> > > > Bilan 2018 - Red Bull : presque au top...

Bilan 2018 - Red Bull : presque au top...

En cette fin d'année 2018, Motorsinside vous propose de jeter un regard en arrière sur les performances des équipes et de leurs pilotes cette saison. Red Bull a connu une année en dents de scie mêlant le talent et la fougue de ses pilotes et de nombreux déboires mécaniques. Un choix radical a été fait pour les années à venir. Retour sur une année charnière pour l'équipe autrichienne.

© Red Bull - Des résultats en dents de scie chez les Autrichiens en 2018© Red Bull - Des résultats en dents de scie chez les Autrichiens en 2018

Classement au championnat : 3ème, 419 pts
Meilleure place en qualifications : 1er (Mexique; Ricciardo)
Meilleure place en course : 1er (Chine-Monaco; Ricciardo / Autriche-Mexique; Verstappen)

En provenance d'une troisième place Constructeurs en 2017, Red Bull s'est directement replacée dans cette même dynamique, clairement surpassée en terme de rythme par les deux leaders Ferrari et Mercedes.
En revanche, si les monoplaces semblent légèrement en dessous, la paire de pilotes menant les monoplaces aux couleurs de la boisson énergisante est clairement au niveau des meilleurs.

A l'inverse de l'équipe de leur motoriste Renault qui ne souffre pas de défaut de fiabilité, l'équipe Red Bull déplore un taux d'abandon impressionnant. A peine plus de la moitié des Grands Prix a été ralliée par les deux monoplaces soit 11 courses sur les 21 du calendrier.
Si le moteur n'est pas seul en cause, référence à Bakou et au harponnage des deux équipiers, la firme au Losange s'est pourtant attirée les foudres de l'équipe de Milton Keynes et de leur pilote néerlandais tout au long de la saison.

Dans cet élan de critiques, une décision majeure a été prise, celle de quitter le motoriste Renault au profit de Honda.
Ce choix met fin à douze années de partenariat dont quatre couronnées de succès de 2010 à 2013.

Le contrat avec le motoriste japonais porte sur les saisons 2019 et 2020, le nouveau règlement moteur se portant dès 2021.

Au delà du divorce avec l'entreprise française, l'équipe de Christian Horner fut à la source du chamboulement du mercato 2019.
Annonçant à mi-saison la reconduction de son duo de pilotes, le pilote Australien décida début août de son départ vers Renault. Coup de tonnerre dans le paddock avec le suite que nous connaissons.

De la suite des événements, le choix de Pierre Gasly fût logique et en lien avec le choix du nouveau motoriste.
Si les performances de "l'équipe B" Toro Rosso sont restées limitées, le moteur Honda a clairement haussé son niveau par rapport à l'an passé tant en performances qu'en fiabilité.
C'est donc équipées de ce bloc que s'élanceront les futures Red Bull dès 2019 avec des performances futures difficiles à prédire et un duo de pilotes jeune et inédit.

Max Verstappen :

Classement au championnat : 4ème, 249 pts
Meilleure place en qualifications : 2ème (Autriche, Singapour, Mexique)
Meilleure place en course : 1er (Autriche, Mexique)

Après une première moitié de saison en demi-teinte, le jeune néerlandais a confirmé son talent en seconde partie de saison avec 249 points contre 105 lors des douze premiers Grands Prix. Épargné par les problèmes de fiabilité, Max Verstappen a fini la saison en apothéose en trustant le podium cinq fois de suite.

Fougueux, le jeune pilote Red Bull a prouvé qu'il était un adversaire redoutable en imposant son style agressif quitte à en venir aux mains avec Esteban Ocon lors de la course brésilienne. Très critique envers Renault à l'image de son Team principal Christian Horner, Max Verstappen s'est régulièrement plaint de son motoriste et est probablement partiellement responsable du divorce avec Renault.
Avec deux victoires de plus au compteur, le Néerlandais est confiant pour l'année à venir, sa collaboration avec Pierre Gasly et la collaboration avec Honda. Si ces différents éléments fonctionnent, nul doute que le pilote Red Bull bataillera pour les victoires.

Daniel Ricciardo :

Classement au championnat : 6ème, 170 pts
Meilleure place en qualifications : 1er (Monaco)
Meilleure place en course : 1er (Chine, Monaco)

A l'inverse de son équipier, Daniel Ricciardo a littéralement subit sa deuxième partie de saison. Abandonnant à huit reprises, l'Australien s'est vu progressivement distancé au classement Pilotes par ses concurrents. Sa saison débuta pourtant très bien pour le pilote Red Bull qui remporta la troisième course du calendrier en enchaînant trois courses plus tard avec une victoire à Monaco qu'il attendait tant.
Totalisant 118 points à mi-saison, le reste fût une véritable traversée du désert. Si l'on se souvient de son désarroi après différents abandons mécaniques, Daniel Ricciardo a pourtant choisi de diriger son avenir vers Renault, l'actuel motoriste de sa monoplace "maudite", selon ses dires.
Doté d'un talent indéniable, le meilleur freineur du plateau prend un risque mais assume totalement son choix. Au delà de ce dernier, c'est tout le paddock qui a dû adapter sa stratégie de recrutement et Esteban Ocon en a clairement fait les frais indirectement.

