> > > > Hamilton gagne "la course la plus longue de sa vie" : les réactions du top 3 à Singapour

Hamilton gagne "la course la plus longue de sa vie" : les réactions du top 3 à Singapour

Lewis Hamilton a conquis une victoire éprouvante, comme le montre ses propos à sa descente de voiture. Découvrez également les réactions de Max Verstappen et Sebastian Vettel, respectivement deuxième et troisième à l'issue de la course.

© Mercedes - La satisfaction de Lewis Hamilton, vainqueur de sa septième course en 2018 !© Mercedes - La satisfaction de Lewis Hamilton, vainqueur de sa septième course en 2018 !

Il a bel et bien capitalisé ! Après son tour ahurissant ce samedi, Lewis Hamilton a converti sa pole en victoire à Singapour, la septième de la saison. Pas inquiété par Verstappen au départ, le pilote Mercedes a ensuite mené une course idéale, avec une stratégie efficace, un seul arrêt au 16e tour pour couvrir celui de Vettel une boucle plus tôt. Et même si le Britannique a couvert la quasi-totalité des tours en tête, le vainqueur du jour n'a pas ménagé ses efforts dans la fournaise de la Marina Bay.

« Je suis épuisé, je crois que ça a été la course la plus longue de ma vie », a confié Lewis Hamilton au micro de David Coulthard. Pour joindre la parole aux actes, le quadruple champion du monde s'est d'abord mis à genoux pour récupérer, avant de retrouver peu à peu ses forces.


Le pilote frappé du numéro 44 est ensuite revenu sur sa course parfaite, aidée par une circonstance favorable, le dépassement de Verstappen sur Vettel après le passage au stand. Hamilton a quand même connu une petite frayeur entre le 37e et le 38e tour, en dépassant des retardataires indisciplinés, Sirotkin et Grosjean, à la lutte.
« J’ai pris un bon départ. Max m’a livré une belle bataille. J’ai été un peu malchanceux avec le trafic. J'ai même eu peur avec ces gars qui ne m’ont pas laissé passé tout de suite » a admis le principal intéressé, qui n'a pas été inquiété par Verstappen en fin de course.

Désormais, Hamilton totalise 40 points d’avance sur Vettel, soit une course et une troisième place d’avance. De quoi le combler de joie : « quelle journée, quel week-end ! L’équipe n’a rien lâché, je veux féliciter tout nos gars à l'usine. »
Toutefois, le leader du championnat du monde reste lucide et « n'est pas vraiment certain que le rythme de Ferrari ait disparu. » Une chose est sûre, il se rendra en Russie avec un matelas confortable d'avance sur son rival.

Et sur le plan statistique, le Britannique rejoint l'Allemand au sommet du palmarès à Singapour, avec une quatrième victoire. Le voici à 69 succés sur l'ensemble de sa carrière !


Pour sa part, Max Verstappen n’avait rien à perdre. Sans munitions au départ, le pilote Red Bull se satisfait d’avoir récupéré sa deuxième place perdue sur Vettel avant la Safety Car.
« C'est un bon résultat. C’est quand même dommage de ne pas avoir essayé un dépassement sur Hamilton dans le premier tour. Et même si nous avons manqué de vitesse de pointe, nous avons déroulé une belle stratégie.  »

Malgré un arrêt raté, ses mécaniciens l’ont renvoyé en piste au tour 18 devant la Ferrari #5. « Ce n’a pas été une sortie de stands très simple. J’ai eu beaucoup de problèmes avec ma boite de vitesse mais j’ai réussi à garder ma position
 »
, a précisé le pilote encore âgé de 20 ans.
Sa meilleure chance fut ensuite cette séquence des drapeaux bleus Grosjean-Sirotkin. Revenu sous la seconde d’écart, le Batave n’a ensuite pas joué la gagne. Il devance quand même Vettel à l’arrivée et obtient le 17e podium de sa carrière, le sixième de l’année. Avec cette conclusion au pied du podium : « on a essayé de suivre Lewis mais à la fin, cette deuxième place est la meilleure que l’on pouvait espérer. »


Ceci étant, le vrai déçu de ce trio est bien évidemment Sebastian Vettel. Le pilote de la Scuderia Ferrari avait fait le job au départ avec ce dépassement audacieux sur Verstappen. Mais la stratégie choisie avec son équipe s'est avérée mauvaise. Coincé derrière Pérez à la sortie des stands, il retomba en troisième position après l'arrêt du Néeerlandais.

