> > > > Chine - Qualifications : Bottas intouchable, retour des Renault en Q3 !

Chine - Qualifications : Bottas intouchable, retour des Renault en Q3 !

Au terme d'une séance de qualifications dominée par Mercedes, Valtteri Bottas a imposé son meilleurs temps. S'il ne bat pas le record du circuit, le Finlandais se place idéalement, devant Lewis Hamilton et Sebastian Vettel ! Pierre Gasly assure enfin avec une belle sixième place tandis que le Renault F1 Team est de retour aux affaires, après une erreur de gestion du temps chez Haas.

© - Mercedes -  Le leader du championnat Valtteri Bottas décroche la pole et se porte en favori pour la course de demain !© - Mercedes - Le leader du championnat Valtteri Bottas décroche la pole et se porte en favori pour la course de demain !

1000e Grand Prix... et 1000e séance de qualifications !
C'est sous des conditions idéales que débute cette séance sur le tracé de Shanghai, avec un beau soleil, voilé de l'habituel brouillard de la ville chinoise.

Victime d'un gros crash aux essais libres 3, Alexander Albon ne prendra pas part à ces qualifications.


Q1 : Giovinazzi out sans rouler, Bottas en tête

Premières en piste, les Williams montrent clairement des difficultés en terme de comportement avec beaucoup de survirage. Les monoplaces anglaises semblent s'enliser inlassablement dans le bas de tableau au fur et à mesure de la saison.

Sortie des Ferrari, qui imposent rapidement leur rythme. Sur ce run, Sebatian Vettel devance Charles Leclerc d'une demi-seconde avec un chrono de 1:33:557. Confirmant sa bonne forme lors des essais, Valtteri Bottas confirme et s'adjuge le meilleur temps provisoire en 1:32:658 et devance ainsi largement la Ferrari de l'Allemand.


De son côté, Lewis Hamilton vient se placer deuxième, à une demi-seconde du Finlandais.

En fin de séance, grosse pression pour Pierre Gasly, qui doit impérativement performer tout en évitant une sortie de piste. Mission accomplie pour le nouveau pilote Red Bull, qui passe en Q2 en onzième. Plus d'aisance pour son équipier pour Max Verstappen, qui obtient le troisième temps provisoire en 1:33:274.

Piégé par le trafic, Charles Leclerc se retrouve onzième et se voit obligé de ressortir en piste pour éviter toute déconvenue. Il remet facilement les pendules à l'heure en trustant le deuxième temps de la séance en 1:32:712.

De son côté, Antonio Giovinazzi n'aura pas participé à la séance, immobilisé à son stand par un problème d'installation moteur sur sa monoplace. Lando Norris évite lui de peu l'élimination, juste devant Lance Stroll, qui connait une troisième sortie en Q1 en trois week-ends cette saison.

Éliminés en Q1 : Lance Stroll, George Russell, Robert Kubica, Antonio Giovinazzi, Alexander Albon


Q2 : Mercedes se place, McLaren traîne les pieds

L'écurie allemande attaque rapidement l'ouverture de la séance. Valterri Bottas claque un temps de 1:31:728 et distance Lewis Hamilton de presque une seconde.


Les Ferrari tentent de rétorquer mais restent derrière, ce qui confirme la physionomie de la Q1. L'ordre des top-team semble rétabli avec les Red Bull qui complètent le top 6 : Max Verstappen 4e et Pierre Gasly 6e, à 1,2 seconde du meilleurs temps provisoire.

Aux portes de l'élimination, les Renault vont devoir tout donner lors de l'ultime tentative pour assurer leur passage en Q3. Les deux Renault se qualifient avec difficulté, Daniel Ricciardo (10e) échappant à l'élimination in-extremis, 22 millièmes devant la Toro Rosso de Daniil Kvyat (11e) ! Première apparition en Q3 pour les deux monoplaces françaises, puisque Nico Hulkenberg décroche le 7e temps de cette Q2.

Sur son dernier essai et sur son deuxième train de gommes, Lewis Hamilton obtient le meilleur temps en 1:31:637.

Peu performantes, les deux McLaren ne peuvent elles rien faire face à leurs adversaires : Carlos Sainz n'est que 14e, juste devant Lando Norris ! Après 51 participations consécutives en Q3, fin de série pour Kimi Raikkonen, treizième. Sa dernière élimination en Q2 remontait au Grand Prix de Hongrie en 2016. Éliminés en Q2 : Daniil Kvyat, Sergio Pérez, Kimi Raikkonen, Carlos Sainz, Lando Norris


Q3 : Bottas trop fort, boulette chez Haas et Red Bull !

