> > > > "Petite erreur" et "grosse déception" pour Vettel après son crash !

"Petite erreur" et "grosse déception" pour Vettel après son crash !

L'image forte du week-end restera assurément sa sortie de route dans la courbe du treizième virage, lourde de conséquences au classement général des pilotes !

© Scuderia Ferrari - Contre toute attente, Vettel n'a pas quitté sa voiture dans le parc fermé, mais dans le bac à graviers !© Scuderia Ferrari - Contre toute attente, Vettel n'a pas quitté sa voiture dans le parc fermé, mais dans le bac à graviers !

25 points envolés d'un coup, dans un virage. Rarement Sebastian Vettel n'avait été l'auteur d'une erreur aussi décisive dans une course au titre. Alors en tête de son Grand Prix national, le pilote Ferrari avait évité les embûches. La principale fut de passer Kimi Raikkonen, son équipier, porté en tête depuis le 26e tour. Plus rapide, le quadruple champion du monde a négocié de longues minutes avec le muret des stands pour que Raikkonen s'écarte, lui qui évoluait avec des gommes plus usées.

Mais pour Vettel, tout s'est écroulé lors de l'arrivée de la pluie. Une piste incertaine, inégale. Un freinage un peu trop tardif sur le mouillé, dans la courbe serrée du treizième virage. Et surtout ce crash : sans rien pouvoir faire, Vettel glissait et heurtait le mur. Coincé dans le bac, suspensions avant pliées :sa course s'arrêtait là ! L'addition est salée pour l'ex-pilote Red Bull qui comptait presque neuf secondes d'avance sur Bottas avant l'accident.

« Je ne pense pas que c'était une grosse erreur mais cela a eu un gros impact sur la course vu que j'ai abandonné », a lucidement reconnu l'Allemand au micro des journalistes, le visage fermé.

Encore sous le choc, le local de l'étape nous racontait comment il a ressenti cet événement :

« J'ai juste réalisé une fois dans le mur que je ne pourrais pas repartir. Cela fait partie de ces moments que l'on veut éviter.
J'avais cette victoire dans mes mains. C'était une petite erreur, mais au final, c'est une grosse déception. Tout se passait bien jusque là... Mais je ne vais pas perdre le sommeil pour autant ce soir. »

En écho, Sebastian Vettel a aussi présenté ses excuses à toute son équipe, « qui avait tout réalisé à la perfection. »
«  Comme je l'avais déjà dis avant, nous n'avions pas besoin de la pluie » a reconnu le héros malheureux du jour, qui n'en reste pas moins confiant. Moteur, aérodynamique... la Scuderia Ferrari a énormément progressé ces dernières semaines.

Même avec 17 points de retard sur Hamilton, le principal intéressé reste plein d'allant pour la suite de la saison. « Nous avons une très bonne voiture, nous pouvons être confiant plus que quiconque. » Malgré tout, Vettel a laissé passer une opportunité de s'imposer à Hockenheim, ce qu'il n'a jamais fait en six participations.




Sondage : Vettel : cette sortie de piste va-t-elle lui coûter le championnat des pilotes ?




Vettel, Hockenheim et Polémique Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




4 réactions sur cet article Donnez votre avis
Ayenge
Ayenge :
Vettel s en veut... On peut comprendre mais honnêtement...dans ces conditions piégeuses on en a vu plus d un partir á la faute... Même chez ses illustres aînés. C ainsi, c la course ! Mathématiquement c vrai que c dure á avaler.... Surtout qu on se dirigeait vers un doublé Ferrari et Vettel aurait pu quitter l Allemagne avec une vingtaine de points d avance...

Néanmoins, Ferrari à de loin la meilleure voiture et cela va être très difficile pour Mercedes de contrer la scuderia... S ils loupent les deux titres cette saison il y aura beaucoup de changements chez le cheval cabré en 2019...
Il y a 14 mois
Marc Diskus
Marc Diskus :
Chez Mercedes , on aura au moins fait semblant qu'il existait une bagarre entre Hamilton et Bottas avant de demander à Bottas de laisser filer Hamilton . Bon , c'est ainsi .

Chez Ferrari , leur comportement révoltant de céder aux harcèlements de Vettel à deux reprises , de doubler Kimi qui l'empêchait de préserver ses pneus est bien du pur jus Arrivabene .

Sans méchanceté aucune , Vettel s'est pris le coup de raquette qu'il a mérité , à vouloir édicter ses lois .

