> > > > Bilan 2017 - Red Bull : En route vers les sommets ?

Bilan 2017 - Red Bull : En route vers les sommets ?

Les bilans de fin d'année se poursuivent pour Motorsinside. Cette fois-ci, c'est l'équipe Red Bull, véritable outsider derrière Ferrari et Mercedes, qui est auscultée avec les performances de Daniel Ricciardo et Max Verstappen.

© Red Bull - Une saison 2017 marquée par des victoires pour Ricciardo et Verstappen© Red Bull - Une saison 2017 marquée par des victoires pour Ricciardo et Verstappen

3ème au championnat, 368 pts
3 victoires
Meilleure qualification : 2ème

Avec trois victoires dans son escarcelle, Red Bull a démontré cette année qu'il fallait compter sur elle comme une prétendante sérieuse à la victoire. Le duo composé de Daniel Ricciardo et Max Verstappen est un des plus performants et homogènes du plateau, seuls 32 points les séparent au championnat, et leur entente, jusqu'à présent, reste cordiale malgré quelques accrocs.

Pourtant, l'équipe autrichienne a eu du mal à se remettre du départ de son quadruple champion du monde Sebastian Vettel. Aucune victoire en 2015, deux en 2016 et trois cette année, l'écurie basée à Milton Keynes semble cependant en progression et tous les radars sont au vert pour aller encore plus haut.

Seul point faible dans cet avenir qui semble radieux : la relation avec son motoriste Renault. Historiquement compliquée depuis plusieurs années, elle s'est envenimée au point que le constructeur français a préféré badger ses unités de puissance Tag Heuer avant de les fournir à Red Bull. Cette dernière laisse également la porte ouverte à d'autres possibilités pour un avenir à court terme, avec Aston Martin ou même Honda. Mais sans une stabilité durable dans ce domaine, il sera très difficile pour l'équipe de prétendre à jouer le titre.

En attendant, Red Bull s'impose comme la seule équipe en dehors de Mercedes et Ferrari à pouvoir jouer la victoire à la régulière. Mais la concurrence n'attendra pas longtemps avant de se rapprocher et l'équipe va devoir garder un œil attentif sur McLaren et Renault dans les mois à venir.

Note de la rédaction : 16/20

Daniel Ricciardo :

4ème au championnat, 200 pts
1 victoire
Meilleure qualification : 3ème

Cette saison, l'Australien n'aura guère raté les opportunités qui se présentaient à lui. Vainqueur surprise à Bakou, dans une période ou la Red Bull n'était pas au mieux de sa forme, Ricciardo a largement profité des déboires mécaniques de son équipier pour engranger des gros points et des podiums - neuf au total donc cinq d'affilés entre le Grand Prix d'Espagne et celui d'Autriche.

Mais si d'un point de vue comptable, son bilan est meilleur que celui de son coéquipier, ce dernier semble avoir pris le dessus psychologiquement dans l'équipe. Le reconduction du contrat de Verstappen montre clairement que Red Bull veut s'appuyer sur ce dernier pour construire l'avenir. Le contrat de l'Australien, quant à lui, prend fin au terme de la saison 2018 et les négociations ne sont pas encore entamées pour une possible prolongation.

Daniel Ricciardo a l'image d'un pilote opportuniste, talentueux et surtout bagarreur. Il nous a encore gratifié de nombreux dépassements somptueux tout au long de la saison et s'impose comme un maître dans cet art. Le déficit de popularité qu'il pourrait avoir face à Verstappen est donc facilement comblé par cet atout et son sourire carnassier en toute circonstance, même dans les moments plus difficiles comme en Hongrie où il s'est littéralement fait sortir par son équipier. Pas de polémique mais une franche explication entre les deux hommes. Ça change du duo Vettel/Webber d'il y a quelques années mais, est-ce que cette entente restera la même si un titre est en jeu ? A n'en pas douter, l'Australien ne lâchera rien !

Note de la rédaction : 16/20

Max Verstappen :

5ème au championnat, 168 pts
2 victoires
Meilleure qualification : 2ème

Orphelin de Sebastian Vettel depuis la fin de la saison 2014, Red Bull avait besoin de retrouver un pygmalion après les quatre titres mondiaux de l'Allemand. Le départ précipité de Daniil Kvyat au Grand Prix d'Espagne 2016 a permis l'éclosion du jeune Max Verstappen, incontestable star en devenir de la discipline.

Le Néerlandais, bien malchanceux en début de saison et collectionnant les affres de son unité de puissance Renault, a su faire parler la poudre dans la deuxième moitié de la saison avec deux victoires de rang en Malaisie et au Mexique. S'il a raté la pole position à quelques occasions pour quelques centièmes, il s'est imposé en course de la manière forte comme l'a démontré son dépassement sur Sebastian Vettel dans le premier virage de la course à Mexico.

Rarement pris en défaut d'agacement après sa longue traversé du désert, il s'est montré besogneux pour véritablement éclore à la fin de la saison et enchainer une série de six courses dans les points. Au final, il aura abandonné sept fois, soit seulement une fois de plus que son équipier Daniel Ricciardo.

Ce n'est pas pour rien que Red Bull compte sur lui pour le long terme et a rapidement prolongé son contrat pour éviter de le voir partir à la concurrence, notamment chez Ferrari qui lui a fait les yeux doux tout l'été. Verstappen est le futur de Red Bull et le pilote et son écurie ont la même ambition pour les années à venir : gagner des titres !

Note de la rédaction : 17/20


Bilan, Red Bull et 2017 Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




3 réactions sur cet article Donnez votre avis
Marc Diskus
Marc Diskus :
Que RedBull ait eu besoin d'un " pygmalion " au départ de Vettel en la personne de Verstappen , me laisse un peu interrogatif . A moins que l'on demande à Verstappen de sculpter une RedBull F1 en demandant aux dieux grecs de la rendre vivante pour en tomber amoureux !

Bref , 17/20 pour Max me semble un peu excessif par rapport au 16/20 de Ricciardo .

Par contre , la dépendance de RedBull à Renault , est la clé de leur réussite la saison prochaine face à des coriaces comme McLaren et Viry-Câtillon Usine . Mais comme cela a déjà été évoqué , il semble que Renault soit impartial dans la fourniture de ses PU . " Mon oeuil " pour 2018 .
Il y a 9 mois
Marc Diskus
Marc Diskus :
Pardon pour l'orthographe d'"oeil" . Je me suis laisser distraire par l'e dans l'o qui n'existe pas sur le Mac .
Il y a 9 mois
Aifaim
Aifaim :
RedBull aura un challenge particulier l'an prochain, celui de battre McLaren en plus de devoir se frotter au duo magique Ferrari/Mercedes.

McLaren fait profil bas en justifiant de son nouveau partenariat pour réclamer un temps d'adaptation avant d'être performant. Quant à Renault, c'est le profil "à plat ventre" puisqu'on espère être dans le sillage de McLaren.

Cette rivalité dans la fausse modestie ajoute encore un peu de pression à Newey et Horner en leur interdisant de perdre face à des vassaux revendiqués.

L'autre problème, c'est Ricciardo. Restera, restera pas ? RedBull a Sainz en réserve et, finalement, c'est plus le pilote que la marque qui a la pression. Qu'un concurrent se montre intéressé avec des performances top niveau, RedBull perdra son pilote. Mais que sa monoplace vole grâce au propulseur français, dans l'optique d'un changement de motoriste, est susceptible aussi de le faire partir...
Il y a 9 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.