> > > > Azerbaïdjan - Essais Libres 2 : entre deux drapeaux rouges, Leclerc devance Vettel !

Azerbaïdjan - Essais Libres 2 : entre deux drapeaux rouges, Leclerc devance Vettel !

La Scuderia Ferrari a montré les muscles cet après-midi à Bakou, au cours d’une deuxième séance libre marquée par deux crashes, ceux de Lance Stroll et Daniil Kvyat.

© Scuderia Ferrari - Charles Leclerc termine la journée du vendredi en tête !© Scuderia Ferrari - Charles Leclerc termine la journée du vendredi en tête !

Après une histoire malheureuse entre la Williams de George Russell et une plaque d’égoûts, cette FP2 revêtait une importance primordiale pour la suite du week-end. En effet, l’annulation de la FP1 ce matin avait laissé les équipes sans data, excepté pour la Scuderia Ferrari, Sebastian Vettel et Charles Leclerc ayant eu l’occasion d’effectuer un tour lancé.

Coïncidence ou non, ces mêmes pilotes ont dominé cette deuxième séance libre… Leclerc devant Vettel ! Le Monégasque a rapidement pris la tête de la session, dés son troisième tour lancé, pour ne plus la lâcher jusqu’à l’arrivée. Au final, son chrono de 1:42.872 restera comme le meilleur de la journée. Son équipier quadruple champion du monde suit, mais à trois dixièmes. Satisfaction pour les Rouges : Lewis Hamilton, troisième n’est qu’à sept dixièmes de seconde. Quatrième, Max Verstappen a réussi à intercaler sa Red Bull entre les deux Mercedes, dixième devant Bottas.

Au-delà du classement, la session a été marquée par deux crashes majeurs. Indécis entre prendre le troisième virage et prendre l’échappatoire, Lance Stroll a fini sa session dans le mur, endommageant sévèrement sa Racing Point, pneu avant gauche plié.

Autre malheur un peu plus tard, celui de Daniil Kvyat ! Pourtant sixième au classement, le Russe, qui fête son anniversaire aujourd’hui a connu plusieurs problèmes. D’abord retenu au stand pour un problème de volant, Kvyat a ensuite perdu le contrôle de sa Toro Rosso à la sortie du septième virage, l’un des plus serrés du circuit azéri. Sa voiture abîmée, et en feu, a causé la deuxième interruption du rouge, pour sept minutes supplémentaires. La séance a ensuite pu reprendre, jusqu’à son terme.


Carlos Sainz en profita pour aller chercher le septième chrono, devant l’autre Toro Rosso, celle d’Alexander Albon. Aperçu en travers dans un échappatoire, Pierre Gasly ne termine que neuvième, devant la McLaren de Lando Norris. La prochaine séance, la FP3 ce samedi midi, sera déterminante pour les pilotes, forcés d’ajuster leur set-up en peu de temps, sur une piste peu adhérente.

Voici le classement complet de cette deuxième séance d'essais :



Bakou, Essais Libres et Leclerc Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




7 réactions sur cet article Donnez votre avis
Aifaim
Aifaim :
Difficile de tirer des enseignements pertinents de cette EL1/2...

Le travail de RedBull est intéressant. Verstappen a semble-t-il réglé sa voiture puis a passé deux trains de soft pour juger de l'efficacité de la monoplace. Gasly a travaillé sur un autre registre, celui des longs relais puisqu'il n'a en tout, utilisé que trois trains pour un nombre de tours (24) identique. Qu'il soit à la traîne du point de vue chronométrique trouve peut-être là une ébauche d'explication.

Chez Williams, la voiture de Russell avait des plaies à panser. Pas sûr que le renfort de la Toro Rosso et de la Racing Point à l'infirmerie console Claire Williams !
Seul "avantage" pour ces trois voitures, elle ne souffriront pas de pénurie de pneus !

Albon (33) et Norris (32) remportent le prix d'assiduité en piste. C'est anecdotique car si Giovinazzi pointe juste derrière (31), c'est à égalité avec les pilotes Mercedes et devant le tout jeune... Räikkönen (30).

