> > > > Grande-Bretagne : Les tops et les flops de la rédaction

Grande-Bretagne : Les tops et les flops de la rédaction

Il est désormais l'heure de débattre des principales satisfactions et déceptions de ce week-end à Silverstone !

© Mercedes - La passe d'armes entre Bottas et Vettel est-elle votre moment fort de ce Grand Prix ?© Mercedes - La passe d'armes entre Bottas et Vettel est-elle votre moment fort de ce Grand Prix ?

Le top 3

Vettel "thunderous" / tonitruant

Assurément, sa quatrième victoire en 2018 va marquer les esprits. Oui, Sebastian Vettel a triomphé sur les terres de Lewis Hamilton et de Mercedes, un duo invaincu à Silverstone depuis 2015 !
Après avoir poussé son rival dans ses retranchements lors des qualifications, l'Allemand a pris un départ idéal pour damer le pion au Britannique. Ce qu'il s'est passé dans son dos n'est pas de son ressort. En revanche, sa première partie de course a été conforme à son style : un écart d'au moins deux secondes sur la concurrence. Courageux et plein de sang-froid, Vettel a maximisé sa performance en prenant tous les risques face à Bottas en fin de course, ce qui aurait pu se retourner contre lui. Son dépassement dans le virage de Brooklands est l'un des gros moments de la saison. Grâce à son audace, le voici avec huit points d'avance en tête du classement des pilotes.
Désormais, Vettel remporté plus de courses chez Ferrari (12), que ne l'ont fait Alonso et Massa (11), le tout en moins de courses que ses prédécesseurs. Plus que jamais depuis son arrivée chez les Rouges et prêt pour jouer le titre face à Hamilton !



Hamilton "the fighter" / le combattant

Sensation désagréable pour le Britannique que d'être battu dans son jardin. Son point fort restera le tour monumental d'une pole acquise au bout du suspens. Un "Hammertime" de qualité face à son grand rival de la Scuderia Ferrari. En écho, l'implication et sa joie montrait à quel point le pilote tenait à gagner une nouvelle édition en Grande-Bretagne. Mais ce trop plein d'émotion a peut-être aussi contribué à un départ raté (ce n'est pas la première fois que cela arrive), et à se retrouver au mauvais endroit au mauvais moment. Poussé par Raikkonen sans avoir quelque chose à redire, Hamilton a quand même fait parler son talent pour dépasser tout le peloton et rouler à un rythme unique. Il laissa sur place Bottas au 48e tour, qui évoluait sur des pneus plus vieux de quatre tours. D'ailleurs, la stratégie de rester en piste pendant la voiture de sécurité a capoté, et l'a privé d'une bataille avec Vettel en fin de course. Mais le pilote Mercedes a bien sauvé les meubles... Sa motivation pour la suite de la saison est toujours au top, face à une adversité jamais aussi affûtée !



Hulkenberg "outstanding" / épatant

La fameuse place de meilleur des autres est pour lui ! Dominant Sainz en qualification malgré l'échec en Q2, "Hulk" a continué sa belle tradition, celle de battre son équipier à Silverstone, série en cours depuis 2010. En course, l'Allemand a eu du flair au départ en évitant le chaos, et en remontant jusqu'à la sixième place à l'issue du premier tour. Sa tâche a été facilitée par l'abandon de Charles Leclerc mais toujours est-il que Nico Hulkenberg a produit une nouvelle course solide, le tout avec une stratégie décalée, en médiums puis en durs. Au championnat, sa régularité est consacrée avec l'obtention de la convoitée septième place, juste devant Fernando Alonso. Une valeur sûre on vous dit !



Le flop 3

Grosjean, "one more time" / une fois encore

Sept jours après sa quatrième place en Autriche, ce n'était pas le moment de retomber dans ses travers. Mais le pilote français a quand même refait parler de lui, en mal. Déjà sanctionné en EL1 par un crash, Romain Grosjean avait eu la lucidité de ne pas sur-piloter en qualifications pour assurer une satisfaisante huitième place. Sa course s'est compliquée dés le départ, en touchant son équipier Magnussen dans le troisième virage. Un fait de course mais pas une responsabilité totale. En revanche, son accrochage avec Sainz au passage de Copse est nettement moins défendable : le pilote Haas sur-conduit pour marquer son territoire. Même si Romain Grosjean évoluait depuis le départ en dehors du Top 10, son pilotage agressif n'est définitivement pas le plus adapté à sa situation du moment. Il concède deux points supplémentaires dans la lutte interne avec Magnussen. Le board Haas va-t-il le défendre toute la saison ?



