> > > > Le clan Mercedes inquiet pour Monaco : Red Bull en favori ?

Le clan Mercedes inquiet pour Monaco : Red Bull en favori ?

Malgré les deux dernières victoires à Bakou et Barcelone, Toto Wolff et Lewis Hamilton pensent que la W09 sera inférieure à ses rivales, en particulier la RB14.

© Red Bull Racing - Verstappen à la chasse d'Hamilton ce week-end à Monaco ?© Red Bull Racing - Verstappen à la chasse d'Hamilton ce week-end à Monaco ?

Habituée aux succès (69 depuis le début de l'ère hybride en 2014), l'équipe Mercedes a poussé un ouf de soulagement il y a deux semaines. En Catalogne, Lewis Hamilton a mené à la victoire le premier doublé de la saison devant son équipier Valtteri Bottas. Pourtant, le team allemand arrive en Principauté sur la pointe des pieds. En cause, le profil sinueux du circuit de Monaco, le plus court de la saison (3,337 kilomètres). Interrogé sur ses attentes pour l'épreuve à venir, Toto Wolff insiste sur les faiblesses de Mercedes au cœur du mythique circuit urbain. Un constat illustré par une édition 2017 difficile, avec une quatrième place à l'arrivée pour Bottas et une septième pour Hamilton, après un échec en Q2, causé par l'apparition d'un drapeau jaune dans son tour lancé.

« Nous n'arrivons pas en tant que favoris » admet le team principal autrichien. « Les Red Bull sont rapides dans les virages à faible vitesse. Et les Ferrari ont dominé l'an passé.
Ces dernières années, certaines pistes ne nous réussissent pas. L'ADN de notre voiture ne réussit pas à Monaco, Budapest ou Singapour. Et en particulier à Monaco, où nous avons sous-performé l'an dernier, sans savoir pourquoi ! »

Dés lors, l'objectif se veut prudent. En Catalogne, la Mercedes a notamment été sauvé par l'augmentation de la taille des pneumatiques et une température plus faible que prévue. En Principauté, la voiture de Brackley sera soumise à la chaleur et aux virages à faible vitesse. Des conditions que détestaient sa devancière, qualifiée de diva.
« Notre travail est de réaliser un bon programme lors des essais libres, en tirant les enseignements des dernières courses » déclare Toto Wolff. « Cela sera un sacré challenge que de maîtriser notre voiture, qui se comporte quand même mieux que celle de l'an dernier. »



«Si vous regardez Daniel, il était le plus rapide dans le dernier secteur, celui qui demande le plus d'appuis aérodynamiques. À Monaco, ils seront durs à battre.» Lewis Hamilton, un leader inquiet.

Des raisons d'y croire pour Red Bull ?

Forte d'une victoire en Chine, l'écurie autrichienne s'avance en confiance. Et malgré son statut de troisième force conservé, l'écurie a apporté une flopée d'innovations sur le circuit de Montmelo. En tête de liste, des bargeboards revisités et un nouveau fond-plat. Toutes ces nouveautés doivent pleinement s'exprimer à Monaco. 
« Nous avons fait l'analyse de la situation » précise Christian Horner, team principal de l'écurie. « Même si il faut encore attendre deux ou trois courses pour juger, vous pouvez voir que nous avons vraiment fait un pas en avant.  » Des progrès vérifiés par les écarts en qualifications, entre la meilleure Red Bull et la voiture en pole-position, en amélioration notable, à l'exception de l'Espagne.

Grand PrixPilote à bord de la meilleure voiture + position / écart avec la pole-position 2018Pilote à bord de la meilleure voiture + position / écart avec la pole-position 2017
1AustralieVerstappen, 4e / +0.715Verstappen, 5e /+1.297
2Bahreïn Ricciardo, 5e / +0.412Ricciardo, 4e /+0.776
3ChineVerstappen, 5e /+0.701Ricciardo, 5e /+1.355
4AzerbaïdjanRicciardo, 4e/+0.413Verstappen, 5e/+1.286
5EspagneVerstappen, 5e /+0.643Verstappen, 5e /+0.557
6Monaco?Verstappen, 4e /+0.318

(Note : le calendrier de la saison 2017 était le suivant : Australie, Chine, Bahrein, Russie, Espagne, Monaco. Le Grand Prix d'Azerbaidjan ne s'était déroulé qu'au mois de juin, lors du huitième rendez-vous de la saison.)

De quoi remettre en question les innovations apparues à Barcelone ? Pas vraiment pour Max Verstappen, qui est monté sur le premier podium de sa saison il y a moins de deux semaines. Le Néerlandais est confiant sur le surplus d'appuis aérodynamiques de sa machine. « Il y a plus d'appuis sur la voiture, à l'avant comme à l'arrière. Dans l'ensemble, les appuis sont toujours bons. Et sur les dernières saisons, Red Bull a toujours été forte à Monaco. J'attends donc ce weekend avec impatience. »


Ceci étant, malgré ses qualités, le talon d'Achille de la Red Bull reste les qualifications. En cinq courses, ni Daniel Ricciardo et Max Verstappen n'ont pu se hisser dans le top 3. Un constat difficilement acceptable, alors qu'aucun pilote n'a remporté le Grand Prix de Monaco au-delà des trois premières positions sur la grille depuis un certain Olivier Panis en 1996. (le pilote Ligier s'était élancé en 14e position).

Christian Horner fixe l'objectif : « Nous devons être plus haut sur la grille le samedi. Cela met de la pression supplémentaire sur les épaules de nos pilotes. En étant cinquième ou sixième nous nous mettons en difficulté.
 »

Christian Horner : « nous n'avons pas la capacité d'installer un mode moteur spécifique aux qualifications. Si nous pouvons nous qualifier plus haut sur la grille, alors les gros résultats vont venir.»

 

Pour l'atteindre, l'équipe Red Bull s'appuiera sur une stratégie pneumatique agressive. Ricciardo comme Verstappen ont choisi le maximum de pneus hyper-tendres, qui feront leur grand début en Formule 1. À l'inverse, les clans Mercedes et Ferrari ont été plus sages. À 73 points de Mercedes au championnat constructeurs, l'heure est donc venue pour Red Bull de frapper un grand coup. L'équipe court après un succès en Principauté depuis 2012. Une éternité à l'échelle de la Formule 1.



Monaco, Mercedes et Red Bull Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




2 réactions sur cet article Donnez votre avis
Aifaim
Aifaim :
Alonso est optimiste pour ce Grand Prix, autant que pour Indianapolis l'an passé. Indy, c'est dimanche aussi et la course sera passionnante, même sans le pilote McLaren.

Derrière le poleman, Ed Carpenter, Simon Pagenaud emmène l'Armada Penkse dans laquelle Sébastien Bourdais s'est immiscé (5e). Mais l'exploit de ces qualifications est à mettre au crédit de Danika Patrick. Pour sa course d'adieu, la pigiste de luxe s'élancera de la 7e place devançant des grosses pointures et anciens vainqueurs.
Il y a 5 mois
Marc Diskus
Marc Diskus :
Alfaim@
La fameuse phrase " Ladie and Gentlemen start your engine " pourra être prononcée dans la pure tradition d'autrefois .
Il y a 5 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.