> > > > Singapour - Qualifications : Magistral Hamilton !

Singapour - Qualifications : Magistral Hamilton !

Contre toute attente, le Britannique décroche la pole à Singapour, avec un temps de 1:36.015, le record absolu du circuit. La concurrence est assommée, Verstappen, deuxième, et surtout Vettel, troisième, à six dixièmes du pilote Mercedes !

© Mercedes - Lewis Hamilton a ébloui la séance dans les rues de Singapour !© Mercedes - Lewis Hamilton a ébloui la séance dans les rues de Singapour !

Hamilton en pole à Singapour : cela paraissait impensable. Et pourtant, le Britannique s'élancera bien depuis la première place demain à l'extinction des feux ! La Ferrari était certes la voiture à battre avant ces qualifications, mais le pilote #44 a frappé un grand coup dans la nuit de Singapour. Tout s'est joué sur le premier tour lancé de la Q3, avec un tour maîtrisé de A à Z. Le leader de Mercedes a malmené son rival, Sebastian Vettel, déjà sur la corde raide avec ses 30 points de débours au classement général des pilotes. Troisième, le concurrent Ferrari aura même Max Verstappen devant lui au départ !

Q1 : Magnussen, la déception

L'une des séances qualificatives les plus difficiles de la saison s'ouvrait sous une météo clémente. La Q1 se disputait sur une piste sèche, même si évidemment, l'humidité était toujours très élevée, avec un taux avoisinant les 75% ! Premiers en piste, les pilotes Haas occupaient le haut du classement pendant quelques minutes, avant d'être terrassé par Kimi Raikkonen, avec un chrono de 1:38.534, en hyper-tendres. Une sorte de mise en bouche sur une piste qui se gomme au fur et à mesure du week-end.

A 8 minutes de la fin de séance, Daniel Ricciardo augmentait le rythme, en 1:38.153, devant Vettel. Chez Mercedes, on tentait alors le pari de rouler en pneumatiques ultra-tendres, la gomme "intermédiaire" de cette manche à Singapour. Un choix forcé, l'écurie allemande manquant de gommes hyper-tendres après les essais libres. Pas de soucis toutefois pour rejoindre la Q2, malgré un classement bien décevant (Bottas, 12e à la fin de la séance, Hamilton 14e !).


Dans le bas du tableau, la traditionnelle bataille des petits commençait. Sous le cut à 5 minutes, Vandoorne, Ericsson, Hartley, Stroll et Sirotkin. Un combat auquel ne participait pas vraiment les Williams, Stroll étant à neuf dixièmes d'Hartley ! Sur son dernier tour, Marcus Ericsson parvenait à se sortir de la zone rouge, au détriment de Kévin Magnussen, la déception de cette fin de Q1, surtout au vu de la quatrième place de Grosjean. Les autres pilotes cités restaient à quai.

Éliminés en Q1 : Magnussen, Hartley, Vandoorne, Sirotkin, Stroll

Q2 : Ocon et Grosjean passent, pas Alonso et Sainz

L'expérience difficile de Mercedes en Q1 n'impressionnait pas Ferrari. Vettel comme Raikkonen prenaient le départ de la session en pneumatiques ultra-tendres, à l'inverse de leurs treize camarades. De son côté, Max Verstappen en profitait pour prendre le meilleur temps, en 1:37.214, en succédant dans la foulée à Lewis Hamilton. Le Néerlandais décrochait à ce moment le record absolu de la piste, loin devant les voitures de la Scuderia. 10e, Vettel était contraint de repasser aux stands pour chausser à son tour les hyper-tendres, comme Raikkonen, qui n'a même pas réalisé de chrono significatif.


Pour Ferrari, les choses sérieuses débutaient dans le dernier run, à moins de trois minutes de la séance. Raikkonen prenait le meilleur temps, en 1:37.194 alors que Vettel décrochait un petit cinquième temps, mais gêné par quelques concurrents qui préparaient leur propre tour. De quoi quand même passer en Q3.
Sur le dernier tour, Grosjean montait dans le top 10, en sortant Alonso, lui-même auteur d'un bel effort, juste devant Sainz. 13e, Leclerc inflige sept dixièmes d'écart à Ericsson. De quoi confirmer les dispositions du futur pilote Ferrari.

Éliminés en Q2 : Alonso, Sainz, Leclerc, Ericsson, Gasly

Q3 : Un premier tour stratosphérique et la pole pour Hamilton !

