> > > > Accord de grande envergure entre la F1 et Amazon

Accord de grande envergure entre la F1 et Amazon

La F1 vient de nouer un accord technologique avec Amazon, qui comprend à la fois la communication d'informations supplémentaires auprès des fans mais cela va également contribuer à la définition des futures réglementations techniques.

© Mercedes - L'architecture technique de la F1 va désormais être hébergée chez Amazon© Mercedes - L'architecture technique de la F1 va désormais être hébergée chez Amazon

Depuis l'arrivée de Liberty Media il y a un an et demi, la F1 a clairement lancé la bascule vers l'ère digitale, avec de nombreux investissements dans la production de contenu, notamment à travers un partenariat avec Netflix, mais également avec la création du premier championnat d'eSports en passant par la diffusion de contenu en direct sur Twitter.

Mais l'accord avec Amazon annoncé ce week-end, dans le cadre du Grand Prix d'Autriche, concerne avant tout l'architecture technique de la discipline. En effet, il prévoit d'utiliser les services de cloud mis au point par le géant américain. L'ensemble des données de la discipline sera désormais hébergé dans les bases de données d'Amazon.

Au-delà du simple hébergement des données, c'est une véritable mise en valeur et montée en valeur ajoutée qui va être mise en place puisque les données ainsi stockées permettront d'alimenter les outils de calculs développés par Amazon. Un exemple d'une telle utilisation est de faire savoir aux téléspectateurs qu'elles sont les fenêtres idéales pour les changements de pneumatiques. Il sera également possible de savoir si un pilote a été au maximum des capacités de sa voiture pendant une séance ou s'il était davantage en mode économie.

L'impact de partenariat va également se faire sentir pour les équipes dans les années à venir car Liberty Media entend bien utiliser les super calculateurs d'Amazon pour définir au mieux les futures réglementations techniques, comme l'explique Pete Samara, le directeur de l'innovation et de la technologie digitale de la F1 : « Nous sommes très enthousiastes que notre division Formule 1 va pouvoir utiliser les charges de travail de haute performance des calculateurs d'AWS (Amazon Web Services). Cela va grandement augmenter la quantité et la qualité des simulations que notre équipe d'aérodynamiciens vont pouvoir mettre en place alors que nous sommes en train de travailler sur le développement de la nouvelle réglementation pour le design des voitures en Formule 1. »

C'est une nette transition par rapport au mode de fonctionnement précédent où de nouvelles directives étaient mises en place en espérant qu'elles aboutiraient bien aux effets souhaités. Espérons que cela permettra d'avoir du véritable spectacle en piste et que cela évitera les incessants changements de réglementation technique, dans un sens ou dans l'autre.

Avec la participation de www.racingbusiness.fr

De notre envoyé spécial en Autriche


Economie, Sponsoring et Liberty Media Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




7 réactions sur cet article Donnez votre avis
pignon
pignon :
Vous ne sentez rien venir ?....
Il y a 20 jours
Aifaim
Aifaim :
Tout se passe comme si Liberty Media voulait s'octroyer la capacité de parler d'égal à égal avec les constructeurs en disposant de moyens technologiques quasi comparables. Pourquoi pas, après tout. Mais il y aura des écueils à éviter. D'abord de se passer de ce dialogue en imposant une réglementation sans concertation. Ensuite, le risque de piratage et d'espionnage ou, plus simplement, la vente de données à moindres frais pour ceux auxquels elles seraient inaccessibles. reste ce qui, pour l'instant, relève du gag : A quand une Amazon F1 ?
PS. Quand Ecclestone reconnaissait sa méconnaissance des modes de communication moderne, ce type d'annonce le rejette encore un peu plus dans le passé de la F1. Euh... et moi avec !
Il y a 20 jours
Marc Diskus
Marc Diskus :
Non Alfaim@ , je ne vois pas qui peut vous rejeter dans le passé .

Ce qui m'inquiète , comme l'évoque pignon@ , c'est que Liberty Media ait besoin des super-calculateurs américains pour faire évoluer les réglementations de la F1 avec le prétexte de rendre la discipline plus accessible aux téléspectateurs , en allant farfouiller dans les recoins de la technologie des équipes .

J'aimerais bien savoir ce qu'en pense la FIA et tout simplement s'il existera encore une déontologie dans les petits secrets des équipes avec leurs bâches pour planquer les voitures des regards indiscrets .

Du grand n'importe quoi pour Liberty Media qui confond la propriété de l'organisation de la F1 avec la mise en place de ses réglementations , la diffusion de secrets des équipes et tant qu'on y est la régence absolue de la F1 avec leurs super-calculateurs américains .
Il y a 20 jours
Claude
Claude :
Je sent bienun"ras le bol"général des équipes d'usine ,et un championnat bis se mettre en place à moyen terme.
Il y a 20 jours
AP01
AP01 :
L'avalanche d'informations ne serre qu'à endormir le téléspectateur, l'hypnotiser et lui faire oublier la pauvreté et le côté artificiel de la plupart des courses.
Quand 2 fossoyeurs s'associent, ce ne peut être pour redonner vie à quoi que ce soit...
Il y a 18 jours
Marc Diskus
Marc Diskus :
AP01@
Tu y vas un peu fort mais je comprends bien ton idée . A la place de fossoyeurs , tu aurais pu écrire financiers car avant de faire mourir la F1 et de les enterrer , ils ont le souhait de gagner beaucoup d'argent avec les téléspectateurs , les médias , les sponsors et les organisateurs de GP . Tu remarqueras que ce n'est pas le cas au Mans qui reste la course universelle .
Il y a 18 jours
AP01
AP01 :
Le terme "fossoyeurs" visait la F1 d'antant, celle qui était une compétition et non un spectacle artificiel qui ressemblera à terme au catch. La F1 ne sera bientôt que de la script-TV où le scénario des courses sera écrit à l'avance pour garantir le spectacle, les audiences et le pognon qui va avec pour une clique malfaisante. D'ailleurs, la voiture de sécurité et la VSC sont quasiment uniquement utilisées à cette fin, alors qu'il suffirait de mettre en place une "slow zone" afin de ne pas provoquer des regroupements artificiels, Bakou 2017 ayant été le sommet de l'arnaque quand des pilotes qui étaient à un tour se sont retrouvés dans le même tour que le leader...
Il y a 17 jours
Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation





Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.