> > > > Bilan mi-saison : Renault, des fondations désormais solides pour construire

Bilan mi-saison : Renault, des fondations désormais solides pour construire

Depuis son retour en tant que constructeur en 2016, Renault a modernisé sa base d'Enstone et se positionne aujourd'hui comme la quatrième force du plateau, en attendant encore mieux ? L'arrivée de Daniel Ricciardo en 2019 s'inscrit dans cette dynamique.

© Renault Sport Formula One Team - Nico Hülkenberg a dominé Carlos Sainz sur cette première partie de saison© Renault Sport Formula One Team - Nico Hülkenberg a dominé Carlos Sainz sur cette première partie de saison

4e au championnat des constructeurs : 82 pts

L'ambition pour Renault lors de la reprise de l'écurie Lotus était claire : jouer la gagne et le titre dans 5 ans, soit aux alentours de 2020/2021. Pour cela, beaucoup de moyens (humains et financiers) ont été injectés dans l'usine châssis d'Enstone, tandis que des changements radicaux de conception ont été décidés du côté de Viry-Châtillon où est produit le moteur. Parallèlement, la présence de deux pilotes solides et reconnus du milieu de tableau que sont Nico Hülkenberg et Carlos Sainz participe à l'élaboration de la future machine à gagner que veut devenir Renault.

Ainsi, cette saison 2018 devait s'inscrire un cran au dessus de la précédente, avec pour objectif la 4e place du championnat constructeur, que la marque au losange occupe solidement au stade la mi-saison. Les jaunes ont vu au moins l'une de leur monoplace terminer dans les points à chaque grand-prix, excepté en Autriche (seul Ferrari fait mieux sur ce point). Le châssis RS18 semble tenir son tenir sont rang, lui qui a été conçu par une équipe d'ingénieur pleine de potentiel fraichement rejointe par Marcin Budkowski.

Les pilotes

Nico Hülkenberg entamait cette année sa deuxième saison avec le losange, et force est de constater qu'il est désormais bien établit au sein de l'écurie. 7e du championnat à la mi-saison (son meilleur classement en carrière sur une saison complète est 9e), il exploite une monoplace qu'il a contribué à développer. Il n'est en effet pas rare de voir l'Allemand occuper les alentours de la 7e place en course, derrière les écuries de pointe. Ses erreurs se comptent sur les doigts d'une main, on ne retiendra que son week-end raté à Bakou où il terminera par deux fois dans le mur. Sa meilleure performance reste son grand prix à domicile en Allemagne, où il décroche la 5e place au terme d'une course rondement menée.


Son coéquipier depuis le grand prix des États-Unis 2017 Carlos Sainz n'est pas en reste. Son début de saison fut bon, dans le sens où celui-ci fut solide. Contrairement à ce qui a pu être vu chez Toro Rosso, l'Ibère semble s'être désormais assagit dans son pilotage, plus mature. Si les premiers grands prix ont pu sembler légèrement en deçà des performances d'Hülkenberg, cela semble logique dans le sens ou Sainz Jr. a eu besoin de s'adapter à une nouvelle écurie. A partir du Canada, il apparaît que les coéquipiers font jeu égal sur le plan de la performance pure, ce qui ne sera pas un mal si l'écurie veut emporter définitivement la 4e place du championnat.

Face à face... Score
1En Qualifications7-5 pour Hülkenberg
2En Course7-5 pour Hülkenberg

PiloteQualifications : nombre de top 10Qualifications : meilleure placeCourse : nombre de top 10Course : meilleure placeNombre de points au championnat
1Nico Hülkenberg77e (Chine / Canada / Allemagne)85e (Allemagne)52
2Carlos Sainz115e (Hongrie)85e (Azerbaïdjan)30

La suite de la saison

L'écurie semble bien partie pour continuer sur sa lancée, à l'avant du milieu de peloton. La plus grande menace pourrait provenir de Haas, distancée de seulement 16 points à la mi-saison. Si le losange a pour lui une meilleure exploitation de sa monoplace et de ses pilotes, l'écurie américaine conserve l'avantage d'un moteur Ferrari qui fait désormais figure de référence. Devant, Red Bull, qui dispose du même moteur, semble (pour le moment ?) inaccessible, alors que l'objectif de début de saison était de se rapprocher des autrichiens. Pour y parvenir, il est probable qu'une bonne partie des ressources de l'écurie soient rapidement basculées vers 2019 pour poursuivre sa remontée dans la hiérarchie.

En ce sens, l'arrivée de Daniel Ricciardo en 2019 devrait accompagner la structure franco-anglaise dans le franchissement d'un nouveau cap, celui d'écurie convoitée par les top-pilotes et capable de jouer aux avants-postes. À ses côtés, Nico Hülkenberg profitera d'un statut de pilote désormais installé dans l''écurie, avec les repères qui vont avec. La possibilité d'une confrontation avec Ricciardo sera une aubaine pour l'Allemand, qui pourrait trouver là un second souffle et de l'attractivité alors qu'il semblait s'enliser dans les écuries de milieu de peloton après son arrivée avortée chez Ferrari en 2013. Quant à Carlos Sainz, sa destination future semble se dessiner entre Red Bull et McLaren, tout dépendra du choix de la firme autrichienne.



