> > > > Norris : « je n'ai commis aucune erreur ! »

Norris : « je n'ai commis aucune erreur ! »

8ème à l'arrivée du Grand Prix d'Azerbaïdjan, Lando Norris a tenu à souligner sa bonne performance ce week-end à bord de sa McLaren.

McLaren- Norris a brillé à Bakou avec une 8ème place McLaren- Norris a brillé à Bakou avec une 8ème place

La bonne forme des McLaren, pressentie depuis les essais hivernaux, a enfin pu être confirmée lors de cette course à Bakou. Signant sa première double arrivée dans les points depuis le début de la saison, l'écurie britannique a fait le plein de points en Azerbaïdjan. Ramenant 10 points à la maison, la structure de Woking s'empare dorénavant de la tant convoitée quatrième place, avec 18 unités, mais seulement 1 d'avance sur Racing Point, cinquième.

Huitième, Lando Norris regarde avec fierté son quatrième Grand Prix dans la catégorie reine du sport automobile : « dans l’ensemble, c’est une bonne course pour nous en tant qu’équipe. Un doublé de points, le premier de l'année, ce qui est une bonne chose. Toute la course était plutôt bonne. Mon départ a probablement été mon meilleur de toute l'année, et je n'ai commis aucune erreur. »

Cette nouvelle arrivée dans les points accorde au jeune rookie la 9ème place au classement pilote. Un bon résultat pour un débutant, sachant que la 6ème place et la 9ème ne se tiennent qu'en un point d'écart. Un début fracassant en Formule 1 qui ferait oublier l'ancienne recrue de McLaren, Stoffel Vandoorne.

Même si le pilote britannique a perdu une place au profit de son coéquipier plus expérimenté, Carlos Sainz, dû à un deuxième arrêt au stand sous Virtual Safety Car au 38ème tour, celui-ci a su ramener la voiture en un seul morceau dans ce circuit urbain piégeur.

Une performance d'équipe qui permet surtout à McLaren de s'emparer de la quatrième place du classement général. Si en 2018 les monoplaces papayes avaient aussi réussi cet exploit, elles ne le doivent pas aux incidents de course, mais bien à leur rythme pur. La MCL34 semble être une voiture bien née et aussi performante en qualifications qu'en course. À voir si elle pourra conserver cette cadence le reste de la saison et triompher d'un milieu de peloton extrêmement serré.


Norris, McLaren et Bakou Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




1 réaction sur cet article Donnez votre avis
Aifaim
Aifaim :
En apparence, la McLaren est à Renault ce que la Mercedes est à Ferrari, c'est-à-dire une monoplace sans vices et rapidement apprivoisée par ses pilotes.
Si la fiabilité du propulseur se stabilise, elle n'aura qu'à évoluer au même rythme que la concurrence pour prétendre au rang de meilleure des autres.
C'est l'inconnue de la suite des événements et dans tous les garages : Quelle est la marge de progression au fil des Grands Prix, sachant - comme Ferrari l'a expérimenté à ses dépens l'an passé - que le mieux peut se révéler l'ennemi du bien en déstabilisant l'équilibre de la voiture.Mais ce qui est pris est pris.
Il y a 1 mois
Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation





Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.