> > > > Azerbaïdjan : les tops et les flops de la rédaction

Azerbaïdjan : les tops et les flops de la rédaction

Vous connaissez la formule : débattons des principales satisfactions et déceptions de ce quatrième week-end de la saison 2019, disputé sur le tracé urbain de Bakou en Azerbaïdjan.

© Mercedes - Quel événement a retenu votre attention à Bakou ?© Mercedes - Quel événement a retenu votre attention à Bakou ?

Le top 3 :



Implacable, Mercedes continue sa marche en avant !

Quatre doublés en autant de courses : c’est une performance historique que réalise actuellement l’écurie Mercedes, avec cette nouvelle victoire, signée Valtteri Bottas, devant Lewis Hamilton. Jamais aucune autre équipe n’a fait un aussi beau début de saison. Pas même Williams en 1992, avec une voiture pourtant ultra-dominatrice !

Un constat que l’on n’apposerait pas encore à la W10 mais il n’empêche pour l’instant, le meilleur rival d’Hamilton est… Bottas, nouveau leader après cette victoire tout en maîtrise, et ce départ au forceps dans les deux premiers virages. On le répète depuis le début de la saison, mais Mercedes maximise ses performances. Ferrari peut en témoigner lors des qualifications hier, Vettel ayant sauté à pieds joints dans le piège du bout de la pit-lane tendu par l’écurie de Toto Wolff. Mais en rythme de course, Mercedes est de toute façon un ton au dessus… Confirmation définitive à Barcelone dans 15 jours, sur le circuit test de la saison. Au pire, l’écurie de Brackley a de l’avance sur Ferrari : 74 points précisément au classement des constructeurs !


Sergio Pérez aime toujours autant l'Azerbaïdjan !

A-t-il déjà en poche son passeport azéri ? Après deux podiums en 2016 puis en 2018, le pilote de la Racing Point réalise sa meilleure course de la saison, toujours à Bakou ! Déjà meilleur des autres en qualifications, parti 5e, le Mexicain a maximisé son résultat, lui aussi, avec les 8 points de la 6e place. Si il n’a rien pu faire face à la remontée de Leclerc, “Checo” a tenu en respect ses adversaires les plus directs, les McLaren de Sainz et Norris, et ce pendant toute la course.

Dommage pour lui, le scénario de ce Grand Prix a été trop sage pour espérer mieux, même si il a profité de l’abandon de Pierre Gasly. Mais à coup sûr, Sergio Pérez valide volontiers ce classement. D’ailleurs, le voici qui remonte à la sixième place du championnat, 13 unités au compteur, ex aequo avec la Red Bull de Pierre Gasly et l’Alfa Romeo de Kimi Raikkonen. Peut-il commencer à rêver ? Des nouvelles évolutions sont attendues sur la Racing Point à Barcelone. Et dire que l’on imaginait l’écurie de Lawrence Stroll en souffrance lors du début de saison !


La belle performance collective de McLaren !

Si Sergio Pérez mérite de figurer dans le top 3 de Bakou, le clan McLaren a bien aussi le droit à quelques louanges. La firme de Woking décroche une double entrée dans les points, pour la première fois depuis la précédente course en Azerbaidjan, il y a 12 mois. Au vu de l’histoire de cette équipe, la statistique parait insignifiante, mais en remettant les choses dans le contexte, ce résultat est un coup de boost pour McLaren. Et si les hommes de Zak Brown ont quand même profité des malheurs d’Alfa Romeo, comparons le week-end de Norris et Sainz par rapport à leurs camarades de chez Renault. À moteur égal, le jeune britannique a placé sa MCL34 en Q3 et obtenu la meilleure qualif' de sa jeune carrière, avec une 7e place. Et sur l’autre voiture, Sainz, 11e, a fini sa Q2 devant la meilleure Renault, celle de Ricciardo, 12e.

La course a inversé les rôles chez McLaren : à l’arrivée, Sainz a pris la 7e place devant Norris. Il y avait presque mieux à faire pour le vice-champion F2 2018, repassé une deuxième fois par son stand lors de la voiture de sécurité virtuelle au 39e tour, pour rien. Mais même en course, le duo McLaren était loin devant celui de chez Renault. Signe que le chassis tient plutôt la route. En guise de récompense, voilà désormais l’équipe anglaise en quatrième position chez les constructeurs : la place idéale en fin de saison !

Le flop 3 :

Leclerc grille une cartouche !

