> > > > Mattia Binotto justifie la stratégie de Ferrari à Sotchi

Mattia Binotto justifie la stratégie de Ferrari à Sotchi

Ferrari s'est clairement pris les pieds dans le tapis d'une stratégie hasardeuse lors de la course en Russie. L'abandon sur casse mécanique de Sebastian Vettel venant parachever une course où l'équipe italienne aura encore démontré ses limites dans la gestion de la rivalité qui oppose ses deux pilotes.

© DR - Mattia Binotto forcé d'expliquer la stratégie Ferrari© DR - Mattia Binotto forcé d'expliquer la stratégie Ferrari

Les Grands Prix se suivent et se ressemblent pour Mattia Binotto, une nouvelle obligé d'expliquer la stratégie de Ferrari une semaine après l'imbroglio de l'undercut réalisé par Sebastian Vettel à Singapour.

Cette fois-ci, il semblerait que le pilote allemand ait interprété à sa manière une consigne donnée avant la course par son équipe. Le but étant d’aider le quadruple champion du monde, 3ème sur la grille, à dépasser la Mercedes de Lewis Hamilton pour favoriser un doublé Ferrari à l'arrivée du Grand Prix de Russie.

C'est en tout cas ce qu'avaient prévu Binotto et son équipe : « Nous avons étudié les précédentes courses en Russie et nous savions qu'il fallait la démarrer en tête au premier tour. Normalement, si vous débutez premier, vous finissez premier. Naturellement, en tant qu'équipe, la victoire est l'objectif donc pour nous le plus important était d'être 1er et 2ème dans le premier tour pour contrôler la course, les positions et le rythme. C'est ce qui allait se passer et, sans ce problème de fiabilité, nous aurions conservé ces positions après les arrêts aux stands [...] Nous nous sommes mis d'accord avant la course pour ne pas donner l'aspiration à Hamilton et en faire profiter Sebastian. Charles ne devait pas se battre pour conserver sa position que nous lui aurions rendu par la suite. » explique calmement Binotto

Il poursuit : « Ce qui est arrivé est exactement ce que nous avons exposé. Ils ont pris un bon départ, Charles est resté sur la gauche, Sebastian a doublé Hamilton et s'est mis dans l'aspiration de Charles. Le départ s'est déroulé comme prévu et nous avons jugé correct de demander à Sebastian de rendre la position. »

Mais visiblement, Vettel ne l'a pas entendu de cette manière : « Nous avons demandé à Sebastian de laisse passer Charles mais il est juste de dire qu'à ce moment de la course Charles n'était pas assez proche et cela nous aurait fait perdre trop de temps. Ensuite, Sebastian était de plus en plus rapide et a donc creusé l'écart sur Charles » justifie Binotto.

Ferrari a donc changé la manière d'appliquer sa stratégie et a décidé de jouer l'undercut avec Leclerc en le faisant stopper 4 tours avant Vettel, même si Binotto ne l'avouera qu'à demi-mot : « Cet undercut a été fait car Charles avait des pneus qui étaient usés. C'était donc le bon moment pour lui de rentrer aux stands. Nous savions que si nous arrêtions nos deux voitures en même temps, nous serions vulnérable en cas de Voiture de Sécurité par rapport à Hamilton. Nous avons donc laissé Sebastian en piste le plus longtemps possible pour couvrir l'éventuelle sortie de la Voiture de Sécurité. »

Comble d'ironie pour Ferrari, c'est l'abandon de Vettel quelques virages après son arrêt qui provoquera la sortie de la Voiture de Sécurité, condamnant tous les espoirs de Charles Leclerc et offrant un doublé inespéré à Mercedes.