Ses propos illustrent sa frustration à l'arrivée : « dans l’ensemble, nous n’avons pas été assez rapide. Nous n’avions pas de rythme sur cette course. Nous avons essayé d’être agressif au début, ça n’a pas fonctionné. S’arrêter si tôt n’a pas été la bonne option. Nous n’avons pas pu saisir notre chance. »

Dépité de la stratégie de son équipe, l’ancien pilote Red Bull s'est ensuite contenté de gérer ses pneumatiques ultra-tendres et sa voiture jusqu'à l'arrivée. Une fin de course à l'économie et un constat tranchant :
« J’avais dis au début du week-end que nous pouvions seulement nous battre nous-mêmes. Je pense aujourd’hui que nous n'avons exploité le maximum de nos capacités. » Grise mine chez Ferrari dans la nuit de Singapour.




Hamilton, Singapour City et Déclaration Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




14 réactions sur cet article Donnez votre avis
VdeV
VdeV :
Montagny sur Hamilton à l'arrivée: "Il est stratosphérique ce type!".

Il y a 1 mois
Ayenge
Ayenge :
40 points, rien n est encore fait mais ça commence á compter car on sent q Vettel commence á accuser le coup...
Il y a 1 mois
V6 Turbo
V6 Turbo :
Ferrari se troue beaucoup depuis quelques courses. A chaque fois c'est un enchainement d'erreurs incompréhensibles à ce niveau de compétition. Pour moi, tout a commencé avant même l'arrivée du matériel à Singapour. Ferrari avait fait un choix bien trop présomptueux de dotation pneumatique. J'ai été surpris de voir une équipe aussi expérimentée de presque tout miser sur les hypers (9 trains), 3 d'ultras et seulement un seul de softs! Bizarre de mettre tous les oeufs dans le même panier sur un circuit où l'on sait qu'il fait généralement très chaud. Sur ce GP réputé le plus physique de la saison, on sait que tout le monde souffre et les pneus n'avaient aucune raison d'échapper à cette fatalité. Ces enveloppes très (trop) tendres vont certes plutôt bien mais se dégradent assez vite. Le temps passé à chaque arrêt est aussi est un des plus longs de la saison. Il fallait à tout prix éviter l'addition de deux arrêts sans SC . Miser sur une SC providentielle au bon moment est une stratégie hasardeuse, même a Singapour! Et puis prévoir un seul composé le vendredi pour les trois séances d'essais libres,c'est presque une faute professionnelle.
Résultat, des qualifs mal préparées et pour corser le tout une nouvelle erreur de Vettel en EL2 (temps perdu). Logique d'assister le samedi à ce mauvais choix de pneus en début de Q2. Bilan: une troisième place sur la grille mettant la pression à Vettel qui la supporte plutôt mal en ce moment.
Je ne vais pas refaire la course mais le scénario du week-end a été très mal écrit de bout en bout. La Scuderia s'est aussi trompée dans son casting d'acteurs principaux. Vettel n'a pas joué longtemps les le premier rôle comme elle l'imaginait en sous estimant l'incroyable talent d'Hamilton en qualif. Pour corser le tout, Mercedes, qui depuis un mois a beaucoup travaillé, a beaucoup progressé sur la compréhension de sa monoplace au point qu'ils ont comblé une bonne partie du handicap qu'ils avaient accumulé jusqu'à Spa.
Bref, c'est la chronique d'une défaite qui n'aurait jamais dû avoir lieu.Ca me fait mal au coeur. Face à un Lewis intouchable, on retrouve a deux tiers du championnat, un Sebastian assommé avec 40 points dans la vue. Si l'on veut garder un tant soit peu de suspens il va falloir que dans 15 jours la Scuderia et Vettel se reprennent. 40 points c'est jouable mais zéro droit à l'erreur.
Il y a 1 mois
dahou ouabou
dahou ouabou :
On entend plus parler du " bouton magique " ? ce fameux bouton qu'utilisait mercedes pour gagner des grand prix.
Techniquement le moteur de la scuderia est beaucoup plus puissant que la mercedes , et pourtant dans le principal classement au championnat du monde , le pilote de la scuderia se retrouve derrière au classement. Comment se fait-il ? Voici donc un post si dessus , donnant quelque détails sur la configuration du week end qui vient de se dérouler.
Vache alors , pour la théorie du bouton magique. En faite pour gagner , on comprend que cela prolifère beaucoup de chose.
La théorie du bouton magique , le mensonge est fini.


