> > > > Stoffel Vandoorne : sacrifice d'un talent sur l'autel de la F1

Stoffel Vandoorne : sacrifice d'un talent sur l'autel de la F1

Lorsque l'on parle aujourd'hui de Stoffel Vandoorne, la seule question qui vient à l'esprit est : comment ce génie du pilotage, ayant survolé les formules de promotions, est venu se ranger en fond de grille puis quitter la Formule 1 par la petite porte ?

© Mclaren - Talent gâché pour Stoffel Vandoorne© Mclaren - Talent gâché pour Stoffel Vandoorne

Nous sommes le 3 avril 2016, le monde de la Formule 1 découvre le talent du pilote de réserve de McLaren Stoffel Vandoorne. Appelé à remplacer Fernando Alonso, victime quelques jours plus tôt d'un violent crash en Australie, le Belge prend le baquet du double champion du monde le temps d'une course à Bahreïn.

Concluant un weekend de course géré en tous points par une superbe 10ème place, la planète F1 est certaine de voir en Stoffel Vandoorne un futur champion du monde.

Encensé par ses pairs et impressionnant son écurie dès son premier test réel, le natif de Courtrai est titularisé dès la saison suivante au sein de l'écurie de Woking au côté de Fernando Alonso.

Des mots du directeur de la compétition de McLaren de l'époque Eric Boullier, «McLaren ne pouvait pas investir sur un meilleur espoir».

Le Français est certain de son choix, mettant en avant l'intelligence de course de la jeune recrue et sa compréhension technique.
Deux saisons plus tard, le contraste est saisissant. Stoffel Vandoorne perd son volant pour 2019.

Multiple champions de karting, champion F4 Eurocup 1.6 en 2010, Champion Formule Renault 2.0 Eurocup en 2012, Champion GP2 en 2015 en établissant de nombreux records, comment un garçon indéniablement bourré de talent a pu essuyer un tel échec ?

La structure McLaren responsable ?

La structure britannique avait clairement fait émerger un champion après avoir intégré Stoffel Vandoorne dans leur réseau dès 2013 à travers le "Young Driver Program". De succès en succès, la F1 fût une suite logique, d'autant que son test de 2016 à Bahreïn fût probant.

Déclarant dès son arrivée « Je suis là pour longtemps et c'est la raison pour laquelle mon ambition première est de reconstruire une relation solide avec l'équipe ». Le jeune belge ne pouvait se douter de la suite.

Nous avons pu constater qu'à travers le programme McLaren-Honda, l'écurie de Woking, certaine de son châssis et déplaçant les torts sur le motoriste japonnais, n'était clairement pas adepte de la remise en question.
Constat de ce fait logique de penser que les difficultés rencontrées par Stoffel Vandoorne venaient du pilote et non de la voiture.

Bridé par de nombreux ennuis mécaniques et un manque de confiance de la part de l'équipe, le Belge n'est clairement pas à l'aise et personne ne l'aide. Finissant péniblement les quelques Grands Prix épargné par les casses mécaniques, il ne parvient à truster que 13 points lors de sa première saison en F1, plaçant les ambitions du pilote et de l'équipe à des années lumières de celles affichées en début d'année.

Saison suivante : nouveau motoriste, même situation. La voiture ne fonctionne pas et Stoffel Vandoorne est transparent. Si certains lui reprochent un manque d'agressivité, son écurie le lâche et commence petit à petit à lui mettre la pression par l'intermédiaire des médias. Sa place est menacée. Le belge souffre et semble seul dans cette longue traversée du désert. Le pilote belge semble au mauvais endroit au mauvais moment.

Alonso, meilleur ennemi ?

Qui ne rêverai pas d'évoluer pour son arrivée en Formule 1 au côté de Fernando Alonso ? Le jeune belge confirme, « J'ai un excellent équipier en la personne de Fernando Alonso, qui sera un excellent repère pour moi. »

Confiant, Stoffel Vandoorne aborde la relation sous les meilleurs augures et compte bien tirer des enseignements du double champion du monde sans forcément chercher à le battre.

« Le battre n'est pas en tête de ma liste. Je ne suis pas obnubilé par Fernando », déclare le Belge.

