> > > > Russie - Qualifications : Les Ferrari dominées, Bottas en feu

Russie - Qualifications : Les Ferrari dominées, Bottas en feu

Domination outrageuse de la part de Mercedes pour cette séance d'essais qualificatifs. Au terme d'une bataille interne entre les deux équipiers, Valtteri Bottas a su gagner la pôle position devant son équipier et relègue Sebastian Vettel à six dixièmes.
Belle performance de la part de Magnussen, cinquième et d'Esteban Ocon, sixième.

© Bottas et Mercedes dans leur jardin à Sotchi© Bottas et Mercedes dans leur jardin à Sotchi

C'est en connaissant les cinq dernières positions de la grille de dimanche que commence la séance d'essais qualificatifs à Sotchi.
En effet, suite à des changements d'éléments moteurs, les deux RedBull, les deux Toro Rosso ainsi que la McLaren de Fernando Alonso sont pénalisées en partant en fond de grille.

Ainsi, et quoi qu'il arrive durant ces qualifications, l'ordre de fin est déjà établi ainsi :
16ème : Fernando Alonso - McLaren
17ème: Daniel Ricciardo - RedBull
18ème : Max Verstappen - RedBull
19ème : Pierre Gasly - Toro Rosso
20ème : Brendon Harltey - Toro Rosso

Le fond de grille étant établi, de nombreuses opportunités s'ouvrent pour les pilotes non-pénalisés.
Les Mercedes et Ferrari s'adjugeront sans aucun doute aux quatre premières positions, les "autres" pilotes pourront se battre pour les places suivantes avec la cinquième et sixième positions, d'habitudes affectées aux RedBull.

Places aux opportunités.


Q1: Williams et McLaren au tapis

La séance débute dans des conditions similaires à celles des EL3 avec un temps nuageux et une température ambiante élevée de 38 degrés.
Les premiers à ouvrir la pistes sont les Williams et les Haas, dont leurs pilotes viennent d'être officialisés pour 2019 au sein de l'écurie.

Premier temps pour Kevin Magnussen qui prend l'avantage sur ses trois premiers concurrents avant que les deux Ferrari ne prennent l'ascendant, l'allemand terminant son premier tour chrono en 1:33:534, dominant de trois dixième son équipier finlandais.

L'ensemble des pilotes est équipé des gommes hyper-tendres à flanc rose. Tout le plateau à prit la piste excepté les deux RedBull qui, pénalisées à partir en fond de grille, n'ont pas un réel intérêt à jouer ces qualifications.

Amélioration nette du temps par Valtteri Bottas en 1:33:170 qui rappelle que les Flèches d'Argent sont dans leur jardin à Sotchi. Chose validée par Lewis Hamilton qui prend le meilleur temps en 1:32:825 pendant que ses concurrents améliorent de quelques dixièmes leurs temps, sans pouvoir rivaliser avec l'anglais.



Enfin en piste, les deux RedBull s'adjugent les troisièmes et quatrièmes temps. Mais leurs bons temps ne sont malheureusement pas utiles du fait de leurs pénalités.


En bas de tableau, bataille entre les monoplaces Williams et les McLaren toutes quatre accompagnées par Brendon Hartley à la limite de la qualification en Q2.
Perte de contrôle sans conséquence pour la Williams de Sirotkin, qui conclue cette séance de Q1.
Petites frayeurs pour les Renault, qualifiées de justesse en Q2.
Belle performance pour Leclerc qui signe le septième temps, derrières les trois top-teams.

Éliminés en Q1 : Stroll, Vandoorne, Sirotkin, Alonso, Hartley.


Q2 : La famille RedBull et Renault font l'impasse

Sortie de stands pour les Ferrari et Mercedes, toutes équipées à présent de pneus ultra-tendres.

Premières attaques de la part des monoplaces de la firme a l'étoile, les deux monoplaces se plaçant sous les 1:33 dès leur premier essai, pendant que les Ferrari paraissent à la peine et loin du potentiel de Mercedes.

Bon temps pour le monégasque Charles Leclerc en 1:33:488, qui se place à quatre dixième de sa future monoplace, actuellement pilotée par Kimi Raikkonen.

Après leur participation en Q3 pour tester leurs monoplaces, les Toro Rosso et les RedBull choisissent de ne pas participer aux Q2 et s'éliminent d'office de la séance.
Même chose pour Renault, qui saborde ses chances d'accès en Q3 en choisissant de laisser ses monoplaces au garage.



Les cinq éliminés sont donc connus avant même la fin de la séance.

