> > > > Monaco : les tops et les flops de la rédaction

Monaco : les tops et les flops de la rédaction

Vous connaissez la formule : débattons des principales satisfactions et déceptions de ce sixième week-end de la saison 2019, disputé dans les rues de Monaco.

© Mercedes - Quel est votre événement marquant de ce week-end à Monaco ? © Mercedes - Quel est votre événement marquant de ce week-end à Monaco ?

Le top 3

Hamilton et le supplément d'âme

Si le Britannique nous sert souvent cette rengaine, nul doute que cette fois est bel et bien honnête : cette 77e victoire marquera la carrière de Lewis Hamilton. Pourquoi ? D'abord pour son contexte : oui le quintuple champion du monde a été touché par le décès de Niki Lauda, l'homme qui l'a appelé à l'été 2012 pour l'inciter à rejoindre Mercedes. Sans lui, peut être qu'Hamilton aurait fait un mauvais choix de carrière à la Fernando Alonso!

Plutôt sensible, le vainqueur du week-end était sur-motivé pour honorer la mémoire de l'Autrichien. Et n'oublions pas le scénario du week-end : Hamilton ne s'est réellement porté en tête que le samedi lors du deuxième run de la Q3, avec un tour qualif supersonique, le onboard vaut le coup d'œil ! Le dimanche, le leader de Mercedes a donc parcouru 66 tours avec des pneumatiques médiums. Un calcul qui dépassait les prévisions de Pirelli. Oui, les monoplaces 2019 sont larges et limitent les dépassements mais Hamilton n'a pas fait une seule erreur avec ses pneumatiques, preuve de sa plénitude au volant de sa W10.

Après 2008 et 2016, le #44 s'est donc adjugé sa troisième victoire en Principauté et a préservé l'équipe, surtout James Vowles le chef stratégie de Mercedes. Ça méritait quand même bien une douche de champagne pour le principal concerné ! En 2019, on ne voit pas ce qui peut arrêter Hamilton, sauf grosse casse mécanique. Valtteri Bottas fait le job mais le leader du championnat est un cran au dessus ! Pour le suspens, espérons quand même un retour au premier plan du Finlandais au Canada.


Verstappen était le Mansell de 1992

Pour faire une grande bataille, prenez deux grands pilotes. Si Hamilton en est assurément un, Verstappen aussi ! Le pilote Red Bull continue de porter son équipe (même si Gasly progresse) et surtout il ne fait pas d'erreur, comme Hamilton. Oublié, le crash en FP3 l'an passé ! Si les cinq secondes de pénalité pour unsafe release sont justifiées, saluons la fin de course du Néerlandais qui montre bien que Monaco réserve aussi des éditions à suspens. Sa tentative de dépassement à la sortie du Tunnel au 76e tour était courageuse mais pas insensée.

Le jeu en valait la chandelle : si il avait trouvé la faille sur Hamilton, Verstappen se serait clairement échappé en tête et aurait comblé ses cinq secondes de pénalité. Ce Grand Prix de Monaco nous montre en tout cas que le jeune homme de 21 ans prend de l'assurance. Si la dominantion d'Hamilton peut encore durer, Verstappen a une place de choix pour le futur, à condition de rester dans une voiture compétitive. Dans cette lutte Hamilton-Verstappen, il y avait du Senna vs Mansell 1992 ! Si Vettel n'avait rien tenté derrière Ricciardo l'an passé, le duel que nous avons vu dimanche restera dans les têtes.


Un quadruplé pour le moteur Honda

C'est une première pour le constructeur japonais ! Depuis son retour en 2015, jamais Honda n'avait placé autant de voitures dans le top 10 : voilà qui est fait, avec quatre voitures et un 100% flatteur. Normal me direz-vous, ce n'est que la première saison à quatre voitures pour le motoriste nippon. Mais il faut quand même saluer cette performance, surtout que Verstappen n'est pas passé loin d'offrir à Honda sa première victoire depuis 2006 avec Jenson Button au Grand Prix de Hongrie.

Si les deux Red Bull ont bien tourné à Monaco, il faut aussi souligner la performance des deux Toro Rosso, dans le coup tout le week-end , finalement P7 (Kvyat) et P8 (Albon) à l'arrivée, soit le meilleur résultat de la jeune carrière du pilote Thaïlandais. Le circuit de la Principauté n'est pas un circuit de moteur, il souligne quand même l'efficacité du bloc sur des tracés sinueux, ce qui est un gage de qualité pour la suite de la saison. A voir maintenant si le moteur Honda sera aussi performant sur le circuit Gilles-Villeneuve à Montréal, circuit de pleine charge !


Mention spéciale : l'hommage du paddock à Niki Lauda

La Formule 1 a connu un week-end particulier avec la disparition de l'un de ses héros. Mais l'hommage rendu fut à la hauteur du parcours et de la personnalité de Niki Lauda. On note tout particulièrement le halo et l'étoille rouge apposés sur la Mercedes W10, la fameuse casquette rouge portée par la grande majorité du paddock, et surtout les livrées de casque de Vettel et Hamilton, l'un choisissant la lignée des années 80, l'autre des années 70. Comme un symbole, la course s'est terminée par un doublé Hamilton-Vettel ! L'image des deux pilotes se congratulant à la descente de voiture restera l'un des moments marquants de cette saison. Ce Grand Prix était aussi l'occasion de se souvenir qu'il y a 5 ans, le regretté Jules Bianchi réalisait une course d'anthologie à bord de sa Marussia, en décrochant la 9e position. 5 ans déjà...


