> > > > Lawrence Stroll lorgne sur Aston Martin

Lawrence Stroll lorgne sur Aston Martin

Un possible retour d'Aston Martin en Formule 1 en tant qu'écurie ? Probable après les récentes rumeurs parlant d'un possible rachat de la marque britannique par Lawrence Stroll.

© L.Lefebvre/Motorsinside - Racing Point aux couleurs d'Aston Martin ?© L.Lefebvre/Motorsinside - Racing Point aux couleurs d'Aston Martin ?

C'est le site Racefans.net qui a dévoilé que l'actuel propriétaire de Racing Point, Lawrence Stroll serait intéressé par un rachat d'Aston Martin avec pour objectif d'en faire une écurie de Formule 1. Mais à quoi cela est dû ?

Ce rachat serait possible grâce à un événement bien précis : l'entrée dans la Bourse de Londres d'Aston Martin qui aurait fait chuter son action, passant de 19 livres sterling à 5. Une chute qui permet aux hommes d'affaires d'envisager d'injecter de l'argent dans la marque britannique. Et il y en a un qui a vu une opportunité pour jouer un gros coup. Cet homme n'est autre que Lawrence Stroll. Connu par le monde de la Formule 1 pour avoir racheté Force India en 2018 et avoir placé son fils dans son écurie.

La nouvelle cible du Canadien serait Aston Martin avec laquelle il compte la faire devenir une écurie de Formule 1. Racing Point servirait donc de base et l'équipe canadienne changerait de couleurs pour se faire baptiser Aston Martin. Si cela arrivait, Racing Point deviendrait sans aucun doute l'écurie de Formule 1 ayant changé le plus de fois de noms de son histoire. Jordan, Midland, Spyker, Force India, Racing Point, que de changements de propriétaires pour la petite structure de Silverstone.

Qu'est ce qui pourrait motiver Aston Martin à revenir en Formule 1 après avoir fait quatre courses dans les années 60 ? Tout d'abord l'atout commercial qu'est la F1. C'est indéniable, la catégorie reine du sport automobile est la meilleure vitrine pour un constructeur, surtout pour prouver qu'il est meilleur que ses concurrents. L'autre raison est peut-être un partenariat frustrant avec Red Bull. En effet, la marque anglaise est le sponsor de l'écurie autrichienne depuis 2016 mais surtout sponsor titre depuis 2018. Un partenariat qui pourrait cependant toucher à sa fin à cause de la récente alliance entre la structure de Grove et de Honda en tant que motoriste qui éclipse le constructeur de luxe. Avec une écurie à son nom, Aston Martin ne se soucierait pas d'un autre constructeur marchant sur ses plates bandes.

Bien qu'un cinquième constructeur soit la bienvenue en Formule 1, des petites contraintes pourraient barrer la route au projet de Lawrence Stroll. Premièrement, Aston Martin a déjà annoncé s'être engagé en 2021 pour participer au Championnat du monde d'Endurance avec les nouvelles Hypercar. Avec la F1, cela ferait deux championnats d'envergure pour le constructeur britannique qui n'a peut-être pas la puissance de feu nécessaire pour être performante dans les deux disciplines. Un choix devra donc s'imposer et c'est sur le WEC que Aston Martin portera son dévolu. Deuxièmement, et toujours en lien avec le WEC, l'Hypercar que compte utiliser la marque anglaise est la Valkyrie. Une voiture développée à l'aide de Red Bull. À voir quelles seront les conséquences de l'hypothétique arrivée d'Aston Martin en WEC et sur son partenariat avec Red Bull.


2021, Racing Point F1 Team Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




4 réactions sur cet article Donnez votre avis
Aifaim
Aifaim :
Lorsqu'une entreprise s'écroule en Bourse, c'est qu'elle ne va vraiment pas bien. Si Stroll - ou un autre - tente une reprise, il lui faudra avant tout un projet et donner des garanties pour éponger le déficit.

L'affaire pourrait s'avérer rentable si la production du tout nouveau SUV est un succès. C'est ce projet qui a mis à mal les finances de la firme puisque sa conception s'est accompagnée de la création d'une usine flambant neuve... En l'absence de dividendes, dans l'attente du Brexit et de perte de valeur de la Livre Sterling, la faiblesse peut n'être que passagère. C'est ce genre de pari que tenterait Stroll.

Avec une firme "de niche" qui a effectivement déjà investi dans le programme "Le Mans Hypercar" mais aussi en GT, il semble illusoire de mettre le doigt dans le gouffre financier que constitue la Formule 1.
De mon point de vue, j'imagine plutôt un transfert de l'accord à ce jour en vigueur avec RedBull, c'est-à-dire un désormais vrai/faux sponsoring puisque l'argent passerait d'une poche dans l'autre.
(Très) accessoirement, une partie des investissements pourraient être assumés par Aston-Martin puis facturés à moindre coût à la structure F1... C'est "économique" en période de budget encadré.
Il y a 3 mois
Aifaim
Aifaim :
Pas grand-chose de nouveau sur le sujet.
Marko défend l'accord actuel entre RedBull et Aston-Martin mais il semble bien que son échéance est fin 2020. Le temps que tout se mette en place, une année n'est pas grand-chose...

Il y a eu ce travail technique de RedBull en faveur de la mise au point de l'Aston-Martin Valkyrie. On vient d'apprendre que Gordon Murray (ingénieur ex-F1) qui va bientôt produire sa propre hypercar, vient de signer un accord avec... Aston-Martin dont le contenu reste confidentiel.
Il y a 3 mois
Aifaim
Aifaim :
C'est fait !
Il y a 2 mois
AP01
AP01 :
Voir le nom "Racing Point" disparaître en 2021 est une bonne nouvelle car je trouve ce nom nullissime !
Après, j'espère que personne ne sera dupe : Aston Martin, à ce stade, c'est uniquement du marketing. Mais c'est quand même un peu plus en rapport avec la F1 qu'un nom de fabriquant de boissons nocives à la santé...
Il y a 2 mois
Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation

Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.