Red Bull, "the disappointment" / la déception

Probablement l'une des équipes les moins à l'aise sur ce tracé et ces conditions météo, avec Williams, toutes proportions gardées. L'écurie autrichienne est passée d'acteur principal à figurant pour la victoire. Et quand en plus la fiabilité s'en mêle, avec l'abandon de Verstappen sur un souci de freins, le tableau se noircit pour de bon. Pour Christian Horner, la clé de la défaillance anglaise est à trouver dans le manque de puissance du moteur Renault. Au moins, ce week-end aura donc servi à légitimer le choix de passer au moteur Honda. Mais pour la fin de saison, Red Bull va-t-il rester inexorablement dans l'ombre de Ferrari et Mercedes ? Hockenheim et Budapest seront deux meetings cruciaux pour le Taureau Ailé.



Williams "always in the dark" / toujours dans l'ombre

La gêne est d'autant plus forte quand elle est exposée. Ici, l'écurie de Grove a donc montré l'étendue de ses faiblesses devant son public et son créateur, Sir Frank Williams, venu à leur rencontre dans le paddock. Summum des difficultés ,la séance qualificative, marquée par deux sorties de route des deux pilotes. La cause du problème a été depuis identifié, une défaillance aérodynamique et une perte d'appuis trop forte sur l'aileron arrière au moment de passer le DRS. La course n'a rien arrangée. Les deux voitures terminent la course, mais en avant-dernière et dernière place. Stroll pourra au moins se réjoui d'avoir collé dix secondes à Sirotkin à l'arrivée. Pas sûr que cela réjouisse quelqu'un, tant les maux sur cette voiture sont profonds. Jamais l'écurie n'a terminé à la dernière place d'un classement constructeurs !




Sondage : Quel est VOTRE événement marquant de ce week-end à Silverstone ?




Tops/Flops, Vettel et Silverstone Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




9 réactions sur cet article Donnez votre avis
LAURENT GIRARD
LAURENT GIRARD :
La course de Alonso et sa remontée avec un matériel en deçà des autres.
Il y a 9 jours
LAURENT GIRARD
LAURENT GIRARD :
La course de Fernando Alonso et son impressionnante remontée au regard de son matériel
Il y a 9 jours
Casper
Casper :
Comme c'est étrange, Perez fait exactement la même chose que Grosjean il y a quelques courses il perd sa voiture et traverse la piste en manquant même de percuter ceux qui sortaient de la pit lane en plus de ceux qui slalomaient pour l'éviter, mais curieusement ce n'est pas N°8 donc rien à signaler.
Il est encore une fois étonnant de constater les erreurs de N°8 sont poussées jusqu'au bout tandis que celles des autres pilotes diminuées voire tues.

Ericson fait en course ce que Grosjean fait en EL1, circulez !

Quand à l'accrochage avec Sainz, héhé j?imagine qu'il fallait que romain se mette sur l'herbe à sa droite pour laisser passer les autres, il ne peut pas être plus à droite.
Il y a 9 jours
AP01
AP01 :
Oui, ça sent le complot anti-franco-suisse à la FIA... "Ouin-Ouin" fait des émules on dirait ?! Mais, bizarrement et pendant que certains se lamentent, Haas ne trouve rien à redire et la menace d'un débarquement de "ouin-ouin" se précise : "Je dois l'être [derrière Grosjean], car nous voulons réussir collectivement", assure Steiner. "Je ne sais pas où est le point de bascule, je n'y suis pas encore, mais à un moment donné, nous devons arrêter de perdre des points. Nous ne pouvons pas continuer comme ça, nous sommes maintenant à la mi-saison et nous avons perdu beaucoup de points à cause de nos erreurs, et ce n'est pas acceptable."

A n'en pas douter, avec un autre pilote, même débutant en GP, Haas (et sa Ferrari bis) aurait bien plus de points à son compteur.

Je mettrais presque une pièce sur le remplacement du franco-suisse avant la fin de la saison...
Il y a 9 jours
Casper
Casper :
à La FIA visiblement non, il n'a pas été pénalisé et a encore plus de points sur le permis que beaucoup de ses collègues. Et puis il n'est pas dans une écurie critique qui nécessite un arbitrage spécial comme le sont vettel, verstappen et probablement hamilton, lui ne joue rien dans ce championnat ( et il faudrait ptet qu'il en prenne conscience et joue pour son équipe)!

M'étonnerait qu'il sorte avant la fin de saison (ne serait ce que parce qu'il n'y a pas mieux à mettre là en l'instant), en revanche s'il n'arrête pas ses erreurs c'est sur que l'année prochaine est compromise.

