> > > > Bilan 2019 - Red Bull : débuts réussis avec Honda !

Bilan 2019 - Red Bull : débuts réussis avec Honda !

La fin d'année approche et il est temps d'analyser les performances des écuries en 2019. Motors Inside vous propose donc un regard en arrière sur la saison de Red Bull qui a su très bien gérer son mariage avec Honda.

© L.Lefebvre/Motorsinside - Mariage réussi avec Honda© L.Lefebvre/Motorsinside - Mariage réussi avec Honda

Après une entente devenue impossible avec Renault, Red Bull se devait de changer de fournisseur de moteur. Cependant après une alliance McLaren-Honda chaotique que ce soit sur le plan politique ou sportif, le pire était à redouter. Si les essais hivernaux ne donnaient pas beaucoup d'informations sur le niveau de performance de la RB15, la première course en Australie donnera tort à ceux qui ne croyaient pas au projet Red Bull-Honda. Terminant devant les deux Ferrari, Max Verstappen décroche son premier podium de la saison dès la première course.

Cette saison a été l'occasion pour l'équipe de Milton Keynes de remettre en question son châssis qui n'a pas donné entière satisfaction et qui permet de mettre en avant le fait que le moteur n'était peut-être pas le seul problème chez Red Bull.

Un moteur Honda justement qui, a été bien meilleur qu'escompté. Le bloc propulseur nippon, bien que moins fiable, est devenu plus puissant et n'est plus très loin du niveau du Ferrari. Cependant ces bonnes performances sont dues à une gestion des pénalités assez uniques. Contrairement aux autres motoristes qui préfèrent économiser leurs moteurs pour qu'ils tiennent les 7 courses réglementaires, Honda offre la puissance maximale à chaque course afin d'obtenir les meilleurs résultats possibles, quitte à sacrifier certaines courses en fin de saison où un départ en queue de peloton sera nécessaire.

Et pourtant à part un abandon pour Pierre Gasly en Azerbaïdjan aucun problème majeur sur le moteur a mis fin à la course d'un pilote cette saison. Une comparaison qui doit être dure à son encaisser pour Renault qui a vu son moteur partir en fumée à 8 occasions en 2018 rien que dans l'arrière de la RB14.

Les seuls gros résultats de l'équipe sont obtenus par Max Verstappen qui a décroché à la fin de la saison pas moins de 9 podiums dont deux victoires.

En première partie de saison Pierre Gasly n'arrivait pas à s'adapter à la RB15 qui était une monoplace clairement désignée pour le style de pilotage de Verstappen. Devancé de 7 dixièmes en qualifications, c'est en course que l'écart de performance entre les deux hommes est le plus grand, là où il n'est pas rare de voir le Normand se battre plutôt avec le milieu du peloton que les leaders. Finalement rétrogradé en deuxième partie de saison chez Toro Rosso où il retrouve son réel niveau de performance, le Français laisse sa place à Alexander Albon à qui le style de conduite de la RB15 lui convient bien mieux. En qualifications le Thaïlandais ne fait pas mieux que Gasly mais c'est en course où celui-ci parvient à tirer son épingle du jeu.

Si Ferrari a été la seule rivale de Mercedes entre la Belgique et Singapour, il a fallu compter sur Red Bull pour animer une saison 2019 totalement dominée par les flèches d'argent. L'écurie autrichienne ne finit qu'à 87 points de Ferrari contre 152 l'année dernière.


Sondage : Sondage : Donnez une note sur 10 à la saison 2019 de Red Bull




Bilan, Red Bull et 2019




1 réaction sur cet article Donnez votre avis
Aifaim
Aifaim :
Peut-on essayer d'analyser voire de comprendre la saison de la RedBull-Honda en occultant l'année 2018 chez Toro Rosso ?

Honda a remarquablement travaillé sur son propulseur l'an passé mais la progression n'aurait pu atteindre ce niveau sans l'aval de RedBull et le sacrifice de son écurie vassale. Les monoplaces de Faenza partaient souvent du fond de la grille, sanctionnées par le recours à des P.U destinés au banc d'essai des Grands Prix pour mieux juger de leurs progrès.

Cette collaboration, inédite à ma connaissance, a produit un résultat gagnant-gagnant. Honda redore son blason et RedBull maintient sa position de 3e écurie du plateau. Ouf ! Rejetant Renault, récusée tant par Mercedes et Ferrari, l'équipe n'avait plus de solution de rechange.

Les ingénieurs ont eu tout loisir d'étudier l'implantation du propulseur dans la monoplace et de chercher des solutions pour créer une monoplace homogène. Ils y sont parvenus.
Il y a 5 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.

Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.