> > > > Vasseur : la F1 "ça n'est pas une question de chance"

Vasseur : la F1 "ça n'est pas une question de chance"

Avant le véritable début du Grand Prix de France avec les premières séances d'essais prévues demain, Motors Inside est allé à la rencontre de Frédéric Vasseur, le Team manager de l'équipe Alfa Romeo. Le Français est connu pour ne pas mâcher ses mots. Au menu de cette interview : les performances de son équipe, l'apport de Kimi Raikkonen, la progression de Charles Leclerc chez Ferrari et son avis sur la nouvelle réglementation 2021.

© Alfa Romeo - Fred Vasseur continue à avoir une oeil sur Charles Leclerc© Alfa Romeo - Fred Vasseur continue à avoir une oeil sur Charles Leclerc

Pour son Grand Prix à domicile, le Team manager d'Alfa Romeo, Frédéric Vasseur, s'est confié à Motors Inside sur le début de saison de son équipe et l'apport indéniable de Kimi Raikkonen cette année. Le Français garde également un œil attentif sur Charles Leclerc et nous donne son avis sur la prochaine réglementation de la Formule 1 à l'horizon 2021.

Frédéric, quelles sont les attentes d'Alfa Romeo pour ce Grand Prix de France ?

« Nous avons eu un début de saison en fanfare où on s'est retrouvés 4ème au soir de la troisième course et après pour différentes raisons, pas vraiment de performance brute mais plus d'exploitation, de circonstances, d’incidents de course, on a eu quelques courses sans et cette fois on aimerait être de retour dans le Top 10, si possible avec les deux voitures. J'aimerai surtout qu'Antonio [Giovinazzi] concrétise les dernières qualifications qu'il a réalisées où il a réussi à faire jeu égal avec Kimi [Raikkonen], parfois même à être devant devant. On veut arriver à faire un week-end propre. »

Justement, comment pouvez vous expliquer cette brutale chute de performance ?

« Des fois il ne faut pas essayer de réécrire l'histoire. On a été très bon dans l’exploitation avec beaucoup d'opportunisme en début de saison mais par exemple à Monaco on est dans le Top 10 avec les deux voitures dans toutes les séances, on se rate en qualifs, on prend une pénalité avec Antonio, du coup il part dernier, on est impliqué dans un accrochage...alors qu'il y avait de la place d'avoir les deux voitures en Top 10 en qualifs. Une chose est sûre, il y a un peloton très resserré entre la 7ème place et la 18ème. Ça se joue à coup de dixièmes et ça change d'une séance à l'autre. Il faut donc faire le week-end parfait pour être devant ce groupe. Mais comme il y a un taux de fiabilité énorme, cela veut dire qu'il n'y a que 4 places dans les points en dehors du Top 6. »

Au final, c'est la chance qui fait la différence...

« [Affirmatif] Ça n'est pas une question de chance ! Il faut juste tout mettre dans l'ordre au bon moment sur le tour le plus important. Les premiers week-ends de course, Kimi arrivait à aller en Q2 pour un centième ou deux puis il était capable de se qualifier 7ème. En ce moment on est deux ou trois dixième en dedans. Ça n'est pas de la chance, c'est plus de l'opportunisme qu'autre chose. »

Que vous apporte Kimi Raikkonen au sein de l'équipe ?

« Une vision globale de la voiture des performances, une compréhension des pneus, une vison globale de l'équipe qui est une véritable valeur ajoutée pour nous. 19 ans en F1 avec des Top Team, c'est inégalé. C'est aussi un plus en terme de sponsor, beaucoup de partenaires viennent chez nous pour Kimi. »

Vous pensez pouvoir viser le podium cette année ?

« En terme de performance pure le podium est inaccessible aux équipes en dehors des trois Top Team...mais il y aura peut être un week-end ou il y aura un accrochage monumental entre eux [rires] Mais encore là, ce week-end, il faudra être devant les autres dans le groupe. C'est à ce moment qu'il faut être opportuniste et faire le job. »

Vous avez le temps de suivre les performances de votre ancien pilote, Charles Leclerc ? Quel regard avez-vous sur son début de saison ?

« Bien sûr ! Il a failli gagner à Bahreïn, il a été magique à Bakou jusqu'à un certain moment. Il montre le potentiel qu'il a par rapport à Sebastian [Vettel], même si ce dernier ne se laisse pas faire. C'est un paramètre qui sert Ferrari en ce moment, cette émulation entre les deux pilotes. Charles est un compétiteur, il ne lâche jamais rien. »

Est-ce que la nouvelle réglementation prévue en 2021 sera favorable aux plus petites équipes comme Alfa Romeo ?

« Il ne faut pas imaginer que le changement de règles va nous permettre de battre Mercedes et Ferrari. Si ça doit se faire ça sera sur la durée. Ça n'est pas un changement de réglementation qui nous aidera. Ce qui est important pour une petite équipe, c'est la stabilité. La FIA a voulu changer de réglementation, en essayant de limiter les couts, en essayant de limiter les écarts entre les équipes à cause des ressources plus importantes de certaines d'entre elles et c'est une bonne chose, mais il faut de la stabilité après 2021 sinon ça avantagera les grosses équipes car ce sont elles qui sont capables de travailler sur la voiture de 2019, 2020 et 2021 donc si on change de réglementation à chaque fois, ils auront toujours un train d'avance. Là où nous on réfléchit à quatre personnes sur les prochaines monoplaces, eux réfléchissent à 40 ! »

De notre envoyé spécial au Castellet


Vasseur, Alfa Romeo Racing et Raikkonen Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.

Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.