> > > > Italie - Qualifications : Kimi Raikkonen signe le tour le plus rapide de l'histoire de la F1

Italie - Qualifications : Kimi Raikkonen signe le tour le plus rapide de l'histoire de la F1

Moment d'histoire à Monza ! Le record de la piste de Monza a été battue lors de la Q3, ce qui a donc constitué le tour le plus rapide de l'histoire de la F1. C'est d'autant plus extraordinaire en Italie que Kimi Raikkonen et Sebastian Vettel signent un doublé à domicile, devant les tifosi.

© Ferrari - Première ligne 100% Ferrari à domicile© Ferrari - Première ligne 100% Ferrari à domicile

La préparation des pilotes n'a pas idéale puisqu'elle a été perturbée par la pluie. D'ailleurs, la météo n'était toujours pas idéale au moment des qualifications puisqu'une faible pluie a arrosé la piste quelques instants avant la séance. C'est pourquoi les pilotes ne se sont pas précipités en piste afin de laisser la piste complètement sécher.

Afin de rattraper en partie le retard dans la prise d'informations sur la dégradation des pneumatiques, on put ainsi voir les pilotes Ferrari et Mercedes enchaîner plusieurs tours rapides avec les gommes super tendres. Au final, les Flèches d'Argent se sont vues relégués à près de trois dixièmes de la référence signée par Sebastian Vettel.

Daniel Ricciardo, relégué en fond de grille par des pénalités liées à un changement d'unité de moteur, attendit les cinq dernières minutes de la séance, pour signer son premier temps. Celui-ci est excellent puisqu'il se glisse entre les deux Mercedes, en quatrième position.

Mais dans la lutte pour ne pas se faire éliminer, Nico Hülkenberg est parvenu à se sauver au dernier moment. La lutte fut extrêmement serrée puisque Sergio Perez fut éliminé pour un tout petit millième, par rapport à Romain Grosjean. L'équipe Racing Point Sahara Force India a ainsi commis une grosse erreur, de ne pas le renvoyer en piste pour un dernier relais. L'autre perdant de cette qualification est Charles Leclerc qui échoue également à un millième de Sergio Perez.

24 heures après son impressionnant accident, Marcus Ericsson n'a pas été en mesure de se sauver non plus, se classant en 19ème position entre Brendon Hartley et Stoffel Vandoorne, dont les difficultés se poursuivent.

Les éliminés de la Q1 sont donc : Perez, Leclerc, Hartley, Ericsson et Vandoorne.

Si les pilotes ont ensuite pris la piste pour un premier galop d'essais en début de Q2, Nico Hulkenberg (pénalisé de dix places pour l'accident au départ de Spa-Francorchamps), Daniel Ricciardo et les deux Williams ont décidé de tout jouer sur une seule tentative en toute fin de séance.

Dans la dernière minute, on a ainsi pu voir les 15 voitures prendre la piste. Cela a nécessairement provoqué un embouteillage en bout de ligne droite. On put ainsi observer une passe d'armes entre Fernando Alonso et Kevin Magnussen : le Danois a tenté de passer à la première chicane mais l'Espagnol ne l'a pas entendu de cette oreille et a donc résisté. Cela a eu le mérite de ruiner le tour des deux pilotes, éliminés lors de cette phase.


A l'inverse, Pierre Gasly a été en mesure de signer une belle performance, en se glissant à la dixième place, deux millièmes devant la Haas de Kevin Magnussen.

L'autre performance notable de cette séance est à mettre au crédit de Lance Stroll, de nouveau en Q3, un an après avoir été en mesure de s'élancer de la seconde position sur la grille.

Les éliminés sont donc : Magnussen, Sirotkin, Alonso, Hulkenberg et Ricciardo.

La première salve lors de la Q3 fut tout simplement exceptionnelle puisque le record de la piste fut battue trois fois de suite, par Sebastian Vettel, Kimi Raikkonen et finalement Lewis Hamilton.

Lors du dernier assaut, les Mercedes étaient devant les Ferrari. Si Lewis Hamilton a été en mesure d'encore amélioré, c'est finalement Kimi Raikkonen qui a été en mesure de signer le meilleur temps final, pour signer sa première pole position de l'année. C'est donc le tour le plus rapide de l'histoire de la F1, à plus de 263 km/h de vitesse moyenne ! Il efface donc des tablettes la référence de Juan-Pablo Montoya, qui remontait à 2004.

Par contre, Sebastian Vettel avait quelque peu de mal à cacher sa déception d'avoir été finalement devancé par son propre coéquipier. Même si le principal pour lui est qu'il est en mesure d'être devant son principal rival, Lewis Hamilton

On peut également noter que pour la seconde fois consécutive, les trois Français sont dans le top 10 puisque Romain Grosjean est le meilleur derrière les trois équipes de pointe, en se classant 6ème, tandis qu'Esteban Ocon et Pierre Gasly se classent 8ème et 9ème.



