> > > > Bilan 2017 - Force India : Une quatrième force isolée

Bilan 2017 - Force India : Une quatrième force isolée

Après Williams, c’est au tour de Force India de passe au crible des bilans que la rédaction de Motorsinside a décidé de vous proposer.

© Sahara Force India -  Force India encore les meilleurs des autres © Sahara Force India - Force India encore les meilleurs des autres

4ème au championnat, 187pts
Meilleure qualification : 3ème
Meilleur résultat en course : 4ème

Force India démarrait saison 2017 avec confiance grâce à un duo de pilotes prometteurs composés d’un Sergio Pérez connaissant parfaitement tous les rouages de l’équipe, et d’un jeune talent brut en la personne d’Esteban Ocon. Quelques jours avant le Grand Prix d’Australie, l’écurie conclut un gros contrat de sponsoring avec l’entreprise autrichienne BWT spécialisé dans le traitement de l’eau. Cela apporte une manne financière bienvenue à l’équipe qui performe malgré un budget assez modeste. Ce contrat va donner cette couleur rose marquante aux monoplaces indiennes.

En tout cas, il est vite assez clair que Force India a relevé avec brio le défi de la nouvelle réglementation qui change pourtant bien des éléments de la conception des monoplaces. Son style donne l’impression d’une voiture qui ne paye pas de mine mais qui se montre diablement efficace et régulière. L’écurie s’affirme assez rapidement comme la quatrième force incontestable du plateau derrière les trois équipes de pointes. L’équipe peut compter sur une fiabilité assez impressionnante avec seulement deux abandons dans l’année uniquement liée à des accrochages. Force India possède une monoplace polyvalente et qui rentre dans le top 10 à toutes les courses. La seule exception s’avérera être Monaco où les monoplaces ne réussiront jamais à être vraiment à l’aise.

Grande nouveauté cette saison, l’écurie sera parvenue à introduire des évolutions et à développer la monoplace pendant toute la saison sans réelle interruption. Par le passé l’impossibilité de la structure à développer régulièrement sa monoplace aura mis en péril des résultats réguliers. Au chapitre des évolutions il faut souligner une importante refonte du fond plat, l’ajout de nouveaux déflecteurs latéraux ou l’arrête dite de « stégosaure » installé au sommet de l’aileron de requin.

La saison n’a toutefois pas été une promenade de santé pour les dirigeants de l’écurie qui ont dû gérer les conflits qui sont intervenus entre Sergio Pérez et Esteban Ocon. C’est précisément au Canada que les choses commencent à s’envenimer. Pendant la course, Sergio Pérez refuse de laisser passer son coéquipier qui s’estime plus rapide. Cela aura finalement comme conséquence la perte d’une place au classement pour les deux pilotes. Mais l’épicentre de ce conflit se situera surtout à Bakou où les deux monoplaces s’accrochent une fois la course relancée. Cela est d’autant plus regrettable que cette course assez inhabituelle aurait pu permettre à Force India de jouer la victoire pour la première fois de son histoire. Cela aura pour conséquence l’abandon de Sergio Pérez.

Les choses se tassent quelque peu jusque Grand Prix de Belgique. Pendant la course, les monoplaces se frictionnent à deux reprises et font abandonner la monoplace de Sergio Pérez une nouvelle fois. Sans venir dans les détails établir les responsabilités des deux incidents, cela représente la goutte d’eau qui fait déborder le vase pour l’équipe. La décision est alors prise d’établir une consigne qui consiste à dire que le pilote qui est en tête à l’issue du premier tour sera maintenu jusqu’à la fin de la course à cette position. Les deux pilotes ont interdiction totale de se battre entre eux. Cette nouvelle règle permettra à la structure basée à Silverstone de retrouver un peu de sérénité.

Autre point difficile pour Force India, les ennuis judiciaires de son fondateur et propriétaire Vijay Mallya qui l’empêche de se rendre sur les courses hors Grande-Bretagne. Pour remédier à cette situation, la direction opérationnelle de l’écurie est confiée à son directeur Bob Fernley.

En tout cas cette saison 2017 aura été encore très bonne pour Force India qui parvient à conquérir la deuxième quatrième place au classement constructeur consécutive. Les qualités de la monoplace et le talent indéniable des pilotes ont été les ingrédients essentiels de cette réussite. Malheureusement pour la structure britannique l’écart avec les trois équipes de têtes se sera révélé insurmontable.

La saison prochaine sera sous le signe de la stabilité avec un duo de pilotes inchangés. La prolongation d’Esteban Ocon aura été une formalité puisque le Français bénéficiait d’une option de prolongation dans son contrat. Cela aura été un peu plus compliqué pour Sergio Pérez puisque les nombreux sponsors qui financent sa carrière interviennent dans les négociations contractuelles du Mexicain. C’est finalement sans surprise que Pérez a finalement prolongée.

