> > > > Bahreïn : Les tops et les flops de la rédaction

Bahreïn : Les tops et les flops de la rédaction

Vous connaissez la formule : débattons des principales satisfactions et déceptions de ce deuxième week-end de la saison 2019, disputé sur le tracé de Sakhir, à Bahreïn.

© Mercedes - Quel événement a retenu votre attention à Sakhir ?  © Mercedes - Quel événement a retenu votre attention à Sakhir ?

Le top 3 :

Charles Leclerc, un rendez-vous avec l'avenir

La vraie révélation de ce deuxième week-end de la saison. A l'aise depuis le début du week-end, meilleur temps en Q1, en Q2 et en Q3, Leclerc avait déjà fait sensation lors de la course à la pole, en assénant deux meilleurs tours sur ses deux runs de Q3, trois dixièmes devant son quadruple champion du monde d'équipier. Son départ moyen aurait pu transparaître un manque d'assurance (compréhensible pour un premier départ en tête d'un Grand Prix), il n'en a rien été : le Monégasque a frappé fort pour reprendre la première place, avec une série de meilleurs tours et deux dépassements imparables sur Bottas, mais surtout sur Vettel !

La maîtrise était impressionnante, elle a donc duré une quarantaine de tours. Il en manquait encore une quinzaine pour aller au bout de son rêve, mais la Formule 1 nous a aussi rappelé que rien n'était jamais acquis. Bien sûr, Leclerc n'est pour rien dans la défaillance de son système de récupération d'énergie. On peut même saluer son sang-froid pour maîtriser une voiture avec de moins en moins de freins à l'arrière. Cet effort lui aura au moins permis de tenir jusqu'au coup de pouce du destin et la Safety Car provoquée par l'abandon des deux Renault. Le Monégasque méritait bien ça, et repart de Sakhir avec son premier podium en tant que pilote de Formule 1, le sixième plus jeune pilote de l'histoire à réaliser une telle performance.

Alors, même si le but était évidemment la plus haute marche du podium, Leclerc s'est définitivement fait un nom auprès de tous et a eu la pleine reconnaissance de Lewis Hamilton, rien que ça ! Même sans la victoire, une nouvelle star est née au sommet de la Formule 1.


Lewis Hamilton, combatif vainqueur... et fair-play !

Le grand gagnant du week-end, contre toute attente. A la régulière, Hamilton n'aurait certainement pas gagné ce Grand Prix de Bahrein. Il n'empêche : le quintuple champion du monde a livré une course de haut-vol, à la bagarre avec Vettel, en le poussant à la faute, ce qui est finalement arrivé au 38e tour, après un très beau dépassement à l'extérieur du quatrième virage. Avant cela, le pilote Mercedes avait donc suivi le rythme d'une Ferrari, qui était clairement la meilleure voiture à Sakhir.

Sa performance prend encore plus de valeur par rapport à celle de Bottas, perdu avec son set-up et relégué à ECART. En grand champion, Hamilton a d'ailleurs eu les bons mots à l'arrivée, pour Leclerc, mais aussi pour son équipe, invité à redoubler d'effort pour garder la tête des deux championnats. En attendant un réveil de la Scuderia Ferrari, le Britannique a encore maximisé un résultat sur un week-end de course, ce qui sera forcément utile pour la suite. Et pour la 13e saison consécutive, Lewis Hamilton gagnera donc au moins un Grand Prix sur un week-end de course. Une série ahurissante !

Lando Norris, l'autre jeunesse triomphante !

Dans cette course folle, le jeune pilote McLaren est finalement le "meilleur des autres" ! Huitième avant l'abandon des Renault, le protégé de Woking a eu le mérite de se placer à un tel niveau de performance, en dépassant notamment quatre voitures dans le premier relais, et en résistant à l'Alfa Romeo de Raikkonen sur la fin, qui lui rend exactement... 20 ans !

Seul ombre au tableau, ce petit accrochage dans le premier tour, l'ayant fait tomber en 12e position. Mais en regardant le classement, difficile d'imaginer un meilleur résultat pour un pilote qui saisit toutes les bonnes occasions depuis le début de saison, en atteste aussi ses deux passages en Q3, à Melbourne comme à Sakhir. On attend tout de même avec impatience une vraie comparaison avec Sainz, victime cette fois d'un accrochage avec Verstappen en début de course et qui n'a pas pu évoluer au même rang que son prometteur équipier, troisième plus jeune pilote de l'histoire à entrer dans les points, à 19 ans, 4 mois et 18 jours exactement.

Le flop 3 :

Sebastian Vettel, une erreur et le retour des vieux démons ?

Un tête à queue tout seul comme un grand et une dizaine de points envolés. Le quadruple champion du monde l'a reconnu, cette figure, c'est avant tout sa faute. Difficile malgré tout de blâmer Vettel sur l'ensemble de son week-end qui n'est pas catastrophique. D'autant que l'Allemand a pris un bon départ en se portant devant Leclerc dans le premier virage. Mais cette passe d'armes avec Hamilton à la sortie de son deuxième relais lui coûte déjà sur le plan comptable et humain. La casse de son aileron avant est dure à avaler mais elle est caractéristique des nouveaux ailerons avant de 2019, plus fragiles que leurs prédécesseurs 2018.