Le champion ibère n'est cependant pas très docile comme équipier. Si l'entente est au beau fixe entre les deux pilotes, Fernando Alonso a clairement posé sa patte sur McLaren et ne compte pas la laisser. Il reste prioritaire pour ce qui est des réglages. Stoffel Vandoorne n'arrive pas à faire appliquer ses préférences et s'enlise dans une voiture qu'il ne met pas au point.

Fernando Alonso est incontestablement le pilote numéro un et fait de l'ombre à Stoffel Vandoorne. Trop d'ombre...il reste en retrait derrière le charisme du champion espagnol. Ce dernier ne tarie pourtant pas d'éloge sur le pilote belge en affirmant que Stoffel Vandoorne est « l'un des meilleurs talents du paddock » et qu'il est « plus proche de lui que Räikkönen » au jeu des temps.

L'ancien pilote Ferrari, dominant régulièrement son équipier en qualifications et en courses, ne se prive cependant pas de se mettre en avant. S'il se flatte tout au long de la saison de ses performances lors des essais qualificatifs, il participe clairement à saborder la confiance du belge. Ce dernier ne peut que constater la situation en faveur de l'Espagnol qui le domine jusqu'à un sanglant 21-0 en qualifications au volant d'une voiture conçue par une équipe acquise à sa cause.

S'il n'est pas facile de débuter la compétition aux côtés d'un pilote au talent reconnu du fait de la permanente comparaison, Vandoorne a clairement montré d'autres signes de fébrilité lors des quelques essais comparatifs face au jeune Lando Norris, qui viendra lui piquer son baquet. Le mal semble plus profond...

Question de confiance ?

Si le cadre compétitif de Stoffel Vandoorne semble incontestablement en sa défaveur, ce dernier n'a cependant pas démérité au terme de la saison 2018 même s'il ne s’adjuge que 12 points et une 16ème place générale.
La confiance régulièrement rognée par les mauvaises performances et par un environnement sportif qui ne le soutient pas, il voit s'effacer petit à petit son statut de génie du pilotage. L'envie et la rage de vaincre s'amenuisent et cela se ressent forcément sur ses prestations en piste.

Ses belles passes d'armes restent d'autant plus anonymes au vu des caméras, milieu de peloton oblige. Ainsi sa belle 8ème place du Mexique restera transparente, malgré le fait qu'il partait du fond de grille. Sa belle course hongroise devait également se finir dans les points avec une 9ème place promise avant qu'un ennui mécanique vienne enrayer sa dynamique. 9ème place toujours à Bakou et ce malgré trois arrêt aux stands.

Souvent malchanceux, le discret belge restera toujours correct vis-à-vis de sa structure au niveau médiatique. Toujours positif, il a pourtant vu sa belle trajectoire de carrière arrêtée en fin de saison lors de l'annonce par McLaren de son remplacement par Lando Norris. Quelques portes d'écuries fermées plus tard, il rejoint Esteban Ocon sur le banc des talents expulsés de la Formule 1 en 2019.

Si le Français trouve refuge comme 3ème pilote Mercedes, refusant de quitter la discipline quitte à ne pas courir, le Belge se tourne vers la Formule E en intégrant l'équipe HWA, étroitement liée à Mercedes. L'équipe allemande qui s'adjuge au passage les services de Stoffel Vandoorne au titre de pilote de simulation, consciente de son talent.

Malgré des premières courses décevantes en Formule E avec 0 point après 3 courses, espérons que le talent belge saura revenir sous les feux des podiums avant de pourquoi pas, tenir sa revanche en Formule 1.


Sondage : Stoffel Vandoorne mérite-t-il une deuxième chance en F1




Vandoorne, Pilotes et Bilan Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




15 réactions sur cet article Donnez votre avis
thierry
thierry :
un duo de pilote mercedes , pour les années post hamilton : occon , vandorme. deux jeunes prometteurs
Il y a 2 mois
james
james :
Le manque d'argent est aussi une des causes tout comme Ocon,la F1 ne peut être le sport auto suprême avec des pilotes payants fils à papa comme maldonado(pvdsa),stroll(papa),pèrez(gouvernement colombien), norris,(papa),etc,...,pour imager c'est comme à la foire aux jeux vidéo où j'aurais 20 euros pour jouer et le voisin 1000 euros et cela fausse forcément les résultats .
Il y a 2 mois
Aifaim
Aifaim :
Il est difficile et même impossible de savoir de quoi était faite la vie chez McLaren ces dernières années. Les problèmes techniques étaient légion mais les tracas financiers et politiques tout aussi perturbateurs avec les changements d'objectifs et de dirigeants.