Sondage : Daniel Ricciardo signe chez Renault : pari risqué ou pari d'avenir ?




Bilan, Renault et Hulkenberg Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




7 réactions sur cet article Donnez votre avis
Supervroum
Supervroum :
Pari d'avenir si Abitbul se sort les doigts du fondement ou mieux, s'en aille.... Y a sans doute aucun beaucoup mieux que lui !!!! Et surtout sortir des chevaux de ces moteurs de tondeuses !!!!!! ?
Il y a 8 mois
Aifaim
Aifaim :
Risqué pour qui ? Renault ou Ricciardo ?
Que risque Ricciardo ? voir son palmarès stagner et sa réputation s'effilocher. Son palmarès peut bien marquer une pause sur les promesses de la firme française pour 2020/2021 : son salaire est là pour ça mais aussi pour mesurer le désir d'obtenir ses services. Quant à sa réputation, elle est entre les mains d'Hülkenberg qui n'a rien à perdre et tout à gagner dans cette confrontation.
Renault a misé gros sur le pilote australien plutôt sur 2020 que 2019. Mais, à lui seul, il ne fera pas gagner 1.5" à la monoplace. Apparemment, c'est le propulseur qui doit progresser tant en puissance/efficacité qu'en fiabilité. Le pari est là : Renault va-t-il ou non donner les moyens nécessaires à son département moteur ?
Il y a 8 mois
Supervroum
Supervroum :
@Aifaim,

C'est le fond de ma pensée, mais comme souvent bien mieux exprimée que moi ! ?

Le châssis paraît correct, je ne pense pas au top, mais là, clairement, ils marquent le pas sur le moteur, justement là où les autres ont clairement progressé.
Ferrari est passé pour son moteur de très bof à top!
Mercedes de top et reste excellent
Honda de catastrophe à mieux, mais enregistre une belle progression
Et Renault.... De moyen à pas trop mal...et retombe dans le moyen..... ?

Bref, en effet il faut que Abitbul se secoue(ça lui fera le plus grand bien) et donne les moyens plus que nécessaires au moteur!

Il reste 3 ans à cette génération de pseudo moteur moderne, alors VITE !!!!!!!
Il y a 8 mois
Aifaim
Aifaim :
Supervroum@, pourquoi vous en prendre à Cyril Abiteboul ? Il n'est pas en charge de faire progresser le propulseur. Son rôle est de coordonner l'équipe, convaincre ses supérieurs de lui accorder les fonds dont il estime avoir besoin et, sur ces deux points, j'ai le sentiment qu'il ne réussit pas trop mal : Carlos Goshn a la réputation d'être plutôt pingre mais il a néanmoins lâché 30 millions d'euros comme salaire pour Ricciardo. Quant au comportement technique, l'amalgame général semble fonctionner. Il reste encore à progresser sur la monoplace pour être au niveau de la RedBull, mais, là encore, c'est aux ingénieurs concernés qu'il convient de s'adresser.
Il y a 8 mois
Supervroum
Supervroum :
@Aifaim

Parceque Abitbul n'a pas les épaules pour ça, et en plus il vient d'avouer sur une interview qu'il avait sous estimé le travail...ou la progression de la concurrence qui développent fortement mais il ne sait pas comment !!!???

Donc ça si c'est pas un aveu de son incompétence, c'est quoi ?
Il y a 8 mois
Aifaim
Aifaim :
Supervroum@, Wolff a déclaré assez récemment qu'il n'avait pas bien évalué les progrès de Ferrari... Coupable du même "aveu", est-il incompétent, lui aussi ?
Renault a les moyens de le remplacer. S'il doit l'être, il le sera. S'il est maintenu à son poste, c'est qu'il y est jugé apte. Encore une fois, nous ne savons et ne saurons jamais tout ce qui se vit dans une équipe de F1. Le plus drôle, c'est que quelqu'un peut recevoir une promotion ou être viré sur des critères qui n'ont rien à voir avec ceux montés en épingle par la presse ou le public.
Il y a 8 mois
Supervroum
Supervroum :
@Aifaim

En partit d'accord, mais ce sera un lapin du chapeau qu'il va falloir sortir pour garder Ricciado! Parce que à ce rythme d'évolution, il ne restera pas au delà des deux ans! Et bien que je soutienne RNO, Je ne voudrais pas voir la carrière de ce pilote à la communication si sympathique et au talent plus que certains se retrouver comme un Alonso sans avoir déjà eu son heure de gloire !!!
Le trio Hulk, Riccardo avec RNO me fait des étoiles dans les yeux, alors que ça bouge et sérieusement !!!! ?

Bon je vais vous jouer mon sentimental nostalgique....

Bernard Dudot, Revenez !!!!! (Oui je sais, il pense sûrement à autre chose ^^)
Il y a 8 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.