Il y a 1 mois
Aifaim
Aifaim :
dahou ouabou@, à ma connaissance, ce "bouton magique" ne servait pas en course mais en qualifications. Aucune preuve n'a jamais été publiée concernant son existence. Ce qui est vraisemblable, par contre, ce sont des cartographies plus osées qui offraient de la puissance sur des efforts courts au détriment de la fiabilité. On peut très bien envisager que la réduction du nombre de propulseurs ait conduit à réduire le recours à la puissance.

De même, la puissance supposée supérieure du Ferrari vis-à-vis du Mercedes n'a jamais été prouvée. Et ce n'est pas parce que "tout le monde" le dit, le revendique ou le proclame que c'est la vérité.
De toute façon, la performance d'une voiture, c'est un tout, Un P.U surpuissant dans un châssis moins rigide, une motricité mal maîtrisée, un aérodynamisme mal calculé, des réglages non optimisés et un pilote plus ou moins en forme forment une grosse part des éléments de la performance. Le maître-mot est et reste l'homogénéité.

Jusque dans les années 70, Enzo Ferrari négligeait les châssis, ne se passionnant que pour les moteurs. Cela lui valut bien des déboires à commencer par la Formule1 mais aussi en Endurance. Ainsi, au Mans en 1962, son équipage vedette, Phil Hill-Olivier Gendebien hérita d'un monstre surpuissant dont ni le châssis, ni les freins, l'embrayage ou la boîte de vitesses ne pouvaient a priori encaisser la puissance du moteur pendant 24 Heures. Mais les deux maîtres de l'Endurance conduisirent l'engin avec délicatesse et remportèrent l'épreuve en ménageant toutes ses composantes sans jamais solliciter tous les chevaux du moteur.

En Formule 1, l'avènement de la cylindrée 1500 fût un triomphe pour le Commendatore qui, contrairement aux Anglais, conçut un moteur performant. La domination de la scuderia fût totale. Mais la saison suivante, les Britanniques se sont mieux préparés tandis que le moteur italien peaufiné devait se contenter du châssis moyen de l'année précédente... et le résultat fût catastrophique.
Il y a 1 mois
dahou ouabou
dahou ouabou :
@Aifaim : Insinuer que le mode régime en qualification est inférieur à celui de la course. C'est beaucoup abuser. Vous insinuez , pour ensuite faire votre explication. Pas bon du tout !