Les Haas sont venues à Bakou en victimes expiatoires tant les caractéristiques de la voiture actuelles semblent inadaptées à ce style de circuit. Finalement, le 11e chrono de Magnussen n'est pas mauvais...
Il y a 4 mois
V6 Turbo
V6 Turbo :
Bakou, circuit assez atypique. L'immense ligne droite permet d'atteindre des vitesses considérables. Je crois me souvenir que Bottas y a atteint presque 380 km/h il y a deux ans c'est probablement le record en F1 ces dernières années. Avec le nouveau DRS on pourrait peut-être aller encore plus vite!
Mais comme je l'ai toujours dit, la Vmax absolu ce n'est pas un chiffre qui compte. C'est bien plus la manière de l'atteindre. D'abord c'est étroit, sans dégagements, il faut donc une confiance absolue dans sa monoplace... et dans son pilotage. Je trouve que Bakou, àa part son aspect urbain (le Monaco du pauvre) c'est très peu intéressant en terme de pilotage pur. Je n'y vois que des accel/freinages, aucune parabolique, presque que des angles à 90 degrés. En fait les qualités des chassis ne sont pas mises en valeur comme le mérite la F1 moderne. A notre époque on sait faire de superbes tracés bien plus valorisants pour les hommes et les machines. Mais à défaut il faut faire avec.
Coté monoplaces, les pneus auront du mal à monter en tempet, surtout les médiums en cas de SC. L'aéro jouera un rôle encore important (stabilité freinage, vitesse max) mais l'interaction sur les pneus sera bien moins importante que sur la plupart des autres circuits. Le train avant est assez peu sollicité.
Ferrari a l'air très vite en EL, comme d'hab . Cette fois l'écart avec Mercedes à l'air (sans jeu de mots) très (trop?) important sur les runs courts pour qu'Hamilton ou Bottas puissent s'imposer en qualif. Peut-être que je me trompe car la séance a été courte. J'ai juste remarqué que Mercedes avait l'air pas trop mal dans les longs relais. Les EL3 vont être importants pour tout le monde car il n'y a pas eu assez de temps hier pour effectuer le programme complet.
Pour RB, je suis dans le flou total. Peut-être vont-ils tirer leur épingle du jeu avec une stratégie différente avec Gasly qui pourrait profiter à la fois de la possibilité de dépasser et d'une éventuelle SC tardive. Un peu hasardeux mais ça peut marcher surtout si ils ne sont pas trop largués dans les bouts droits.
Autre élément qui peut aussi venir perturber ce week-end, c'est la fiabilité. On arrive dans les zones plus délicates (4e course) en terme de longévité PU. Le savoir faire est désormais là mais mon petit doigt me dit qu'il pourrait y avoir des surprises dimanche.
Il y a 4 mois
Aifaim
Aifaim :
Une (facile !) recherche confirme et précise la vitesse maximale avancée par V6turbo@

En 2016, Bottas - alors sur Williams - atteint 378 km/h en qualifications en prenant l'aspiration de Verstappen.

Le précédent record datait de 2005 à Monza. Montoya avait propulsé sa McLaren à 372,6 km/h lors d'essais privés.

Ces deux performances restent officieuses car enregistrées par les écuries elles-mêmes. Il existe donc un "vrai" record. Pizzonia et sa Williams le détiennent avec 369.6 km/h en 2004 à Monza. Bakou n'existait pas à l'époque...
Il y a 4 mois
LH#44
LH#44 :
Le record en Grand Prix n'est il pas de Bottas avec 372 km/h dans sa Williams en 2016 ?
Il y a 4 mois
V6 Turbo
V6 Turbo :
Pourquoi depuis le début de la saison Ferrari rapide en essais libres parait moins performante le samedi et le dimanche. La réponse, selon un de mes collègue ingé, tient plus à l'exceptionnelle capacité de la W10 à s'adapter rapidement à chaque piste qu'à une baisse de perf de la SF90.
Ce n'est pas Ferrari qui se loupe mais Mercedes qui dispose d'une facilité supérieure à trouver un set up plus efficace en qualif et en course. C'est dans son cahier des charges. Elle est conçue pour supporter une large palette de réglages mais pas seulement. Sur une excellente base, elle permet de s'adapter rapidement à des situations qui auraient été ingérables il y a seulement deux saisons. "Les gars ont travaillé dur là dessus et ça paie". Chaque samedi depuis un mois et demi, elle surprend pilotes et ingés par sa "bonne volonté, son aisance naturelle" . En fonction du feeling des pilotes et de leurs datas en EL il est aisé de lui trouver un set up qui majeure ses perfs sans trop perdre sur certains domaines. Tout le contraire de la précédente "diva" qui fonctionnait seulement un coup sur deux. C'est ce que l'on appelle une "excellente base".
"Quand on la pose le vendredi sur la piste", me raconte mon interlocuteur, "elle va déjà bien mais on comprend tout de suite dans quelle direction évoluer". "Elle est déjà presque OK pour affronter la course mais il faut l'optimiser et là elle s'avère toujours naturellement équilibrée à la surprise même des pilotes". Une qualité due à l'expérience de ces quatre dernières saisons. La W10 hyper polyvalente mais aussi très performante. un peu la quadrature du cercle "Elle est très sensible aux réglages dans le bon sens du terme, avec elle on ne se perd pas".
Contrairement à la SF90 très travaillée, elle est probablement moins pointue, potentiellement moins rapide sur le papier que sa concurrente, mais très évolutive sur un week-end.
Autre qualité, elle serait particulièrement peu sensible aux deltas de masse embarquée. Plus de 100 kg entre le départ et l'arrivée, il faut un set up qui reste neutre au fil des tours et des changements de gomme. Il suffit de constater l'écart des chronos pour toutes les équipes entre le début et la fin d'une course pour comprendre le casse tête. Hier, les équipes ont disposé d'une seule séance pour préparer leur week-end. Pas le droit à l'erreur donc. et les deux W10 sont encore devant. Chapeau.
D'un autre coté, quand Ferrari, comme RB d'ailleurs, aura trouvé la bonne manière d'exploiter sa monoplace sur tout un week-end, le championnat prendra une autre tournure. Et si c'était demain?
Il y a 4 mois
Marc Diskus
Marc Diskus :
V6 Turbo@
La W10 me fait penser à un piano " Steinway & Sons " où il suffit de trouver les bons réglages mécaniques pour obtenir la perfection . Ferrari et RedBull n'en sont pas loin et sont même capables sur un coup d'éclat d'un de leurs pilotes ou d'une de leurs machines de devancer la Mercedes . Mais ce n'est pas encore le cas cette saison !

