> > > > Autriche : les tops et les flops de la rédaction

Autriche : les tops et les flops de la rédaction

Vous connaissez la formule : débattons des principales satisfactions et déceptions de ce neuvième week-end de la saison 2019, disputé sur le Red Bull Ring, en Autriche.

© Formula 1 - Quel a été votre évènement marquant de ce week-end à Spielberg ? (On devine assez facilement la réponse...)© Formula 1 - Quel a été votre évènement marquant de ce week-end à Spielberg ? (On devine assez facilement la réponse...)

Les tops

Verstappen ébouriffant

Déjà vainqueur en 2018 à Spielberg, le Néerlandais a encore frappé un grand coup ! Pourtant, rien ne laissait penser à un tel constat à l’issue du premier tour. Mal élancé, Verstappen avait perdu cinq places entre le départ et le premier virage. Retombé septième, le pilote Red Bull nous a fourni une remontée de légende. Si la première partie était déjà un amuse-gueule, dépassements sur Norris et Raikkonen à la clé, la course de Verstappen a véritablement pris du galon après son arrêt, effectué à la fin du 31e tour.

Quelle deuxième partie de course ! Sur une stratégie parfaite, Verstappen a offert trois dépassements spectaculaires sur Vettel, Bottas et surtout sur Leclerc, au 69e tour. Evidemment, le dernier dépassement est le plus litigieux et n’en finira pas de faire débat, notamment par rapport à la constance de la FIA dans ses décisions. Mais de toute évidence, Verstappen n’a pas volé sa victoire en enchaînant une série de meilleurs tours, juste avant de prendre la tête. Et si le dépassement est effectivement agressif, le Néerlandais était à la hauteur de Leclerc dans sa manoeuvre pour la gagne. Dans une saison aussi aseptisée par la domination de Mercedes et le règlement de la FIA, cette course revigore, et Verstappen y est pour beaucoup ! On aimerait presque que Toto Wolff décroche son téléphone cet été pour lui offrir un contrat au côté de Lewis Hamilton l’an prochain.


Leclerc l’aurait aussi mérité

Que cette issue est douloureuse pour le petit prince monégasque. Charles Leclerc avait tout bien fait sur ce week-end autrichien : une pole brillante et une course bien menée, en tenant Valtteri Bottas à bonne distance. Mais l’ancien pilote Sauber n’a donc rien pu faire face à la remontée de Verstappen. En fait, le tort est surtout à trouver du côté de la Scuderia Ferrari, qui n’a pas osé chausser les pneumatiques médiums en Q2 pour partir avec au départ. Clairement, le manque de fraîcheur de ses gommes dures en fin de course a coûté !

Toujours sans victoire en Grand Prix, Leclerc a quand même de nouveau marqué les esprits, en prenant temporairement le leadership chez Ferrari, après le problème technique de Vettel en qualifs. Sur la réaction de Leclerc à l’arrivée, difficile également de reprocher quoi que ce soit : sa déception est tout à fait légitime. Oui, la FIA aurait pu pénaliser Verstappen eu égard à la jurisprudence depuis le début de saison. Oui, Leclerc a l’étoffe d’un champion du monde et ne peut se contenter de cette deuxième place. D’ici son premier titre, il faudra d'abord débloquer le compteur avec une victoire en Grand Prix. Arrivera-t-elle cet été ? On lui souhaite de tout coeur, à l’issue d’un nouveau duel de haute lutte face à Verstappen ou Hamilton, qui sait !


Norris brille encore !

Quel début de saison pour le rookie britannique ! Si Carlos Sainz était trop lesté avec sa pénalité, Lando Norris a tenu la baraque pour McLaren, et de quelle manière ! Sixième en Q3, le vice champion F2 2018 n’a pas tremblé en course, se permettant même le luxe de menacer la Mercedes d’Hamilton dans le premier tour ! Ensuite, Norris a brillamment mené sa barque, en dépassant notamment l’Alfa Romeo de Raikkonen.

“Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années” : la maxime de Corneille colle à la peau de Norris, qui a aussi suivi une stratégie parfaite à un seul arrêt, des tendres aux médiums. Un pari plutôt osé mais payant puisque Norris a devancé la Red Bull de Gasly. Au final, Norris égale son meilleur score de Bahreïn. Cumulée à la belle huitième place de Sainz, ce week-end conforte le statut de quatrième place pour McLaren au championnat !