J'étais sur les explications de @ V6 Turbo , depuis belle lurette , dans l'ère de domination de mercedes , ne cessait de part ses comptes-rendus , de démontrer et expliquer que le succès des victoires de mercedes reposaient sur un ensemble éléments. Il faut dire que le triomphe de la première année de l'ère hybride , et sans doute aussi de l'année 2015 , le bloc merdedes disposait des dimensions considérables par rapport à la concurrence. Il était bien prouvé , qu'il était plus puissant et plus fiable. Cette année le bloc ferrari affiche pour l'instant zéro abandon , et beaucoup de fois les meilleurs vitesses de pointes.
Pour revenir à ce bouton, dans la fumée perfide du bouton magique , je parle ainsi de mensonge (le mensonge est fini) , sachant bien que c'était le prétexte de certains pour dénigrer le succès d'une équipe , avec utilisation de ce mot.
Il y a 1 mois
bo
bo :
Je pense que Vettel a eu de la chance ce we, pour un detail, sa sortie derriere max au pitstop. S'il etait ressorti devant, il aurait du faire un autre arret car il ne se serait jamais laissé passer, et aurait mangé ses pneus. vu comme il a finit la course à 2sec au tour des leaders, il a de la chance que bottas soit médiocre.
Il y a 1 mois
Aifaim
Aifaim :
dahou ouabou@, je n'ai jamais écrit que la puissance utilisée en course était supérieure à celle choisie pour les qualifications. En relisant mon message précédent, il n'y a pas d'équivoque possible. Ce que je suggère, c'est que la diminution du nombre de propulseurs pour toute la saison a pu rendre plus prudent les motoristes dans le recours aux cartographies trop pointues en qualifications pour des raisons de fiabilité, à court ou moyen terme.

Ce n'est pas le bloc Ferrari qui procure les meilleures vitesses de pointe mais le propulseur + l'aérodynamique choisie. Encore faut-il se montrer circonspect avec les mesures affichées dans la presse car elle n'indique jamais si la monoplace ne bénéficiait pas à ce moment-là de l'aspiration d'une autre voiture et/ou d'un poids léger grâce à des réservoirs quasiment vides.
Il y a 1 mois
Ayenge
Ayenge :
Lewis est dans la "spirale" du succès. Vettel mange son pain noir mais en sport mécanique rien n'est fait tant que vous n avez pas franchi la ligne d arrivée (aussi bien de chaque GP que du dernier GP).

Là où je me inquiete plus pour Vettel c est surtout au niveau de l ambiance dans son team. A chaud il n a pas hésité á critiquer son team pour les qualifs á Monza et ensuite pour tout le we á Singapour... Oubliant q lui même a commis quelques erreurs... Ce n est pas bon pour la cohésion de l équipe, la confiance et surtout la motivation des troupes.... On en est maintenant á un moment crucial "qui de Vettel ou du team commettra encore une erreur qui rendra irréversible la défaite ?"... L impression que Vettel, par son attitude depuis Monza commence á préparer le terrain. Attention á l implosion !
Il y a 1 mois
dahou ouabou
dahou ouabou :
@Aifaim En effet il faut corriger , le faite de posséder à une meilleure vitesse de pointe , c'est la combinaison propulseur/aéro . Très bien. Il y a bien un des deux moteurs , qui comporte plus de puissance que l'autre ? Non ?. Cette année ceci étant , un pilote mercedes et clients se plaignent de manquer parfois de puissance face à la ferrari. Inoffensif pour tirer son épingle du jeu ? Le motoriste mercedes ou ferrari , sont en capacité d'identifier un écart de puissance de son propulseur par rapport à l'adversaire, sans ce coefficient aérodynamique. De savoir qui dispose du meilleur dans le domaine. Pour une raison X , préférera en faire une cachotterie , si celui du voisin est bien meilleur. Par contre les protagonistes que sont les pilotes , parlent de ce déficit de puissance quand ils sont sur la piste .Un motoriste ne dira jamais aussi gratuitement , mon concurrent est bien meilleur que moi dans ce domaine. Sauf que quand , la différence est matériellement manifeste. Comme pour les prétendants que sont renault et honda. Constater le surplus de vitesse dont disposait vettel a spa-francorchamps , lors du restart. Ça en dit long sur la performance de ce moteur ferrari. L'écurie haas qui gagne du temps en ligne droite sur les clients de mercedes , et gunther steiner qui affirme que les clients de mercedes ne devraient pas se plaindre du niveau de performance du moteur ferrari , est-ce une certaine invention de la presse ?. Lewis Hamilton a t-il raison de dire en juillet 2018 ? faisant référence au puissance moteur " ils (ferrari) nous ont dépassés dans ce domaine, cela ne fait pas de doute " . C'est sans doute aussi une ruse de " com " utiliser de sa part ?.