Ferrari, Sotchi Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




7 réactions sur cet article Donnez votre avis
GALOYS
GALOYS :
Beaucoup trop de stratégie "latine" chez une scudéria ressuscitée. Au secours Vasseur! Viens mettre un peu de sérieux dans tout cela.
Il y a 18 jours
Alinnhomaya
Alinnhomaya :
La stratégie chez Ferrari, c'est choisir le pilote qui gagne la course même si en réalité, Ferrari ne joue pas le titre pilote et non plus constructeur, vu les écarts colossaux... C'est une équipe qui cherche à n'importe quel prix un numéro un et deux, au lieu de laisser le pilote le plus rapide ou le mieux placé de gagner la course... Apparemment, même si Vettel laissait passer Leclerc direct après, ça n'aurait eu aucun sens parce qu'en réalité, Vettel avait plus de vitesse pour dépasser Leclerc... Donc, on lui aurait dit de rester sagement derrière Leclerc qui règle sa voiture principalement pour le qualif. du moment où Vettel pense plus aux réglages courses... Sans sa bourde à Monza, Vettel était aussi plus rapide en course, tout comme à Singapour et en Russie... Ferrari devrait laisser leurs pilotes se battent en fixant les règles du jeu dans le respect des points constructeurs... La pôle, c'est bien mais Leclerc ne se montre pas clairement plus rapide en course que Vettel ni ses concurrents direct de Mercedes... Leclerc est vraiment limite avec sa vitesse en course... A SPA, il bénéficie de l'aide de Vettel, sinon, Lewis l'aurait bouffé facilement à mon avis, et à Monza, il était sauvé par la clémence des commissaires sur la terre des tifosis, parce que ses défenses ont bel et bien mérité des sanctions...
A Singapour, Leclerc n'était pas spectaculaire en vitesse pure sur la piste et Vettel l'a prouvé sur son tour canon après le ravitaillement. En Russie, avec ses pneus neufs, il est incapable de dépasser Bottas... Donc, que veut Ferrari dans leurs stratégies ? Favoriser le pôle man à tout prix ou laisser le pilote plus rapide gagner? Gros mystère !!!
Il y a 17 jours
Marc Diskus
Marc Diskus :
Juste une précision cher Alinnhomaya@ : la stratégie de la Scuderia était que Leclerc aspire Vettel juste derrière lui pour dépasser Lewis au départ . Ce stratagème a permis à Vettel de le faire et même de dépasser Leclerc resté gentiment sur la gauche en abordant le virage 3 . Peu après , Laurent Mekies a demandé à plusieurs reprises à Vettel de rendre la position conformément à la stratégie prévue . Mais Vettel n'avait pas compris !! Il a continué à rouler à fond en battant à chaque tour le record pour prendre finalement 4 secondes à Leclerc en 19 tours , ce qui n'est pas phénoménal mais en tirant comme un bourrin sur sa voiture , dont la mécanique lâchait après son arrêt pneus . Au passage Leclerc détruisait ses pneus arrières en suivant Vettel . Il y avait une stratégie courtoise et juste à respecter mais Vettel se l'est jouée perso .

La pagaille à la Scuderia dans les stratégies de course vient sans doute comme tu dis de l'absence d'un choix clair de pilotes 1&2 , contrairement à Mercedes où Lewis est constant sur la saison , concède une ou deux victoires à Bottas pour le devancer ensuite de la tête et des épaules . J'ose l'affirmer , si à la Scuderia un pilote est constant c'est Leclerc , mise à part sa sortie à Hockenheim sur une vraie patinoire , là où justement Lewis est également sorti mais avec un coup de volant de génie permettant à sa voiture au museau éclaté de finir 9ème .
Il y a 17 jours
Alinnhomaya
Alinnhomaya :
@ Marc Diskus,
Salut ! Je comprends ta défense sur la stratégie de Ferrari en Russie mais nous devons tenir compte de la réalité de la vitesse de chaque pilote en course. Si Vettel devrait laisser passer à tout prix Leclerc dès les premières tours, je suis sûr et certain qu'avec la vitesse de Vettel en course, il aurait été très menaçant pour le repasser... Vettel était clairement le pilote le plus rapide de Ferrari en course... Peut-être Vettel aurait eu l'avantage sur la piste ou au profit d'un ravitaillement... En plus, je ne crois pas que Leclerc aurait collé 4 à 5 sec comme Vettel l'a fait avant son ravitaillement... Lier sa panne à la mauvaise utilisation de sa machine, ce n'est pas juste, parce que nous n'avons pas les données et seuls les ingénieurs en savent mieux... Certes, Leclerc est très rapide sur un tour mais il doit hélas prouver encore qu'il est clairement rapide que Vettel comme Lewis le démontre avec Bottas... La tendance de la stratégie de Ferrari va en faveur du pôleman et non du pilote le plus rapide en course... Je comprends que Leclerc soit l'avenir de Ferrari, mais à ce stade, ils doivent laisser leurs pilotes se battre en course en fixant un cadre clair pour l'intérêt de l'équipe...
Il y a 17 jours
Marc Diskus
Marc Diskus :
Alinnhomaya@
Je suis parfaitement d'accord avec toi sur l'inutilité d'une stratégie de course entre équipiers dès lors que l'équipe laisse ses pilotes s'expliquer sportivement en piste pour la victoire . Le problème majeur est que la Scuderia ne le fait jamais aujourd'hui pour éviter un accrochage , les consignes de dépassements se font sur le muret à 2 exceptions cette saison : Bahrein où Leclerc contrevient aux consignes et dépasse Vettel , lent à cette course et Sotchi où Vettel était sensé rendre la position . Sinon les pilotes n'ont rien à dire , n'ont qu'à exécuter ce qu'on leur demande . Il me paraît évident qu'on ne peut éternellement demander à des pilotes de cette envergure et de cette ambition de jouer au petit soldat .