A bientôt 30 ans, le souriant et sympathique Australien relance sa carrière en rejoignant Renault; une équipe en progression et dont il sera le pilote numéro un, à défaut de son rôle chez Red Bull, privilégiant généralement Verstappen.


Sondage : Red Bull peut-elle faire mieux avec Honda en 2019 ?




Bilan, Red Bull et 2018 Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




8 réactions sur cet article Donnez votre avis
Aifaim
Aifaim :
Il y aura au moins une chose que RedBull aura comprise, c'est qu'il ne s'agit pas d'être égoïste dans la conception de sa monoplace. Horner a clamé qu'il agirait avec Honda à l'inverse de ce qu'avait fait McLaren en prenant en compte les besoins du motoriste en priorité dans la conception de la monoplace. Sauf qu'en se moquant de McLaren, c'est sa propre équipe qui est dans le collimateur, le tout corroboré par le nombre de pannes survenues chez RedBull d'une part, chez Renault et McLaren de l'autre.
Sur le papier, le bloc Honda semble avoir suffisamment progressé pour supporter la concurrence et une RedBull au niveau des précédentes devrait être au niveau... Mais de qui ?
De Mercedes et Ferrari ou de leurs clients et leur ex-partenaire, Renault ? Aucun élément concret ne vient aujourd'hui apporter une réponse crédible. Et c'est tant mieux pour les désirs, souhaits, détestations et autres supputations...
Il y a 3 mois
LH#44
LH#44 :
Le meilleur freineur en F1 est Hamilton pas Ricciardo.
Il y a 3 mois
Marc Diskus
Marc Diskus :
LH#44@
Tu as probablement raison sauf que le plus beau dépassement au freinage de la saison 2018 pour une majorité de lecteurs sur le Web , est celui de Ricciardo sur Bottas à Shanghaï .

Ça n'enlève rien aux qualités de freineur de Lewis mais la concurrence est grande dans ce domaine . Je sais qu'il est difficile de te faire douter , quand on s'appelle LH#44 .
Il y a 3 mois
GV27
GV27 :
@LH44 et Marc Diskus,
le meilleur freineur en dépassant c'est Ricciardo et le meilleur freineur en chasse au meilleur temps c'est Hamilton,vous avez donc tous les deux raison :) mais ce sont deux freinages bien différents.
Il y a 3 mois
Marc Diskus
Marc Diskus :
GV27@ et LH#44@
Vous êtes des admirateurs de la F1 . Lewis Hamilton et Gilles Villeneuve sont présents dans vos propos . Peu importe l'époque qu'ils représentent , l'attachement au sport automobile est le même .

Pour 2019 , je n'ai qu'un souhait , outre les " bonne santé , bonne année " qui sont importantes , c'est malgré les difficultés de la vie , que beaucoup d'entre nous expriment leurs idées sur le site . Hors sujet total mais en guise de bons voeux .

Il y a 3 mois
LH#44
LH#44 :
J'ai surtout en souvenir le GP d'Istanbul en 2006 quand Lewis était encore en GP2. Depuis il s'est "assagi".
Il y a 3 mois
Arno5
Arno5 :
@LH#44

Hamilton a beaucoup évolué, il est devenu un très bon gestionnaire de championnat et prend beaucoup moins de risques. Même s'il nous a gratifié de quelques belles passes d'armes (avec Alonso au Mexique 2017, Bottas en Allemagne cette année), il a tendance à prendre beaucoup moins de risque qu'avant dans le combat direct. C'est moins spectaculaire, mais plus efficace.

Il commence à allier les qualités de Senna du samedi avec celles de Prost du dimanche, c'est redoutable.
Il y a 3 mois
Arwing
Arwing :
Red Bull a clairement un carte à jouer l'année prochaine avec les changements aéro. Il faut garder à l'esprit qu'ils ont toujours sous la main Adrian Newey et qu'il est capable trouver "l'astuce" qui pourrait faire la différence. La preuve cette année, Red Bull a prouvé qu'ils avaient le meilleur châssis et une excellente gestion des gommes.

Cependant, il reste une inconnue de taille dans l'équation : le moteur Honda. Je pense que Verstappen et Gasly connaîtront plusieurs pénalités sur la grille l'an prochain. Le tout est de savoir si le moteur Honda sera suffisamment puissant pour se mêler à la lutte pour la victoire.
Il y a 3 mois
Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation





Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.