Avec toute son expérience, Alonso s'en est sorti surtout par rapport à son équipier et aux dépens de McLaren via sa monoplace. Son attitude vis-à-vis de Honda était pire que celle de Verstappen contre Renault et cette saison, c'est le châssis qui était perru... pardon, fautif (Supervroum, sors de mon corps !) VanDoorne s'exprimait infiniment moins et cela n'a pas aidé à marquer une présence qu'Alonso a écrasée sans élégance en usant et abusant auprès de la presse de sa supériorité en qualifications. L'Espagnol a réussi un tour de force : renforcer son aura avec une saison globalement mauvaise. C'est peut-être ce qu'on appelle jouer à ce qu'Ibère gagne ?
Il y a 2 mois
Aifaim
Aifaim :
James@, votre "etc" va très très loin. Sainz chez McLaren c'est aussi grâce à son sponsor personnel Estrella qui va augmenter son chèque pour s'afficher sur les voitures. Il me semble que les pilotes uniquement payés pour leur talent est extrêmement courte et quasiment nulle si on en retire les pilotes dont la présence est "vendue" en même temps que la monoplace. 80 millions pour mettre une voiture en piste, il faut les trouver surtout lorsqu'on n'a rien derrière, c'est-à-dire des produits à vendre.

Que les pilotes soient contraints d'apporter des subsides à leurs "employeurs", cela a quelque chose de choquant sur le principe. Qu'un gros chéquier compense des dixièmes de seconde aussi. Mais ces pilotes mieux pourvus ne sont pas mauvais, loin de là. Ils pourront même être exceptionnels. Prost avait un budget "ElF" dès qu'il a remporté le Volant et toutes les gammes de son apprentissage étaient aux couleurs du pétrolier.
On ne voit plus en F1 de pilotes vraiment lents, ramant à 1 ou 2" - parfois plus - de leur équipier et c'est heureux. Mais il n'est pas impossible de les revoir un jour, ne serait-ce que pour compléter un plateau famélique.
Car il est un sujet dont on ne parle absolument pas et c'est fort dommage : le sport automobile vit une période euphorique, l'argent arrive à flots. Du coup, les championnats fleurissent, les talents se dispersent et les pilotes trouvent plus aisément que jamais à exercer leur métier. Cela ne durera pas. Qu'une crise économique d'ampleur planétaire s'installe et le sport auto en sera une victime comme des milliers d'entreprises. Les dirigeants au niveau mondial le savent et tentent de prévenir la casse. En F1, il y a cette tentative de limitation des coûts mais il y a beaucoup d'initiatives dans les autres disciplines. Ceux qui les suivent s'en rendent compte.
Il y a 2 mois
AP01
AP01 :
Alonso a fait une excellente saison selon moi. Et, comme d'habitude, certains passent leur temps à l'accabler de tous les maux ! Bientôt, ce sera de sa faute si Ghosn est en taule au Japon !!!

Il a écrasé Vandoorne en qualifs et ce n'est tout de même pas sa faute ! Si Vandoorne avait été si bon, il aurait sans doute pu tirer son épingle du jeu de temps en temps. Et Alonso a régulièrement supporté son coéquipier. Que n'auriez-vous pas dit s'il en avait dit du mal ?!

Alonso est un des meilleurs pilotes de l'histoire et il n'y aucun mal à perdre face à lui. Chez Mercedes, Hamilton a gagné une dizaine de GP et Bottas, aucun. Accuse-t-on Hamilton d'avoir Mercedes à sa botte, d'abuser de sa supériorité ?
Il y a 2 mois
Marc Diskus
Marc Diskus :
AP@
" Chez Mercedes, Hamilton a gagné une dizaine de GP et Bottas, aucun. Accuse-t-on Hamilton d'avoir Mercedes à sa botte, d'abuser de sa supériorité ?