Comme tu le dis , le championnat changera de visage quand les concurrentes directes de la W10 trouveront le bonne manière d'exploiter le potentiel de leur voiture sur tout le week-end . Mais il faudra aussi évoluer et s'adapter comme Mercedes à tous les circuits sur toute la saison . Là , c'est pas gagné !

Je te fais une confidence mais tu ne le répètes à personne , tout peut arriver demain tant Bakou est une roulette . Et si la bille s'arrêtait sur le 16 , rouge , pair et gagne ? Charles est très fort à Bakou mais ce qu'ont montré les Mercedes aujourd'hui est fou aussi .
Il y a 4 mois
V6 Turbo
V6 Turbo :
@Marc Diskus
Il y a une logique à tout cela. Les ingrédients de la gagne c'est un subtil mélange où un petit rien peut faire tourner la roue dans un sens où dans un autre. On peut prendre les ingrédients uns à un en essayant d'évacuer les passions, il y a des éléments de base incontournables.
Je pense que les trois teams leaders sont aujourd'hui très proches mais le delta se situe dans la capacité à avoir tout ensemble sur tout un week-end (et une saison). Dans ce cas, c'est la capacité à rapidement ajuster le tir (évolutivité) qui fait la différence. quand il y a pression il faut aussi savoir éviter la faute b^te comme Charles hier qui n'avait pas besoin d'aller faire "péter" un deuxième chrono en Q2 en médiums. Heureusement, celà devrait nous permettre de voir tout son talent aujourd'hui. Et s'il gagne, il sera le nouveau héros.
Si tu fréquentes les pistes de kart en championnat, tu verras que la différence est d'abord l'affaire du pilote, même à très haut niveau. Là, après le pilote, la gagne est une affaire de pneus et de "tube" comme on dit, (le chassis). Quelques grammes de pression en moins (ou en+) et surtout un chassis ok bien réglé font une grosse dif. Le poids (très réglementé avec des lests) est un facteur majeur car il vaut mieux à masse constante un pilote léger au chassis lesté que le contraire. Certes certains ont des moteurs qui sont mieux, mais pour gagner en finale le dimanche il faut avoir un peu de chance quand ça frotte mais surtout disposer de tous les atouts. Je continue de fréquenter les circuits de kart par pure passion d'abord du pilotage (du KFS au KF1) mais je traîne dans les paddocks et rien n'a changé sur les ingrédients de la perf. Va en F4 ou encore mieux en F3, tu verras la même chose.
C'est idem en F1 mais avec des ingrédients bien plus complexes. Je peux paraitre un peu trop "pro" Lewis/Mercedes pour certains, mais en essayant de rester objectif ce duo est une saga incroyable dans l'histoire de notre sport. Et ce qui est encore plus impressionnant ç'est que l'affaire continue de performer chaque saison malgré les changements de coéquipier, de règlements, qu'il pleuve ou que ce soit cagnard. Bref, un truc qui m'impressionne. Quand la concurrence est encore plus pressante comme cette saison, je suis encore plus impressionné par cette capacité à "sur"performer du mécano de pit (exemple du double pit stop) jusqu'à Toto qui aligne les sans faute. C'est pourquoi je rêve de voir Ferrari ou RB gagner pour voir jusqu'où Mercedes/AMG peut monter son niveau de jeu. Si Ferrari m'offre la même histoire avec Charles, je suis preneur jusqu'en 2030!
Il y a 4 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.