Le top 10 de cette ultime séance se compose donc du trio classique Mercedes-Ferrari-Red Bull, des Français Grosjean et Ocon, ainsi que Sergio Pérez et Nico Hulkenberg. Evidemment, la lutte pour la pole se jouait entre les six gros bras, tous de sortie dés le passage au feu vert. Seul des 10 concurrents engagés, Romain Grosjean attendait dans son box quelques
instants supplémentaires.

Le premier tour chrono donnait l'avantage à Lewis Hamilton. Et quel chrono : 1:36.015 ! Un tour hallucinant, et une concurrence repoussée à trois dixièmes, pour Verstappen, et à six dixièmes pour Vettel ! Mécontent, l'Allemand sortait en tête des stands, à l'assaut de son dernier run.


Malgré la grosse attaque des uns et des autres, aucun pilote ne parvenait à déloger Lewis Hamilton, qui décroche sa quatrième pole à Singapour, la septième sur la saison 2018, 79 au total ! Verstappen et Vettel restait deuxième et troisième. Derrière eux, Bottas, Raikkonen et Ricciardo. Pérez partira derrière ce beau monde en septième position, devant nos deux Français : Grosjean (huitième) et Ocon (neuvième). Hulkenberg complète le top 10.

Voici le classement complet de ces Qualifications à Singapour :



Qualification, Singapour City et Hamilton Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




16 réactions sur cet article Donnez votre avis
Kiné
Kiné :
Quel tour !!! Quel pilote !!!
Il y a 7 jours
Aifaim
Aifaim :
Bien triste ce résultat des Williams ! Les deux pilotes font mieux qu'en essais libres mais sans conviction. Avaient-ils des ordres pour ménager les voitures ? Le fond de grille leur était de toute façon promis sur un circuit où la monoplace n'a rien à espérer s'il n'y a pas un gros déchet devant.

Hamilton est-il soulagé de n'avoir pas Vettel à ses côtés ? Pas sûr, avec Verstappen, c'est presque pire puisque le Hollandais n'a rien à perdre au championnat et une attaque agressive sur la Mercedes serait payante : Hamilton a tout intérêt à jouer placé plutôt qu'à tout risquer au premier virage.
Il y a 7 jours
Chopper
Chopper :
Wow mais quel pilote :o Décidément je ne vois pas comment on peu encore douter de lui !? C'est vraiment le plus rapide de tout le plateau...Attention à Max le fou furieux et sa mentalité puérile, Lewis devra penser avant tout au championnat demain.
Il y a 7 jours
Arno5
Arno5 :
Un tour impressionnant et assez inattendu.

Depuis l'Autriche (7 poles), il n'y a qu'en GB où le poleman avait fini d'autres séances d'essais en tête (L1, L2, L3, Q1 ou Q2). Les 6 autres fois, le poleman (Bottas, Vettel, Hamilton, Hamiton, Räikkönen, Hamilton) n'a dominé qu'une seule séance, la Q3!

Sur les 5 derniers GP (30 séances d'essais), une Ferrari a terminé en tête à 19 reprises (63%) et les Mercedes seulement 4 fois (13%). On peut comprendre la déception de Vettel qui a d'ailleurs fini en tête sur 12 des 24 séances depuis le Hongrie, mais jamais en Q3.

Tout reste à faire pour demain, sur les 6 dernières courses le poleman n'a gagné qu'une seule fois et souvent cette saison le sourire change de visage entre le samedi et le dimanche.
Il y a 7 jours
dabass44
dabass44 :
le futur boss de la dicipline écrit son histoire...
Il y a 7 jours
Ayenge
Ayenge :
Pffff ! Estomaqué ! Jamais je ne pensais voir Hamilton reléguer la concurrence (surtout Ferrari) si loin ! Une fois ce temps ahurissant établi je me suis dis "plus personne ne peut aller le chercher"

Verstapen a fait aussi un très bon tour mais je me attendais á nettement mieux des RedBull...

Ferrari, assez "faciles" lors des essais se sont "vautrées" en qualif .. Vettel a eu beau chercher une excuse pour expliquer l écart avec le temps de la pôle pour sa première tentative .... La 2eme n y changera rien.

Bottas est en train de mesurer la différence qu il y a entre un bon pilote et un quadruple champion du monde... Il est juste á sa place (4) lá où les Mercos devaient se situer...

La course c est une autre histoire. Le départ sera crucial... Avec Max et Sebastian en embuscade cela risque d être chaud .. et ces derniers ne sont pas á l abris d'un départ canon de Bottas/Kimi/ Ricciardo....

