> > > > Suzuka : chaos au Japon en Super Formula

Suzuka : chaos au Japon en Super Formula

C'est dans une course très agitée, neutralisée à quatre reprises sous régime de Safety Car que Nick Cassidy s'est emparé de la victoire lors de la manche inaugurale de Super Formula.

© Super Formula - Nick Cassidy heureux vainqueur à Suzuka© Super Formula - Nick Cassidy heureux vainqueur à Suzuka

La première manche de cette saison 2019 de Super Formula n'aura pas épargné l'équipe Nakajima Racing, qui, malgré avoir bloqué la première ligne en qualifications, a vu sa course se transformer en véritable désastre. Alors que le poleman, Tadasuke Makino parvenait à contrôler la course devant son coéquipier, l'accrochage entre Tristan Charpentier et Ryo Harakawa dans le très célèbre virage 130R de Suzuka va changer le cours de la course.

S'étant arrêté bien avant tout le monde, Nick Cassidy se retrouvait miraculeusement en tête alors que le Néo-zélandais s'était qualifié seulement 12ème dans sa Tom's à moteur Toyota. Il se fera prendre le commandement de la course un peu plus tard par Kobayashi n'ayant pas encore effectué son arrêt obligatoire.

Un peu plus tard dans la course Harisson Newey, fils du célèbre ingénieur de Red Bull Racing et Kazuki Nakajima pousseront trop fort leurs monoplaces et finiront leurs courses dans le premier Wegner. Kamui Koboyahi tentera de recréer un écart avec Cassidy mais une troisième Safety mettra fin à tous ses efforts suite au problème mécanique de l'Espagnol Axel Palou qui était lui aussi en lice pour la victoire. Alors que le pilote KCMG reprenait une avance considérable, une crevaison dans Spoon met fin à la course du débutant Tadasuke Makino, provoquant ainsi l'abandon de la deuxième monoplace de l'équipe Nakajima Racing mais surtout de la sortie de la quatrième voiture de sécurité. Kobayashi ne saisit pas l'opportunité de rentrer au stand, gâchant toutes ses chances de remporter sa première victoire en Super Formula.

C'est donc Nick Cassidy, vice-champion de la discipline en 2018 qui s'impose lors de cette première course. Le podium est complété par Naoki Yamamoto, ayant déjà gagné à 5 reprises sur le circuit de Suzuka et par Kenta Yamashita dans sa Kondo propulsé par un moteur Toyota.

À souligner également la bonne performance du grand espoir, Sho Tsuboi qui est parvenu à décrocher la cinquième place pour sa première course. Son coéquipier Ishiura a eu moins de chance avec un abandon sur problème mécanique en début de course.

Les deux protégés de Red Bull, Lucas Auer et Dan Ticktum ont réalisé eux aussi une belle prestation en complétant la zone des points avec respectivement une 7ème une 8ème place. Le Britannique est un des pilotes les plus regardés de ce championnat et il subira sans l'ombre d'un doute la comparaison avec un autre pilote de la firme autrichienne, Pierre Gasly, qui avait lui aussi en 2017 migré au Japon.


Super Formula, 2019 et Suzuka Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




1 réaction sur cet article Donnez votre avis
Aifaim
Aifaim :
Face à 13 Japonais - dont l'ex-F1 Kobayashi, ils sont 7 à tenter l'aventure de la Super Formula avec des ambitions et des motivations bien différentes.
Le Russe Markelov et le Britannique Ticktum sont clairement venus pour briller avec la Formule1 en ligne de mire. C'est un pari risqué car, si la gagne en F2 leur a fait peur, un manque de résultats au Japon serait rhédibitoire pour leurs espérances.
Les autres n'ont pas encore cette ambition mais ils veulent s'en donner les moyens sans la pression que les F2 voire F3 mettraient sur leurs épaules. Ce qui les réunit, c'est l'éclectisme de leur début de carrière.
Lucas Auer. à 24 ans, le neveu de Berger s'est surtout fait un nom en DTM.
Harrison Newey (20 ans) a jusqu'à présent émergé en Endurance. Il court en LMP2 et a participé aux 24 Hdu Mans, l'an passé.
Alex Palou (22 ans) L'Espagnol n'a peut-être pas brillé autant qu'on l'espérait en F3. La Super Formula doit lui permettre de redorer son blason face à ses petits camarades passés en F2.
Nick Cassidy (24 ans). Le Néo-Zélandais est, pour sa carrière, un Japonais d'adoption. Il a acquis sa réputation en Super GT.
Tristan Charpentier (18 ans).Ce Français du Pas-de-Calais fait ses gammes loin des circuits français. Il sort du - très viril - championnat britannique et s'est fait remarquer lors d'un test organisé par Honda. Le bagage est mince mais le courage de l'exil est peu-être à la base d'une belle carrière...
Il y a 2 mois
Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation





Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.