> > > > Bilan des Français : pas de point en Chine mais un rôle majeur pour Gasly

Bilan des Français : pas de point en Chine mais un rôle majeur pour Gasly

Maigre moisson dans le clan français pour ce Grand Prix de Chine, avec la onzième place d'Esteban Ocon en guise de meilleur résultat. Mais Pierre Gasly a chamboulé le déroulement de la course, tout en anéantissant celle de sa propre équipe.

© Toro Rosso - Pierre Gasly s'est rendu coupable d'une erreur de jugement qui a changé la face du Grand Prix© Toro Rosso - Pierre Gasly s'est rendu coupable d'une erreur de jugement qui a changé la face du Grand Prix

Pierre Gasly (Toro Rosso) : 18e

Changement d'ambiance dans le clan du jeune tricolore. Après son fantastique week-end à Barheïn, l'amertume est au rendez-vous ce dimanche. Parti du fond de grille, c'est à la mi-course et en tentant un dépassement hasardeux sur son équipier Brandon Hartley que le Français est venu au contact, anéantissant toute chance de résultats pour son équipe. S'il s'est d'abord énervé dans sa radio, il a ensuite reconnu qu'il avait fait une erreur de jugement : « Je m'excuse auprès de Brendon pour notre accrochage. L'équipe m'avait dit que nous allions échanger nos places. Je me suis donc placé à l'intérieur au bout de la ligne droite en pensant qu'il me laisserait de la place. Malheureusement, je ne pense pas qu'il m'ait vu. Une fois à l'intérieur, je ne pouvais rien faire » a confié le champion GP2 2016.

Suite à cet accrochage, Pierre Gasly a logiquement écopé d'une pénalité de dix secondes. A l'inverse de Brendon Hartley, il termine cette course à une anonyme 18e place.


Quoi qu'il en soit, le malheur des uns fait le bonheur des autres. La course a totalement été relancée avec l'entrée de la voiture de sécurité, nécessaire pour évacuer les débris de carbone des monoplaces de Faenza. Cet incident a pesé sur le résultat d'une course, finalement remportée par Daniel Ricciardo. Pierre Gasly est cette fois le héros malheureux d'une course spectaculaire.

Esteban Ocon (Sahara Force India) : 11e

Continuité pour l'équipe indienne dans le milieu de peloton. Toujours au niveau de la porte des points, le Normand a été l'un des premiers à rentrer aux stands, dès le 10ème tour pour monter de nouveau des pneus tendres, signe que le pilote était sur une stratégie à deux arrêts.
« Ça a été un départ compliqué » a reconnu après coup le pilote Force India au micro des journalistes.«  Nous avons perdu du temps, sans gagner de places. Nous sommes revenus dans la course lorsque nous nous sommes arrêtés tôt. La stratégie à deux arrêts avait l'air de bien fonctionner. Nous étions en mesure de marquer des points jusqu'à la sortie de la voiture de sécurité. »

S'en est suivi une course à la régulière avec son équipier Sergio Perez. Le Français a devancé le Mexicain pendant la majorité de la course. Ocon a alors repris l'avantage sur le fil. Il termine ce Grand Prix à la onzième place, sept dixièmes devant son équipier.

Relativement déçu de sa position, Esteban Ocon reste néanmoins optimiste vis-à-vis des performances de sa monoplace, obtenant même la meilleure vitesse de pointe. Il regrettait simplement d'avoir perdu beaucoup de temps derrière un autre Français, à savoir Grosjean : « J'ai perdu beaucoup de temps derrière Romain qui défendait sa vie pendant cinq tours. » Le pilote Haas a d'ailleurs fait le jeu de son coéquipier, Kevin Magnussen, qui est ainsi parvenu à sauver le point de la dixième place.


Romain Grosjean (Haas) : 17e

La déception domine pour le franco-suisse qui finit en bas du classement alors que Magnussen entre dans les points. Alors neuvième, son équipe lui a même donné consigne de laisser passer son équipier dés le sixième tour, ce qui ne manqua pas de créer de la frustration du côté de l'ancien pilote Lotus.

En difficultés avec ses pneus ultratendres dès le départ et après quelques passes d'armes avec Alonso, les pneus médiums ont ensuite été installés sur sa monoplace. Ce dernier relais a été anéanti par l'entrée du safety-car à la mi-course, le pilote subissant la faible température de ses gommes au drapeau vert : « Nous avons tenté une stratégie osée, en passant des ultra-tendres aux mediums. Malheureusement, le chat noir continue de me suivre. Je savais à partir de la voiture de sécurité que nous n'allions plus faire d'arrêts alors que j'étais sur mon très long relais en medium. Je savais que ça serait difficile à la relance, et ça l'a été. »

Une fois dépassé par les deux pilotes Force India, Romain Grosjean a ensuite effectué un second arrêt au 45e tour. Il opta pour les ultra-tendres, un choix bien trop tardif pour le sortir du fond de classement. Au général, le pilote frappé du #8 n'a toujours pas marqué de points alors que Kévin Magnussen compte désormais onze unités.



Bilan, Gasly et Shanghai Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.