> > > > Hongrie - Présentation : Le moment n'est pas encore aux vacances !

Hongrie - Présentation : Le moment n'est pas encore aux vacances !

Sebastian Vettel l'a appris à ses dépens dimanche dernier, il ne faut pas se relâcher car la coupure estivale n'est que ce dimanche soir. Lui et Lewis Hamilton se livre une lutte sans merci pour le titre de champion du monde 2018 et s'échangent le leadership depuis plusieurs Grands Prix. Lequel des deux partira finalement en vacances en tête du championnat après le Grand Prix de Hongrie ?

© Scuderia-Ferrari - Mercedes devra éviter les choix de dernière minute avec ce vibreur à l'entrée des stands© Scuderia-Ferrari - Mercedes devra éviter les choix de dernière minute avec ce vibreur à l'entrée des stands

« J'aime le Hungaroring. Tout le monde dit toujours que c'est Monaco sans les murs mais ça ne l'est pas, c'est Hungaroring ! Il est rapide, il fait souvent assez chaud et même si la piste n'est pas large les dépassements sont bien présents. Le deuxièmes secteur est un des meilleurs de l'année, il est plutôt rapide avec de vifs changements de direction. La piste était toujours assez bosselée mais ça s'est bien amélioré ces dernières années. J'apprécie vraiment le Hungaroring mais Budapest est aussi assez cool. La ville est incroyable; c'est très joli, la nourriture est bonne et j'adore passer du temps dans le centre-ville. On est juste avant la pause estivale donc il y a toujours une bonne ambiance dans le paddock avant que tout le monde prenne des vacances bien méritées. »

A nouveau malchanceux en Allemagne avec un abandon sur faille mécanique, le Honey Badger n'en perd toujours pas son célèbre sourire pour annoncer la couleur en Hongrie. Le Tourniquet hongrois est simple en apparence mais s'est imposé comme un rendez-vous important de la saison, surtout lorsqu'il amorce la pause estivale.

L'étroite piste séduit, ses virages rapides tout autant. La cassure en légère montée qu'est le virage 4 enclenche le deuxième secteur sinueux, où l'équilibre et l'aérodynamique sont cruciaux pour la chasse au chrono. Avant cela, le virage 2 en dévers est un point apprécié par les pilotes en matière de dépassement. On se souvient de la bataille entre Raïkkönen et Verstappen en 2016, de celle entre Hulkenberg et Magnussen qui a conduit à un échange courtois de noms d'oiseaux lors des interviews d'après course l'an dernier, ou encore du dépassement par l'extérieur d'Alonso sur Sainz après un affrontement de longue haleine, toujours en 2017.

Le tour du propriétaire



Petit moment de nostalgie pour ce tour du propriétaire. Nous revenons 14 ans en arrière pour retrouver une voiture, un son et un pilote dont nous attendons les meilleures nouvelles concernant son rétablissement.

Pour la postérité

Etre fils de ne donne pas un accès automatique au succès et à la réussite. Nico Rosberg, fils de Keke Rosberg champion du monde 1982, peut le dire, avoir un nom ne fait pas tout. Travail, acharnement, persévérance sont des clés parmi d'autres. Lors de l'édition de 1993 du Grand Prix de Hongrie, Damon Hill, fils de Graham Hill champion du monde 1962 et 1968, devient le premier fils de champion du monde à remporter un Grand Prix. Il s'accroche à sa détermination après plusieurs échecs plus tôt dans la saison, pour rentrer dans l'histoire de la Formule 1.

Tarmac et mistral



L'ultra-tendre reste la monte la plus plébiscité pour ce week-end hongrois, étant la plus tendre allouée par Pirelli. Renault est l'équipe la plus agressive avec 10 trains pour chacun de ses pilotes. Fait rare, Red Bull a fait le choix de la conservation en se calquant sur la stratégie d'ordinaire optée par Mercedes, qui fait mieux fonctionner le tendre que l'ultra-tendre. N'oublions pas de noter que Pirelli a sauté une gamme pour la Hongrie, en privilégiant l'ultra au super-tendre.

L'allocation des pneumatiques pour le week-end est parole d'évangile jusqu'à l'apparition de la pluie. Le Grand Prix de Hongrie est connu pour ses fortes chaleurs mais la pluie n'est pas à oublier. La météo des prochains jours est incertaine dans le ciel de Budapest, des passages orageux faisant leur petit bonhomme de chemin depuis le début de la semaine.

Les pilotes trouveront une piste dite verte et lavée pour les Essais Libres 1 avec au menu du soleil, des températures avoisinant les 30°C et des vents sous les 10km/h. Les Libres 2 se feront dans une atmosphère plus chaude malgré un soleil moins présent, avec plus de 30°C au thermomètre.

La météo évolue beaucoup au-dessus de la capitale hongroise et l'on ne peut prédire à quelques moments les orages feront leur office. A l'heure où nous écrivons, les Libres 3 sont prévus sur piste sèche (ndlr, lavée par des pluies durant la nuit) avec un soleil timide et des températures analogues à celles de la première séance d'essais. Les qualifications sont aussi prévues sur le sec avec un thermomètre qui affichera presque 35°C en dépit d'un soleil presque absent. La pluie pourrait intervenir en fin de séance vers 16h.

Pour dimanche, des pluies sont annoncées en matinée mais le Grand Prix se tiendra sous un soleil bien voilé sans pluie pour le moment. Les températures se tiendront entre 31° et 33°C comme pour l'après-midi de vendredi.

Le programme TV !

Extrait du Jeux F1 2013


Preview, Hungaroring et 2018 Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation





Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.