> > > > Monaco - Essais Libres : que retenir ?

Monaco - Essais Libres : que retenir ?

La première journée d'essais est désormais derrière nous... Mercedes bien devant, Verstappen en outsider, Albon en surprise, Renault en difficulté : retour sur les principaux enseignements des deux séances libres !

© Mercedes - L'écurie allemande a relégué la concurrence dans l'ombre ce jeudi ! © Mercedes - L'écurie allemande a relégué la concurrence dans l'ombre ce jeudi !

Mercedes un cran au-dessus

Le constat était prévisible : le jeudi est passé… et Mercedes a pris le large ! Si Max Verstappen s’était intercalé entre Lewis Hamilton et Valtteri Bottas en FP1, les deux Fléches d’Argent ont écrasé la concurrence l’après-midi, avec sept dixièmes d’avance sur le premier poursuivant, la Ferrari de Sebastian Vettel ! Fait intéressant tout de même : le pilote #44 et le pilote #77 se tiennent en un dixième le matin comme l’après-midi. Si le rythme d’Hamilton ne nous étonne guère, saluons la compétitivité de Bottas, bien placé ce jeudi soir pour prétendre à sa première pole à Monaco.

Autre élément pour entretenir le suspense : Max Verstappen a été retenu à son stand sur une grosse partie de la FP2. En cause, des débris, incrustés dans la boite à air au-dessus de sa voiture, endommageant ses radiateurs, qui ont ainsi du être changés. Résultat des courses : le pilote Red Bull a attendu de longues minutes avant de pouvoir prendre la piste, ne parcourant finalement “que” 16 tours. Sa performance de l’après-midi est donc toute relative, le Néerlandais ayant en plus changé ses réglages avant de prendre la piste. Mais ce dernier est satisfait “de l’équilibre de sa voiture”... de bonne augure pour décrocher a minima la troisième place le samedi après-midi.

Le match Mercedes-Red Bull parait donc à l’avantage de l’écurie allemande. Le feeling de Lewis Hamilton est on ne peut plus explicite : la voiture est un “rêve” pour un pilote à Monaco. Esteban Ocon sera tout de même à pied d’oeuvre dans le simulateur à Brackley d’ici demain soir : la W10 a un peu de mal à chauffer ses pneus dans un premier tour de qualifications. Mais même avec cette ombre au tableau, on voit mal ce qui peut empecher une voiture grise d’être aux avants-postes en fin de Q3.



Ferrari aura du mal à peser

En revanche, la chose est sûre pour Ferrari : la monoplace italienne est larguée ! Si Vettel a mené un temps la danse en FP2, en étant le premier à casser la barrière des 1:11, son temps a très vite été effacé par les performances d’Hamilton et de Bottas. En fin de session, Vettel est donc à des dixièmes d’année-lumière, surtout dans le deuxième secteur, l’Allemand étant trois dixièmes de seconde derrière Hamilton. En clair, la Ferrari perd le plus de temps sur la Mercedes dans la portion centrale du circuit entre le virage de Mirabeau et celui du bureau de Tabac. Mais de toute façon, la Ferrari perd à peu près du temps partout !

Et le constat est encore plus frappant pour Charles Leclerc. Le Monégasque, n’a terminé la FP2 qu’en dixième position, derrière les deux Alfa Romeo de Giovinazzi et Raikkonen, respectivement P8 et P9… Des voitures également motorisées par Ferrari. L’exploitation des pneumatiques, encore et toujours, est l’un des éléments principaux du manque de rythme du local de l’étape l’après-midi.


Jeudi passable pour Gasly et Grosjean

Chez les pilotes français, la satisfaction est pour Pierre Gasly, 4e en FP2, dans le même dixième que Vettel. Attention cependant, sa mise en jambes le matin n’a pas été phénoménale, avec un débours d’une seconde sur Verstappen. Heureusement, des changements de réglages salvateurs ont été opérés lors de la pause déjeuner. L’après-midi, le Normand s’est senti “à l’aise sur les longs relais”. Il lui restera à optimiser son rythme sur un tour lors de la FP3 samedi matin ! Rappelons que la priorité ici passe surtout par une belle place sur la grille…

De son côté, l’autre tricolore a connu un jeudi plus étonnant. Une fois n’est pas coutume Romain Grosjean a reçu un drapeau noir en FP1… La cause n’est pas de son fait : il n’avait tout simplement pas de radio avec son ingénieur piste. Situation cocasse, qui a aussi frappé Kévin Magnussen, son équipier. D’autant que les deux pilotes n’avaient pas vu l’ordre de rentrer au box, présenté sur leur muret via le panneautage. Côté piste, le Français a été battu par K-Mag le matin comme l’après-midi : l’écart de l’après-midi est de deux dixièmes, mais de quatre places ! Toutefois, l’ancien pilote Lotus est satisfait de l’évolution de sa voiture après le jeudi des essais : il peut espérer les points, et enchainer après sa dixième place en Catalogne il y a deux semaines. Avant cela, la Q3 à Monaco “est une possibilité”, de son propre aveu.


La bonne surprise du jour : Alexander Albon !

Une Toro Rosso dans le top five en FP2 ! Cette performance est l'oeuvre du Thaïlandais, qui a confirmé son aisance en Principauté, après sa pole en Formule 2 il y a un an. Le contraste est saisissant : de l’autre côté du garage, Daniil Kvvat a bouclé sa séance quatorzième, cinq dixièmes plus loin. Albon, lui, a confirmé que la Toro Rosso est une monoplace à suivre à Monaco, comme l’an passé où Gasly avait décroché, la septième place. Alors oui, Mais la compétitivité de la voiture de Faenza est peut-être monté d’un cran. Albon a roulé dans le rythme de la Red Bull du Français cet après-midi !


