> > > > Monaco : Flashback 2018 et pronostic du vainqueur

Monaco : Flashback 2018 et pronostic du vainqueur

Épreuve mythique du calendrier depuis 1950 le Grand Prix de Monaco attaque son édition 2019 : qui en sera le grand vainqueur ? Mais juste avant, revenons sur les moments forts du week-end 2018 !

© Red Bull - Daniel Ricciardo est serein : le pilote Renault fait déjà partie de la légende de Monaco après son succès en 2018 !© Red Bull - Daniel Ricciardo est serein : le pilote Renault fait déjà partie de la légende de Monaco après son succès en 2018 !

2018 dans les grandes lignes : La rédemption de Ricciardo à Monaco

Après sa déception de 2016, où un mauvais arrêt au stand lui avait coûté la victoire, Daniel Ricciardo devait prendre sa revanche en 2018. Le samedi après midi, l'Australien avait fait le plus dur en qualifications, en plaçant sa Red Bull en pole position alors que son voisin de garage, Max Verstappen, commençait en fond de grille suite à son crash lors de la troisième séance d'essais libres. Au départ, le natif de Perth prenait un bel envol et conservait la tête de la course face à Sebastian Vettel au volant de la Ferrari. Le seul incident dans les premiers instants de course fut le petit accrochage entre la Williams de Lance Stroll et la Sauber de Marcus Ericsson.

De son côté, le pilote néerlandais de la Red Bull se frayait un chemin dans la mêlée en doublant successivement les voitures se dressant devant lui. Son ancien coéquipier de 2015, Carlos Sainz, causera beaucoup de tort au jeune prodige de l'équipe autrichienne qui devra s'y reprendre à plusieurs reprises pour enfin doubler l'espagnol, sur sa Renault, à la sortie du tunnel. Un dépassement très osé mais qui clôturera la remontée de Verstappen, finissant ainsi 9ème.

Devant, Daniel Ricciardo avait changé ses gommes au 17ème tour avec toujours une certaine avance sur Vettel. C'est une dizaine de tours plus tard que la course semblait se chambouler lorsque le pilote n°3 se plaignait à la radio d'un problème sur sa monoplace ! Vettel revint alors comme une fusée mais les rues étroites de Monaco empêchent souvent les pilotes de dépasser. Après 40 tours à chercher en vain une faille sur la muraille australienne, le pilote de la Scuderia devait finalement capituler et se contenter d'une deuxième place, devant son rival Lewis Hamilton qui conservait néanmoins la tête du championnat.

Grâce à cette victoire, sa deuxième en six courses début 2018, Ricciardo apparaissait comme un potentiel candidat au titre. Hélas pour l'Australien, de nombreux problèmes mécaniques et de fiabilité viendront miner sa saison. Il finira finalement 6ème au classement général.

Si Romain Grosjean a souffert d'une Haas très peu performante dans la Principauté (15e à l'arrivée), les Français Esteban Ocon et Pierre Gasly ont réussi à marquer de gros points pour leurs écuries respectives, avec une 6ème place pour le pilote Force India synonyme de 8 points tandis que le jeune protégé de Red Bull finissait juste derrière son compatriote.

Sur cette course, c'est Charles Leclerc qui a eu le moins de chance ! Le Monégasque a sûrement gardé un goût amer de son premier Grand Prix à domicile en Formule 1. À bord d'une Sauber clairement pas au niveau, l'actuel pilote Ferrari devait se satisfaire d'être à la porte des points. C'est avant que ces freins ne lâchérent, au 72ème tour, le catapultant sur la Toro Tosso du pauvre Brendon Hartley à la sortie du Tunnel, forçant les deux rookies à abandonner.

Les pronostics de la Rédac'

Devenu un rendez-vous clé chaque week-end de Grand Prix, la rédaction de Motors Inside vous propose ses spéculations sur le poleman et le vainqueur de la course. Sans grande surprise, Lewis Hamilton devrait être l'homme à surveiller en qualifications mais il ne faudrait pas sous-estimer Max Verstappen, également cité en poleman par les rédacteurs. En course c'est toujours Hamilton et sa Mercedes qui semblent les favoris. Pour l'équipe Motors Inside, les deux autres places du podium sont promises à Max Verstappen et Valtteri Bottas, voire à Charles Leclerc, qui pourrait épater à domicile. En revanche, aucun rédacteur n'a cité Sebastian Vettel ! Vainqueur en 2017, l'Allemand va-t-il faire mentir la rédaction ?


