> > > > Niki Lauda : la disparition d'une légende

Niki Lauda : la disparition d'une légende

Le triple champion du monde autrichien est décédé cette nuit après de nombreuses transplantations pulmonaires qui l'avait grandement affaibli.

© Quentin Laurent / Motors Inside - L'un des plus grands champions de la Formule 1 s'en va© Quentin Laurent / Motors Inside - L'un des plus grands champions de la Formule 1 s'en va

Un des pilotes les plus légendaires de la Formule 1 nous a quitté : Niki Lauda est mort cette nuit à l'âge de 70 ans, dans son sommeil. Victime d'une embolie pulmonaire il y a un an, le triple champion du monde avait subi en août 2018 une énième transplantation pulmonaire.

Comme pilote ou plus récent comme directeur non-exécutif chez Mercedes, l'Autrichien était une figure iconique du paddock. Sa disparition touche au plus au point toute la communauté de la Formule 1, y compris Motors Inside qui tient à adresser ses condoléances à la famille du pilote. En plus de ses grandes compétences de champion et de sportif, Niki Lauda était aussi un homme au caractère fort, qui n'hésitait pas à s'exprimer et à dire tout haut ce que certains pensaient tout bas.

Sa légende a été portée par son terrible accident sur le circuit du Nürburgring, le 1er août 1976. Au volant de sa Ferrari, il encaissa un terrible accident contre un mur de sécurité, et fut piégé dans les flammes de sa voiture pendant une minute, avant d'en être extrait par trois concurrents. Niki Lauda échappa à la mort mais inhala des gazs toxiques, à l'origine de ses complications pulmonaires, et fut gravement brûlé au visage.

Miraculeusement sorti de l'hôpital six semaines plus tard, il reprit aussitôt le volant pour décrocher la quatrième place du Grand Prix d'Italie. En lice pour le titre des pilotes, il préféra abandonner la manche finale se déroulant à Fuji sous une pluie diluvienne plutôt que de mettre sa vie en danger. L'épilogue d'une saison mémorable face à son grand rival, le Britannique James Hunt (décédé en juin 1993), brillamment racontée dans le film Rush sorti en septembre 2013.

Père de quatre enfants, la famille de Niki Lauda a adressé un communiqué avec ces mots : « C’est avec une grande tristesse que nous annonçons le décès de notre cher Niki entouré des siens. Ce qu’il a accompli comme athlète puis comme entrepreneur est et restera inoubliable, tout comme son infatigable soif d’action, sa franchise, et son courage. Il était une référence, un modèle pour nous tous, un mari, un père, et un grand-père aimant et dévoué dans l’intimité. Il nous manquera beaucoup. »

L'émotion est également palpable du côté de la Scuderia Ferrari, équipe de Niki Lauda pendant 4 années, de 1974 à 1977.

« Aujourd'hui est un jour triste pour la F1. La grande famille Ferrari a appris avec une profonde tristesse la nouvelle de la mort de son ami Niki Lauda, triple champion du monde, dont deux fois avec la Scuderia. Tu resteras pour toujours dans nos cœurs et dans ceux des tifosi. Ciao Niki. »

Mais plus généralement, c'est tout le paddock de la Formule 1 qui pleure en ce mardi la disparition du héros autrichien.




Décès, Lauda Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




4 réactions sur cet article Donnez votre avis
AP01
AP01 :
Le monde du marketing de couvre-chef est en deuil ! Lauda s'est éteint 43 ans après s'être consummé. C'est son plus beau record.
Pas fan du bonhomme, il a montré en 1976 ce qu'était un vrai pilote de F1. Ceux d'aujourd'hui sont des danseuses comparés à lui.
Pas fan du bonhomme (les autrichiens sont souvent imbuvables), avec 1 point de moins au CDM en 1984, j'aurais peut-être un peu plus apprécié le pilote...
Il y a 29 jours
Aifaim
Aifaim :
AP01@,

"avec 1 point de moins au CDM en 1984", un demi aurait suffi. Prost et ses 7 victoires contre 5 aurait remporté le titre.

Oui, ces 43 ans, c'est du rab de vie. Un record qu'il doit à sa propre volonté et à la médecine, de la même manière qu'un pilote partage les peines et les lauriers avec son entourage professionnel et sa voiture.

L'étonnante pudeur qu'il affichait dans ce monde F1 contrasté entre sérieux et futilités offrait sous la plume ou le micro des journalistes snobés et rabroués l'image d'un ours. Je l'ai longtemps vu ainsi. C'est son attitude et ses paroles lors de l'accident de l'avion de sa compagnie Lauda Air qui m'ont ouvert les yeux. Dommage que le tribut payé ait été si lourd.

En 1976, à quel moment a-t-il été le plus exceptionnel ? Lorsqu'il a repris la course, à Monza ou lorsqu'il a volontairement abandonné, au Japon, au bout de deux tours parce qu'il était aveuglé par la pluie alors qu'il pouvait être sacré champion du monde ? Je n'ai pas la réponse...
Il y a 29 jours
AP01
AP01 :
"un demi aurait suffi. Prost et ses 7 victoires contre 5 aurait remporté le titre." Sauf que des courses qui rapporte des demi-points, il n'y en a quasiment jamais et il n'y en a eu aucune autre en 1984 ! Donc il fallait un point de moins à Lauda pour que Prost soit CDM cette année-là...

Sinon, magnifique hommage de Prost ici : www.actuf1.com/article/333604
Il y a 29 jours
Muriel Pilut
Muriel Pilut :
Un très grand Homme au courage exemplaire !Belle leçon de Vie
Il y a 28 jours
Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation





Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.