Je ne pronostique rien pour la victoire même si Lewis a fait un pas en avant ... Rien n est joué surtout que des SC peuvent vite changer la donne !
Il y a 7 jours
Vdev
Vdev :
79e pole et record absolu du tour avec une monoplace plutôt moins performante que ses principaux concurrents. Mais jusqu'où ira-t-il? Il y a des grands crus exceptionnel, cet Hamilton ne peut pas laisser indifférent les amoureux du grand pilotage. Impressionnant!
Il y a 7 jours
Marc Diskus
Marc Diskus :
La question est de savoir si la Ferrari est supérieure à la Mercedes à ce stade de la saison ? je n'en suis pas persuadé . Par contre , Hamilton plane au-dessus de la concurrence en collant respectivement 3/10° , 6/10° ,7/10° et 8/10° à Verstappen , Vettel , Bottas et Raïkkönen .

Outre cette pole position incroyable , Lewis a travaillé les 2 journées d'essais sur ses départs au bout de la ligne des stands . Si Verstappen et Vettel se comportent correctement au départ sans tasser leurs adversaires sur le mur de gauche comme l'an passé , on risque de voir Hamilton prendre la poudre d'escampette jusqu'à l'arrivée . Séduisante F1 . Extraordinaire Hamilton .
Il y a 7 jours
Aifaim
Aifaim :
Hamilton a surtout réalisé une performance que la raison jugeait inaccessible. Son pilotage, sa concentration, son mental, les capacités de sa monoplace au sens global du terme, les indications tactiques du stand et l'environnement (adhérence de la piste), tout cela s'est amalgamé au bon endroit et au bon moment.
Cela a tenu à presque rien puisque lui-même n'a pu renouveler la performance quelques instants plus tard.
Les autres ne sont pas manchots pour autant mais leur alchimie individuelle n'a pas atteint ce niveau de synergie. La plupart ressentent l'impression d'avoir été "parfaits", y compris les vaincus de leur collègue de garage, ce qui les plongent dans des abîmes de perplexité. L'étude approfondie des trop fameux datas dans toute leur impartialité comptable va, avant tout, rassurer les pilotes en apportant des nouveaux éléments qui leur donneront des raisons d'espérer pour la course.
Il y a 7 jours
Marc Diskus
Marc Diskus :
Alfaim@
" Et la mer apporte aux marins quelques raisons d'espérer comme la nuit apporte son cortège de rêves " . Christophe Colomb , 1495 .
Il y a 7 jours
V6Turbo
V6Turbo :
@Aifaim
Tes propos reflètent exactement ce que je pense de la perf de Lewis. Pourtant le tour parfait n'existe pas. Tous les pilotes de haut niveau ont eu l'impression au moins une fois d'avoir réalisé un tour parfait. En fait c'est un mythe, un graal, quelque chose qui relève plus du domaine de l'impression et de la psychologie que de la réalité scientifique. Le pilotage est un art et il n'y a pas d'oeuvre parfaite.
A très juste titre tu parles des datas. C'est bien là dessus que l'on devrait se pencher. L'énorme avantage du sport mécanique moderne, c'est que l'équipe (et le pilote) dispose à foison d'éléments chiffrés de comparaison. On peut comparer ce qui est comparable et sur un tour avec du matériel et des conditions idem on peut comparer. C'est parfois cruel et pour cette fois avec hamilton c'est impressionnant de maîtrise et de talent...
L'usage de ces datas est en très grande partie ce qui explique la bien moindre nécessité de passer la moitié de la saison à réaliser des essais en live, longs et couteux. Les vendredis on teste, le samedi matin on valide. Il reste encore les qualifs et toute la course pour accumuler d'autres datas. Des milliards d'infos à mettre ne perspective. Les semaines ne sont pas trop longues pour trier tout cela. Ce n'est pas pour autant que les inconnues sont absentes. La bonne équation c'est de tout mettre en place et l'aspect pilotage en est une qui compte énormément. La preuve par un tour de Marina Bay un samedi de septembre 2018 en fin d'après midi avec Lewis au volant.
Aux nostalgiques du temps des essais à foison il ne faut pas se tromper d'époque. Lewis avec son tour magique d'hier, clôt le bec à ceux qui parlaient sans savoir "d'interface"/ ingé-volant. Une expression ridicule et très éloignée de la réalité. Le pilote a toujours son mot à dire et surtout son pilotage à faire valoir. On le paie très cher pour celà. Peut-être encore plus que jamais. Quel meilleur exemple que de voir cette magie d'un homme dont on a l'impression que le temps d'un tour de circuit, il marche au dessus de l'eau. Défier les lois de la physique, c'est le grand challenge de tous les sportifs et encore plus dans les sports méca. Le pilote (l'homme) a cette capacité de se surpasser le temps d'un tour. S'en approcher en course sans partir à la faute est la clef de la gagne. RDV cet après midi.
Il y a 7 jours
Aifaim
Aifaim :
Marc Diskus@, les pilotes en osmose avec la citation sont, sur ce circuit autant que les doigts de la main : Cinq gars pour...