Oui on le dit , quand Bottas est en passe de gagner un Grand Prix et qu'on lui demande de laisser passer Hamilton . Qui est à la botte de qui ? . C'est la question qu'on se pose pour les pilotes actuels et de l'Histoire , qui ne pourront jamais donner plus que ce qu'ils ont , comme Vandoorne face à Alonso . Le reste de la réponse appartient à un monde inaccessible aux lecteurs que nous sommes .
Il y a 2 mois
Marc Diskus
Marc Diskus :
Vandoorne mérite une deuxième chance en F1 , comme l'exprime le vote de 85% de nos lecteurs . Une différence étonnante avec Alonso qui souhaite revenir en F1 pour se " reposer " . Attention pour Sainz et Norris de ne pas vous faire torpiller votre entendement par Zak Brown et ses directives " anti-McLaren" à l'opposé de ce que j'ai connu autrefois .
Il y a 2 mois
AP01
AP01 :
"Oui on le dit , quand Bottas est en passe de gagner un Grand Prix et qu'on lui demande de laisser passer Hamilton" : sauf que JAMAIS Hamilton n'a demandé à ce que Bottas le laisse passer ! C'est une décision du board de Mercedes et Hamilton a ensuite demandé que cela ne se reproduise plus.
S'il y a bien un pilote qui n'a jamais demandé de faveur, c'est bien Hamilton ! Une fois de plus, vous vous tirez une balle dans le pied en affirmant des choses totalement fausses.
Bottas avait le même matériel que son coéquipier et comment justifiez-vous que sur les 20 autres GP de la saison, où il n'a pas reçu la consigne de laisser passer LH, il n'a pas réussi à gagner un seul GP ???

"85% de nos lecteurs" : vous vous pensez rédacteur de ce site maintenant avec "nos" lecteurs ?!

"Vandoorne mérite une deuxième chance en F1 , comme l'exprime le vote de 85% de nos lecteurs . Une différence étonnante avec Alonso qui souhaite revenir en F1 pour se " reposer " : et où est le lien entre ces 2 phrases qui n'ont rien à voir entre elles ??? Si j'avais la moindre sympathie pour vous, je commencerais sérieusement à m'inquiéter pour vos facultés intellectuelles. Heureusement, ce n'est pas le cas.
Il y a 2 mois
GV27
GV27 :
@aifaim,

Alonso a écrasé Vandoorne sur la piste, pas dans la presse et il avait fait de même avec Raikonnen. D'ailleurs à part Hamilton,il a écrasé tous ses coéquipiers.
Vandoorne a surtout manqué de chance car il a enchainé les problèmes mécaniques et s'est vu comparé à un monstre.A comparer à un autre rookie qui a eu plus de chance de se mettre en valeur comme Gasly,Leclerc ou Ocon avec des coéquipiers moins monstrueux qu'Alonso.
Pour l'attitude d'Alonso face à Honda,comparée à celle de Verstappen avec Renault, c'est le grand écart votre comparaison ! Entre un "GP2 engine" au mieux au fond du peloton mais plus souvent au fond du garage et un moteur ayant gagné des GP et des casses d'embrayage souvent imputées, en direct, à tort à des casses moteurs,ces deux moteurs n'étaient clairement pas dans la même catégorie....Sur ce coup Aifaim Ibère son latin. :)
Il y a 2 mois
Daniel Charlier
Daniel Charlier :
Les problèmes de Vandoorne chez McLaren viennent probablement d?une seule cause, qui tient en deux mots: Zack Brown.
Le patron doit protéger ses arrières, même les saoudiens se rendront compte un jour qu?il tire l?équipe vers le bas. Or il est le manager personnel de Norris, il y a un conflit d?intérêt plus que clair. Ça veut dire par exemple qu?il touche un pourcentage sur le salaire du pilote...
Je suis convaincu qu?il a délibérément saboté Vandoorne pour faire une place à son poulain.
Vandoorne a peut-être été naïf? Difficile à dire. D?ici je ne vois pas bien ce qu?il pouvait faire pour sortir de ce bourbier. Il n?a pas les parrains de Stroll ou Pérez. Sa seule chance d?arriver en F1 était de signer un contrat déséquilibré avec une filière de jeunes et de se retrouver pieds et poings liés avec une écurie. Le choix de McLaren n?etait pas si idiot, en 2013 personne ne savait que ça deviendrait une des plus mauvaises écuries 5 ans plus tard.
Il y a 2 mois
Marc Diskus
Marc Diskus :
Lorsque j'écris que Vandoorne est plébiscité par une majorité de gens pour son retour en F1 alors qu'Alonso souhaite y revenir pour s'y reposer , le lien entre les 2 phrases est évident : leur retour en F1 . Tout le monde ne comprend pas mais ce n'est pas grave .

