> > > > Le Grand Prix de Chine en chiffres

Le Grand Prix de Chine en chiffres

Motors Inside vous propose de revenir sur les chiffres clés de ce troisième Grand Prix de la saison, disputé sur le circuit international de Shanghai.

© McLaren - La Chine va accueillir le 1 000e Grand Prix du championnat du monde de Formule 1 !© McLaren - La Chine va accueillir le 1 000e Grand Prix du championnat du monde de Formule 1 !

-1'32'238 : c'est le record du tour en course détenu par Michael Schumacher, réalisé en 2004 à bord de sa Ferrari à moteur V10. Le record de la pole position a été fixé l'an dernier par Sebastian Vettel, avec un chrono de 1'31"095.

-2 : le nombre de victoires consécutives pour Lewis Hamilton, vainqueur de l'édition 2014, avant de remettre ça en 2015. Une performance unique à Shanghai, aucun autre pilote n'ayant pu rééditer sa victoire l'année suivante !

-5 : le total de succès de Lewis Hamilton, vainqueur du Grand Prix de Chine en 2008, 2011, 2014, 2015 et 2017. Il est le recordman sur ce tracé, devant Fernando Alonso et Nico Rosberg, victorieux à deux reprises.

-5 : c'est également le nombre de victoires pour Mercedes. L'écurie allemande s'est imposée en 2012 (sa première victoire de l'ère moderne) et entre 2014 et 2017.


-6 : le nombre de pole positions de Lewis Hamilton, autre record détenu à Shanghai par le pilote Britannique.

-9 : soit l'ensemble des vainqueurs différents du Grand Prix de Chine. Hamilton, Alonso, Rosberg, Barrichello, Schumacher, Raikkonen, Vettel, Button, Ricciardo... la liste est prestigieuse !


-16 : le nombre pilotes différents montés sur le podium d'un Grand Prix de Chine. Sur la liste, citons notamment : Felipe Massa, Mark Webber, Giancarlo Fisichella, Daniil Kvyat ou encore Max Verstappen.

-204 : en km/h, la vitesse moyenne lors du Grand Prix 2018.

-250 : le nombre de tours mené par Lewis Hamilton en Chine. Soit près de 30% du total de tours lors des 15 éditions déjà disputées, 840 en tout.



Shanghai, 2019 Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




4 réactions sur cet article Donnez votre avis
Aifaim
Aifaim :
Apparemment, la météo devrait être clémente. On verra dès les essais libres si la pole 2018 est susceptible d'être battue et, surtout, dans quelle proportion. Car c'est cette marge qui porte la gageure de battre le vieux record en course et ses 15 bougies. Il est vrai que le point-bonus peut à nouveau susciter des motivations mais nous vivons une époque où l'écart avec la pole est vraiment important.
Il y a 2 mois
Marc Diskus
Marc Diskus :
Aifaim@
La Chine a la chance d'accueillir le 1000ème GP officiel de la F1 , en cette 70ème saison de Championnat du Monde . Il devrait se passer quelque chose de spécial Dimanche , comme la première victoire de Leclerc ou de Gasly ! Les numérologues ont sans doute déjà trouvé un lien .

A la réflexion , vous n'avez loupé que les quelques premières saisons Aifaim@ , si on s'intéressait au sport automobile déjà à l'âge de 7 ans ! Il est vrai que la télé n'existait pas encore mais " l'Equipe " si .
Il y a 2 mois
Aifaim
Aifaim :
Marc Diskus@, la télévision existait mais elle n'était pas à la maison. Mes premiers souvenirs de F1 datent de la fin des années 50 à la radio et, à la télévision, 1962, Monaco avec un accrochage au premier tour de Maurice Trintignant.

Mon problème, aujourd'hui n'est pas de comptabiliser ceux que j'ai vus mais ceux dont je me souviens...
Il y a 2 mois
Aifaim
Aifaim :
Sans vouloir pinailler sur ce qui n'est véritablement qu'un symbole, il ne s'agit pas du 1000e grand prix de Formule 1 mais de la 1000e course comptant pour le championnat du monde puisqu'il faudrait en défalquer les 500 miles d'Indianapolis dans les années 50 voire les saisons dévolues aux Formule 2. En ce qui concerne ces dernières, je serais plus nuancé pour deux raisons. D'abord, des F2 lestées, des châssis F2 avec Ford Cosworth greffés ou des F2 avec gros réservoirs ont participé à des Grand Prix à certaines époques. Ensuite, mon opinion est que si les championnat du monde en 52 et 53 se couraient avec des F2, c'est que les F1 de facto n'existaient plus officiellement.

Dans le même ordre d'idée, 2023 fêtera le centenaire de la première édition des 24 Heures du Mans mais pas la première course sur le circuit manceau et encore moins la 100e édition des 24H puisqu'il faut défalquer les années 40 à 48 incluses et, ce qu'on sait un peu moins 1936.
Il y a 2 mois
Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation





Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.