Les Mercedes attaquent la piste en premières. Malgré les efforts de Lewis Hamilton, Valtteri Bottas est encore le plus rapide avec un temps de 1:31:563. Mais l'écart est mince entre les les deux pilotes : sept millièmes !

Les Ferrari sont clairement dépassées à plus d'une demi-seconde, Sebastian Vettel ayant terminé son tour en 1:32:001, Charles Leclerc en 1:32:102. Max Verstappen vient même s'intercaler entre les deux monoplaces italiennes au terme de ce premier essai. Pierre Gasly ferme le top 6.

Les Ferrari vont-elles pouvoir inverser la tendance sur le deuxième et ultime essai de la séance ?

Menant les 10 pilotes, Lewis Hamilton est en tête de file pour une dernière attaque. Le Britannique peut entamer son dernier tour à l'inverse des pilotes Haas et Red Bull ! Grosse erreur des deux équipes, piégées par le timing. Les quatre monoplaces n'ont pu être chronométrées lors de la dernière tentative... camouflet pour Kévin Magnussen et Romain Grosjean, qui ne sont pas sortis lors du premier run !



Ce sont donc six monoplaces qui réalisent un dernier chrono, sur le drapeau à damiers. À l'image du début de séance, les Mercedes restent devant, Valterri Bottas devant Lewis Hamilton ! Le Finlandais réalise un superbe temps de 1:31:547, deux dixièmes plus vite que son équipier. Un peu revenues sur le dernier tour, Sebastian Vettel (3e) et Charles Leclerc (4e) doivent quand même se contenter de la deuxième ligne, à trois dixièmes des voitures rivales.

Les deux Red Bull ferment le top 6, Verstappen devant un Gasly rassurant. Avec Daniel Ricciardo 7e et Nico Hulkenberg 8e : les deux Renault profitent des déboires de Haas pour prendre possession de la quatrième ligne. Malgré l'erreur de timing de son équipe, Romain Grosjean peut se satisfaire de cette nouvelle belle prestation en qualifications. Sur les 17 derniers Grands Prix, le Français est entré à 16 reprises en Q3 !




Qualification, Shanghai et 2019 Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




7 réactions sur cet article Donnez votre avis
Aifaim
Aifaim :
Il est devenu extrêmement rare que, d'une année sur l'autre à conditions égales, le record du chrono de qualification ne soit pas battu. Cette fois, c'est près de 5/10e qui "manquent".
Cette piste handicaperait-elle les monoplaces du fait de la nouvelle réglementation ?
Il y a 2 mois
Marc Diskus
Marc Diskus :
Un millième GP en principe promis aux Mercedes tant leur équilibre est excellent dans les courbes rapides , littéralement scotchées à la piste surtout dans l'escargot après le départ . Bottas me semble un poil plus véloce qu'Hamilton .

La possibilité de victoire des Ferrari tient à 2 paramètres :
-leur vitesse de pointe affolante dans les 2 longues lignes droites DRS ouvert qui leur permettrait de passer les Mercedes .
-l'usure du pneu avant gauche qui risque d'être plus important sur les Mercedes , vu leur appui phénoménal dans les courbes rapides à droite .

Qui dit vitesse de pointe rapide en ligne droite avec le DRS , dit aussi une sérieuse explication entre Vettel , Leclerc ( à un souffle de son coéquipier en qualif ) et Verstappen , peut-être même Gasly toujours meilleur en course qu'en qualifications .

Le monde qui sépare les 5 premiers des autres se résume en un fait simple : ils étaient en Médium en Q2 ! On a vu aussi les Hard aux essais et pourraient bien être présents dans les équipes de 2ème moitié des qualif .
Il y a 2 mois
V6 turbo
V6 turbo :
@Marc Diskus
J'ai une appréciation un peu différente de la tienne sur les conditions qui permettraient aux Ferrari de s'imposer. Tu es dans le vrai quand tu résumes l'affaire en gros à l'aéro et aux pneus. Dans le détail c'est un peu plus complexe. Oui la vitesse dans les longues lignes droites de Shangai est un atout, surtout avec le DRS ouvert. Utile parce que c'est une possibilité de doubler "sans risque". Mais ce circuit c'est aussi une succession de virages et là on peu aussi créer de l'écart, surtout si l'on part devant.
Mon delta d'appréciation avec toi concerne les pneus et leur usure. Plus d'appui avec plus de vitesse de passage en courbe ne veut pas dire que l'on mange plus de pneu. C'est souvent le contraire en tous cas sur le principe. L'usure du pneu avant gauche est liée à l'équilibre (le moins de sous virage possible). Plus d'appui à l'avant c'est plus de grip. A ce jeu là je ne mettrais pas ma main à couper que les Mercedes soient moins efficaces que les Ferrari. C'est surtout RB qui excellait jusqu'alors dans ce domaine. La course te donnera peut-être raison, mais je ne parierai pas là dessus.
Pour revenir à l'aéro, un domaine fondamental sur lequel tu ne peux qu'être sensible, la Vmax des Ferrari me pose aussi question. Je viens de lire qu'Helmut Marko se questionne sur le fait qu'il y aurait une particularité aéro chez Ferrari en ligne droite , "un chassis qui change d'assise".. En effet j'avais aussi constaté celà à Barcelone et j'avais soulevé ce truc dans un de mes posts sur l'assiette du chassis Ferrari à certaines vitesses. Dans les bouts droits la SF90 se tassait littéralement. Il reprend le même argument. Quelques degrés d'incidence sur l'assiette et c'est une vraie poignée de KM/H de gagnés. Suspension spécifique? Pour ma part j'ai toujours pensé que c'était plus une astuce de fond plat. Mystère...
Globalement c'est plutôt sympa de voir 6 monoplaces capables de gagner. Depuis deux week-ends on voyait beaucoup de commentateurs annoncer une grosse domination Ferrari. Ce n'est en tout cas pas ce que j'ai vu ce matin. Mais la course peut réserver des surprises, rappelez vous ici même en 2018!