Mon propos n'est pas de nier ses multiples erreurs cette année, mais de voir à quel point elles sont amplifiées dans les médias par rapport à des erreurs similaires d'autres pilotes


Il y a 9 jours
Pas content
Pas content :
Pour moi, l'événement marquant c'est la sortie de la safetycar. Elle permet à LH de recoller à la tête et et de finir 2ème. Il était à 24 s de Vettel.
D'habitude, ils mettent le VSC quand LH est devant, et
il n'y a pas de rattrapage.
Mais pour Lewis?..... Surtout en Angleterre !.....
Il y a 7 jours
ayenge
ayenge :
@Pas content:

la théorie du complot. te signale que le gars était parti pour se battre pour la victoire sans sa touchette avec Kimi. Par ailleurs, à propos de VSC, on sait ce que cela lui a coûté en Australie ... et un peu plus loin à Monaco en 2015...

L?Événement pour moi de ce GP fût:

- La victoire de Vettel (un sans faute)
- La remontée de Lewis (un modèle)
- La belle course de Kimi (Sans son accrochage il aurait pu se battre pour la victoire car il était vraiment rapide sur ce circuit.... d'ailleurs, chose étrange, on remarquera que Kimi n'est jamais aussi bon que sur les circuits "mythiques" (Spa, Silverstone, Monaco, Monza...)
- Enfin Bottas aussi réalise une belle prestation... n'oublions pas - toi qui parle de SC - que Bottas revenait sur Vettel (De 5,8 secs à 2 Secs) avant l'intervention de celles-ci... on voyait clairement que la Ferrari marchait un peu moins bien après le 1er Pit

On peut penser ce que l'on veut et "chercher des poux" sur la tête de l'un ou l'autre, tous les regards sont braqués sur ces deux pilotes car c'est clairement entre ces deux là que le titre se joue, comme en 2017, simplement pcqu'ils sont au-dessus de leurs équipiers respectifs... et ce n'est pas un hasard ! ET c'est tant mieux ainsi pour tous ceux qui préféraient une bataille entre 2 écuries plutôt qu'entre 2 pilotes de la même écurie ! Le titre, comme l'année passée ira à celui qui commettra le moins d'erreurs tellement ils sont proche avec un petit avantage pour Ferrari qui, non seulement d'être homogène et compétitive partout mange un peu moins ses pneus que la Merco.
Il y a 6 jours
Marc Diskus
Marc Diskus :
Ce qui me semble rassurant dans le sondage de la rédaction est que la majorité des lecteurs se soit exprimée sur le dépassement de Vettel sur Bottas comme fait le plus marquant du GP de Grande-Bretagne . La remontée d'Hamilton passe au second plan de même que les histoires de complots et de malveillance de la Scuderia à l'encontre de Mercedes dans la touchette de Raïkkönen avec Hamilton . La dégringolade de Williams passe presque inaperçue .

C'est l'aveu de la majorité de nos lecteurs de voir des GP d'autrefois avec de la bagarre pour la victoire , des dépassements , des pilotes d'exception et la continuation de la F1 . Heureusement que les pilotes peuvent encore nous faire le spectacle mais pour combien de temps encore , avec les réglementations LM et FIA qui rendent la course très artificielle . Je suis persuadé qu'une torpille se prépare pour crever leur coque quand le public sera conscient et écoeuré de leur politique et va doucement se désintéresser de leur show .

Pour Williams , l'ascenseur a presque atteint le niveau Zéro . Paddy Lowe et son équipe sont dans une conjoncture perdante pour laquelle je n'ai aucune compétence de jugement . Mais une chose que je puisse dire est que l'équipe devrait envoyer Kubica faire ne serait-ce qu'un GP , pour évaluer la valeur de la voiture . L'an passé Massa collait une seconde à Stroll au tour , avec le resserrement des performances du plateau , ça pourrait changer pas mal de choses .

Il y a 5 jours
Aifaim
Aifaim :
" Jamais l'écurie n'a terminé à la dernière place d'un classement constructeurs ! " mais pour la bonne et simple raison qu'il y avait pire ailleurs. C'est ce qui est absolument exceptionnel cette saison : Il n'y a pas de monoplace et d'équipe de "seconde division". La Williams est la moins efficace des ... efficaces. Une lapalissade ? Oui... Mais je ne me souviens pas avoir jamais vu en 58 ans de F1 un plateau aussi homogène.
Il y a 2 jours
Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation





Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.