> > > > Officiel : Renault disqualifié du Grand Prix du Japon

Officiel : Renault disqualifié du Grand Prix du Japon

L'équipe Renault F1 Team a été disqualifiée du Grand Prix du Japon et a été reconnue coupable de l'utilisation d'un système interdit de pré-réglage des freins.

© Laurent Lefebvre-Motors Inside- Renault disqualifié du Grand Prix du Japon© Laurent Lefebvre-Motors Inside- Renault disqualifié du Grand Prix du Japon

La nouvelle est tombée ce mercredi soir après une audience de la FIA dans ses bureaux de Genève. Les commissaires se sont réunis pour traiter de l'affaire qui remonte au Grand Prix du Japon.

En effet, après la course de Suzuka, l'écurie Racing Point a porté réclamation auprès des commissaires à l'encontre de l'écurie au losange concernant une aide au pilotage interdite. Racing Point estimait que les deux R.S.19 possédaient un système permettant d’adapter automatiquement la répartition de la balance des freins en fonction de la position de la voiture sur la piste. Il s'agit d'un réglage pré-établi qui n’oblige plus le pilote à faire des modifications sur son volant lorsqu'il est en piste.

Après avoir entendu la requête de Racing Point, les commissaires ont laissé quelques jours à Renault afin de monter un dossier pour se défendre. Ils ont étudié les dossiers des deux parties prenantes et ont tranché en faveur de l'écurie Racing Point.

Après analyse par les commissaires, le système de pré-réglage des freins utilisé par Daniel Ricciardo et Nico Hülkenberg a été considéré comme une aide au pilotage et cela est interdit comme le stipule le règlement de la FIA : « Toute modification du système de freinage d’une voiture se trouvant sur la piste doit être effectué par le pilote lui-même et ne peut pas être pré-réglé. »

La décision a donc été prise de disqualifier les deux voitures de la course car une aide considérable a été apportée aux pilotes.

Pour rappel, les deux pilotes Renault s'étaient classées dans les points. Daniel Ricciardo ayant franchi le drapeau à Damier en septième position mais avait été classé sixième suite à la pénalité infligée à Charles Leclerc. Son coéquipier Nico Hülkenberg avait quant à lui terminé neuvième. Après cette disqualification, Leclerc reprend donc sa sixième place et Daniil Kvyat intègre le top 10.

Ayant la possibilité de contester cette décision jusqu'à ce jour, 17h heure de Paris, Renault informe faire appel de la décision en précisant leur point de vue : « Toutefois, compte tenu de la subjectivité de la qualification d’un système en tant qu’aide au pilote et de la variabilité des pénalités associées dans les affaires récentes, Renault F1 envisage son prochain plan d’action dans les délais impartis par la FIA.»


