> > > > Bilan 2018 - Toro Rosso : entre ombre et lumière

Bilan 2018 - Toro Rosso : entre ombre et lumière

En cette fin d'année 2018, Motorsinside vous propose de jeter un regard en arrière sur les performances des équipes et de leurs pilotes cette saison. Toro Rosso, nouvellement propulsée par Honda et menée par une paire de pilotes inédite, s'est illustrée en alternant coups d'éclats et zones d'ombres.

© Toro Rosso - Gasly a fait briller sa ToroRosso à trois reprises cette saison© Toro Rosso - Gasly a fait briller sa ToroRosso à trois reprises cette saison

Classement au championnat : 9ème, 33 pts
Meilleure place en qualifications : 6ème (Gasly - Barheïn, Hongrie / Hartley - Japon)
Meilleure place en course : 4ème ( Gasly - Barheïn)

Abonné à la 7ème place des constructeurs depuis 2014, l'équipe italienne déplore donc cette année son plus mauvais classement depuis 4 ans.
Pour sa défense, la Scuderia Toro Rosso a cette année changé de motoriste en reprenant le bloc Honda, précédemment utilisé par McLaren. Avec un bilan fiabilité plutôt positif, l'équipe à tout de même essuyé 10 abandons en cours de saison avec seulement 12 courses ralliées avec leurs 2 pilotes (sur 21 au total.)
Le test moteur semble néanmoins concluant au vu du choix de l'équipe grande sœur qui s'engage dès l'an prochain aux côté du motoriste Honda également.

Emmené par un Pierre Gasly étincelant en première moitié de saison, il faut bien reconnaître que la seconde partie fut plus délicate pour l'équipe de Franz Tost.
Les chiffres parlent d'eux même avec 28 points récoltés à mi-saison dont 26 pour le normand. Le bilan de la deuxième moitié passe à 5 points.

Le développement en cours de saison a donc coûté à la Scuderia Toro Rosso qui s'est aussi peut-être fait dépasser par d'autres équipes dont la dynamique s'est améliorée au cours de la saison.

Le nouveau couple de pilotes pour 2019 mêle la jeune expérience en F1 de Daniil Kvyat et celle totalement vierge de F1 de Alexander Albon.
Avec un expérience accrue en ce qui concerne l'exploitation du moteur Honda et l'aide de Red Bull en ce sens, Toro Rosso reviendra logiquement mieux armée de ce côté dès la saison prochaine. Rendez-vous en mars pour le vérifier.

Pierre Gasly :

Le normand aura fait parler la poudre au cours de cette saison à travers trois courses gérées d'une main de maître. Fin gestionnaire de pneumatiques et doué de l'art du pilotage, il aura su prouver à l'écurie mère qu'il fallait compter sur lui pour les années à venir.
Surprenant le plateau au Grand-Prix de Barheïn tant en course qu'en qualifications, il finira au pied du podium dès la deuxième course de la saison.
A Monaco, il a su économiser ses gommes pour emmener sa monoplace à la septième place au termes de relais optimums.
Enfin, il a su montrer parfois opportuniste en finissant sixième du Grand-Prix de Hongrie tout en profitant des malheurs des Mercedes.
Le reste de la saison a été plus délicat pour le français qui n'a cumulé qu'un point sur les huit Grand Prix qui ont suivi Spa.

Recruté chez Red Bull pour la saison 2019 aux côté de Max Vertappen, le Français amène avec lui son expérience du bloc Honda et son talent. Il aura fort à faire face à un Néerlandais chouchouté et féroce, mais nul doute qu'il saura saisir les opportunités afin de renouer avec les performances.

Brandon Hartley :

Pour sa première saison complète, le Néo-zélandais n'aura malheureusement pour lui, pas su garder sa place. A l'instar d'un certain Stoffel Vandoorne, Brandon Hartley s'est clairement fait mettre dans l'ombre par son coéquipier.
Avec trois apparitions dans le Top 10 dont une suite à disqualifications (la Haas de Magnussen et de la Racing Point d'Esteban Ocon à Austin), le natif de Palmerston North n'aura que trop peu brillé aux yeux d'Helmut Marko, qui imposa sur ses épaules une pression grandissante.
Le responsable de la filière n'étant pas connu pour sa patience, ce dernier annonça dès la fin de la saison l'éviction du Néo-zélandais pour la saison suivante au profit d'Alexander Albon et du revenant Daniil Kvyat, symbolisant les difficultés de la filière jeune Red Bull.
L'ancien pilote d'endurance, ayant déjà prouvé son talent dans d'autre disciplines, saura probablement refaire sa place dans une catégorie où se sentira plus à l'aise.