La SC a été simplement un artifice inacceptable , avec les retardataires ( il ne restait que 5 voitures dans le même tour ) qui se dédoublaient avant de ficher la pagaille chez les leaders de la course qui les retrouvaient sur leur route , une Haas qui vire Raïkkönen à l'extérieur au drapeau bleu et Bottas qui lui pique la 2° place .

Un GP assez énigmatique sur la communication de la passerelle avec ses pilotes , qui a failli coûter une pénalité à Hamilton .
Il y a 14 mois
Ayenge
Ayenge :
Un gp assez cahotique mais le suspense était bien lá. Je noterai aussi que la Ferrari à quelque peu payé á cause de son point fort...la bonne tenue de ses pneus laisse supposer qu elle "accroché" moins le bitume que la Merco...mais dans ces conditions délicates cela devient un avantage pour la Merco... Quand on regarde la vitesse á laquelle les deux Mercos fondaient sur Kimi et les poignées de secondes reprises á Vettel juste avant sa sortie... Je pensais quelques secondes avant "il doit avoir la pression" et rouler sur des ?ufs. Je ne suis pas fan des consignes entre équipiers mais Bottas a eu sa chance lors de la relance mais n a pas pu passer et c était "Time"... le rythme de Lewis par la suite était tout simplement "gargantuesque"...quand Bottas avait du mal á lâcher Kimi. La passé d armes entre les deux Mercos fut très chaude et je comprends la décision de Merco de geler les positions plutôt q de risquer de tout perdre....sur leurs terres... Un doublé !

Ferrari n a pas été "cool" envers Kimi...surtout que Vettel n a été á aucun moment en mesure de l attaquer...
Il sera de plus en plus difficile pour la scuderia de "museler" le Finlandais qui aura á c?ur de s offrir une dernière victoire en rouge avant de .... Quitter (?)

Cette saison est loin d être terminée pourtant Ferrari est bien devant Merco et á la régulière c de plus en plus difficile d aller les chercher...

Quant á RedBull ben... C les montagnes russes... Les pilotes n ont pas grand chose á se reprocher...
Il y a 14 mois
AP01
AP01 :
Mercedes serait bien stupide de risquer un accrochage entre ses pilotes dans des conditions d'adhérences précaires, surtout que pour Bottas le championnat est hors de portée et que Ferrari, dans une bonne vieille tradition datant du nabot (aussi bien dans le corps que dans l'esprit) Todt mise tout sur un seul pilote ! Arrivabene est tout de même moins cynique que Todt qui aurait imposé à KR de laisser sa place à Vettel en Autriche...

Si on ajoute que Ferrari est passé devant eux côté moteur et que, stratégiquement, Mercedes est généralement très mauvais alors que Ferrari excelle, figer les positions à ce stade de la course semblait juste et je doute que beaucoup d'équipes aient laissé leurs pilotes se battre au regard de ce qui précède.

Après, certains pilotes auraient pu passer outre les consignes. Mais, pour cela, il faut avoir un peu de courage et Bottas n'est pas de ceux-là. Tout comme Raikkonen qui a accepté de manger son chapeau depuis bien longtemps en échange d'un juteux contrat renouvelé chaque année pour bons et loyaux services.
J'espère juste qu'il retrouvera un peu d'indépendance avant la fin de la saison s'il ne reste pas chez les italiens en 2019 !

Ce n'était pas le week-end des rouges en tout cas :
- une mauvaise opération pour Vettel
- une mauvaise opération pour Marchionne...

Je vois que certains ici commence aussi à se plaindre des SC artificielles ?! Bizarrement, aucun pilote ne semble dérangé par cela. Il est possible qu'ils aient reçu des consignes, là-aussi, mais de Liberty Media. On sait que la liberté d'expression est en net recul partout et que la F1 n'y échappe pas. Il faut des pilotes bien lisses et bien policés qui ne disent que du bien, ou tout du moins, pas de mal de la machine à fric qu'est la F1. On leur laisse le droit d'en croquer mais il y a des limites.

Quant aux dédoublements, déjà évoqués ici il y a peu (j'ai parfois l'impression de me relire avec certains...), c'est tellement débile que c'en est risible. Bakou 2017 ayant été, de ce point de vue, une apothéose magistrale !

Pour conclure, Hamilton s'en tire bien. Très bien. Il faut que Ferrari ait pris une belle avance côté technologie pour que les consignes données aux commissaires (qui ne sont que des porte-paroles de LM) ne le sanctionnent pas. Je suis convaincu que si la même chose était arrivée en 2016, ou même 2017, il aurait été déchu de sa victoire...
Il y a 14 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.