Le flop 3

La stratégie Ferrari : le couac qui passe mal

Un revers de plus dan une saison qui relève du cauchemar. A peine ragaillardi par un meilleur temps de Leclerc en FP3, l'équipe italienne a tout gâché en Q1 en rentrant les mauvaises datas sur son logiciel pour calculer l'évolution de la piste ! Résultat: une confiance excessive à cinq minutes de la fin, et l'ingénieur piste qui fait rester son pilote au garage, alors que ce dernier a demandé si il fallait ressortir. Pour un top team, cela fait tâche et ce ne sont pas les explications de Binotto qui ont changées quoi que ce soit.

Une telle confiance est quand même étonnante pour une équipe avec une voiture capricieuse du train avant et difficile à conduire à Monaco. Vettel a un peu sauvé la mise le dimanche avec la deuxième place mais pour Leclerc le mal était fait : Ferrari a complètement gâché son week-end à domicile, ce qui va peut-être laisser des traces dans la relation entre les deux parties, comme l'affirme déjà certains médias italiens. Il va falloir rapidement une victoire pour éteindre le début de l'incendie !


Alfa Romeo continue la plongée

L'autre écurie aux racines italiennes est aussi en difficulté. La dégringolade continue au classement. Pire, la Williams de George Russell a devancé Kimi Raikkonen comme Antonio Giovinazzi. Si l'équipe ne s'attendait pas à un week-end facile en Principauté, il ne l'a vraiment pas été du tout. Raikkonen n'a jamais pu doubler et n'a même pas pu effacer la Racing Point de Lance Stroll devant lui par le jeu de la stratégie !

Giovinazzi s'est lui embrouillé avec la Williams de Kubica et c'est en voulant dépasser qu'il causa un accrochage avec le Polonais et un bouchon à la Rascasse. Résultat des courses : l'Italien est le dernier classé de ce Grand Prix. Un week-end à oublier pour l'équipe de Frédéric Vasseur. Il faudra performer à Montréal, sur un circuit favorable pour la performance moteur. Par chance, la 5e place au classement des constructeurs reste à 4 points mais pendant ce temps, McLaren s'envole !


Stroll encore un ton en dessous de Pérez !

Et de 10 ! Le Canadien s'est fait sortir pour la 10e fois d'affilée en Q1 ! Embêtant, surtout à Monaco : de la 18e place, Lance Stroll ne pouvait guère espérer grand chose. C'est bien ce qu'il s'est passé... Sa pénalité de 5 secondes pour son accrochage avec Raikkonen à l'épingle du Loews n'a pas aidé mais Pérez, treizième à l'arrivée, est remonté un peu plus haut en course.

Le mal est surtout ici : face à son équipier, Stroll n'existe pas ou si peu. Mais naturellement, nul doute que Lance a encore un peu de crédit face à Lawrence, son père et propriétaire de l'écurie ! Sur les six premières courses de la saison, Stroll n'a dominé Pérez qu'en Australie. Depuis, c'est le trou noir !



Sondage : Quel est VOTRE événement marquant de ce sixième week-end 2019 à Monaco ?




Tops/Flops, Monaco et Hamilton Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




4 réactions sur cet article Donnez votre avis
Marc Diskus
Marc Diskus :
" Lewis était le seul pilote à pouvoir résister à Verstappen en fin de course " disait Toto Wolff à l'arrivée . Bel hommage aux deux pilotes . Lewis aux prises à ses pneus mediums ayant dépassé l'espérance de vie indiquée par Pirelli et Max qui a tenté un dépassement à la chicane au 76ème tour , les deux pilotes ont réussi l'exploit de ne pas faire de faute .

Il manquait 4 ou 5 km/h à Verstappen pour réussir sa manoeuvre , en fait ce qui manque au Honda face au Mercedes . Imaginez que Verstappen soit passé , les gradins de Monaco en trembleraient encore de voir le " garagiste " RedBull ( comme disait Enzo Ferrari ) devancer le constructeur Mercedes .

Le point commun aux 2 pilotes Hamilton et Verstappen , est leur capacité à piloter au feeling et à la limite , une voiture au train avant baladeur , sous-vireur et imprévisible . Ils ne sont pas pour rien probablement les meilleurs sous la pluie . J'ai eu l'impression par moments en fin de course , que celle-ci se déroulait sur le mouillé .
Il y a 20 jours
Tat
Tat :
@Marc Diskus
"les deux pilotes ont réussi l'exploit de ne pas faire de faute."
Max en a commis au moins une.
@Alexandre Lepère
"on ne voit pas ce qui peut arrêter Hamilton, sauf grosse casse mécanique."
Allez pas donner de telles idées à Toto... Hein!
Il y a 20 jours
Marc Diskus
Marc Diskus :
Tat@
Tu as raison , Max aurait dû laisser passer Bottas plutôt que de le dépasser dangereusement dans les stands , ce qui est pénalisable mais , ses mécanos l'ont lâché au plus mauvais moment . A qui la faute ?
Il y a 20 jours
V6 Turbo
V6 Turbo :
@Marc Diskus
C'est exactement ce que je pense. Lewis et Max ont en commun ce sens inné de l'attaque efficace. Le delta avec les autres pilotes se fait souvent sur cette capacité à attaquer fort, longtemps sans aller à la faute irréversible. Si Lewis est devenu le maître en la matière, Max a compris qu'il lui faut prendre le même chemin pour le suivre voire le dépasser un jour. Aller vite ne suffit pas, il faut être capable de toujours tirer le meilleur de sa monoplace quelles que soient les circonstances. En la matière Prost était un King même si je persiste à penser que Senna avait un petit plus en terme de talent pur. Mais comparaison n'est pas raison...
Il y a 18 jours
Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation





Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.