Il y a 1 mois
Aifaim
Aifaim :
dahou ouabou@, sur le fond, le propos de V6 turbo@ corrobore mes dires. Et si on peut légitimement mettre en doute la crédibilité de mon opinion de béotien, celle de V6 turbo@ a la pertinence du pro qu'il est (les confidences qu'il sème au fil de ses interventions ont révèlé depuis longtemps sa véritable identité...)

Sur la communication, d'où qu'elle vienne, il faut prendre du recul à commencer par "les inventions" de la presse. Un journaliste reprend et/ou interprète ce qu'on lui a dit ou confié. La véracité du fond doit s'orner d'un doute permanent. Les pilotes ont toujours besoin de se rassurer. Combien de fois lisons-nous "qu'il n'aurait pas été possible de faire mieux", sous-entendu avec le matériel dont je dispose ? Et c'est parfois perfide : Vouloir faire modifier un point de règlement pour réduire une déficience peut se préparer avec une idée savamment distillée dans les esprits. Dans une autre vie, j'ai baigné dans le milieu de la communication journalistique. Il doit m'en rester des séquelles dont et surtout un recul et une nécessité de croiser les informations même si les sources se raréfient, hélas ! La communication moderne, entre communiqués et réseaux sociaux, rendent beaucoup plus difficile la recherche d'une vérité non polluée.
Il y a 1 mois
dahou ouabou
dahou ouabou :
@Aifaim

Ah ça , sur les constructions que s'amusent à réaliser beaucoup de journalistes je suis entièrement d'accord avec vous. Bien vrai comme vous le dites, que @ V6 turbo n'a fourni comme explication comme quoi ferrari disposait du moteur le plus puissant. Il est également aussi vrai , que les pilotes " se la raconte un peu " et quelquefois ils sont à coté de la plaque. Quoi qu'il en soit , parmi les quatres il y en a bien un , qui soit plus puissant que tout les autres.
Il y a 1 mois
GV27
GV27 :
Une célébre publicité disait "sans maîtrise, la puissance n'est rien".La difficulté actuelle est de savoir qui maîtrise le mieux les 5 facteurs de la performance :
l'aérodynamique, le châssis, le moteur, les pneus et le pilote.
Pas sûr au vu des dernières courses que ce soit le moteur qui ai fait la différence,bouton magique ou non. J'ai plus l'impression que c'est Hamilton qui a fait la différence (vs Bottas ou Vettel).
Il y a 1 mois
Ayenge
Ayenge :
Aucun pilote ne fera jamais l unanimité pour être désigné "meilleur de tous les temps" car comparer des époques différentes est mission impossible. On peut juste citer les noms de pilotes qui auront marqué leur temps...

Force est de constater que Lewis et Alonso sont sans aucun doute les deux pilotes qui ont marqué la F1 cette dernière décennie. Je ne dénigre pas Vettel car même si on dispose d une voiture au-dessus du lot on ne devient pas 4 fois champions par hasard... Mais (opinion personnelle) il manquera toujours á Vettel ce petit plus que les deux autres ont: avoir affronté des pilotes de "qualité" á armes égales.

En tout cas pour ce qui est de cette saison et surtout ces 2 derniers GP Lewis aura étalé tout son talent... Car ce n est pas juste une "vista" mais aussi l opportunisme et la capacité á pousser ses adversaires á la faute... Rien á dire !
Il y a 1 mois
Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation





Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.