> > > > Bilan mi-saison : Toro Rosso, dans l'ombre et parfois dans la lumière

Bilan mi-saison : Toro Rosso, dans l'ombre et parfois dans la lumière

La petite soeur de Red Bull connait une saison de transition mitigée. Le passage au moteur Honda a ralenti la progression de l'écurie, qui doit s'en tenir à des coups d'éclat isolés, tous réalisés par Pierre Gasly.

© Toro Rosso - L'équipe avance dans un flou maîtrisé cette saison© Toro Rosso - L'équipe avance dans un flou maîtrisé cette saison

8e au championnat des constructeurs : 28 pts

Entre 2017 et 2018, l'écart de régularité est flagrant pour Toro Rosso. Le bloc Honda tient une part de responsabilité dans cette baisse de résultats (4 abandons sur problème moteur pour 8 abandons) mais il faut aussi tenir compte de la plus grande progression des autres équipes.

La petite structure italienne est désormais dépassée par Haas et McLaren, qui couraient après elle la saison dernière, tandis que Renault l'avait fait en 2e partie de saison l'an dernier. Le pas est maintenant marqué mais comme on a pu le voir en Hongrie, la STR13 est capable de rivaliser avec ses concurrentes directes sur les pistes sinueuses.

Le manque de moyens face aux grandes équipes n'est plus gommé par les innovations que le petit taureau proposait en cours de saison et que l'on retrouvait plus tard sur d'autres monoplaces.

Les pilotes

Pour sa première saison complète, Pierre Gasly a montré sa vitesse et sa constance au volant de la Toro Rosso. Le Français marque les points pour l'équipe en exploitant au mieux les situations qui tournent à son avantage 4e à Bahreïn, 7e à Monaco et 5e en Hongrie, tant que le bloc nippon ne fait pas des siennes. Pour sa performance, le natif de Rouen reçoit les louanges d'Helmut Marko, conseiller au sein de l'écurie Red Bull et responsable de la filière pilotes, et fait partie des pistes étudiées pour combler le vide laissé par Daniel Ricciardo dans l'équipe mère.



De l'autre côté du garage, l'approche est différente. Brendon Hartley est moins performant que son coéquipier français mais jouit d'une expérience qui lui vient de l'Endurance, ce qui a séduit la structure italienne. Cependant, tout va vite en Formule 1 et l'on demande des résultats, ce que le Néo-Zélandais peine à décrocher. Avec ses 2 points dans la besace, on se souvient plus de son accident à Barcelone et de sa voiture qui se scinde en deux une fois hissée par la grue.


Face à face... Score
1En Qualifications8-4 pour Gasly
2En Course7-5 pour Gasly *

* : la statistique ne prend pas en compte les cas de double abandon

PiloteQualifications : nombre de top 10Qualifications : meilleure placeCourse : nombre de top 10Course : meilleure placeNombre de points au championnat
1Pierre Gasly34e (Bahreïn)36e (Bahreïn / Hongrie)26
2Brendon Hartley18e (Hongrie)210e (Azerbaïdjan / Allemagne)2

La suite de la saison

Il semble difficile pour Toro Rosso de prétendre à une meilleure place au classement des constructeurs. Elle devra même surtout regarder derrière, avec Sauber à 10 points. Le manque de régularité dans les résultats et la faible performance de la STR13 pénalisent l'équipe de Faenza. Il faut espérer que l'affrontement avec l'écurie suisse ne prenne pas la même tournure que celui avec Renault la saison dernière.

Le départ du directeur technique de l'équipe, James Key, (pour rejoindre McLaren) assombrit encore l'horizon de Toro Rosso, lui qui était un facteur important de la réussite de l'équipe en milieu de plateau depuis 2012.



Sondage : Après une première demi-saison satisfaisante, Pierre Gasly est-il déjà prêt à aller chez Red Bull ?




Bilan, Toro Rosso et Gasly Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




1 réaction sur cet article Donnez votre avis
Aifaim
Aifaim :
Le départ de James Key sera peut-être un mal pour un bien si cela rapproche plus encore les deux équipes RedBull : des pièces communes aux deux structures dans la limite de la réglementation feraient de Toro Rosso une "RedBull-Haas", ce que le propulseur commun Honda faciliterait. Key est un grand monsieur mais son équipe reste.

Le second volet, c'est la tractation avec McLaren, la monnaie d'échange... Même s'il faut se méfier des leurres masquant la réalité des discussions en cours - nous en sommes abreuvés actuellement - ne peut qu'apporter du positif à Toro Rosso...
Il y a 4 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.