Sondage : Le duo Albon-Kvyat saura t-il améliorer les performances de ToroRosso et Honda ?




Bilan, Toro Rosso et 2018 Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




4 réactions sur cet article Donnez votre avis
Aifaim
Aifaim :
La seconde partie de l'année pose question. La voiture était très à l'aise en début de saison et a stagné assez brutalement. La logique voudrait que ce soit un abandon du développement au profit de la monoplace 2019 qui en soit la cause.

Mais je risque une autre hypothèse : RedBull.
On sait qu'il n'y a qu'une seule équipe qui compte, c'est RedBull, Toro Rosso ne sert que de banc d'essai, pour les pilotes mais, cette saison, pour le propulseur Honda. C'est ainsi qu'on a vu, sans nécessité technique, les monoplaces changer de P.U allègrement, comme s'il s'agissait d'accroître et d'accélérer la mise au point du bloc nippon afin qu'il soit au niveau quand il équipera la RedBull.
L'amertume d'Hartley y prend peut-être une part de sa source. De toute façon, les pénalités sur la grille de départ n'ont pas d'autre raison d'être et face à des adversaires de plus en plus proches au niveau des performances, il n'y avait plus rien à espérer.

L'an prochain ? Toro Rosso conservera ce rôle de banc d'essai mais de manière moins voyante et la monoplace devrait obtenir quelques compensations émanant de RedBull. Avec son expérience, Kvyat sera au niveau du Gasly 2018 d'emblée et Albon apprivoisera la F1. Quant au duo Verstappen/Gasly, il bénéficiera des sacrifices de cette saison.
Il y a 7 mois
Marc Diskus
Marc Diskus :
On parle de Gene Haas et de Lawrence Stroll en F1 comme on parle de Dieter Mateschitz . La différence se situe dans le temps d'implication de ces personnages industriels et riches , en course automobile . La passion est sans doute la même pour ce sport pour chacun d'entre eux . C'est en tout cas l'alternative actuelle pour étoffer un plateau de F1 , face aux équipes d'usine et de suppléer aux équipes historiques défaillantes .

Dieter Mateschitz est le fonceur industriel qui associe une boisson énergisante à la performance sportive d'exception . Avec du sucre , de la caféine , de la taurine et de l'eau gazeuse , il se retrouve multimilliardaire et propriétaire de 2 équipes de F1 ! Est-ce par hasard ? À chacun son opinion .

RedBull utilise Toro Rosso comme on utilise un brouillon pour écrire une lettre ou un mail . N'est-ce pas une nouveauté en F1 ? Et ça continuera en 2019 . Quand on a les arguments financiers tangents pour traiter Renault Sports de ne pas être à la hauteur , on fonce vers Honda pour leur demander de faire mieux . C'est l'apanage des empires et des puissants par l'argent , le temps que ça durera .

Il y a 7 mois
Aifaim
Aifaim :
Les "quelques compensations" à attendre de RedBull commencent à se dévoiler : la boîte de vitesses, les suspensions avant et arrière ainsi que "d'autres pièces"...
Chez Toro Rosso, on en attend une grosse économie en argent et en temps mais aussi de meilleures performances. Le Père Noël est en avance... chez certains tout au moins !
Il y a 7 mois
Aifaim
Aifaim :
C'est de plus en plus clair ! James Key ne sera probablement pas remplacé chez Toro Rosso, selon Marko car il ferait double emploi en fonction de la nouvelle collaboration renforcée avec RedBull.
Les points communs entre les deux équipes seront aussi nombreux qu'entre Haas et Ferrari, c'est-à-dire au maximum prévu par le règlement. Mais naviguant l'une et l'autre sous le même étendard et la suppression de son directeur technique, il m'apparaît difficile d'imaginer que la collaboration se limitera à la fourniture de pièces pour la monoplace.
Il y a 6 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.