J'apprécie le post de Daniel Charlier@ qui éclaire la situation de McLaren sur ses récentes déconvenues à l'encontre de Vandoorne et la gestion délétère de Zak Brown pour l'équipe .
Il y a 2 mois
AP01
AP01 :
"Lorsque j'écris que Vandoorne est plébiscité par une majorité de gens pour son retour en F1 alors qu'Alonso souhaite y revenir pour s'y reposer , le lien entre les 2 phrases est évident : leur retour en F1 ." : Je confirme que cela revient à comparer des choux avec des clés de 12 ! Si tu comparais 2 sondages sur les retours de Vandoorne et d'Alonso, ok, mais là, c'est totalement ridicule !
Quant aux sondages sur ce site (comme ailleurs), ils ne veulent pas dire grand-chose. La preuve, lors de l'accrochage Perez-Ocon à Bakou en 2017, 90% des votes rendaient Perez responsable alors que FI a révélé qu'Ocon avait une responsabilité majeure dans cet accrochage...

Maintenant, c'est Brown sur qui certains tapent ! Pourquoi pas ? Je ne connais pas sa part de responsabilité. Mais ce qui apparait certain, c'est que,
quand on affirme ceci : "Je suis convaincu qu'il a délibérément saboté Vandoorne pour faire une place à son poulain.", on écrit n'importe quoi ! Je ferai remarquer que Vandoorne est arrivé avant Brown et que ce dernier l'a conservé en 2018. De plus, un patron d'écurie n'a aucun intérêt à saborder son pilote car il gagne bien plus à son poste que dans son rôle de manager et que des résultats de l'équipe dépendent de très gros bonus. Il serait un peu c.. le gars, non ?!
Demandez donc à n'importe qui dans le paddock (pas ici !) s'il préfère diriger une écurie prestigieuse (et tenter de la redresser) ou gagner quelques dizaines de milliers de $ en tant que manager d'un pilote débutant en F1, en faisant tout pour que son pilote termine dernier ou ait des problèmes mécaniques. Je crois qu'il n'y aurait pas photo...

Mais, au fait, quid de Boullier qui a marqué son passage chez McLaren par ses pires résultats depuis au moins 35 ans ? Ah, j'oubliais, il est français, donc il est parfait, comme Ocon...
Il y a 2 mois
Marc Diskus
Marc Diskus :
Au risque relatif de me prendre une volée de bois vert ou pire encore , j'exprime une simple idée . Le retour éventuel de Vandoorne en F1 serait à la mesure de beaucoup de gens qui pensent avec attache et respect au pilote d'exception qu'il est et qui a été et desservi par les circonstances traversées par son équipe . Mais il sera peut-être pour toujours dans une situation de demande de son retour .

Le retour éventuel d'Alonso en F1 serait à la mesure d'une multitude de gens qui pensent avec attache et respect au pilote d'exception qu'il est , double Champion du Monde , qui a fait de mauvais choix dans la poursuite de sa carrière mais qui est certainement décisionnaire de son retour en F1 , surtout s'il décroche la triple couronne .

Nul besoin d'un sondage , qui ne veut pas dire grand-chose de l'avis de certains , pour reconnaître les chances de l'un et de l'autre d'être à nouveau présent en F1 . J'ose dire qu'ils sont tous les deux des pilotes d'exception .

Il y a 2 mois
Marc Diskus
Marc Diskus :
" On peut écraser un poussin dans son ?uf ou lui permettre de devenir un aigle ".
Il y a 2 mois
Marc Diskus
Marc Diskus :
" On peut écraser un poussin dans son oeuf ou lui permettre de devenir un aigle "
Il y a 2 mois
Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation





Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.