> > > > Bilan 2018 - Force India / Racing Point : le Roi est mort, vive le Roi

Bilan 2018 - Force India / Racing Point : le Roi est mort, vive le Roi

En cette fin d'année 2018, Motorsinside vous propose de jeter un regard en arrière sur les performances des équipes et de leurs pilotes cette saison. Le feuilleton aura animé le paddock durant cet été. Force India a fini son épopée en Formule 1, remplacée à la hâte par Racing Point Force India suite à son rachat. Au delà de cet aspect juridique, l'aspect sportif a été bien assuré avec de belles performances réalisées par deux bons pilotes.

© Force India - Bons résultats et vagues financières chez les roses© Force India - Bons résultats et vagues financières chez les roses

Classement au championnat : 7ème pour Racing Point, 52 pts
Meilleure place en qualifications : 3ème (Ocon - Belgique)
Meilleure place en course : 3ème (Pérez - Azerbaïdjan)

Deux entités pour une même équipe, chose peu courante mais telle était l'aventure du staff vêtu de rose en cette année 2018.
Abonnée à la quatrième place du championnat depuis deux ans, 2018 débuta sous le giron de Force India gérée depuis son entrée en F1 par Vijay Mallya.
Emmenée par le Français Esteban Ocon et Sergio Perez, l'équipe déplora des performances relativement moyennes en début de saison jusqu'au Grand Prix d'Azerbaïdjan avec une 3ème place pour le Mexicain, qui lança réellement la saison de l'écurie indienne.
S'en suivi une série de belles performances avec notamment la belle sixième place d'Esteban Ocon à Monaco.

A mesure de l'avancée de la saison, des rumeurs grandissent autour des difficultés financières de l'équipe Force India.
Celles-ci se confirment et la situation évolue avec l'implication du pilote mexicain de l'équipe qui place la structure sous administration judiciaire.
L'équipe de Formule 1 Force India est placée en redressement judiciaire le 27 juillet et une réelle menace plane au dessus de l'équipe et sur son devenir.
Dix jours plus tard, le père de Lance Stroll, Lawrence, annonce le rachat de la structure basée à Silverstone par le biais d'un consortium d’investisseurs. Les créanciers vont être payés et également le pilote mexicain.Le groupement est constitué de différents hommes d'affaires à savoir Lawrence Stroll, entrepreneur milliardaire canadien, André Desmarais, homme d'affaire canadien également et septième fortune du Canada, Jonathan Dudman, gestionnaire de fortune anglais basé à Monaco et John Idol, copropriétaire de la marque de mode Michael Kors.

Les fonds sont de retour et l'équipe est renommée dans la foulée Racing Point Force India. La conséquence pour la nouvelle structure nouvellement menée par l'américain Otmar Szafnauer est qu'elle repart de zéro, tous les points de la précédente Force India étant annulés.

C'est donc après l'annulation de 59 points que l'équipe reprend les débats à Spa. Celle-ci ne semble pas perturbée par les événements et obtient un superbe résultat en Belgique et s’adjugeant les cinquièmes et sixièmes places.

Les deux pilotes effectuent une superbe deuxième partie de saison malgré quelques abandons et une disqualification à Austin pour Esteban Ocon.

Au terme de la saison, l'équipe compte 52 points, et s'adjuge la septième place Constructeurs. Superbe performance sur une demi-saison, sachant qu'elle finit fictivement cinquième avec 111 points cumulés. Malgré un budget serré, l'équipe assure 15 courses sur 21 en ramenant ses deux monoplaces à l'arrivée.

Quoi qu'il en soit, l'équipe est sauvée et assure son futur avec le consortium de Lawrence Stroll.
Sortant de Williams et de la débâcle de l'équipe britannique, le jeune canadien Lance Stroll rejoint donc la jeune équipe Racing Point qui attend son nouveau nom pour s'engager dès 2019 aux côtés de Sergio Perez. Le fils du nouveau propriétaire lequel devra prouver qu'il mérite sa place privilégiée face à un redoutable coéquipier qui, bien que suivi par de gros sponsors, reste un excellent compétiteur.
Le jeune canadien tient entre ses mains sa future crédibilité dans le paddock. Si les premiers tests en simulateurs l'annoncent dans les temps d'Ocon, nul doute que la tâche s'annoncera bien différente en piste.

