> > > > Schumacher, au nom du père

Schumacher, au nom du père

Mick Schumacher a vécu un week-end très intense en émotions, en prenant le volant de la F2004 de son père pour des tours de démonstration.

© Ferrari - Mick Schumacher a ravivé les glorieuses années de Ferrari et se positionne pour l'avenir© Ferrari - Mick Schumacher a ravivé les glorieuses années de Ferrari et se positionne pour l'avenir

L'an dernier, à Spa-Francorchamps, Mick Schumacher avait déjà pris le volant d'une voiture iconique de la carrière de son père, la Benetton avec laquelle il avait remporté son premier titre, en 1994.

Désormais membre à part entière de la Ferrari Driver Academy, il a désormais pris le volant d'une autre monoplace à forte portée historique, la F2004 qui l'a vu battre tous les records sur une saison : « J'ai pu voir à quel point, il y a eu d'énormes progrès entre 1994 et 2004. D'être en mesure de rouler à fond avec le V10 est un moment très spécial. » Sous son casque qui reprenaient à la fois ses couleurs traditionnelles et celles de son père, il a ainsi eu le sourire tout au long de sa courte démonstration. Pour sa seconde sortie, le dimanche, il a même eu l'opportunité de rouler sur une piste détrempée par une averse, ce qui lui a valu quelques dérapages contrôlés.

Le jeune pilote en a également profité pour commenter sa première saison en F2, qu'il a intégré après son titre en F3 la saison passée. L'une des principales différences est le rythme des week-ends de course, avec une seule petite séance d'essais libres avant d'être jeté dans le grand bain : « Les résultats de la course 1 ont un impact sur la course 2. Donc si vous avez une mauvaise course en course 1, vous aurez un mauvais week-end alors qu'en F3, les qualifications décidaient toujours d'où vous partiriez en course. »

Actuellement 14ème du championnat, il espère finir la saison sur une note positive et surtout être en mesure de montrer le vrai potentiel de son équipe et le sien. S'il se dirige vers une seconde saison pour s'imposer comme candidat légitime à la F1, le paddock a évidemment déjà un œil sur lui. C'est pourquoi Sebastian Vettel a tenu à rappeler qu'il était nécessaire de lui laisser le temps de se développer et de ne pas lui rajouter de la pression inutilement : « Je pense qu'il est essentiel qu'on lui donne le temps nécessaire. Je pense que c'est juste qu'il soit jugé, comme nous l'avons tous été mais ce n'est pas juste qu'il soit trop comparé aux autres et surtout à son père. C'est une autre époque. »

De notre envoyé spécial à Hockenheim


Mick Schumacher, Ferrari et Hockenheim Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation





Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.