La déception du jour : l'écurie Renault

Si Daniel Ricciardo était assez confiant avant ce jeudi, son enthousiasme en a peut-être pris un coup. L’Australien a terminé la FP2 en 17e position, tout juste devant la Racing Point de Lance Stroll… et les deux Williams. Nico Hulkenberg n’a pas fait mieux, avec une simple 16e place. Et à cette heure, le clan français n’a pas encore exactement mis le doigt sur le problème qui ronge la R.S.19, d’autant qu’Hulkenberg était 7e et “meilleur des autres” le matin. L’après-midi, l’Allemand en avait quand même sous le pied, assurant avoir été gêné par le trafic. Point positif : l’Allemand a indiqué être “à l’aise” dans sa voiture. Il domina d’ailleurs Ricciardo le matin comme l’après-midi. L’Australien invoque de son côté des changements peut-être “pas aussi efficaces que prévus”. La journée de vendredi sans F1 sera peut-être salvatrice pour effectuer des changements, en revenant par exemple aux setups de la matinée.


Pas beaucoup de casse sur la piste !

En tout cas, ces deux séances libres se sont déroulées sans drapeau rouge, ce qui est assez exceptionnel pour le souligner. Les pilotes ont quand même joué avec les limites, notamment dans le premier virage bosselé de Sainte-Dévote, ou dans les esses de la Piscine. De son côté, Robert Kubica nous a gratifié d’un travers dans la descente de Mirabeau, sans dégâts majeurs. L’occasion de se monter autrement qu’à travers un classement forécment toujours délicat, en bas de tableau avec son équipier George Russell.

Finalement, la séance qualificative de samedi ne devrait pas affoler les bookmakers, si la météo reste au beau fixe. Si Hamilton et Bottas ont un temps d’avance, il sera intéressant de voir à quel écart sera Verstappen. Les Red Bull sont clairement le piment de cette manche à Monaco : Gasly peut-il devancer les deux Ferrari ? Derrière Albon confirmera-t-il les promesses du jeudi après-midi ? Les deux Renault reviendront-elles dans le top 10 ? Autant de questions tranchées sur les coups de 16h ce samedi !


De notre envoyé spécial à Monaco


Essais Libres, Monaco et Mercedes Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




3 réactions sur cet article Donnez votre avis
Marc Diskus
Marc Diskus :
Tous derrière , tous derrière , les flèches d'argent devant . Vettel à 7/10 , 3ème à l'issue de la journée , emmène un paquet de 15 voitures regroupées en 1 seconde , les Renault en queue de groupe . Les EL1 et 2 ne sont que des EL comme dit V6 Turbo@ , il n'empêche que beaucoup d'équipes souhaiteraient atteindre les performances des Mercedes aujourd'hui pour les qualifs de Samedi .

De toute évidence , la Scuderia n'a pas atteint aujourd'hui un compromis aéro efficace pour jouer dans la cour des Mercedes . Peut-être ont-ils travaillé sur des réglages performants dans les secteurs 1 et 2 et notamment à la sortie du tunnel où les virtuoses réussissent à doubler mais de toute façon les Mercedes étaient meilleures dans ces 2 secteurs ( et encore plus dans le 3ème ) . Fait inquiétant pour les Ferrari , les Mercedes dégradaient moins les tendres dans les runs rapides . De plus les mediums semblent bien convenir aux Mercedes alors que la Scuderia n'a pas encore tourné avec ces pneus . Les RedBull et leur châssis-culte pourraient même se placer devant les Ferrari sur la grille .

L'impression visuelle de vélocité extrême des Mercedes à la chicane et à la piscine , se traduit bien-sûr par le chrono mais je n'ai pas l'impression qu'elles ralentissent dans ces enchaînements . Cette stabilité se manifeste également à Anthony Noghes où Bottas donne l'impression d'aller taper sa roue arrière gauche dans le rail , puis la voiture se remet dans la bonne trajectoire comme si elle réagissait au doigt et à l'oeil de son pilote . Bon pour la confiance tout cela .

Un point positif pour la Ferrari , elle freine très bien surtout quand Vettel l'arrête à 30cm du rail à Sainte-Dévote .
Il y a 2 mois
Aifaim
Aifaim :
Les essais libres 3 vont être révélateurs et diaboliques à la fois. Exceptionnellement, les équipes disposent de 24 heures supplémentaires pour affiner les enseignements de jeudi. Les simulateurs vont fonctionner à plein ! Peut-être les plus puissants y accentueront leur avantage ou réduiront mieux leur handicap... tout comme ils auront le même risque que les autres d'emprunter une mauvaise voie.
EL3 ? La session de tous les dangers qui va devoir à la fois préparer la course, optimiser la monoplace pour les qualifications en gardant constamment à l'esprit le dogme de ne pas sortir. Si la course ne s'y gagnera pas, elle pourrait bien s'y perdre.
Il y a 2 mois
Aifaim
Aifaim :
Une seconde... Entre Vettel, 3e chrono et Ricciardo, 17e.
Les places n'ont pas grande signification. Les pneus vont être plus déterminants par leur température d'utilisation que par leur usure, y compris en qualification. Un tour de préparation perturbé par le trafic et LE tour chrono y laissera un , deux ou plus de dixièmes. On l'a entrevu ces derniers week-ends de course, des stratégies de pourrissement des tours d'échauffement en qualifications commencent à émerger.
Il y a 2 mois
Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation





Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.