Esteban Ocon :

Classement au championnat : 12ème, 49 pts
Meilleure place en qualifications :3ème (Belgique)
Meilleure place en course : 6ème (Monaco, Autriche, Belgique, Italie)

Après une superbe saison 2017 où il assura les points à quasiment tous les Grands Prix, le jeune pilote français n'arrive pas à reproduire la performance passée et déplore un début de saison difficile en comptant seulement un point sur les cinq premiers Grands Prix.
Malgré ses performances qui évoluent et ses belles qualifications ,Esteban Ocon sera mis sur la touche à la fin de la saison, le nouveau propriétaire plaçant logiquement son fils dans son équipe.
Le Français, finit derrière son équipier au classement avec 49 points et une douzième place face à Perez et sa huitième place avec 62 points, mais inflige a un impressionnant 17/4 en duel de qualifications.
Le natif d'Evreux est victime du racing business et se retrouve écarté de toute planification pour 2019, si ce n'est un poste de troisième pilote au sein de l'équipe Mercedes, à laquelle il est encore lié.

Sergio Perez :

Classement au championnat : 8ème, 62 pts
Meilleure place en qualifications : 4ème (Belgique)
Meilleure place en course : 3ème (Azerbaïdjan)

Bien moins féroce cette année avec son jeune équipier, le Mexicain s’octroie une superbe saison 2018 avec onze entrées dans les points et un podium à Bakou.
Finissant le championnat au huitième rang avec 62 points, il prouve une nouvelle fois qu'il a sa place au sein d'une équipe de Formule 1.
Ayant prit sous son aile le redressement de son équipe, il a permit d'assurer d'une part sa situation personnelle et financière mais également d'autre part la pérennité d'une équipe qui mérite sa place dans le paddock en prouvant que les belles performances sont accessible malgré un budget limité.


Sondage : Lance Stroll prouvera t-il qu'il mérite sa place au sein de l'équipe en 2019 ?




Bilan, Racing Point F1 Team et 2018 Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




4 réactions sur cet article Donnez votre avis
Aifaim
Aifaim :
Lance Stroll n'est pas un mauvais pilote. Remporter la F3 euro-series n'est pas donné à tout le monde et sauter la F2 pour s'aligner directement en F1 non plus. L'argent a aidé mais la super-licence indispensable... certains la cherchent toujours avec beaucoup de moyens aussi.

Williams ne lui a pas offert une vie facile. La monoplace régressait déjà, il remplaçe de facto un Bottas alors très prometteur pour une saison d'apprentissage avec une réputation pré-établie d'incompétence totale. Pas évident à surmonter ! Cette saison, la voiture est complètement hors course, les récriminations des pilotes snobées...
Racing Point, quel que soit son futur patronyme, doit montrer sa réelle valeur. A quel niveau ? Aucune idée.

Face à Perez, la barre est haut placée. D'autant que le Mexicain a vu Ocon ternir son étoile et qu'il a une revanche à prendre : Lance Stroll semble une victime expiatoire toute désignée sinon idéale.
Il y a 6 mois
Benjamin Wauthier
Benjamin Wauthier :
vainqueur du Championnat d'Italie de Formule 4 en 2014 ; Vainqueur du Toyota Racing Series en 2015 ; Vainqueur du Championnat d'Europe de Formule 3 en 2016 ... un podium en F1 avec Williams en 2017 ... Rien en 2018 mais avec la voiture la plus mauvaise du plateaux ... Moi je vois bien Stroll au même niveau que Ocon cette année , face a Perez l'an prochain ... Temps que les pneu s'use fort Perez est là mais Stroll a plus de chance de faire un coup d'éclat que Perez qui a pour lui la régularité ... Puis le père Stroll si il investi dans sont fils c'est qu'il vaut le coup , il est pas du genre a faire de mauvaise affaire ... La 3eme place des constructeur devraient ce joué entre Renault et Racing Point et une Redbull au moteur incertain ... 3 équipes qui on de bon pilote c'est p-e Perez le moins bon de 6 mais il est régulier et économise bien les gommes ... En tout cas Perez , a bien joué le coup en poussant Vijay Mallya vers la sortie , il a clairement assurer sa place dans une bonne équipe mais il va p-e devenir pilote N°2 dans les années avenir ... Pas juste grace a l'argent de sont équipier mais parce qu'il est un bon 2eme pilote en sois , il a pas la carrure d'un champion du monde mais c'est le meilleur pilote payant sur le marcher ...
Il y a 6 mois
Eric du Hasting
Eric du Hasting :
Les trop nombreuses fautes d'orthographe dans cet article (pour ne citer que celui-ci) nuisent fortement au propos. Il n'y a pas que la presse papier qui a besoin de correcteurs...
Il y a 6 mois
Aifaim
Aifaim :
"Ayant prit sous son aile"... il ne convient pas d'exagérer le rôle de Sergio Perez pour démêler l'imbroglio de la situation financière de l'équipe. Tout s'est joué entre les commanditaires de Force India et ses sponsors. Le pilote a servi de prête-nom à une opération nécessaire.
Il y a 6 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.