> > > > Le Grand Prix d'Espagne en chiffres

Le Grand Prix d'Espagne en chiffres

À quelques heures du départ, Motors Inside vous propose de revenir sur les chiffres clés de ce cinquième Grand Prix de la saison, disputé sur le circuit de Catalunya, à Barcelone, en Espagne.

© Williams - Pastor Maldonado fait partie des 16 vainqueurs différents sur le circuit de Catalunya ! © Williams - Pastor Maldonado fait partie des 16 vainqueurs différents sur le circuit de Catalunya !

-2 : le nombre de victoires de Fernando Alonso, seul pilote espagnol à avoir remporté son Grand Prix national. Le Taureau des Asturies a réalisé cet exploit en 2006 à bord de sa Renault, et en 2013, au volant d'une Ferrari cette fois.

-6 : le nombre de succès pour Michael Schumacher à Barcelone. Le septuple champion du monde est le pilote le plus victorieux sur ce circuit, devant Mika Häkkinen et Lewis Hamilton, trois succès chacun. L'actuel pilote Mercedes s'est imposé en 2014, en 2017 et en 2018, année de la dernière édition.

-7 : le nombre de fois en pole positions pour Michael Schumacher sur ce tracé. Mais le pilote allemand n'a converti sa pole en victoire qu'à deux reprises, en 1994, pour Benetton et 2004, pour Ferrari

-8 : le nombre de victoires pour Ferrari. Cela fait d'elle l'écurie la plus victorieuse sur le tracé catalan., devant Williams, six victoires. Mercedes compte 4 succès, avant la course du jour !

-12 : le nombre de podiums pour Michael Schumacher sur un Grand Prix d'Espagne à Barcelone. Il y est parvenu de 1992 à 1996, en 1998 et 1999, de 2001 à 2004 et enfin en 2006.

-16 : C'est le nombre de vainqueurs différents en Catalogne. On peut noter dans cette prestigieuse liste : Lewis Hamilton, Fernando Alonso ou encore Pastor Maldonado, grâce à sa victoire improbable en 2012 au volant de sa Williams. Chez les français, une seule victoire au compteur, avec Alain Prost, qui remportait son 47e succès en carrière en 1993, à bord de sa Williams FW15.

-30 : le nombre de pilotes ayant grimpé sur le podium espagnol à Barcelone. Parmi eux trois français : Jean Alesi, à trois reprises, Alain Prost, par deux fois, mais aussi Olivier Panis, deuxième en 1997 avec l'équipe Prost Mugen-Honda : accidenté un mois plus tard à Montréal, ce podium est tout simplement le dernier de sa carrière !

-411 : le nombre de tours qu'à mené Michael Schumacher au cours des différents Grand Prix d'Espagne auxquels il a participé. Un record qui est pour l'instant loin de pouvoir être battu. En effet, si Lewis Hamilton semble être le pilote le mieux placé pour battre ce record, le Britannique n'a mené "que" 173 tours sur le circuit de Barcelone !


Barcelona, 2019 et Preview Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




2 réactions sur cet article Donnez votre avis
V6 Turbo
V6 Turbo :
Renault me déçoit une fois de plus. On sait que ce n'est pas un problème de moyens financiers. Les demandes de l'équipe pour l'équipement de ses sites ont été largement dotées depuis la saison dernière. En fait le PU à enfin à peu près le niveau requis mais c'est l'ensemble du package qui n'est pas où on l'attendait.
Je ne vais pas tirer sur l'ambulance mais je m'inquiète quand même de voir ce gâchis course après course. Je n'ai pas tous les éléments pour poser un diagnostic. Ce qui est sûr c'est le manque de coordination entre les différents secteurs surtout dans la genèse de chaque projet. Hier je mettais en avant la réussite Mercedes avec les ingrédients de leur incroyable succès. Un domaine que je connais plutôt bien et dont RSF1 aurait dû s'inspirer depuis plusieurs saisons. Qui plus est, le team à travaillé plusieurs saison en collaboration étroite avec RB. Qu'en ont ils tiré comme enseignements positifs?
Un peu en vrac: mes amis encore récemment dans la boutique me confirment qu'il y a eu turn over pas toujours bien mené. Pas que les talents n'étaient pas là mais pas toujours intégrés dans leur domaine de compétence. Et puis la sempiternelle histoire des Français face aux Anglais et lycée de Versailles. Beaucoup de délires sur le sujet avec quand même une culture pas assez internationaliste en interne. Pas qu'il n'y ait pas quelques recrutements exotiques mais pas assez de volonté de chercher ailleurs les meilleurs persuadés d'en disposer déjà à sa porte. Je reviens à Mercedes qui depuis des années dispose d'une cellule de recrutement très performante et surtout les recrues qu'ils soient indiens, coréens ou mexicains ne se sentent absolument pas dans une boîte aux capitaux allemands. Objectif la performance comme dans n'importe qu'elle start up de la Silicon Valley. Le métissage culturel scientifique et mathematique en matière de R&D est un atout majeur. Chaque grande école à ses qualités et défauts. Le génie n'a pas de nationalité et je ne fais pas ce procès à Renault. Mais Mercedes est de ce côté un exemple d'ouverture d'esprit. RSF1, selon mes infos, est un peu trop egocentree même si cette entreprise est une vraie perle. Je ne peux que leur souhaiter de tout coeur de retrouver le chemin de la gagne.
Il y a 6 jours
GV27
GV27 :
Echangerai jeune professionnel du marketing (Abitboul),contre vieux briscard des sports mécaniques (Vasseur) afin de faire tourner correctement une écurie de F1 peu avare en communication et très optimiste sur son futur (optimisme qui s'éloigne de plus en plus) mais qui végète sportivement....
Il y a 6 jours
Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation





Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.