Qualification, Monza Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




8 réactions sur cet article Donnez votre avis
LH#44
LH#44 :
Public de ****.
Il y a 2 mois
Kryo
Kryo :
Les italiens démontrent encore une fois leur stupidité, racisme et esprit de sales gosses. Insupportable comportement de ces imbéciles
Il y a 2 mois
Supervroum
Supervroum :
@LH#44

Commentaire de **** ?
Il y a 2 mois
Ayenge
Ayenge :
Déplaçons les choses dans leur contexte les gars... L attitude des Tifosi n est pas très "fair-play" mais oublions racisme et autres... Vous mettez Lewis en rouge et Vettel en "gris" et c Vettel qui aurait subi les colibets des Tifosi car ils ne voient que Ferrari ... C un peu dommage pour le sport... Hélas !

Ceci étant ce fût une superbe qualif et je ne me attendais vraiment pas á ce que Lewis puisse disputer la pôle aux Ferrari. On ne peut q constater que sa position n est due qu á sa hargne surtout quand on voit où se trouve Bottas...

Je suis très content pour Kimi qui réussit enfin á tout mettre en place en Q3. Bravo .... même si cette pôle arrive au pire moment pour lui car même s il prend un bon envol et q Vettel est derrière lui...JAMAIS on ne le laissera gagner...les enjeux pilotes sont trop importants au championnat...

Je pense á un doublé Ferrari avec Vettel en tête car leur rythme de course est nettement meilleur que celui des Mercos...

Pour le reste, A part Bottas et Verstapen tt lepeloton risque d être á 1 tour á l arrivée... Procession ?

Alonso & Magnusson... ????? C était quoi ça ? L impression mais pas certain que Alonso déco.nne un peu...

Bon ben á demain !
Il y a 2 mois
Aifaim
Aifaim :
Grosjean est 6e, pas 5e...
Il y a 2 mois
Marc Diskus
Marc Diskus :
Ceux qui voudraient changer la mentalité des tifosis , aussi fanatiques pour la Scuderia que méchants pour les autres équipes , ont cause perdue . C'est pareil pour les brésiliens pour la Séléçao , ou les allemands pour la Manschaft .

Il n'empêche que Raïkkönen a réalisé la pole la plus rapide de l'histoire de la F1 , pas par hasard , il a la passion d'un pays derrière ( un peu ) lui mais surtout pour la Scuderia .

La Scuderia a fait un travail formidable de création et de développement de la voiture mais franchement Mercedes est à peine un poil derrière avec Hamilton .

Je suis toujours stupéfait que Kimi sorte de la voiture pour répondre aux questions de LM après son exploit , en disant simplement que l'équipe avait fait une partie du boulot mais que l'important c'était demain . Un pilote d'une telle classe et d'une telle humilité risque de manquer à la F1 , si sa condition de contractuel à la Scuderia n'est pas renouvelée . De toutes façons , on devra accepter les décisions de Maranello mais voir disparaître Kimi de la F1 sera dur pour moi .
Il y a 2 mois
Aifaim
Aifaim :
Marc Diskus@, les débordements d'enthousiasme - ou de haine - des foules seront toujours sujets à controverse en fonction des conséquences qu'ils sont susceptibles de générer.
Il est évident que l'outrance est contraire à l'esprit du sport et de sa pratique. Mais où commence-t-elle ? De mon point de vue, dès que le favoritisme, l'affection jusqu'à l'idôlatrie s'appuie en partie sur le dénigrement des adversaires avec une dose de mauvaise foi et/ou d'aveuglement qui ne peuvent convaincre mais susciter des anticorps, c'est-à-dire, dans ce contexte, des réactions aussi outrancières sinon pires.
Certains se souviennent peut-être du Grand Prix d'Italie 1966 et de la victoire de Ludovico Scarfiotti.
Drôle de saison pour la scuderie dont la monoplace était bien supérieure au reste du plateau, surtout entre les mains de John Surtees. Mais voilà... Le champion du monde 1964 claque la porte aux 24 Heures du Mans, offrant sa place de 1er pilote à l'Italien Lorenzo Bandini.
A Monza, la puissance du moteur promet une domination italienne que la pole position de Mike Parkes confirme. Clairement Bandini doit gagner mais la fiabilité en décidera autrement. Entre l'ingénieur-maison britannique et l'Italien, la victoire revient à ce dernier mais on ne saura jamais si ce résultat est conforme à l'équité sportive.
Evidemment, dans cette saison si prometteuse et si décevante - car le championnat est joué en faveur de Brahbam - les Tifosi font fête au pied du podium. El leur bonheur est à son comble lorsque aux deux pilotes de la scuderia vient se joindre... Bandini en lieu et place de Dennis Hulme, vaillant 3e.
Il y a 2 mois
IHD
IHD :
Ayenge, le monde est ce qu'il est et ce n'est surtout pas en faisant l'autruche que l'on tentera d'éclairer certains esprits.
Quand je lis le commentaire de Di Montezemlo sur l'attitude des tifosis à Monza motorsport.nextgen-auto.com/Di-Montezemolo-valide-la-strategie-de-Mercedes-a-Monza,130352.html je regrette seulement que ni les interviewers des plateaux post GP et ni les commentateurs TV de canal+ n'ont eu les couilles de condamner cette attitude de ces tifosis similaires à ceux des supporters des stades de foot que je qualifie de raciste...
Sachez que toutes les images n'ont pas été montrées...et rien ne justifie ce genre de comportements absurdes et vides de sens
Il y a 2 mois
Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation





Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.