> > > > Autriche : Les tops et les flops de la rédaction

Autriche : Les tops et les flops de la rédaction

Au sur-lendemain du Grand Prix d'Autriche,  débattons des principales satisfactions et déceptions de ce week-end au Red Bull Ring !

© Red Bull Racing - Quels sont vos tops et vos flops de ce week-end mouvementé ?© Red Bull Racing - Quels sont vos tops et vos flops de ce week-end mouvementé ?

Le top 3

Max Verstappen : la renaissance !

Enfin ! Lésé par quelques courses décevantes cette saison (4 entrées dans nos flops), le pilote Red Bull a fait pencher la balance du bon côté. Après une deuxième place encourageante au Castellet, le Néerlandais a cette fois décroché le gros lot, devant de nombreux supporters acquis à sa cause. Max Verstappen marque les esprits, en devenant le premier pilote Red Bull à triompher au Red Bull Ring.
Aidé par le double abandon des Mercedes, Max Verstappen a toutefois été le maitre de la gestion pneumatique, en gérant au mieux le cloquage de ses gommes arrière. Il a aussi su garder ses nerfs au départ, en profitant du duel Bottas-Raikkonen.

Pour sa première victoire de la saison (la quatrième de sa carrière), Max Verstappen se replace au général, en cinquième position, trois points seulement derrière Daniel Ricciardo, huit derrière Raikkonen, mais à 53 points de Sebastian Vettel.


Romain Grosjean : La lumière au bout du tunnel !

Comme Verstappen, le Français a subi une salve nourrie de critiques, c'est un euphémisme ! L'Autriche restera le point de départ de la saison du pilote Haas, qui inscrit ses premiers points en 2018. Rien à redire cette fois, avec un comportement impeccable du Français : dans le top 10 des trois séances libres, Romain Grosjean a dominé Kévin Magnussen le samedi comme le dimanche (le Danois, accrédité également d'une nouvelle belle place à l'arrivée, la cinquième). Le Tricolore avait même dominé la Red Bull de Ricciardo à la fin de la Q3. Toujours bien placé en course, Grosjean décroche au passage le meilleur résultat de l'histoire de son écurie. Le principal intéressé avait bien raison sur sa solidité mentale ! À confirmer dés le prochain Grand Prix à Silverstone.


Fernando Alonso : une nouvelle prouesse !

Un peu en dedans au Paul-Ricard, l'un des vainqueurs des 24 heures du Mans 2018 a retrouvé toute sa grinta en Autriche. Grognon en début de course, le pilote Mclaren a encore fait le job avec une huitième place... lui qui s'était élancé de la pit-lane, après une rare erreur lors en Qualifs'. Encore 13e au 53e tour, l'Ibère a gardé suffisamment de jus dans ses pneumatiques pour attaquer Leclerc et Gasly sur la piste, tout en profitant des abandons de Bottas, Ricciardo et Hamilton. Sixième entrée dans les points en 2018 pour Fernando Alonso, lui qui a connu deux abandons. Le double champion du monde est un magicien, avec un matériel peu en phase avec son talent.

Le flop 3

Mercedes : drôle de première.

Un flop qui ne s'adresse pas aux pilotes mais aux ingénieurs et au pit-wall de l'écurie. Pour la première fois depuis son retour en Formule 1 en 2010, le team allemand a perdu ses deux voitures en course sur problème mécanique, une fuite hydraulique pour Bottas et un problème mécanique pour Hamilton. Une faiblesse de fiabilité étonnante, lors du deuxième Grand Prix de la B-Spec du moteur Mercedes. Simple coïncidence ou vraie défaillance technique ?
De toute façon, la course de Lewis Hamilton était déjà entamée par la faute d'une erreur stratégique lors du déclenchement de la Safety Car Virtuelle au 13e tour, causée... par l'abandon de Bottas. Au final, le 33-0 encaissé face à Ferrari fait mal : en tête du classement des constructeurs depuis l'Azerbaidjan, Mercedes repasse derrière l'écurie italienne.


Vandoorne : cruelle comparaison

Quel miroir difficile pour le Belge. Encore dominé en qualifications par Alonso, le Belge s'est tiré une balle dans le pied avec une collision dans le deuxième virage face à Gasly Pour couronner le tout, l'arrêt ultra-lent de Mclaren l'a repoussé en dernière position dés le premier tour. Avec 8 points, le maigre total de Stoffel Vandoorne fait pale figure à coté de son illustre équipier, crédité de 36 points. Son baquet sera-t-il menacé lors de la "Silly Season" ?


Sirotkin : le calvaire continue

Difficile à accepter mais le Russe vit une saison éprouvante à bord d'une voiture qui n'en finit pas de faire des caprices, week-end après week-end. Comme d'habitude, Sergey Sirotkin est resté en Q1, et a même perdu son duel face à Stroll. Course à oublier. Il est désormais le dernier pilote à zéro point....




Sondage : Quel est VOTRE événement marquant de ce week-end au Red Bull Ring ?




Tops/Flops, Red Bull Ring et 2018 Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




2 réactions sur cet article Donnez votre avis
Aifaim
Aifaim :
Sirotkin débute en F1. Il na pas un équipier qui. Puisse lui donner des conseils même s'il a une saison d'expérience. Ça compte ! Certes, Leclerc a pris la mesure d'Ericsson pour le moment mais le Monégasque bénéficie d'un remarquable entourage, à commencer par son patron... et la Sauber va de mieux en mieux. Chez Williams, il n'est pas certain que l'apprentissage du pilote russe soit la priorité.
Il y a 4 mois
AP01
AP01 :
Wahou ! Le franco-suisse qui bénéficie de l'abandon de 3 pilotes qui lui étaient largement supérieurs et qui termine un fraction de seconde devant son coéquipier et c'est "la lumière au bout du tunnel" ?! Pour moi, c'est plutôt un non évènement, juste la moindre des choses, et certainement pas une "lumière" ! Je rappelle qu'il reste très loin de son coéquipier au CDM et c'est sa voiture qui a tout fait (ou presque car il a réussi à ne pas se sortir ni à sortir un autre pilote, et c'est là que réside l'exploit !), profitant de la faiblesse des autres et des abandons sur casses de ceux qui auraient du terminer devant lui et le rejeter à la 7ème place.

Le franco-suisse reste ce qu'il est : un pilote moyen doté d'un énorme melon. Il va bientôt nous ressortir qu'il mérite un volant chez Ferrari, Mercedes ou Red Bull et qu'il veut être CDM... "Ouin ouin !

Et s'il en a pris plein la tête depuis le début de la saison (et bien avant encore) c'est entièrement mérité car son comportement et ses déclarations sont insupportables. Quand c'est Verstappen, ça passe encore, car il a du talent et un palmarès que le franco-suisse n'approchera même pas en rêve, mais quand c'est un petit pilote qui n'a jamais fait une PP ni gagné un GP, tout le monde se lâche. Il n'est pas apprécié dans le paddock et ce n'est pas de ma faute ! C'est de la sienne.

Au passage, j'ai regardé un reportage sur Pierre Gasly ce dimanche. Quel pilote type adorable et humble. Tout comme Leclerc. Voilà des pilotes promis à un bel avenir qui sauront se faire apprécier à leur juste valeur dans les années futures, alors que le franco-suisse ne laissera que le souvenir d'un petit fils à papa colérique et prétentieux.
Il y a 4 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.