Nous sommes d'accord sur l'essentiel , la F1 c'est le spectacle de 2 pilotes qui donnent tout ce qu'il ont pour vaincre . La stratégie Ferrari se situe aux antipodes de la volonté des pilotes de se battre pour eux-mêmes . C'est la Scuderia qui doit gagner , accessoirement l'un ou l'autre pilote +ou- en odeur de sainteté . Le plus navrant et ce n'est pas le destin , c'est leur tendance à se torpiller eux-mêmes les rares fois ou tout est réuni pour la victoire , à l'exception de Singapour où ils ont fait carton plein avec des excuses à Leclerc , s'il vous plaît .
Il y a 17 jours
Alinnhomaya
Alinnhomaya :
@ Marc Diskus
Nous sommes bien compris sur le fond et dommage pour Ferrari qui risque d'avoir de gros ennuis au futur proche pour ces deux pilotes vedettes en conflit de génération...
D'ailleurs, depuis que je regarde la f1 régulièrement plus de 20 ans, Ferrari n'a jamais gérer équitablement deux pilotes du même trempe. C'est une équipe habituée depuis sa création d'avoir un numéros un et deux et ce qui compte au dessus-tout, ce sont les intérêts de l'équipe comme tu le soulignes, eh basta... Je me demande comment ils vont gérer par la suite un quadruple CDM fier et sûr de son expérience et d'un côté un jeune talentueux montant et très promettant... Ferrari n'est pas habituée dans son histoire de gérer deux coqs très puissant dans son poulailler. Cela s'explique aux tâtonnements répétitifs de leurs stratégies avec la tendance à favoriser le poleman au détriment du pilote plus rapide en course... Vettel risque d'être mal parti s'il ne se qualifie pas régulièrement devant Leclerc même si la course, c'est dimanche... Bizarre cette stratégie de Ferrari qui semble ne pas tenir compte du pilote le plus rapide en piste, du moins ces dernières deux courses... Espérons que la Ferrari privilégiera la sportivité à la place d'une politique conservatrice et un peu anti-sportive...
Il y a 17 jours
V6 Turbo
V6 Turbo :
@Alinnhomaya&Marc Diskus
Merci pour votre débat très positif.J'apprécie vos arguments bien construit. Pour ma part sans rentrer dans le vif de ce sujet Leclec/Vettel/Vs Binotto, je constate simplement deux ou trois choses:Ferrari s'est surtout vu trop belle. L'attitude, dans d'autres sports, pourrait presque être considérée comme un manque de respect de leurs adversaires.Ils ont oublié qu'en face d'eux ils avaient Mercedes avec des pilotes qui ne sont pas nés de la dernière pluie. Objectivement, sur le simple plan de la performance en course,à pneus égaux, Ferrari n'a jamais mis un boulevard à ses concurrents. Lewis n'a jamais été largué. Charles Leclerc, dont on connait la vélocité actuelle, en pneus neufs, n'a pas pu non plus passer Bottas. Non, la SF90 n'est pas aussi fringante qu'on nous l'a répété depuis deux ou trois semaines. Elle s'est hissée (bravo)au niveau de la W10 maiqs pas outrageusement au dessus. elle aurait pointé avec Pour rajouter à celà, le meilleur tour en course d'Hamilton avec des pneus moins performants que ceux de Leclerc, devrait faire réfléchir au réel delta entre les deux. Cent fois j'ai répété ici que la Vmax n'est qu'un facteur (parfois déterminant mais pas très souvent)dans la perf. Aucun d'entre nous n'a-t-il pas pris ses désirs pour des réalités. Moi le premier dans un de mes derniers posts je louais le niveau de la Scuderia, arguments techno à l'appui etc, etc. Et pourtant Dieu sait si je devrais pour de nombreuses raisons défendre les hommes à Toto... Toute cette histoire montre combien la course ce sont des pilotes en chair et en os. Une affaire d'hommes et pas que de machines sans âme derrière le volant. L'épisode de ce week-end en est l'illustration vivante.
Par ailleurs, puisqu'on parle d'hommes, prenant un peu de hauteur,je me régale de voir la nouvelle perf d'Albon. J'avais déjà remarqué et écrit combien je pensais du bien de ce garçon. Dommage pour Pierre (que j'aime bien aussi), mais il est évident qu'un jeune pilote sans grande expérience, qui part derrière tout le monde et termine P5 c'est pas courant. Sûr que tous les patrons d'écurie, et pas des moindres, on déjà entouré son nom en rouge.



Il y a 17 jours
Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation

Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.