Il y a 2 mois
Aifaim
Aifaim :
V6 turbo@, j'ai lu et/ou entendu que Pirelli avait autorisé les équipes à baisser la pression des pneus. Par ailleurs, leur température à atteindre en couverture chauffante était différente entre les avant et les arrière.

Quelle incidence cela peut-il avoir et, dans un tel niveau de recherche et de concurrence, n'est-ce pas déraisonnable de changer les règles au pied levé ? Hors danger manifeste, je trouve cela désinvolte.
Il y a 2 mois
Alex
Alex :
V6 turbo Super analyse!!!
Il y a 2 mois
Marc Diskus
Marc Diskus :
Bien sûr , V6 Turbo@ ton analyse est très convaincante .
Pourtant sur l'usure du pneu avant gauche à Shangaï , j'ai un petit doute . Logiquement un pneu bien en appui délivre un grip maximum contrairement à un pneu qui glisse vers l'extérieur lors d'un sous-virage et qui s'use probablement plus .

Pourtant , le bricoleur du Dimanche que je suis , a remarqué de façon très empirique qu'en frottant très fort avec un papier de verre sur une pièce de bois , on faisait plus de sciure qu'en frottant légèrement !

On verra demain matin si les Ferrari ont flingué leur pneu avant gauche avant les Mercedes . J'ai bien peur que tu aies encore raison , ce qui enlèverait un peu de suspens à la course !
Il y a 2 mois
V6 Turbo
V6 Turbo :
@Marc Diskus
Tout dépend du grain du papier de verre (granulométrie de la piste), de la pression exercée (appui) et surtout du degré de dureté du bois (gomme + ou moins tendre). C'est exactement l'équation à laquelle sont confrontés les manufacturiers avec quelques variables supplémentaires. Toutefois le but du jeu est toujours d'avoir le plus de grip possible avec le moins de frottement. CQFD in live.
@Aifaim
En ce qui concerne la pression interne au pneu, l'air se dilatant elle est très dépendante de la température de fonctionnement. Sur le principe, plus il y a de pression interne, moins l'enveloppe se déforme. Or cette déformation a une très grosse incidence sur la montée en température. Roule 1 km avec ta voiture perso en dégonflant de 50% un de tes pneus, tu verras combien il sera beaucoup plus chaud que les autres. Charge et vitesse sont aussi des facteurs déterminants. Pour Shangaï, Pirelli a choisi une gamme (C2, C3, C4) de composés très proche de celle de l'an dernier ou de mémoire je crois me souvenir la stratégie de RB avait permis à Ricciardo de s'imposer en dépassant Bottas.
Je n'ai eu pas les infos à cette heure, mais à priori ta question est pertinente car un changement de paramètres sur la pression ne se prend pas à la légère. Toutefois il faut savoir que dans la F1 moderne, il y a un dialogue permanent entre les commissaires techniques de la F1, les dir tech des équipes et ceux de Pirelli. C'est une partie qui se déroule en en coulisses que l'on ne connait pas. Ces décisions sur les limites d'interprétation du règlement sont presque toujours prises à la quasi unanimité et parfois passent inaperçues du public. Parfois certaines équipes un peu esseulées prennent les médias à témoin pour s'en plaindre (c'est de la com...) mais la plupart des cas, c'est le bon sens qui prévaut. Là il y a clairement une bonne raison de changer la limite de pression autorisée.

Il y a 2 mois
Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation





Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.