Quant à un "cortège de rêves" apporté par la nuit, à l'heure où se déroulera le Grand Prix, c'est mal venu puisque, pour rêver, il faut dormir...
Il y a 7 jours
Marc Diskus
Marc Diskus :
Alfaim@
" à l'heure où se déroulera le Grand Prix, c'est mal venu puisque, pour rêver, il faut dormir..."

Pas forcément mais cela rejoint un autre niveau d'appréciation de la condition humaine .
Il y a 7 jours
Ayenge
Ayenge :
De ttes les ères de la F1 que j ai vécue il y a toujours eu une constante... La question de savoir qu est ce qui sépare un bon pilote d un grand champion ? Certes il y a l art d aller vite, de faire le moins d erreur possible et surtout une capacité d analyser la course, les atouts des autres en un temps record selon les circonstances...

Mais en plus de cela la constante entre ces champions toujours été la même: De Prost á Senna en passant par Schumacher, Lauda, Hamilton et autres c cette capacité á élever son niveau de jeu dès que les enjeux deviennent primordiaux ou dès que les conditions ou la concurrence se fait de plus en plus pressante.

Et il ne faut pas se tromper la plupart de ces champions sont passés par une phase de "déception" avant d arriver á la plénitude de leur art... On peut penser que pour Prost ce fût la perte du titre face á Lauda en 1984...il dominait son équipier mais a commis quelques erreurs "coûteuses", pour Senna le déclic eût sans doute lieu á Monaco en 1988 où il apprit que si l on veut finir une course et éventuellement la gagner il ne faut pas toujours "trop en faire quand ce n est pas nénéssairre" ou pour un Hamilton le couac du championnat 2007 surtout avec cette "bévue" du GP de chine 2007 dont le pilote et l écurie partagent de concert la responsabilité et qui permit aux adversaires de revenir dans le coup fût sans aucun doute une blessure qui l aidèrent á mûrir... Après cela il faut rebondir et c lá que les grands champions se révèlent...

Bottas se demande ce qui n a pas été dans cette qualif pour se trouver á prës de 8 dixièmes de son équipier... C justement lá la différence : savoir garder une concentration optimale et élever son niveau de jeu lorsque les enjeux deviennent vitaux !

La course sera longue et les SC viendront jouer leur rôle. Le championnat est loin d être joué contrairement á ce que pensent ou feignent de penser certains...loin de lá !
Il y a 7 jours
AP01
AP01 :
Ayengen peux-tu préciser de quelles "erreurs" de Prost tu parles en 1984 ? En relisant le résumé de cette saison-là, je ne vois pas où il est responsable de ses abandons ? Je ne vois aucune sortie de piste sauf en Autriche sur l'huile laissée par le Renault de De Angelis.
Il y a 7 jours
Ayenge
Ayenge :
La première est celle que tu viens de mentionner: cette "erreur" du gp d Autriche qui arrive au moment où Alain fait le forcing pour revenir sur Nelson car... derrière, Nikki revient aussi sérieusement sur Alain. Les 3 sont séparés de plus ou moins 2 secs entre eux.. ils suivent la même trajectoire... Piquet est donc le premier á prendre l huile de De césarisme...rien, Alain, lui, part á la faute...et Nikki qui prend aussi la même trajectoire ... Rien...???

Mais la plus grosse erreur d Alain fût d'ordre "tactique" á Monaco...au lieu de se concentrer sur sa course il s est mis á faire de grands destes vers la direction de la course pour la faire arrêter car Senna revenait sur lui ... Pourtant il aurait mieux fait de rester concentré car c pas dis que Senna allait gagner la course qui était encore longue... Je note aussi qu il a insisté pour faire arrêter la course une fois que Lauda, principal rival pour le titre, était hors jeu... C était un peu "calculé" ... Trop même, et c est cette course qui coûtera cher au décompte final... Car ce titre c est sans doute celui qui aurait été le plus "mérité" (avec celui de 1985) au regard de ses perfs par rapport á Lauda...
Il y a 6 jours
Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation





Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.