> > > > Bilan 2018 - Sauber : retour sur le devant de la scène

Bilan 2018 - Sauber : retour sur le devant de la scène

En cette fin d'année 2018, Motorsinside vous propose de jeter un regard en arrière sur les performances des équipes et de leurs pilotes cette saison. Sauber a été une des révélations de l'année avec une régularité étonnante dans les bons résultats et quelques coups d'éclats du talentueux Charles Leclerc.

© Sauber - L'équipe Sauber renait de ses cendres© Sauber - L'équipe Sauber renait de ses cendres

Classement au championnat : 8ème, 48 pts
Meilleure place en qualifications : 6ème (Brésil ; Ericsson)
Meilleure place en course : 6ème (Azerbaïdjan ; Leclerc)

Il y a une constance avec l'équipe Sauber, c'est sa capacité à rebondir ! En 2018, l'équipe a marqué plus de points (49) que lors des quatre dernières saisons réunies (43). Le changement de direction à la tête de l'écurie marquée par l'arrivée de Frédéric Vasseur aura donc donné un élan positif à un équipe moribonde, incapable de progresser il y a encore 12 mois.

Le petit prodige Charles Leclerc y est évidemment pour beaucoup dans la renaissance de Sauber. Avec ses 39 points marqués et ses coups d'éclats (sa 6ème place à Bakou), le Monégasque a redoré à lui seul le blason de l'équipe suisse.

Cette dernière devient même séduisante pour d'autres grands champions puisque Kimi Raikkonen a choisi de poursuivre sa carrière à Hinwill pour les deux prochaines saisons. Il faudra donc encore compter sur Sauber en 2019 puisqu'elle semble capable de continuer sur sa lancée.

Charles Leclerc :

Classement au championnat : 13ème, 39 pts
Meilleure place en qualifications : 7ème (Brésil, Russie)
Meilleure place en course : 6ème (Azerbaïdjan)

On attendait le jeune monégasque au tournant pour sa première saison dans la discipline reine du sport automobile. Couvé par Ferrari et présenté comme un futur champion, Leclerc n'aura pas déçu, loin de là. Après une paire de Grands Prix plutôt difficile, notamment dans la compréhension de sa monoplace, le pilote #16 marquera ses premiers points lors du Grand Prix d'Azerbaïdjan en accrochant une étonnante 6ème place.

Il enchaînera à partir de ce moment cinq entrées dans les points en six courses, démontrant ainsi des qualités de régularité et de fiabilité si importante au haut niveau de compétition. Il sera tellement impressionnant durant le printemps que Ferrari finira par le choisir pour remplacer Kimi Raikkonen en 2019 et donner un supplément de motivation à Sebastian Vettel.

Charles Leclerc est déjà chez lui en Formule 1 et il va mettre cette aisance au profit de la Scuderia dès 2019, avec une bonne dose d'insouciance dont l'équipe italienne a bien besoin.

Marcus Ericsson :

Classement au championnat : 17ème, 9 pts
Meilleure place en qualifications : 6ème (Brésil)
Meilleure place en course : 9ème (Bahreïn, Allemagne, Mexique)

Paradoxalement, ce qui risque bien d'être la dernière saison en Formule 1 du Suédois aura été la plus convaincante. S'il n'a marqué que 9 points au championnat face au 39 de son jeune et inexpérimenté équiper Charles Leclerc, la saison du #9 n'a pas été aussi décevante que ce que pourrait laisser penser les chiffres.

Ericsson a même semblé soulagé une fois son avenir assuré en IndyCar. Il a notamment signé une impressionnante 6ème place sur le grille du Grand Prix du Brésil, devant le Monégasque, marquant ainsi la meilleure qualification de Sauber cette saison.

Malgré tout, le Suédois reste un pilote au talent moyen et son affrontement avec Leclerc en aura démontré les limites. Il trouvera donc refuge dans un autre championnat en 2019 mais restera néanmoins pilote essayeur de l'équipe suisse, au cas où, même s'il a lui même avoué ne plus faire de la Formule 1 sa priorité.


Sondage : Sauber est-elle gagnante de son échange Leclerc/Raikkonen avec Ferrari en 2019 ?




Bilan, Alfa Romeo Sauber et 2018 Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




2 réactions sur cet article Donnez votre avis
Aifaim
Aifaim :
Lorsque des évènements défavorables surviennent, toutes les équipes victimes en souffrent. Soit elles s'en relèvent plus ou moins rapidement soit elles sombrent définitivement. C'est assez curieusement lié à des problèmes humains : "un seul être vous manque..."

En se retirant, Peter Sauber a créé un vide qu'il a - peut-être - agrandi lui-même en choisissant Monisha Kaltenborn pour lui succéder. Des repreneurs de bon sens qui choisissent un patron qui se révélera providentiel dans ses choix et la firme remonte la pente. C'est évident aujourd'hui, ça l'était infiniment moins il y a un an, a fortiori deux.

Comme pour toutes les équipes - y compris les plus prestigieuses- les compteurs sont remis à zéro pour la saison prochaine. Le bon comme le pire sont à craindre surtout dans un contexte de monoplaces de plus en plus proches au niveau de la performance. A part les trois top teams, nul n'est à l'abri d'une élimination en Q1.

Ce que va apporter Räikkönen, c'est d'abord sa crédibilité. Il a un point de comparaison avec sa Ferrari 2018 qu'il saura expliquer à ses ingénieurs... à eux d'en faire bon usage.
Giovinazzi sort du moule Ferrari, il devrait donc parler le même langage. La vraie question ? Avec son nouveau duo de pilotes, la maison Sauber va-t-elle se "ferrariser" encore davantage ou saura-t-elle cpnserver son âme ?
Il y a 1 mois
Marc Diskus
Marc Diskus :
Alfaim@
Comme vous pouvez l'imaginer , Sauber/Alfa-Roméo n'a d'autre destinée que d'évoluer dans la trace de la Scuderia . Même motorisation en 2019 ( comme en 2018 ) , un soutien évident de son sponsor/titre et l'arrivée de Kimi Raïkkönen , dernier Champion du Monde chez Ferrari .

Kimi , le doyen qui a aussi été le plus jeune du plateau en son temps , a bouclé son contrat Sauber en 4 jours ! Je pense qu'il existe une relation fusionnelle entre la Scuderia et Sauber , avec l'échange de bonnes idées entre les 2 équipes . Sinon pourquoi autoriser Kimi à dévoiler ses immenses connaissances encore toutes fraîches de la SF71H à Sauber ?

Vasseur est le garant de l'esprit Sauber en tirant tout son monde vers le haut . Le risque avec un professionnel impliqué dans ses missions comme lui , est que la Scuderia le kidnappe . Ils ont bien fait pareil avec Leclerc !

Il y a 1 mois
Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation





Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.