera passionnant : Ericsson revient - de loin ! - et Frédéric Vasseur est moins mal disposé à son égard. Quant à son équipier, Wehrlein, c'est Williams qu'il doit séduire.
Libérés des consignes, Perez et Ocon ont un duel de prestige à régler. Sainz veut surfer sur les bonnes impressions de ses prestations chez Renault. Massa veut évidemment finir en beauté chez lui face à un Stroll qui voudra montrer ses progrès, entre autres en qualifications.
Il y a 14 jours
Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation





Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.