> > > > Honda de retour aux affaires ?

Honda de retour aux affaires ?

Depuis le retour de Honda en Formule 1 en 2015, Red Bull est l'élu qui a réussi à faire remonter le constructeurs japonais sur le podium et en haut du classement.

© L.Lefebvre/Motorsinside - Red Bull peut-elle gagner avec Honda ?© L.Lefebvre/Motorsinside - Red Bull peut-elle gagner avec Honda ?

Un passé douloureux

Autrefois équipe constructeur, Honda s'était finalement fait racheter fin 2008 faute de résultats probants et était devenu Brawn GP, avec le succès que l'on connait (titres constructeur et pilote avec Jenson Button). Une nouvelle fois rachetée après une seule année d’existence, l'équipe est aujourd’hui Mercedes, la multi-titrée de l’ère hybride.

C'est seulement en 2015 que le constructeur nippon revient dans la catégorie reine du sport automobile mais cette fois-ci en tant que motoriste de McLaren. L'objectif de revivre les succès du plus grand partenariat de la Formule 1 ne s'est pourtant jamais concrétisée. Durant trois longues saisons, McLaren et Alonso mettront à mal le bloc propulseur japonais avant de signer un divorce très coûteux et médiatique.

Parallèlement à cela, alors que ses relations avec Renault séffritent, Red Bull voit un grand potentiel dans Honda. L'équipe autrichienne charge sa petite sœur Toro Rosso d'essuyer les plâtres en 2018 et de servir de véritable laboratoire pour juger des compétences et de la fiabilité de l'unité de puissance nippone. Cette nouvelle alliance se voit être bien plus saine et malgré certains problèmes de fiabilité le motoriste japonais semble avoir fait un grand pas en avant côté performance.

Un futur radieux ?

Content des performances de la petite Scuderia, Red Bull décide elle aussi de passer à ce nouveau moteur et place de lourdes attentes sur Honda pour permettre enfin à l'équipe autrichienne de se battre pour le titre.

Cette saison l'alliance Red Bull-Honda est très scrutée et les observateurs de la F1 se demandent si elle fonctionnera. Plusieurs éléments de réponse ont été apportées durant les essais hivernaux et cette première course de la saison. La première chose que l'on peut remarquer est que les problèmes de fiabilité ont l'air d'avoir été résolus. Toro Rosso a pu parcourir près de 957 tours lors des essais comparés aux 822 en 2018 et aux 425 qu'avait effectué McLaren auparavant.

Côté performance, le retard sur les moteurs Ferrari et Mercedes a été rattrapé. Mieux encore, le Honda semble meilleur que le moteur Renault. Pour les qualifications de ce week-end australien, Alexander Albon et Daniil Kvyat ont respectivement réalisé la troisième et quatrième meilleure vitesse de pointe. Une amélioration des performances qui est due à de grands investissements de la part de Honda pour pallier le retard des années précédentes.

Cette hausse de la qualité du moteur japonais s'est confirmée à Melbourne grâce à Max Verstappen qui a su se défaire de la Ferrari de Vettel et même à embêter Hamilton et décrocher la troisième place. C'est le premier podium de Honda depuis le Grand Prix d'Angleterre en 2008.

Clairement, Honda a effectué de sérieux progrès dans le domaine de la performance et de la fiabilité mais il reste encore beaucoup de travail à faire pour devenir la référence en matière de motoriste. Reste à savoir si la RB15 pourra être une concurrente à la victoire à la régulière.


Sondage : Pensez-vous que Honda et Red Bull pourront se battre avec Ferrari et Mercedes ?




Honda, 2019 et Verstappen Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




4 réactions sur cet article Donnez votre avis
dahou ouabou
dahou ouabou :
" Coté performance , le retard sur les moteurs ferrari et mercedes a été rattrapé " alexander daniil ont respectivement réalisé la troisième et la quatrième meilleure vitesse de pointe , le honda semble meilleure que le moteur renault .
Vous allez vous faire gronder les gars , admettant que je suis pour la journée de la femme , vous faire gronder les filles. Est-ce vrai ainsi , que l'on détermine la supériorité d'un moteur par rapport à un autre ? . Que pensent les châtelains connaisseurs .


Il y a 4 mois
Marc Diskus
Marc Diskus :
dahou ouabou@
Sans être châtelain connaisseur mais lecteur comme toi du site , j'ai plaisir à répondre à ton post sympa .

Les progrès du PU Honda sont remarquables avec 4 voitures à l'arrivée en Australie et des vitesses de pointe qu'aurait aimé Alonso . Il faut rester patient sur les prochains 7 théoriques GP pour voir la fiabilité du PU .

Le problème avec le châssis génial Redbull d'Adrian Newey , est d'être équipé d'un PU en mesure de gagner . Renault leur a permis en 2018 de gagner 3 courses notamment à Monaco avec Ricciardo . Honda pourra-t-il faire aussi bien par rapport aux références Mercedes et Ferrari ?

Il n'est même pas question du travail de Honda dans son département F1 pour être au plus haut niveau par un engagement total pour être le meilleur . Ils le montrent aussi en Indycar .

Restent les pilotes pour accomplir le travail final mais là , Verstappen et Gasly , c'est la détermination absolue .
Il y a 4 mois
AP01
AP01 :
ça c'est de la réponse ! 12 lignes pour ne rien dire, c'est fort !
Alors que certains "spécialistes" ici, enterraient Honda il y a à peine un an, tout s'est passé comme je l'avais prédit : 1 an d'essais chez STR et passage ensuite chez RB.
Les japonais, comme les français, savent faire mais avaient pris un retard très difficile à rattraper. RNO s'est également planté, cela arrive, mais ils finiront par revenir au niveau des meilleurs si la reglementation perdure. Le problème est ailleurs.
Quant aux déclarations de Marko, mettant la faiblesse actuelle de RB sur son chassis, je pense que c'est essentiellement pour faire enrager RNO. Les autrichiens sont ainsi : soit ils parlent pour ne rien dire, soit ils passent leur temps à faire des déclarations polémiques...
Il y a 4 mois
Aifaim
Aifaim :
La vitesse de pointe n'est pas une donnée fiable puisque de nombreux paramètres l'influencent. Le poids, le vent, l'aspiration ou la sortie du virage précédent.
Mais c'est surtout le réglage de la voiture, ce compromis pour une efficacité maximale tout au long du Grand Prix.

D'une manière caricaturale, une bonne vitesse de pointe sans un classement similaire sur un tour complet voire celui de l'arrivée trahit un appui et une tenue de route "sacrifiés" pour une raison ou une autre, peut-être ici pour mieux défendre sa position dans les rares endroits où dépasser est possible.
Il y a 4 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.