> > > > Vijay Mallya quitte le conseil d'administration de Sahara Force India

Vijay Mallya quitte le conseil d'administration de Sahara Force India

Afin de se concentrer sur ses batailles judiciaires, Vijay Mallya a décidé de quitter la tête du conseil d'administration de Sahara Force India, remplacé par son fils.

© Sahara Force India - Vijay Mallya conserve le poste de directeur d'équipe© Sahara Force India - Vijay Mallya conserve le poste de directeur d'équipe

Il est de notoriété publique que Vijay Mallya est au cœur d'affaires politico-financières en Inde depuis de nombreuses années. Ses ennuis se sont cristallisés avec la faillite retentissante de sa compagnie aérienne Kingfisher Airlines, qui eut un impact sur l'ensemble de ses actifs, dont son groupe de spiritueux.

Cela a conduit les autorités indiennes à demander son extradition depuis le Royaume-Uni et à révoquer son passeport. C'est pourquoi il n'est plus en mesure de déplacer à l'étranger, notamment pour les Grand Prix de F1.

Jusqu'à présent, cela ne l'a pas empêché de continuer à diriger Sahara Force India, qui est parvenue à se glisser à la quatrième place du championnat Constructeurs au cours des deux dernières saisons.

Mais une première étape de désengagement vient d'être franchie avec l'annonce qu'il quittait la présidence du conseil d'administration de l'équipe, au profit de son fils Siddarth, comme il l'a confirmé auprès de nos confrères d'Autosport : « Je continue d'être le directeur de l'équipe. Il n'y avait aucune obligation de démissionner. J'ai simplement décidé que mon fils devait me remplacer. J'ai mes propres problèmes légaux à régler. Il est donc mieux que l'entreprise reste non concernée. »

Cette décision ne peut que relancer les rumeurs d'une vente de sa participation, qui atteint 42,5% du capital depuis la vente d'un pourcentage identique à Subrata Roy en 2011. Ce dernier est également impliqué dans de nombreuses affaires juridiques, ce qui lui a valu de passer trois ans en prison et de n'être relâché sous caution qu'en mai dernier.

Mais l'homme d'affaires continue d'affirmer que rien de concret n'est à déclarer sur ce front : « Nous ne nous baladons pas avec une pancarte "A vendre". Au final, nous devons nous concentrer à tirer le meilleur de la performance de la voiture et c'est notre priorité. Nous nous concentrons à trouver davantage de sponsors. N'oubliez pas qu'il y a trois actionnaires, je ne suis pas tout seul. Si quelqu'un arrive avec une offre sérieuse et met de l'argent sur la table, nous l'étudierons ensemble. »

Reste maintenant à voir quelles seront les prochaines étapes alors que le changement de nom, évoqué depuis l'été dernier, ne s'est toujours pas matérialisé.

Avec la participation de www.racingbusiness.fr


Force India, Mallya Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




1 réaction sur cet article Donnez votre avis
Aifaim
Aifaim :
Je doute que l'avenir de l'écurie Force India se précise rapidement. Les éventuels acquéreurs ont tout intérêt à attendre que le propriétaire soit à bout de souffle pour rafler ses parts au mointre prix.

Si la structure ne survit pas, les options envisageables me laissent penser que, sous un vocable ou un autre, l'équipe ne disparaîtra pas. D'abord, les autres partenaires peuvent trouver un commanditaire. Ensuite, il y a l'option d'une équipe B de Mercedes et celle d'un constructeur qui envisage d'arriver en 2021 et souhaite "rôder" son fonctionnement.
Il y a 22 jours
Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation





Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.