> > > > Australie - Essais Libres 1 & 2 : Hamilton et Mercedes devancent déjà la concurrence

Australie - Essais Libres 1 & 2 : Hamilton et Mercedes devancent déjà la concurrence

Lewis Hamilton a réalisé les meilleurs temps des deux premières séances d'essais libres du Grand Prix d'Australie. Red Bull, avec Max Verstappen et Ferrari sont en embuscade juste devant un étonnant Romain Grosjean à bord de sa Haas.

© Mercedes - Hamilton est déjà devant !© Mercedes - Hamilton est déjà devant !

C'est sous un soleil franc et des températures estivales que s'ouvre la saison 2018 de Formule 1 à l'Albert Park de Melbourne.

Premier de la saison, ce Grand Prix d'Australie est bien sûr l'occasion pour les 20 acteurs du plateau de se jauger et d'imposer leur rythme même si, communément, la course inaugurale peut réserver quelques surprises qui ne seront pas des enseignements durables sur le long terme.

Toujours est-il que, tant en essais libres 1 qu'en essais libres 2, on retrouve le même homme en haut de la feuille des temps, à savoir Lewis Hamilton et sa Mercedes. Avec un chrono en 1.24.026 pour la première séance suivi par un 1.23.931 en deuxième séance, le Britannique semblait déjà au-dessus du lot.

Au sommet, le match reste ouvert !

Derrière lui, c'est la foire d'empoigne et les écarts sont plus resserrés. Une lutte à trois équipes se profile entre Mercedes, Red Bull et Ferrari. L'équipe autrichienne est même plus véloce que la mythique Scuderia sur cette première journée puisque Max Verstappen fait office de principal rival à Hamilton avec un troisième temps en EL1 (1:24.771, certes à plus de 7 dixièmes de la Mercedes), et un deuxième temps en EL2 (1:24.058), à un peu plus d'un dixième du Britannique. Son équipier Daniel Ricciardo est un peu plus à la peine. Sur une piste où il a toujours manqué de réussite, le régional de l'étape s'est placé en 6ème et 7ème positon à distance respectable des meilleurs chronos.



Ferrari est donc un peu plus en retrait puisque Sebastian Vettel et Kimi Raikkonen se sont retrouvés à chaque séance derrière la Red Bull de Max Verstappen. L'écurie italienne cacherait-elle sont jeu ? En tout cas, ses choix de pneumatiques en EL1 étaient légèrement différents de la concurrence directe. Les chronos se sont étroitement rapprochés en EL2 où Raikkonen, quatrième temps en 1.24.214 n'était qu'à quelques centièmes de la Mercedes de Valtteri Bottas.

Rentrée des classes oblige, de nombreux pilotes sont allés chercher les limites et sont partis à la faute, sans autre conséquence que quelques passages dans le bac à graviers. Valtteri Bottas, Kevin Magnussen, Carlos Sainz, Max Verstappen ou encore Esteban Ocon ont ainsi flirté avec les limites de la piste.


La belle promesse du duo Grosjean-Haas

La place de "meilleure des autres" derrière le trio de tête Mercedes/Ferrari/Red Bull qui se détache déjà risque d'être âprement disputée. Aujourd'hui, c'est l'équipe Haas et plus particulièrement Romain Grosjean, qui se sont imposés à cette place avec des 7ème et 6ème temps dans les deux séances. Le Français se paye même le luxe de devancer la Red Bull de Ricciardo en EL2 et se retrouve ainsi à moins d'une seconde du meilleurs temps d'Hamilton.

Une situation que pourrait envier l'équipe McLaren, une nouvelle fois empêtrée dans des problèmes d'échappement, comme lors des essais hivernaux à Barcelone. Fernando Alonso est resté immobilisé un long moment à son stand lors de la première séance et n'a pu prendre la piste que lors du dernier quart d'heure. Même si les temps de l'Espagnol et de son coéquipier belge Stoffel Vandoorne sont respectables, aux alentours de la seconde dans le meilleur des cas, Eric Boullier et ses hommes attendent forcément mieux de leur nouvelle association avec Renault.



L'équipe Renault, justement, se retrouve quant à elle dans le ventre mou du peloton, en lutte avec les Force India en net recul de performance par rapport à l'an dernier. Sergio Pérez n'a pas fait mieux qu'une modeste 12ème place en EL2. 14e en EL1 et 15e en EL2, Esteban Ocon est pour sa part un peu plus en retrait.

En bas du classement, la lutte oppose les Williams de Lance Stroll, qui a du immobiliser sa monoplace en piste à la fin des EL2, et Sergey Sirotkin, aux deux Toro Rosso de Brendon Hartley et Pierre Gasly qui ont effectués de nombreux tours sans aucun problème technique avec leur nouvelle unité de puissance Honda. Les Sauber de Marcus Ericsson et Charles Leclerc sont encore plus loin et auront du mal à briller lors de cette manche inaugurale.