Renault, Règlement Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




8 réactions sur cet article Donnez votre avis
V6 Turbo
V6 Turbo :
Que reproche-t-on à Renault Sport? Le règlement interdit strictement les aides électroniques au pilotage (comme pour le départ sur la grille par exemple) sauf pour certaines fonctions de protection du pilote et surtout du PU (limitateur de régime entre autres).
Le point litigieux cette fois concerne le freinage. Les F1 actuelles disposent d'un système de récupération d'énergie au freinage. Ce systeme agit sur le train arrière. C'est la conversion de l'energie déployée au freinage en énergie electrique (au lieu de thermique). Evidemment, le pilote peut, quand il souhaite, modifier l'importance de la récup mais cela a des conséquences directes sur le comportement de la monoplace. Qui dit frein electrique "variable" dit adaptation en même temps du freinage à disque en répartissant l'effort pour éviter tout blocage intempestif du train. Le pilote peut également répartir hydrauliquement(comme sur la plupart des autos de course)son freinage entre les trains av et arr.
Des manips au volant, qui sur certains circuits et en fonction des circonstances (usure des pneus,température, adhérence, besoin d'énergie elect pour la suite, etc)sont autant de risques d'erreurs. Il est donc bien tentant de vouloir aider le pilote dans cette tache. Ce qui est fait très régulièrement pour tous les pilotes depuis les pits via la radio en fonction des données télémétriques et de la stratégie. Il reste au pilote à appliquer, en tournant deux molettes au volant, la puissance de la récup et /ou la répartition hydraulique du freinage entre les trains. Evidemment,il est tentant de prévoir, via un programme électronique, cette répartition en fonction des prochaines séries de virages suivant afin d'alléger le boulot du pilote. Mais c'est considéré comme une aide au pilotage... et donc interdit.
Selon mes sources, Renault Sport n'aurait pas prévu un programme complet qui permettrait (via par exemple des données GPS ou autres) un préréglage complètement adaptatif sur une séance qualif ou une course complète. Le constructeur d'Enstone aurait , je dis bien "aurait", simplement prévu des préréglages utilisables sur un secteur défini ou sur un tour maxi.
Au pilote de choisir le mode en fonction de la situation. Ce serait en fait une aide au pilotage mais sans préréglage général, juste un préréglage prédéfini par secteur ou sur un tour (qualifs par exemple).
C'est a mon sens evidemment l'utilisation d'une aide non conforme au règlement. Reste que le pilote peut à l'envi l'activer ou non selon sa position sur le circuit...
Bref, je crois surtout que ce qui est reproché à RSF , c'est de ne pas avoir soumis préalablement ce système au collège des commissaires techniques de la FIA. Il y a depuis plusieurs saisons un principe qui veut que chaque système embarqué par chaque monoplace soit soumis dans le détail aux commissaires sous le sous du secret , of course. Et à chaque fois le collège valide ou interdit. l'idée de ne pas le propôser au collège est considéré comme une volonté délibérer de tricher. Là il n'est pas impossible que RSF ait voulu jouer au plus malin et ce soit fait prendre par soit disant une dénonciation d'un ex employé à ce que l'on dit. Les plaignants ont déposé un dossier complet, ce qui n'est pas un hasard.
Bref, dans cette affaire je crains juste que Renault risque beaucoup plus gros que ses points au Japon. Les commissaires vont détricoter tous les datas des séances et courses précédentes et là, si l'infraction est constatée, ça risque de faire très mal tant le sur le plan des points au championnat, mais aussi des sanctions financières extrêmement lourdes appliquée par le passé à ce genre d'affaire.
Si l'histoire est avérée, je serais effondré pour le constructeur et surtout pour toute l'équipe qui n'a surtout pas besoin de cela en ce moment. Les gars de Viry ont beaucoup travaillé et quand on commence à voir concrètement les résultats de la qualité de leur PU, tout peut s'effondrer. Je pense aux conséquences sur la direction du groupe, aux décisions "politiques" internes et à l'avenir de la marque en F1. Je croise les doigts pour me tromper. Il faut continuer à soutenir Renault et sa présence en F1. J'ai toujours pensé que c'était vital pour la marque à moyen terme. La compétition à haut niveau c'est un état d'esprit, une volonté affirmée de choisir le risque de gagner ou de perdre. Mais aussi la volonté d'investir dans le meilleur de la techno et de l'humain.
Il y a 5 mois
LH#44
LH#44 :
Flavio Briatore team principal de Renault an 2020 confirmé ?
Il y a 5 mois
AP01
AP01 :
Et pendant ce temps, certains parlent d'un énorme sacandale concernant le PU Ferrari sur lequel la FIA fermerait les yeux en attendant qu'une plainte formelle soit déposée par une écurie... Renault n'est pas Ferrari...
Il y a 5 mois
Aifaim
Aifaim :
AP01@, Il en est ici comme dans la vie courante : pas de plainte, pas d'enquêtes ni de poursuites...

Les fautifs, en l'occurrence, sont avant tout les autres motoristes qui ne bougent pas par souci d'image : Mercedes - au moins pour cette saison n'a rien à gagner à soulever ce lièvre. Renault et Honda, que les faits soient avérés ou non, passeraient pour des mauvais perdants. Si proche de la fin de saison, le jeu n'en vaut plus la chandelle...

La plainte de Racing Point est à un autre niveau. Une disqualification d'un ou plusieurs grands Prix aurait des conséquences sur les classements dans les écuries du "milieu de tableau avec de l'argent à gagner. Quant à l'image, Racing Point n'a rien à vendre donc la réputation est moins cruciale, surtout à court terme...
Il y a 5 mois
Aifaim
Aifaim :
V6 turbo@, la "fuite" viendrait d'Enstone ou de Viry ?
A Enstone, il semble que Renault ait des envies de faire le grand ménage... Une menace tout autant qu'un avertissement.
Il y a 5 mois
Supervroum
Supervroum :
Et voilà, toute l'étendue de la capacité d'abitbull de gomme à couler une équipe, y a pas à dire, il n'a pas son pareil pour torpiller son propre navire....
Il y a 5 mois
charles.F1
charles.F1 :
Renault F1 vient d'admettre que le système incriminé avait été utilisé... avant 2019...
De quoi sceller la fin du retour de Renault en F1?
J'espère que cela scellara au moins la fin d'Abitboul...
Il y a 5 mois
charles.F1
charles.F1 :
Pour enfoncer le clou, Grosjean dit avoir déjà utilisé ce système chez Renault en...2015!
Il y a 5 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.

Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.