Sondage : À votre tour de pronostiquer : quel pilote remportera le Grand Prix de Monaco 2019 ?




Preview, Monaco et 2019 Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




3 réactions sur cet article Donnez votre avis
Aifaim
Aifaim :
Une "analyse" basée sur le chrono des monoplaces sur le secteur 3, le plus sinueux de Barcelone en conclut que les Mercedes seront irrésistibles.

Peut-être poursuivront-elles leur domination exclusive mais cette déduction me paraît bien légère. Le réglage d'une monoplace est global, un compromis d'efficacité sur l'ensemble du circuit. Il n'est pas inconcevable que certaines équipes (oui...oui... Ferrari, par exemple) aient privilégié les secteurs plus favorables aux dépassements sacrifiant ce secteur).
Ce qui me laisse très circonspect, c'est le contraste entre le pessimisme affiché chez Haas pour le rendez-vous monégasque alors que "l'étude" installe l'américaine parmi les plus performantes...
Il y a 1 mois
V6 Turbo
V6 Turbo :
@Aifaim
Ton analyse parait logique et les deux séances de ce jour semblent le confirmer. Pour Mercedes, les choses se présentent différemment en Principauté cette saison. Les W08 et W09 étaient rétives dans le serré voire très souvireuses dans ces conditions extrêmes. Un vrai cauchemar qui n'était pas dû seulement à leur empattement très long. Car l'empattement 2019 est aussi long. Le delta a été gagné ailleurs en grande partie sur l'aéro. En conséquence, les ingés ont complètement repensé leur monoplace et à ce titre peuvent remercier le nouveau règlement.
Contrairement à ses deux glorieuses "ancêtres" la W10 est différente. C'est un sujet complexe, mais pour résumer, le règlement a permis à "la pelle" avant d'apporter plus d'appui dans le lent grâce, entre autres, à son porte à faux supérieur, à sa largeur, sa hauteur et surtout dans sa conception plus simpliste qui "oblige" à faire passer les flux vers le haut et non plus à les extraire latéralement. Cet appui permet de faire pivoter la monoplace plus facilement en chargeant le train avant, ce que Ferrari a du mal à réaliser efficacement en raison d'un concept plus extrême. Pas qu'ils n'ont pas d'appui à l'avant, mais qu'à chaque fois qu'ils en mettent ils souffrent de déséquilibre à l'arrière. Cet appui en porte à faux a tendance à délester l'arrière et c'est là qu'intervient la gestion fine de l'aileron. Trouver un compromis qui garde de la motricité sans scotcher négativement l'ensemble (maniabilité) de la monoplace au sol. Bien sûr cette explication est primaire. Il y a aussi (et surtout) un fond plat, un extracteur à l'unisson, un ensemble cohérent. Mais quand même, quand on vous disait que l'aéro serait la clef...une fois de plus! Il faut que je me modère sur le sujet car il y a une autre équation compliquée à résoudre: garder les pneus dans la bonne fenêtre de fonctionnement. On a un vrai souçi pour tout le monde sur le sujet cette saison. C'est aussi corrélé à l'équilibre aéro de la monoplace dans la mesure où un bon équilibre permet de ne pas avoir trop de différence de température entre chaque train avant et l'arrière.
Le principal bémol de mon explication un peu basique c'est qu'elle reste très didactique. A Monaco la réalité rattrape souvent les donneurs de leçons comme moi. On sait que les pneus y sont certes très peu sollicités en usure (faible énergie latérale) mais pour autant il doivent offrir de la constance pour rassurer le pilote. La faute est interdite. Les réactions de Bottas et Hamilton après ces EL en disent long sur le potentiel de la W10.
Je m'attendais par ailleurs à voir une RB plus fringante. Je suis un peu déçu. Pour le spectacle, une pôle d'une autre couleur que l'argent serait la meilleure nouvelle de samedi. Monaco est un circuit très propice aux rebondissements et incidents divers. L'histoire nous la prouvé. Rien n'est joué, heureusement.





EL1 et 2 ne sont que des EL...
Il y a 1 mois
Aifaim
Aifaim :
V6 Turbo@, merci d'avoir répondu à ma presque subliminale sollicitation. La complexité du problème me conforte dans mon doute : la démonstration de cette analyse était trop simpliste pour être prise au pied de la lettre. Que le résultat final la rejoigne, c'est tout à fait envisageable mais cela n'en fera pas l'alpha et l'oméga de la valeur scientifique.
Il y a 1 mois
Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation





Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.