> > > > Canada - Course : Intraitable, Vettel l'emporte... et prend la tête du championnat !

Canada - Course : Intraitable, Vettel l'emporte... et prend la tête du championnat !

Sebastian Vettel s'impose sans l'ombre d'un doute ! Sur le circuit Gilles-Villeneuve, l'Allemand a mené le Grand Prix de bout en bout. Deuxième et troisième, Valtteri Bottas et Max Verstappen ont gardé leurs positions du départ tandis que Lewis Hamilton termine à une décevante cinquième place... et cède la tête du championnat au pilote Ferrari.

© Scuderia Ferrari - Vettel s'impose à Montréal et prend la tête du championnat !© Scuderia Ferrari - Vettel s'impose à Montréal et prend la tête du championnat !

Nous avons trouvé le premier homme de la saison à trois victoires ! Sebastian Vettel a fait main basse sur le Grand Prix du Canada 2018. Une édition rondement menée pour le pilote de la Scuderia Ferrari, qui n'a laissé aucune chance à la concurrence. Jamais Bottas n'aura pu revenir à moins de quatre secondes de l'Allemand. Après sa pole le samedi, Vettel fait le bon coup du week-end puisqu'il prend également la tête du classement des pilotes, pour un petit point devant Lewis Hamilton. Parti quatrième, le Britannique n'a pu inverser la tendance d'une séance qualificative difficile, en perdant même une position à l'arrivée. Il termine derrière Max Verstappen et Daniel Ricciardo, respectivement troisième et quatrième.

90 minutes auparavant, la course québécoise s'était ouverte dans un climat électrique : les six meilleures voitures du plateau n'étaient séparées que de trois dixièmes et demi à l'issue des qualifications, de la première place de Vettel (1:10.764) à la sixième de Daniel Ricciardo 1:11.116. Au milieu de ce petit peloton, Max Verstappen s'était placé au troisième rang, avec la possibilité d'attaquer dés le départ, offerte par Christian Horner, son team principal.

En fond de classement, Pierre Gasly était venu s'aligner au côté de Romain Grosjean, qui a vu son moteur partir en fumée lors de la Q1. Egalement déçu de sa performance (16e temps), le pilote Toro Rosso en profitait pour changer son moteur Honda, le jeune Normand ayant évolué avec un vieux bloc propulseur.

Du côté des pneumatiques, les deux Red Bull ont pris le départ en gommes hyper-tendres, à la différence des pilotes Ferrari et Mercedes, en pneumatiques ultra-tendres.

Crash spectaculaire au premier tour

Sebastian Vettel gardait aisément la main au départ. Juste derrière lui, Max Verstappen se portait à hauteur de Valtteri Bottas, sans succès. Daniel Ricciardo montait pour sa part en cinquième position au nez et à la barbe de Kimi Raikkonen. Derrière, un gros carton impliquait Brendon Hartley et Lance Stroll. Le Néo-Zélandais a tenté de passer à l'intérieur, dans la courbe à gauche du cinquième virage, alors même que le local de l'étape tapait le mur à l'intérieur. La course de Lance Stroll durait moins d'un kilomètre ! La voiture de sécurité intervenait à l'issue du premier tour.


Le leader relançait la course au quatrième tour. Une reprise difficile pour Sergio Pérez, touché par Carlos Sainz dans le premier virage : le pilote Force India tombait au quatorzième rang. Dés la fin du neuvième tour, le Mexician montait les super-tendres, avec la volonté d'aller au bout de la course. Septième depuis le départ, Esteban Ocon en faisait de même au 12e tour. Mauvaise opération pour le Français qui perdait l'avantage face à ses rivaux, les deux pilotes Renault, après un mauvais arrêt de ses mécaniciens. Les vrais premiers tours de cette course donnaient à Vettel les moyens de s'échapper : au bout des dix premiers tours, le quadruple champion du monde comptait trois secondes et demi d'avance sur Bottas.
Vettel enfonçait le clou en répétant les meilleurs tours. La concurrence s'affrontait derrière et Hamilton cédait une place à Ricciardo à l'issue du premier passage aux stands, grâce à un bel under-cut de l'Australien. Le pilote vainqueur à Monaco était passé au box au 18e tour, une boucle plus tôt que le pensionnaire de chez Mercedes. Tous deux optaient pour les gommes les plus dures du week-end, les super-tendres.

Après 25 tours, le trio Vettel-Bottas-Raikkonen n'était toujours pas passé aux stands, comme Romain Grosjean, en ultra-tendres et en huitième position. Passé sans encombres par Sainz, le pilote Haas montrait plus de résistance face à Ocon.