En fin de saison, nous retiendrons probablement un seul moment de son week-end à Bakou : cette Ferrari en sur-vitesse, roue bloquée dans le virage, avant de finir contre le mur lors de la Q2. L’histoire ne dira jamais si Charles Leclerc aurait concrétisé son beau début de week-end. Peut-être que Mercedes aurait quand même verrouillé la première ligne. Mais oui, le jeune prodige a tout gâché, en perdant a minima cinq places sur la grille. Au lieu de ça, le Monégasque s’est donc offert une course à contre-courant, forcé d’allonger son premier relais… pour finalement ne pas arriver à exploiter ses gommes tendres.

Alors oui, placer Charles Leclerc dans ce flop 3 est peut-être un peu excessif, surtout au vu de son humble excuse, qui témoigne de la force d’un homme. Mais le futur crack a loupé une occasion d’aller chercher un très gros résultat. Ça passe pour cette fois, avec une remontée finale jusqu’au 5e rang, mais le champion GP2 2017 ne doit pas donner le bâton pour se faire battre, et surtout donner du poids au leadership de Vettel, si il ne veut pas connaitre une frustration semblable au Grand Prix de Chine il y a 15 jours. Ah, l’impatience de la jeunesse...


Ricciardo et Renault (encore) en mode brouillon

Merci pour la tentative de spectacle ! Le Grand Prix a été assez ennuyeux, mais “the Honey Badger” a secoué tout ça, avec une manœuvre étonnante : le dépassement gourmand, et l’auto-tamponneuse par l’arrière sur l’infortuné Daniil Kvyat. Le principal intéressé se défend: ‘il a paniqué”. Dommage pour un pilote de son calibre, qui ne nous avait pas habitué à ce genre de mésaventure.

L’erreur est vraiment dommageable. Mais le pire dans tout ça est que l’Australien a plié la course de Kvyat au 30e tour, alors que le Russe n’aurait pas volé au moins un point. Alors l’ex-pilote Red Bull n’est pas le seul coupable de cette mauvaise passe, on pense à son équipe qui ne totalise que 12 points, ce qui fait peu par rapport aux 35 unités de l'an dernier à la même époque. Mais jusque-là, Ricciardo semble surtout subir la situation et ne pas tirer les siens vers le haut. On attend mieux, Dan !


Haas toujours englué avec ses problèmes

Le flop était presque anticipé. Mais la situation s’est confirmée : la voiture américaine a souffert à Bakou. La VF-19 ne s’en sort pas, toujours à cause de son problème de chauffe des pneumatiques, un phénomène déjà constaté à Sakhir et Shanghai. Et cette fois, le souci a frappé dés les qualifications, avec des chronos très médiocres, Magnussen éliminé pour trois dixièmes en Q2, 14e, pire encore pour Grosjean à plus d’une seconde de son équipier, 17e.

Le calvaire a naturellement continué en course, le talon d’Achille de l’écurie cette saison : les deux pilotes n’ont cessé de reculer, malgré deux stratégies bien différentes. Mais à côté des gommes réfractaires, il y a aussi eu un problème de freins pour Grosjean, avec sa pédale “collée au sol” selon ses propres mots, et un abandon dans la foulée. Magnussen lui a terminé, 13e, et loin des points. Huitième chez les constructeurs, Haas continue de glisser vers le bas du classement.




Sondage : Quel est VOTRE événement marquant de ce quatrième week-end 2019 à Bakou ?




Tops/Flops, Bakou et Mercedes Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




3 réactions sur cet article Donnez votre avis
Supervroum
Supervroum :
Pour moi le vrai flop, en omettant l'erreur de Riccardo, c'est la confirmation de la nullité absolue des Renault....
J'ai entendu que abitbouldegomme aurait chaud au posterieur pour ça place
Ben un conseil, attendez pas, je ne fais que le dire et donner raison à mes dire, il n'a aucunes compétences pour ce poste, il enchaîne les échecs bref le syndrome de Peter dans toute sa splendeur !!!!
Renault à trop perdu de temps avec cet incapable, Honda est loin devant maintenant, très loin, alors que dire des autres....
Il y a 1 mois
captur2
captur2 :
Supervroum ne sait pas de quoi il parle .
Ok pour Abitboul, mais pour le moteur aller demander aux gens qui ont les relevés gps et ne pas écouter Marco. avec des appuis faibles on va vite...regarder en cine ou a bareine avec le drs les alpha avaient du mal derriere les mcl sans drs...
Il y a 1 mois
Zorro
Zorro :
Comme vous le laissez entendre, il a sans doute été bon jusque là, au sortir de Lotus, mais je crois qu'il a atteint son niveau d'incompétence! Il fait savoir, à un moment donné passer le flambeau à quelqu'un qui le portera plus haut!
Il y a 1 mois
Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation





Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.