L’implication de Mercedes en tant que motoriste qui a permis à Ocon d’intégrer l’équipe se matérialisera encore un peu plus la saison prochaine avec l’intégration d’un troisième pilote issu de la filière de la marque à l’étoile. À savoir le Britannique Georges Russell champion 2017 de GP3 au futur très prometteur.

Note de la rédaction : 17/20

Sergio Pérez :

7ème au championnat, 100 pts
Meilleure qualification : 5ème
Meilleur résultat en course : 4ème

Alors qu’il semble un temps le favori désigné pour remplacer Kimi Raikkonen chez Ferrari fin 2016, la Scuderia décide de prolonger le Finlandais. Cela oblige donc Sergio Pérez à se rabattre sur une piste moins ambitieuse. Il prolonge donc logiquement chez Force India pour une saison supplémentaire. Sa déception étant vite avalée, il se prépare à disputer cette saison 2017 dans la peau d’une valeur sure du plateau de Formule 1, qui semble avoir mis de côté ses vieux démons.

Pour l’équipe de Silverstone, Sergio Pérez représentant indéniablement l’atout expérience pour faire face à la nouvelle réglementation et accompagner un Esteban Ocon presque débutant dans la discipline. Au début de la saison, le Mexicain prend de manière assez prévisible le dessus sur son jeune coéquipier. Il domine assez aisément le Français pendant la majorité de la première partie de la saison. Il passe d’ailleurs proche du podium en Catalogne avec une belle quatrième place juste devant Ocon.

Mais assez rapidement, des tensions commencent à apparaître en interne entre les deux pilotes. Il refuse d’obéir aux consignes d’équipe au Canada et s’accroche avec son coéquipier à la course suivante. Si on englobe la course de Spa Francorchamps, le natif de Guadalajara montre une certaine nervosité qui ne lui était plus connue depuis longtemps. Mais finalement les consignes mises en place au sein de l’équipe vont désamorcer cette mauvaise phase.

La deuxième partie de la saison est bien plus disputée avec un Esteban Ocon qui parvient à le battre régulièrement en qualifications et en course notamment lors de son Grand Prix national. Mais, au niveau comptable Pérez parvient à garder l’avantage face au Français qui lui aura rendu la vie difficile.

Ses résultats auront été dans l’ensemble très réguliers avec seulement deux abandons dus à des accrochages avec son coéquipier. Cette année, il n’aura pas réussi à monter sur le podium mais l’écart avec les trois équipes de têtes explique assez aisément cela.

Il est certain que la saison prochaine, Sergio Pérez aura envie de prouver qu’il est le véritable leader de l’équipe en gardant l’avantage sur son coéquipier. Son avenir dans la discipline pourrait en dépendre sachant que les portes des équipes de pointes semblent s’être définitivement refermées pour lui.

Note de la rédaction : 15/20

Esteban Ocon :

8ème au championnat, 87 pts
Meilleure qualification : 3ème
Meilleur résultat en course : 5ème

La saison 2017 représentait pour Esteban Ocon sa véritable première saison dans la discipline, après avoir disputé la deuxième partie de la saison dernière au sein de la petite écurie Manor depuis disparu. Il est donc catapulté par Mercedes, dont il est membre de la structure pour jeunes pilotes, chez Force India. L’équipe motorisée par Mercedes avait en réalité le choix entre deux protégés de la marque de Stuttgart à savoir Pascal Wehrlein et Esteban Ocon. Le choix s’est assez rapidement porté sur le Français qui avait laissé une meilleure impression dans l’équipe lors des essais qu’il y avait effectués. Son retour technique assez précis et son comportement ont aussi clairement joué en sa faveur.

Il débute donc au sein d’une écurie jouant les premiers rôles dans le championnat. Ses trois premières courses débouchent sur 3 dixièmes places consécutives. Il entame alors une impressionnante série d’entrées dans les points (à l’exception de Monaco) ininterrompus jusqu’au Grand Prix du Brésil où un accrochage avec Romain Grosjean y met fin. Il bat d’ailleurs le record du nombre de courses terminées détenu précédemment par Max Chilton. Il ne parvient toutefois pas à battre celui de Nick Heidfeld qui reste le maître incontesté en la matière. Il faut d’ailleurs souligner qu’Esteban Ocon n’avait plus abandonné en sport automobile depuis une quarantaine de courses et le championnat F3 Europe.

N’oublions pas d’évoquer sa qualification à une impressionnante troisième place à Monza dans une séance marquée par la pluie. S’il a finalement été battu par son coéquipier bien plus expérimenté, le Français aura impressionné les observateurs avertis de la discipline grâce à sa régularité, son comportement et la qualité de ses analyses techniques. Sa maturité a aussi été mise en avant malgré quelques erreurs de communications peu surprenantes pour un si jeune pilote (cf. son tweet après la Belgique).

