> > > > Bottas a accepté sans broncher la consigne d'équipe de Mercedes

Bottas a accepté sans broncher la consigne d'équipe de Mercedes

Deuxième à l'arrivée, le pilote finlandais n'a pas menacé longtemps Hamilton en fin de course, conséquence directe du message de son ingénieur de course.

© Mercedes - Dans sa victoire allemande, Lewis Hamilton doit une fière chandelle à Valtteri Bottas© Mercedes - Dans sa victoire allemande, Lewis Hamilton doit une fière chandelle à Valtteri Bottas

Valtteri Bottas tourne autour depuis un certain temps. Encore ce dimanche, l'ex-pilote Williams n'est pas passé loin de la victoire. Deuxième sur la grille, le Finlandais est resté à une distance acceptable de Vettel, sans jamais pouvoir l'attaquer toutefois. Il pouvait quand même tirer les marrons du feu lors du crash de l'Allemand au 53e tour. Le principal intéressé avait eu juste avant un soupçon de réussite, en profitant des retardataires pour passer Raikkonen.

Mais Bottas a été le cobaye malheureux de Mercedes, en rentrant aux stands dans la précipitation pour passer un nouveau train d'ultra-tendres pour rallier l'arrivée. Par la faute de ses mécaniciens, il a perdu une première place qui lui était promise ! A la relance, le Finlandais s'est montré menaçant sur son équipier quadruple champion du monde. L'affrontement n'a guère duré et Bottas est rentré dans le rang, après un message de son ingénieur de course, James Vowles : « s'il te plait, garde ta position », ajoutant à son pilote : « je suis désolé. »

Au micro des journalistes après l'arrivée, Valtteri Bottas a tout de même admis qu'il avait compris une telle consigne.
« Avec Lewis, nous avons eu une belle bataille sur la piste lors du premier tour après la Safety Car, » a résumé le pilote de 28 ans.

« Je n'ai pas pu le passer. On m'a demandé de minimiser les risques. J'ai tout à fait compris. »

Compétiteur, Valtteri Bottas ne peut quand même pas cacher une pointe de frustration.
« En tant que pilote, bien sûr, une victoire est toujours ce que vous cherchez. Quand Seb est sorti de la piste, je me suis dis que c'était ma chance. Mais la voiture de sécurité est sortie dans le bon timing pour Lewis. Retenons le positif pour l'équipe, c'était un résultat parfait pour nous, sur les terres de Mercedes. »

Le Finlandais de Mercedes décroche ainsi une nouvelle deuxième place, sa cinquième de la saison ! Fait étonnant : Valtteri Bottas n'est jamais monté sur la première ou la troisième marche du podium en 2018. Au moins aura-t-il justifié le choix de son équipe de le garder pour 2019.

La justification de Toto Wolff

Le team principal des Flèches d'Argent a tenu à expliquer sa stratégie d'équipe. Son fondement ? Le manque de rythme de Mercedes par rapport à celui de Ferrari ! Le boss autrichien se méfiait encore de la Ferrari rescapée, celle de Raikkonen. Pire, Toto Wolff voulait imposer la consigne « encore plus tôt, » avant la relance.

« Nous n'avons pas la voiture la plus rapide en ce moment. Il pleuvait encore et la lutte était intense entre nos pilotes. Avec toute la malchance qui nous est tombée dessus lors des dernières courses, nous avons voulons calmer les esprits. Et toute cette malchance s'est transformé en chance. C'est ce qui me rend heureux ! »

Malgré la peur, Toto Wolff est finalement un homme comblé en ce dimanche soir. Mais l'écurie Mercedes a encore du pain sur la planche pour ne pas céder à Ferrari ses titres pilotes et constructeurs.




Bottas, Mercedes et Hockenheim Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.