Toutefois, Vettel a été effacé sans histoire par Leclerc en début de course. En difficulté pour trouver le set-up idéal sur le début du week-end, il a semblé inférieur à Leclerc en tout point de vue, ce qui est le plus embêtant pour un pilote qui souhaite avoir Leclerc en associé pour l'aider dans sa quête du titre. Au lieu de ça, le doute est permis pour la suite : face à Mercedes mais aussi face à son équipier, Vettel devra remettre les pendules à l'heure dans 15 jours en Chine, sous peine de revivre le même cauchemar que lors de la deuxième partie de saison 2018


Kévin Magnussen aux oubliettes

Derrière les gros bras en qualifications avec une belle sixième place à sept millièmes de la Red Bull de Verstappen, le Danois était tout simplement nul part en course. 13e à un tour du vainqueur, le pilote Haas a sombré au fur et à mesure du Grand Prix. D'abord dépassé par Sainz, puis par Ricciardo, Hulkenberg et Raikkonen, Magnussen est sorti du top 10 après son arrêt au 10e tour, pour ne plus jamais le retrouver.

En perdition complète de grip sur le deuxième relais, le principal intéressé n'avait pas de réaction sur un tel delta d'écart entre les qualifications et la course. Simple curiosité passagère ou vraie difficulté ? Les hommes de Gunther Steiner vont travailler d'arrache-pied pour comprendre l'étendue du problème, en espérant que Romain Grosjean puisse cette fois rejoindre l'arrivée, lui qui a encore subi un abandon malchanceux.


Pierre Gasly encore lâché par Max Verstappen

Début de saison inquiétant pour le Français. Le pilote Red Bull a cette fois bouclé ses qualifications en 13e place à la régulière, loin de Max Verstappen, sept dixièmes derrière à la fin de la Q2. Idem en course, le Normand était à peine entré dans les points avant l'abandon des deux Renault. Face aux médias, le champion GP2 Series 2016 semble sans réponse, "passager" de sa voiture selon ses propres mots. Il va falloir réagir au plus vite, dans une équipe qui ne laisse généralement pas beaucoup de temps à ses pilotes pour performer. Allez, petit motif d'espoir, Gasly sera dans la voiture gagnante qui avait gagné la dernière course en Chine, il y a un an. Un top 5 fera déjà l'affaire...



Sondage : Quel est VOTRE événement marquant de ce deuxième week-end de la saison à Sakhir ?




Tops/Flops, Sakhir et Leclerc Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




8 réactions sur cet article Donnez votre avis
renard442
renard442 :
le double abandon des renault
Il y a 12 mois
Casper
Casper :
Double abandon renault aussi, tout à fait marquant et pitoyable même si le podium de leclerc ne tient qu'à cela...
Il y a 12 mois
Supervroum
Supervroum :
Double abandon renault, avec de tels perfs même Williams va finir devant !!
Il y a 12 mois
AP01
AP01 :
La perf du franco-suisse ! :-))

Plus sérieusement, c'est la course de Leclerc qui est évidemment l'évènement marquant de ce dimanche ! Il a laissé Hamilton et Vettel sur place (après un départ manqué) et seul un problème mécanique l'a empêché d'empocher sa 1ère victoire en F1.
Il est rare de voir Vettel être devancé par son coéquipier après 2 courses depuis 10 ans (seul KR l'a devancé une fois je crois).
Ce pilote est de la graine de champion et c'est très bien pour la F1.

Pour le reste, Hamilton est toujours fair-play (comme le sont quasiment toujours les plus grands); Lando Norris effectue une très belle course mais Sainz l'aurait probablement devancé sans ses problèmes; Vettel a fait du Vettel et prouve qu'il n'est pas dans la cour des très très grands pilotes (comme Prost, Senna, Hamilton...); Magnussen termine quand même devant son coéquipier...; Gasly est derrière MV mais il découvre la RB et la voiture ne lui convient pas.

Quant à ceux qui citent RNO, on ne tire pas sur une ambulance, surtout que la R.S 19 va encore moins vite que le SAMU ! :-))
Il y a 12 mois
Marc Diskus
Marc Diskus :
On parle du flop des Renault en priorité mais le top c'est bien les 2 dépassements de Leclerc sur Bottas puis Vettel en début de course .

Alors ça commence ! Certains commentateurs officiels décrient le DRS comme un artifice beaucoup trop puissant dans les dépassements . À tort ou à raison mais après avoir dépassé les 2 pointures Bottas et Vettel , qui sont elles aussi munies d'un DRS , pourquoi ne lui sont-elles pas repassé devant ? Réponse : Charles était bien plus rapide qu'eux et a creusé un écart très vite , où le DRS n'était plus activable . Il a largué tout le monde pour compter 9 secondes d'avance sur le 2ème Hamilton , avant de rencontrer son pépin mécanique .

Le top à Sakhir c'est Leclerc et de loin .
Il y a 12 mois
Barale Alain
Barale Alain :
La puissance des Ferrari face aux Mercedes est surprenante.
Il y a 12 mois
pignon
pignon :
Si l'on s'en tiens aux règles de la F1 sur l?aérodynamisme et les pièces mobiles...Le DRS ne devrait pas exister !
Il y a 12 mois
Radicalcars
Radicalcars :
Le tournant de la course c'est le superbe dépassement d'Hamilton sur Vettel. Si Hamilton reste derrière Vettel, Leclerc aurait eu pour consigne de laisser gagner Vettel. L'aurait-il fait? Peu importe car le Monégasque aurait quand même été victime de son injecteur. Ferrari aurait probablement gagné sans la manoeuvre osée d'Hamilton.
Il y a 12 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.

Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.