> > > > Bilan des Français : nuit cauchemardesque à Singapour

Bilan des Français : nuit cauchemardesque à Singapour

Aucun des trois pilotes français n'est rentré dans le top 10 lors du Grand Prix de Singapour. Pire, Esteban Ocon s'est accroché dés le départ avec Sergio Pérez, son équipier.

© Force India - La course d'Esteban Ocon n'a pas dépassé le cap du troisième virage, illustrant un dimanche français à oublier© Force India - La course d'Esteban Ocon n'a pas dépassé le cap du troisième virage, illustrant un dimanche français à oublier

Pierre Gasly : 13e

Le pilote Toro Rosso-Honda partait de loin à Singapour, de la 15e place exactement, la faute à une voiture décevante en qualifications. En pneumatiques hyper-tendres, le Normand a tenté un pari osé, en étirant au maximum son relais. Un choix valeureux, qui l'a fait entrer dans le top 10 à partir du 16e tour, avant de décliner progressivement.
« Ce fut une course étrange, » a admis le pilote à l'arrivée.«  J'ai pris un bon départ, en gagnant trois positions dans le premier tour. La fin de mon relais a été plus difficile que je ne l'imaginais, j'ai lutté pour faire durer mes pneumatiques. »

Sous la menace de la Sauber de Leclerc, il céda avant de passer par les stands à l'issue de la 27e boucle. Le mal était fait : après avoir perdu trop de temps en piste, il ressortait en 18e position. Adieu le top 10. Maigre consolation, il termine meilleur français de la course, après la pénalité de 5 secondes infligée au temps de course de Romain Grosjean.

« Après mon arrêt, la situation a été confuse avec Sirotkin, Grosjean a confié le futur pensionnaire Red Bull. Les drapeaux bleus m'ont aussi fait perdre du temps. J'ai essayé de faire le maximum mais je n'avais pas le rythme pour marquer des points ce week-end. » Au classement général, Gasly (13e, 28 pts) reste aussi devant Grosjean, pour un point (14e, 27 pts). Avec ses 20 Grands Prix au compteur, le Rouennais fêtera fin septembre sa première année en Formule 1.


Romain Grosjean : 14e

Voici une dégringolade inattendue. Plutôt à l'aise hier face au chrono, le pilote Haas a perdu sa place dans le top 10, là aussi à une mauvaise stratégie pneumatique. Assez lent à la fin de son premier relais, en hyper-tendres usés, Romain Grosjean a plongé dans la pit-lane dés le 15e tour. Il occupait alors la huitième place après avoir échappé au contact des deux pilotes Racing Point Force India, juste à côté de lui au départ.

A propos des pneumatiques, son constat est clair, teinté de déception : « ce fut une course frustrante. Nous n'avons pas eu des bons pneumatiques sur cette course. Mes pneus hyper-tendres étaient détruits après 10 tours, alors que les ultra-tendres pouvaient durer 40 tours, voire plus. En fait, il aurait été mieux que je ne sois pas dans le top 10 en qualifications.  »

Après son arrêt, le Genevois est alors ressorti en 18e position, entre Hulkenberg et Hartley, avec des pneumatiques tendres. Piégé dans le peloton, Grosjean a aussi du affronter un Sirotkin agressif à bord de sa Williams. Pressé de doubler, l'ancien pilote Lotus en a oublié le drapeau bleu au 37e tour, sanctionnant l'arrivée d'Hamilton et Verstappen. 13e sous le drapeau à damiers, il recula en 15e position après l'application de ses cinq secondes de pénalité.

« Je suis désolé si j'ai bloqué quelqu'un mais ce n'était pas mon intention », s'est défendu Romain Grosjean à ce sujet. « Je me battais avec Sergey (Sirotkin) qui faisait plus du go-kart qu'autre chose. Pierre était dans ma boite de vitesse et Sergey juste devant mon aileron. Dés que je l'ai dépassé, j'ai aussitôt laissé passer Lewis. »

Pour le Français, tout va se jouer désormais la semaine prochaine, où son avenir au sein de l'écurie Haas sera décidé par les dirigeants. Et méfiance : d'ici la fin de saison, Romain Grosjean n'a plus que trois points sur sa Super Licence, après s'être vu retiré deux points supplémentaires ce dimanche. Le Grand Prix de suspension n'est plus très loin !


Esteban Ocon : Abandon

Il n’y a évidemment pas de bon moment pour un crash, mais pour notre dernier Français de ce bilan, le crash du jour est terriblement frustrant. Parti neuvième, le pilote Racing Point (ex Force India) a tenté d’emblée un dépassement sur Sergio Pérez dès le troisième virage, à la sortie du premier enchaînement. Un choix malheureusement trop audacieux : à l’extérieur de la trajectoire, le protégé Mercedes s’est vu fermer la porte par son équipier, avant de subir un choc latéral contre le mur. Un fait de course pour les commissaires, mais un événement inacceptable pour Otmar Szafnauer, directeur de l'écurie.

« J’ai pris un super départ » a justifié Ocon à ce sujet. « J’ai vu une ouverture dans le virage, après j’ai senti un coup, j’ai été envoyé dans le mur. J’ai revu les images mais je ne vais pas analyser les responsabilités. Tout ce que je peux dire est que j'ai vu une opportunité de passer Sergio. J'avais du grip à l'extérieur mais j'ai été heurté et envoyé dans le mur. On avait le potentiel pour entrer les deux voitures dans les points.  »
 »

Esteban Ocon connait ainsi une saison 2018 bien plus agitée qu’en 2017 : le Grand Prix de Singapour constitue son quatrième abandon de la saison, le troisième sur collision, après Bakou et le Castellet. Trois abandons à chaque fois dans le premier tour. Enthousiasme débordant ? L’offensive sur son équipier a bien montré que le Tricolore n’a pas de temps à perdre. Mais l’incident est dommageable pour l’écurie Racing Point, reparti de zéro au classement des constructeurs avant Spa. Pour rappel, Pérez et Ocon se sont déjà accrochés en Azerbaidjan et en Belgique en 2017.




Le bilan des Français, Singapour City et Ocon Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation





Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.