Le classement des essais libres 1 :



Le classement des essais libres 2 :


Essais Libres, Melbourne et Vendredi Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




7 réactions sur cet article Donnez votre avis
Aifaim
Aifaim :
Ce qui est surprenant, c'est la stagnation des performances par rapport à l'an passé. Est-ce lié à l'augmentation du poids ? A un retard dans les programmes d'essais pris à Barcelone ? A une configuration des voitures tenant compte de la pluie promise pour demain ?
La météo programmée pour la suite du week-end renvoie la réponse au prochain épisode du côté de Sakhir.
Il y a 16 mois
bibi
bibi :
@Aifaim
Mon explication :
L'augmentation de la masse 734kg contre 728kg l'an passé est de moins de 1% donc même si elle contribue ce n'est pas pour grand chose.

Par contre cette année on 25% de PU en moins (3 contre 4 l'an passé) et 5% de GP en plus (21 contre 20).
Un PU par rapport à l'année dernière doit avoir un temps d'utilisation de 35% supérieur.
Voila qui selon moi explique bien plus la stagnation des performances.
Il y a 16 mois
Aifaim
Aifaim :
Bibi@, je ne le crois pas. Il est plus productif de se procurer un propulseur supplémentaire en sacrifiant une grille de départ, retrouvant de facto le quota de l'an passé et la possibilité de tirer toutes les ressources de la monoplace dans la plupart des Grands Prix.
Je pense plutôt que la compréhension des nouveaux pneus n'est pas optima du fait des conditions inadaptées à Barcelone. J'émets aussi l'hypothèse que certains ont pu rouler avec un peu plus d'appui en vue des conditions pluvieuses attendues pour demain.
Il y a 16 mois
bibi
bibi :
@Aifaim
J'aurai du être un peu plus précis sur les PU.
En 2017 le quota était de 4 pour chaque éléments alors que pour 2018 c'est :
- 3 moteurs
- 3 turbos
- 3 MGU-H
- 2 MGU-K
- 2 batteries
- 2 systèmes électroniques

Votre stratégie concernant les moteurs est parfaitement envisageable (et même envisagée par Renault) mais pour ça il faut savoir ou l'on se situe en performance par rapport à la concurrence et non par rapport à l'année dernière.

Concernant les pneus même si la gamme a évolué, les pneus sont juste un cran plus tendre que l'année dernière et donc les écuries ont a mon avis assez de données avec les pneus de l'année dernière pour tirer le meilleur parti des nouveaux pneus que sont les ultrasoft et les hypersoft.

Toute fois il ne faut pas oublier que par rapport à l'année dernière les T-wings les ailerons de requins et le monkey seat et que cette perte d'appui elle joue un rôle sur le fonctionnement des pneus.

On verra bien demain le niveau de performance des monoplaces en course par rapport à l'année dernière mais il sera encore trop tôt pour en tirer des conclusions vu que Melbourne est un circuit atypique.
Il y a 16 mois
Marc Diskus
Marc Diskus :
Alfaim@ : Oui . Je pense comme vous que toutes les équipes nécessiteront un 4° PU pour boucler la saison 2018 .

J'aimerais vous soumettre une idée un peu surréaliste à ce sujet . Imaginons que l'ensemble des équipes se mettent d'accord pour utiliser un 4° PU , sur le même GP quand on arrivera vers la fin de saison . Mis à part le coût de cette intervention et malgré les pénalités sur la grille , le classement aux qualifs serait transposé sur la grille de départ et tout le monde repartirait avec une mécanique neuve . Je l'avoue , c'est un peu ubuesque mais je ne fais qu'émettre des idées .
Il y a 16 mois
Aifaim
Aifaim :
Marc Diskus@, cette idée était sous-jacente lorsque j'ai émis celle des propopulsés par Renault. Ferrari pourrait y souscrire mais a priori pas Mercedes. Dommage, car ce serait un joli pied de nez, une réprobation unanime et coordonnée à un règlement qui ne convient à personne. Mercedes refuserait et ses clients probablement aussi.

Pourtant, le propulseur version 2018 n'est peut-être pas aussi fiable que les années passées. Les problèmes de surchauffe apparus en course mais aussi - et surtout - le fameux "bouton magique" utilisé avec parcimonie en Q3. Clairement, la surpuissance induite malmène le P.U et la firme se montre plus prudente. Peut-être, pour les Grands Prix où dépasser n'est pas un problème s'en dispensera-t-on chez Mercedes ?
Il y a 16 mois
AP01
AP01 :
A ce stade de la saison, je ne vois pas trop pourquoi vous envisagez que 3 PU ne seront pas suffisants ? Et, surtout, imaginer un consensus des équipes pour faire un pied de nez au règlement est effectivement juste impossible ! Surtout si la bataille fait rage entre 2 ou 3 écuries. Et quid de Honda ? Ils auront peut-être besoin de 6 ou 7 PU ! Il faudrait aussi qu'ils se pénalisent pour faire plaisir aux autres ?
Il y a 16 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.