Stratégie différente pour les hommes de tête, Raikkonen piégé

Devant, les chronos des six premiers étaient scrutés avec attention : après quelques tours difficiles, Vettel empochait le meilleur tour... au 29e, en gommes usées. L'Allemand se redonnait un peu d'air alors que Bottas revenait à 3,5 secondes. Sixième, Lewis Hamilton évoluait une demi-seconde moins vite que Vettel ! Petite consolation pour le Britannique, qui voyait Raikkonen ressortir de son arrêt juste derrière lui, au 33e tour. Il restait donc à Bottas et Vettel de procéder à leur changement de pneumatiques. Chose faite pour Bottas à la fin du 36e tour, juste après la mi-course. Vettel l'imitait au 37e tour, en optant également pour les gommes super-tendres. Pas de soucis à signaler pour les deux hommes, qui reprenaient la course dans la même configuration.

Au 43e tour, Fernando Alonso se voyait libéré de ses obligations Mclaren. Pour son 300e week-end en Formule 1, l'Espagnol assistait impuissant à une rupture d'échappement sur sa voiture et abandonnait une fois revenu au garage. Seul motif de réjouissance, le double champion du monde pouvait se tourner plus rapidement vers son prochain grand défi : les 24 Heures du Mans avec Toyota, le week-end prochain. Cet abandon faisait les affaires de Charles Leclerc, qui montait en 10e position à la suite de l'arrêt aux stands de Romain Grosjean, seulement effectué au 50e tour, après une manœuvre musclée d'Esteban Ocon au bout de la longue ligne droite.


Cinquième à l'arrivée, Hamilton finit dans les échappements de Ricciardo !

Au sommet du classement, la fin de course offrait un timide duel à distance. Vettel contrôlait la situation, en laissant Bottas à plus de quatre secondes, malgré les bons chronos du Finlandais. D'autant que le pilote Mercedes s'offrait une petite chaleur au 56e tour, en freinant tardivement pour passer la Renault de Sainz. En définitive, la lutte la plus intéressante était celle pour la cinquième place, avec Hamilton à l'attaque pour rattraper Ricciardo. Le pilote Mercedes pouvait ouvrir son DRS au 62e tour, avec la puissance maximale sur son moteur, déjà vieux de presque six courses.

Devant eux, Verstappen jetait également ses dernières forces dans la bataille en revenant à une seconde et demi de Bottas à trois tours de la fin. Le Néerlandais échoue à un souffle : la Mercedes du Finlandais était en perte de puissance sur la dernière ligne droite ! Bottas a conservé sa deuxième place... pour un dixième !

Pour sa part, Hamilton (avec 120 points) perdait bien la tête du championnat du monde face à Vettel (121 points), vainqueur à Montréal ! Le pilote de la Scuderia Ferrari s'adjuge sa troisième victoire de la saison, et au passage, met fin à la série sans victoire de Ferrari au Québec. La dernière voiture rouge remontait à l'année 2003 avec Michael Schumacher... il y a 15 ans ! A noter également, le tir groupé des pilotes Français : Ocon (9e), Gasly (11e), Grosjean (12e), et le Monégasque Charles Leclerc, intercalé en onzième position. De bonne augure avant le Grand Prix de France dans deux semaines ?


Restez connectés sur notre site pour découvrir les réactions de ce Grand Prix du Canada !


Sondage : Quel est VOTRE pilote du jour de ce Grand Prix du Canada 2018 ?




Course, Vettel et Montreal Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




7 réactions sur cet article Donnez votre avis
arno
arno :
Un GP du Canada totalement insipide qui a au moins le mérite d'apporter la preuve éclatante qu'il y a deux semaines ce n'était pas le circuit qui est à mettre en cause mais bel et bien les monoplaces.
Il y a 6 mois
LH#44
LH#44 :
This is a disaster.
Il y a 6 mois
Aifaim
Aifaim :
C'est si fatigant de donner le classement complet ?
Il y a 6 mois
renard442
renard442 :
course totalement NUL ,il faudrait des changements maintenant .2019 c'est loin , très loin.......
sinon bravo vettel et encore un bon gp pour leclerc .
Vivement les course européennes
Il y a 6 mois
arno
arno :
@renard442
Le GP de France partant à 16h10 ça va faire un peu tard pour faire la sieste.
Il y a 6 mois
Ayenge
Ayenge :
Ce gp n était pad des plus palpitants... mais bon cela pas toujours été le cas cette saison (et leme les saisons passées sur ce circuit).

L aero pose tjrs probleme pour se rapprocher et doubler une voiture aux perfs proches .... ça fait belle lurette q ce probleme perdure....
Il y a 6 mois
arno
arno :
@Ayenge
Avant le GP on pensait que l'on pouvait dépasser à Montréal là entre les 6 premiers même pas une attaque.
Il y a vraiment un problème avec ces monoplaces qui ne va pas s'arrenger au cours de la saison.

Il faut espérer qu'au Castellet avec une ligne droite de plus d'un kilomètre et le DRS ilsera possible de doubler, faut e de quoi on va assister à des purges jusqu'à la fin de la saison.
Il y a 6 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.