Éliminés en Q2 : Hulkenberg, Sainz, Gasly, Ricciardo, Verstappen


Q3: Mercedes et Bottas intouchables

La bataille va faire rage entre les Haas, Force India et Sauber pour les cinquièmes et sixièmes positions.
Les Mercedes semblent de leur côté assurées des deux premières places. Reste à confirmer.

Les cinq dernières équipes et leurs pilotes respectifs prennent piste, tous équipés des pneus hyper-tendres pour la dernière séance de qualification.

Premier tour bouclé par les pilotes et surprise de voir Lewis Hamilton battu de quatre millièmes par son équipier Valtteri Bottas en 1:31:528.


Derrière, les Ferrari constatent un gouffre au niveau des performances, reléguées à plus d'une demi seconde pour Vettel, et Raikkonen un dixième derrière.

Dans la bataille aux positions suivantes, âpre bataille entre Charles Leclerc et Esteban Ocon, le normand devançant le monégasque de six millièmes seulement.

Derniers tours de pistes dans cette séance et les Mercedes s'empressent de reprendre la piste.
Bottas s'engage pour valider la pôle qui lui tend les bras jusqu'ici et valide un temps record de 1:31:387 pendant que Lewis Hamilton se loupe et laisse le meilleur temps à son équipier.
Les deux Ferrari ont données leur maximum mais sont clairement en dessous. Elles gardent leurs positions respectives.

Derrière, Kevin Magnussen prend la cinquième position devant Esteban ocon, suivi par Leclerc, Perez, Grosjean et Ericsson.




Qualification, Sotchi et 2018 Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




6 réactions sur cet article Donnez votre avis
Arno5
Arno5 :
Pour la 6e fois consécutive, le poleman n'a fini aucune autre séance d'essais en tête!

Hamilton avait facilement une demie seconde sous le pied, mais il a été trop gourmand dans le 2e secteur avec des erreurs qui lui coûtent la pole. Il peut toutefois être rassuré de la forme de sa Mercedes qui n'a jamais autant dominé la Ferrari (à part peut-être en Autriche avec une première ligne similaire et un double abandon...).

Ce n'est pas le circuit où la pole est vraiment importante, et je serais surpris que la hiérarchie au 3e virage soit celle de la grille.
Il y a 2 mois
Marc Diskus
Marc Diskus :
Ce que j'ai du mal à comprendre , c'est le renoncement de Renault en Q2 . Peut-être veulent-ils partir en ultra-tendres pour la course ? Les 3 autres écoliers buissonniers de la Q2 n'avaient aucun intérêt à y participer .

Mercedes concrétise le travail de son équipe pendant l'été et donne une véritable leçon ( claque ) à Ferrari après les qualifs . Ils partirons en ultra-tendres comme les Ferrari et le GP peut se jouer sur la longévité de ce 1° train mais ça m'étonnerait tant la supériorité des Mercedes est devenue flagrante .

Hamilton qui laisse filer sa 80° pole en se loupant dans ses 2 run en Q3 . C'est plutôt rarissime .