Le seul point noir de cette saison est assurément l’accrochage dont il s’est montré coupable envers son coéquipier à Bakou qui a peut-être coûté une chance de première victoire à Force India. La course de Spa où il est victime de son coéquipier montrera par contre qui n’est pas du genre à céder à la pression et à se faire impressionner par ses adversaires. Il se sera aussi montré ambitieux dans le bon sens du terme et capable de critiquer ses performances lorsqu’il les juge insuffisantes.

L’année prochaine devra être celle de la confirmation maintenant qui s’est pleinement acclimatée à la Formule 1, qui connaît parfaitement son équipe et qu’il a parcouru tous les circuits du calendrier. Il voudra certainement prouver à son employeur qui est capable d’endosser le rôle de meneur, face à coéquipier qui se montrera certainement toujours aussi coriace.

Il voudra aussi se mettre en avant auprès de Toto Wolff et de Mercedes pour éventuellement rejoindre l’écurie. En effet, son statut de membres du programme de jeunes pilote Mercedes pourrait lui ouvrir les portes de l’équipe Allemande si Valtteri Bottas ne faisait finalement pas l’affaire. Le Finlandais étant en fin de contrat à la fin de la saison prochaine, affaire à suivre.

Note de la rédaction : 14/20


Bilan, 2017 et Force India Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




5 réactions sur cet article Donnez votre avis
Supervroum
Supervroum :
Avec un chauvinisme parfaitement assumé, j'aurais noté plus fort Ocon que Gutierez !!!

Bon allez, j'vé sortir le calendos, le gros rouge et la miche de pain, le tout chapeauter de mon béret !! Nomdedjuuuu

:p
Il y a 12 mois
Aifaim
Aifaim :
Supervroum@, est-ce l'abus du calendos qui vous fait confondre Perez et Gutiérrez ?
Il y a 12 mois
Marc Diskus
Marc Diskus :
On se souvient il y a quelques années de l'équipe Force India qui occupait les dernières lignes de la grille . Par son implication totale dans les moyens techniques , financiers , humains ( et autres pour le patron de l'équipe ? ) l'équipe acquiert le statut de grande équipe en terminant 4° au championnat pour la 2° fois .

Progresser dans la hiérarchie va être difficile . Force India n'aura jamais la version la plus affutée du PU Mercedes-AMG . Construire pour 2018 une voiture au potentiel d'évolution en aéro et en réglages châssis est une obligation mais Mercedes-AMG , Ferrari et RedBull font cela depuis longtemps .

Leurs 2 pilotes sont désormais de force égale . Il sera indispensable de poursuivre le cadrage comme en 2° partie de saison 2017 , de laisser la priorité à celui qui passe en tête au 1° tour pour éviter un massacre style Horace contre Curiace .

Le meilleur qui puisse se passer pour eux , serait de rester devant les Renault et les McLaren ( peut-être même les Sauber/Alfa , qui sait ? ) .

Sauf si Hamilton et Mercedes continuent leur trajectoire hallucinante , on devrait assister à un resserrement des performances des équipes qui les suivent de près .

Une belle opportunité pour Ocon de briller un peu plus .Au tennis on dit hisser son niveau de jeu . Ocon a tout cela dans ses " cordes " .
Il y a 12 mois
Aifaim
Aifaim :
Marc Diskus@, je suis d'accord avec votre analyse. Force India réussit de bonnes voitures. Ce qui manquait, c'était les moyens pour en assurer le développement tout au long de l'année. Il y a quelques saisons, elles avaient un parcours tout à fait honorable jusqu'à la trêve estivale et s'essoufflaient par la suite. Je ne sais si c'était les finances ou un personnel trop restreint pour mener de front le développement de la voiture et le modèle de la saison suivante.
Or, depuis deux ans, ce souci semble résolu et cela fait toute la différence.

En ce qui concerne la motorisation, Mercedes ne se cache pas d'octroyer des versions "client" moins performantes que celles disponibles pour l'usine. Mais vous pouvez rêver à une telle lutte que Mercedes ait besoin d'alliés pour perturber les résultats de leurs adversaires directs... Force India serait l'équipe idéale pour jouer ce rôle, même à l'insu de son plein gré, selon la formule culte de Richard Virenque.

A propos de Horace et Curiace, une lutte fratricide renverrait plutôt à Romulus et Remus ou Caïn et Abel. En effet, les Horace et les Curiace étaient trois dans chaque camp...
Il y a 12 mois
Marc Diskus
Marc Diskus :
Ah ! étonnant Alfaim@ avec votre culture littéraire à la mesure de vos connaissances en sport automobile . Corneille vous est familier , comme les grandes équipes de course automobile et .......Richard Virenque !

Je ne désespère pas un jour de vous poser une vraie colle !
Il y a 12 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.