> > > > Existe-t-il deux catégories en F1 ?

Existe-t-il deux catégories en F1 ?

A l'issu de la conférence de presse mêlant Fernando Alonso et nos trois Français, une certaine résignation semble ressortir de leurs propos à l'égard de l'ultra domination des trois Top Teams.

© Nicolas Lherm / Motors Inside - Les pilotes lors de la conférence du jeudi© Nicolas Lherm / Motors Inside - Les pilotes lors de la conférence du jeudi

La conférence de presse du jeudi après-midi à convié les Français Pierre Gasly, Romain Grosjean et Esteban Ocon tous trois accompagnés d'un invité bonus en la personne de Fernando Alonso, récent vainqueur des 24 heures du Mans.

Si ce dernier a été beaucoup questionné au sujet de sa dernière performance au Mans, un sujet commun a été évoqué avec le Français Esteban Ocon.

Décrivant son opinion vis-à-vis des disciplines liées à la "Triple Couronne" tant convoitée, il traite de la F1 de manière pour le moins réservée : « La course au Mans est dure, il faut se battre pour la victoire, avec d'éventuels problèmes mécaniques en travaillant avec l'équipe. En Formule 1 on a perdu ça et nous savons que nous ne pouvons nous battre que pour la septième place au mieux, c'est comme ça que se passe la F1 aujourd'hui ».

Dans le même registre et questionné à propos de ses objectifs pour dimanche, Esteban Ocon à clairement exprimé sa résignation vis-à-vis des possibilités de podium : « Le mieux que nous pouvons faire est septième si rien ne se passe devant donc c'est avec cet objectif que l'on démarre ce weekend. »

En ce qui concerne le symbole de finir premier des Français, cela ne lui créé pas une réelle motivation : « Il n'y a pas de classement des meilleurs Français donc je ne suis pas réellement intéressé par cet objectif ».

Il est donc clair que les pilotes en dehors du Top 3 que sont Ferrari, Mercedes et Red Bull, émettent une quasi-certitude quant à l'idée de se battre pour la septième place seulement, dans une course de "seconde catégorie."

Réalistes, ils nous confirment le fait que sauf cas exceptionnel, nous devrons nous contenter de la Marseillaise à l'ouverture de la course seulement.

De notre envoyé spécial au Castellet


2018, Conférence de presse et Castellet Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




1 réaction sur cet article Donnez votre avis
Aifaim
Aifaim :
Ce qui a changé depuis une dizaine d'années, c'est que les monoplaces de F1 sont devenues fiables, que la gestion des pneumatiques et du carburant est plutôt similaire et performante par toutes les équipes et que, sauf coup de génie ponctuel, les tactiques de course sont similaires.

A partir de là, la valeur des uns et des autres est nivelée derrière la performance de la voiture puis le "niveau" du coéquipier et de son entourage technique personnel.

Il fût un temps pas si lointain où il se passait TOUJOURS quelque chose de malheureux pour les occupants des trois premières lignes ce qui ouvrait largement les possibilités de podium aux autres concurrents. On connaît l'adage : que le meilleur gagne ! Personne ne songe à le remettre ouvertement en cause mais ils sont nombreux à espérer, qu'au moins de temps en temps, ce soit l'inverse !
Il y a 4 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.