En tout cas un GP qui sera explosif avec les furieux qui remonteront des dernières lignes pour le spectacle .
Il y a 2 mois
Marc Diskus
Marc Diskus :
Ah ! j'oubliais . Vettel obligé de pousser sa voiture à la sortie des stands parce que ses ingés piste l'envoient pour un nouveau run trop tard ! un peu brouillon tout ça et mérite un carton........rouge .
Il y a 2 mois
V6 turbo
V6 turbo :
@Marc Diskus
Les performances en hausse des Mercedes ne sont pas le fruit du hasard ou des circonstances. Comme toi je pense que le travail des derniers mois paie aujourd'hui. La fameuse "évolutivité" en cours de saison, dont j'ai vous ai tant saoulé, a de toute évidence déjà rendu son premier verdict a un peu plus des 2/3 du calendrier: Mercedes à la peine avant la trêve semble avoir plus que comblé son retard sur Ferrari.
Je crois d'abord qu'ils ont une meilleure compréhension des gommes et de leur utilisation. De ce coté là j'ai été surpris de voir comment vendredi Vettel a réussi à buller ses enveloppes arrière en seulement deux ou trois tours quand les deux Mercedes roulaient sans trop les faire souffrir. Attention Ferrari n'est pas pour autant au fond du trou, mais je crois qu'ils sont dans une période d'interrogation. Je vois qu'ils stagnent plus que leurs concurrents. La bête qui semble mal en point, elle reste redoutable.
Sur cet aspect précis de l'utilisation des pneumatiques, si le paramètre température est primordial, il est loin d'être le seul. Je crois que l'aéro (les appuis évidemment, mais aussi les flux autour des roues et je vais y revenir), la géométrie des trains comptent beaucoup. Mon expérience est plutôt celle d'un motoriste, toutefois je sais combien il faut une monoplace équilibrée, cohérente et adaptable pour s'imposer sur un championnat. Par exemple une modif de quelques degrés (chasse, carrossage, déport, torsion, etc) sur un train peut faire des miracles ou le contraire. Ne me faites pas dire que Ferrari est larguée, mais ponctuellement dans une phase ou des inconnues sont difficiles à appréhender. D'ailleurs si elles gagnaient ce dimanche que dirait-on?
Quoi qu'il en soit, je sais que Mercedes a beaucoup bossé et semble-t-il assez efficacement pour l'instant. Pour ce qui concerne les trains, par exemple avez vous remarqué l'introduction de nouvelles jantes très différentes, avec une aéro particulière (en tuyaux d'orgue) afin d'extraire un max de calories à certaines vitesses de rotation. Cette innovation vient se marier avec de nouveaux freins dotés de carénages bien différents sur de grands bols évasés, toujours pour mieux répartir et transporter les calories. On sait combien il est important de chauffer rapidement ces freins tout en conservant une température stable. Les jantes sont aussi des conducteurs puissants de calories vers les pneus. Un des facteurs de perf.
Enfin, il y a le PU et son utilisation "à la limite" (un poil + que 100% selon certaines cartos) que Ferrari ne peut peut-être pas d'utiliser dans ces conditions jusqu'au terme de la saison sans risque de casse, quand Mercedes a prévu une gestion un peu plus durable (moins en dents de scie). Renault est aussi en proie à ces problèmes hésitant entre plusieurs specs et cartos correspondantes.Toujours sur le PU, n'oublions jamais qu'il développe aujourd'hui, non seulement plus de 1000 cv, mais aussi selon plusieurs indiscrétions plus de 1000 NM de couple maxi (ce qui est presque surréaliste pour un 1600). Des chiffres invérifiables mais qui dans l'ordre d'idée sont très impressionnants. Pour ma part, je sais que la courbe de délivrance de cette puissance et de ce couple, peut faire toute la différence sur la tenue des pneumatiques. A un certain point le meilleur est l'ennemi du bien. Mercedes a-t-elle découvert un compromis plus efficace de tous ces éléments avec une courbe plus sage mais au final plus efficace? Pas impossible. Je rappelle que passer toute cette cavalerie sur seulement deux pneus, aussi larges et tendres soient-ils, est déjà un défi physique.
Mes interrogations ne sont que des pistes de réflexion. Je reviens en conclusion, et j'y tiens, à souligner le rôle primordial du pilote. Ce n'est pas qu'une trouvaille d'ingés géniaux. Le meilleur pilote est aussi celui qui sait tirer au bon moment toute la perf de ses pneus en connaissance de cause des choix de réglages. Ce n'est pas non plus un truc que l'on improvise avec son seul talent. Le travail en amont avec l'équipe d'ingés reste un facteur majeur de différence.
Quelle complexité, me direz vous, mais c'est aussi là que se trouve un part de la magie de notre sport.

Il y a 2 mois
V6 Turbo
V6 Turbo :
Combien de tours vont tenir les hyper tendres? La très forte dégradation annoncée obligera-t-elle les équipes à une stratégie à deux arrêts? Ceux qui pourront prolonger leur premier train sans avoir à subir d'undercut seront probablement très avantagés car ils pourront faire le trou sans avoir à repartir dans le trafic. Autant d'inconnues sans compter sur d'éventuelles SC venues chambouler le tout.
Bon départ impératif et faire rapidement la différence, c'est la première recette. Ensuite éviter de subir les perturbations aéro destructices pour l'équilibre de la monoplace. Autant dire que le pole man à un sérieux avantage . Reste à le concrétiser et à ne pas se faire prendre au premier freinage après une belle aspi dans la longue ligne droite.
Facile à dire. Bon GP à tous.
Il y a 2 mois
kaolin77
kaolin77 :
@V6 Turbo : bonjour et merci à vous (encore) pour votre fine analyse de la situation. Pour le GP du jour en effet, le premier virage sera crucial et l'on peut penser que Vettel tentera tout ce qui est possible (et au-delà ??) pour reprendre des points à Lewis. J'espère vraiment qu'aucune manoeuvre litigieuse ne viendra marquer ce GP....Bon GP à toutes et tous.
Il y a 2 mois
Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation





Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.