> > > > Les 26 millions d'euros de dettes de Caterham ne seront pas remboursés

Les 26 millions d'euros de dettes de Caterham ne seront pas remboursés

Le cabinet Smith & Williamson, qui s’occupe de la liquidation des actifs de l’ancienne écurie de Formule 1 disparue fin 2014, a reconnu que les 300 créanciers de la structure ne pourront pas être payés.

© Caterham - L'aventure Caterham catastrophique jusqu'à la fin© Caterham - L'aventure Caterham catastrophique jusqu'à la fin

La procédure de liquidation et le remboursement des créanciers de l’ancienne écurie Caterham sont toujours en cours. Mais selon le journal britannique Daily Express, une grande partie des créanciers de l’équipe ne seront pas remboursées des dettes contractées.

C’était en 2010 que l’écurie décidait de rejoindre la discipline reine avec les équipes HRT et Virgin. Les trois structures s’étaient alors vues promettre l’instauration de budgets capés qui n'ont finalement jamais vu le jour. Au départ, c’est sous le nom Lotus Racing que Tony Fernandes s’était engagé. Mais à l’issue d’une bataille judiciaire avec la structure Proton, propriétaires du nom Lotus, le propriétaire Tony Fernandes avait dû changer le nom de l’équipe en Team Lotus Racing. À partir de 2012, suite au rachat par Tony Fernandes de la société Caterham, la structure avait été rebaptisée du même nom.

Le succès n’a jamais été rendez-vous durant les cinq années de présence de Caterham, qui avait longtemps été équipé de moteurs Cosworth, avant de passer à une motorisation Renault à la suite d'un accord industriel entre les deux constructeurs. Les dernières places leur étant très souvent réservées.

Au milieu de la saison 2014, excédé par le piteux résultat, Tony Fernandes décidait de vendre ses parts de l’équipe à un consortium d’investisseurs venus de Suisse et du Moyen-Orient. Le deal n’ayant finalement pas abouti, Caterham avait été placé sous administration judiciaire pour le reste de l’année. Le budget pour la fin de la saison avait été réuni grâce à une opération de financement participatif. Une fois la saison terminée, Caterham mettait définitivement la clé sous la porte, malgré l’accord de dérogations pour faire courir en 2015 sa monoplace de 2014.

C’est finalement en mars 2015 que les actifs de l’équipe ont été vendus aux enchères. Mais selon les informations fournies par le journal Daily Express le cabinet chargé de remboursement des dettes a reconnu que très peu de créanciers seront réellement remboursés. Le cabinet Smith & Williamson a même déclaré : « Les créanciers sans garantie n'ont pas été payés et les perspectives de remboursement pour eux sont également peu probables. »

Cela signifie que la plupart des 300 créanciers de l’entreprise ne seront pas remboursés d’une dette s’élevant à un total de 26 millions d’euros. Parmi ses créanciers, on retrouve Renault qui fournissait ses moteurs à l’équipe, le fournisseur de carburant Total, ainsi que Dell et McLaren. Le seul gros créancier remboursé s’avérant être la banque malaisienne EXIM pour un total de 6,3 millions d'euros grâce à la vente des actifs de l'entreprise.


Caterham, Economie Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




1 réaction sur cet article Donnez votre avis
Marc Diskus
Marc Diskus :
Caterham . Un vrai gâchis . Après s'être appelé " Lotus F1 Team " parce que Proton détenait 80% des actions de " Lotus Cars " , avec le soutien du gouvernement malaisien , des propriétaires de Sepang et de Air Asia de Tony Fernandez , on rebaptise l'équipe " Caterham " par d'autres artifices financiers .

Conclusions : malgré la contribution de généreux fans et investisseurs pour le maintien de l'équipe en F1 , début 2015 l'écurie n'est pas reconduite en CDM de F1 faute de moyens financiers . Sur les 26 millions de dettes , seule la banque malaisienne EXIM récupère 6,3 millions parmi les investisseurs . Par contre 230 employés sont licenciés sans leur salaire des 7 semaines précédentes . Mais où sont donc passés ces millions ?
Il y a 13 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.