Autre top potentiel, saluons la belle performance de l'équipe Alfa Romeo, qui place pour la première fois de la saison ses deux voitures dans le top 10. Le tableau est positif, avec Raikkonen remonté jusqu'à la quatrième place en début de course, pour une neuvième place finale. Dixième, Antonio Giovinazzi a lui capitalisé sa septième place sur la grille, ce qui valait bien un petit coup de ciseaux !

Les flops

Gasly aggrave son cas

La dégringolade continue pour le Français, et de quelle manière ! Laminé par son équipier, qui a pris toute la lumière sur la course à domicile de Red Bull ; Gasly a donc souffert, dés les qualifications, à six dixièmes de Verstappen, neuvième, battu par Magnussen, Norris et les deux Alfa Romeo !

Sa course est une impression de déjà vu : avec un manque cruel agressivité, Gasly a juste réussi à passer Raikkonen, et a fini son Grand Prix coincé derrière la McLaren de Norris. L’image qui fait mal est celle où le Français est obligé de se garer pour laisser passer Leclerc et Verstappen, un duo lui prenant un tour !

Cette fois, pour Gasly c’est l’alerte rouge : après avoir qualifié ses performances d’ “inacceptables” pendant le week-end Helmut Marko réfléchit peut-être déjà à un nouvel avenir pour lui… hors de la Red Bull ! Va-t-il subir les affres d’une relégation chez Toro Rosso en lieu et place de Daniil Kyvat ? Au vu des rumeurs du paddock, la possibilité est réelle. Heureusement, le Russe n’a guère performé ce week-end...


Grosse méforme pour Toro Rosso

C’est en effet la seule bonne nouvelle pour Pierre Gasly : l’absence totale de compétitivité de la voiture soeur. Sur le même moteur, la Scuderia Toro Rosso a sombré, Kyvat se retrouvant même derrière la Williams de George Russell en début de course ! La suite du Grand Prix a été un poil plus positive, mais avec une maigre 15e place comme meilleure place, l’oeuvre d’Alexander Albon, le bilan de Toro Rosso est famélique. Kyvat a lui fini 17e derrière un Grosjean en glisse constante à bord de sa Haas.

Dans le duel des deux pilotes, Albon a quand même eu le mérite de passer en Q2 à l’inverse de Kyvat. De quoi faire réfléchir Helmut Marko pour la suite ? En attendant, l’écurie de Faenza donne l’impression de régresser depuis le Grand Prix de Monaco en mai...


Renault aussi hors du coup

Une autre équipe en difficulté ce week-end en Autriche ! Les hommes d’Enstone repartent également avec un zéro pointé dans leurs bagages. Logique finalement, au vu d’un début de week-end déjà compliqué, marqué par des soucis de setup. Parti 12e, la stratégie de Ricciardo n’a pas fonctionné, avec un très long relais en pneus médiums, pour un coup dans l’eau.

Pour l’honneur l’Australien a doublé Hulkenberg dans le dernier tour… Mais cette action n’était que pour le bénéfice de la 12e place ! Clairement, la R.S.19 n’était pas à l’aise sur ce tracé si particulier du Red Bull Ring. Quand même, les promesses du Canada il y a trois semaines semblent bien loin ! L’été sera crucial pour les troupes de Cyril Abideboul, désormais à vingt points de la quatrième place, détenue par Mclaren, avec le même moteur dans la voiture. Clairement, cela fait désordre !


Autre flop potentiel, le manque de rythme (relatif) de Mercedes après huit courses quasi parfaites. La raison de cette petite contre-performance s'explique du côté du moteur, en surchauffe sur ce tracé, à 660 mètres d'altitude. Nous avons donc trouvé un vrai défaut à la W10 !


Sondage : Quel est VOTRE événement marquant de ce Grand Prix d'Autriche 2019 ?




Tops/Flops, Verstappen et Leclerc Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




1 réaction sur cet article Donnez votre avis
Supervroum
Supervroum :
Tiens, personne n'a parlé ici du fait que Verstappen était aussi mal placé que Magnussen sur la grille de départ et que comme par hasard c'est passé inaperçu..... et la marmotte ?
Verstappen sera t il le nouveau Schoux marrant ? doué, c'est sûr, mais dangereux, arrogant, prêt à l'abordage si on ne le laisse pas passer ?
J'avoue que OK, faut lâcher du lest, mais cette victoire ne cache t elle pas autre chose ? Les bruits courts que Honda n'est pas assuré de continué après 2020... cette victoire opportuniste tombe vraiment bien non ?
Bref, dommage, car ce GP m'avait presque convaincu de continué à regardé la F1, du coup, je suis encore plus dubitatif ....
Il y a 2 mois
Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation





Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.